Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 09:23

Béatrice est auxiliaire de puériculture dans une maternité. Elle livre son regard sur ce premier rapport à la maternité, ce lien mère-enfant qui se noue dans l’intimité des chambres, et sur la réalité que renferment ces pièces. C’est parfois violent, mais toujours juste. « Chambre 2 », c’est une histoire terrible, celle d’une mère devenue folle parce qu’elle a perdu à la naissance une des jumelles qu’elle portait. Cette chambre 2 ouvre et clôt le roman, et permet à la narratrice de se révéler à elle-même. En parallèle de ces histoires de vie et de mort (oui il y a des morts en maternité, beaucoup plus qu’on ne l’imagine), Béatrice narre son parcours de danseuse nue au Cabaret de l’amour, un spectacle monté avec son compagnon Gabor, leur ami Paolo, et les deux Pierre, amants dans la vie et travestis à la scène. Vie de bohème et naissances singulières de ses enfants, récit du corps qui s’impose à travers la danse (et la naissance), quelque chose de profond s’entremêle dans ces parcours successifs d’artiste et de puéricultrice après un nouveau drame de la vie.

 

Un roman forcément touchant, que certains jugeront peut-être sombre ou violent, qui égratigne au passage les rapports des personnels soignants entre eux et à l’égard des patients, mais qui transmet aussi une force vive, lumineuse, singulière.

J’ai aimé ce regard lucide sur ce qu’on tait habituellement en maternité, la naissance n’est pas que douceur tendre et amour, il y a des douleurs, des souffrances, des morts, des pleurs, des difficultés à être mère, à supporter son corps, et tout ce qui en sort. Intransigeant, tout comme la description du microcosme des personnels soignants.

 

Julie Bonnie a du talent, c’est indéniable, une plume acérée et forte, en révolte.

 

Prix du roman FNAC 2013.

 

p. 92/93 : « Je ne sais pas si c’est un passage obligé, mais quand on a perdu un bébé on se rend compte qu’on peut donner la mort.

C’est une possibilité. Donner la vie / donner la mort. Donner la vie donner la mort.

Le corps peut fabriquer l’un ou l’autre. Pas forcément par notre faute, pas du tout notre décision. On est dépossédé du choix.

Tu voulais un bébé vivant ? Tu en as un mort. Tu voulais un bébé mort ? Il est vivant. Tu as un bébé vivant ? Il peut mourir.

On ne pense pas assez à la mort quand on donne la vie.

Ou plutôt, on nous interdit de penser à la mort. Les pensées morbides voient rappliquer les psys et autres magiciennes de la normalité.

Pourtant, quand on a perdu un bébé, la mort reste en nous pour toujours tel un organe vital et on sait, mieux que quiconque, ce qu’est la vie. »

 

Belfond, août 2013, 185 pages, prix : 17,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Bruno Ehrs / Corbis et éd. Belfond

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Solenn 22/09/2013 10:24

Le thème de la maternité me tentait bien, mais celui de la danse/du monde du spectacle ne m'attire pas vraiment (est ce qu'il prend beaucoup de place dans le roman?). Du coup je l'ai noté, mais pas en top priorité.

ChezLo 01/12/2013 22:15

C'est un livre court, mais très fort, lisible même à la maternité en plein dans les "suites de couches" ! Et l'histoire parallèle, si elle intéresse moins de prime abord, se révèle touchante, captivante, et révélatrice d'un personnage riche d'une vie bien singulière.

Laure 22/09/2013 13:34

c'est l'histoire du personnage en parallèle, ce thème n'est pas celui qui m'a le plus intéressée. A tenter quand même, je dirais :-) (car l'ensemble vaut vraiment le coup)

Vero 13/09/2013 20:14

Je note... Et ma liste de lectures de rentrée littéraire s'allonge inexorablement ;-)

clara 13/09/2013 07:00

une écriture vivante ! Une auteure à suivre incontestablement !

Laure 13/09/2013 09:14

Vivante, c'est exactement cela. Car en dépit de mon billet, si le sujet peut paraitre sombre, il est toujours éclairé par la force de la narratrice, et le roman n'est pas morbide pour autant.

saxaoul 12/09/2013 20:03

Je crois qu'il vaut mieux que j'évite de lire ce roman. Le sujet touche une corde trop sensible chez moi....

Laure 13/09/2013 09:13

Oui je comprends. Personnellement je trouve ces livres nécessaires.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -