Les jardins d'Hélène

Vous aimer - Caroline Bongrand

18 Juillet 2016, 17:10pm

Publié par Laure

Vous aimer - Caroline BongrandElle et lui, un roman à la troisième personne du singulier : un homme et une femme se rencontrent dans un déjeuner professionnel, tous deux sont mariés et ont des enfants, tous deux veulent préserver leur couple et leur famille, d'autant qu'elle a déjà vécu un premier divorce. Mais la séduction, l'attraction et le désir opèrent. Pour se préserver, ils concluront un pacte : ne jamais faire l'amour.

Mais un tel engagement est-il tenable ?

 

On retrouve dans vous aimer toutes les qualités de l'auteur du Souligneur (que j'avais énormément aimé en 1993), qui décrit à merveille l'amour platonique, la finesse du désir amoureux, le tourbillon de la passion, l'enfermement dans les contraintes ou les normes que l'on s'impose.

Sur un sujet certes rebattu, la passion amoureuse, l'amour et l'adultère, l'auteur nous enveloppe dans un cocon de douceur et de bien-être : c'est tout en finesse qu'elle réinvente l'art d'aimer. Moderne (les échanges se font par SMS) et romantique (parce que pur et platonique?), vous aimer est un roman d'amour qui interroge sur le bonheur et l'appartenance, et la liberté d'être soi.

 

Idéaliste sans doute, mais si féminin et agréable !

 

Badge Lecteur professionnel

 

Robert Laffont, mai 2016, 170 pages, prix : 17,50 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Josef Ladik / getty Images et éd. Robert Laffont

Voir les commentaires

L'heure bleue - Elsa Vasseur

17 Juillet 2016, 12:12pm

Publié par Laure

L'heure bleue - Elsa VasseurZoé, 17 ans et quelques mois, le bac en poche, part avec Lise, une camarade de classe, sur une île grecque où les parents de cette dernière possèdent une luxueuse maison. Zoé sera la baby-sitter du jeune neveu de Lise. D'emblée l'ambiance est troublante, notamment dans le couple que forment Adam et Rose, parents du petit garçon, et la personnalité de Rose n'est pas sans rappeler celle de la mère de Zoé, esquissée dans le préambule.

Il est question de drame qui se réitère, de psychose maniaco-dépressive, d'accidents domestiques, de manipulation et de drames de la vie. Mais ne fuyez pas tout de suite, l'amour y fait son apparition aussi !

 

L'heure bleue est un roman plaisant à lire, qui sur fond dramatique développe une intrigue sentimentale. Le roman d'été par excellence, facile à lire, mais qui tient la route, qui plaira à un lectorat en quête d'aventures amoureuses torturées.

 

J'ai regretté que soit aussi prévisible la récurrence du drame entre le petit garçon en Grèce et le petit frère de Zoé des années auparavant.

J'ai aimé que l'intrigue soit bien conduite et réserve un dénouement inattendu alors qu'il s'annonçait tout tracé.

 

Un roman léger pour l'été, au bord de la piscine, ou dans une chaise longue au jardin.

 

 

Badge Lecteur professionnel

 

 

Une lecture qui s'inscrit dans le cadre du projet de Charlotte l'insatiable, les 68 premières fois.

 

Les 68 premières fois - édition 2016

 

 

Robert Laffont, mai 2016, 252 pages, prix : 18,50 € (existe en numérique)

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Claude Holzforster et Maria Heyens / Arcangel images / et éd. Robert Laffont

Voir les commentaires

Moro-sphinx – Julie Estève

16 Juillet 2016, 14:39pm

Publié par Laure

Moro-sphinx - Julie EstèveLola a la trentaine et souffre d'un amour perdu, et de la mort de sa mère. Elle ne voit plus guère son père non plus.
Lola est une chasseuse d'hommes, pour s'oublier, elle se maquille outrageusement et consomme du mâle sans plaisir ni délicatesse. Elle a un rituel bien rôdé : à chaque proie elle coupe un morceau d'ongle qu'elle conserve dans un bocal. Cette vie semble lui convenir, mais lorsqu'elle semble tomber amoureuse, son indifférence affichée et sa hargne en étendard ne vont-elles pas baisser la garde ?
 
Je n'ai pas été séduite par ce roman, l'étrange thérapie ou vengeance sur la vie choisie par l'héroïne m'a parue creuse et pathétique, je n'ai pas été touchée par ce personnage, ni par l'écriture de l'auteur. Un roman qui se veut sans doute percutant dans son intrigue mais qui pour moi n'a été qu'un coup d'épée dans l'eau, déjà quasi oublié.
 
Extrait (p.85 en numérique) : « Elle est électrique, instable, susceptible, sauvage, cinglée, …, excessive, vulgaire, bordélique, secrète, menteuse, capricieuse, jalouse, superstitieuse. Elle a tout ce qu'il n'aime pas chez une femme mais il voyage. Avec elle, il voyage à rebours dans les temps perdus de l'innocence. Il a dix ans et ça n'a pas de prix. Il lui confie sa vie, avec la fougue d'un gamin, il lui offre ses souvenirs, il en invente aussi. Il a sauté d'une falaise sans mourir : à dix ans, les rochers sont des pyramides. »
 
 

Badge Lecteur professionnel

 

Une lecture qui s'inscrit également dans le projet "68 premières fois".

 

68 premières fois 2016

 

Ed. Stock, avril 2016, 177 pages, prix : 18 €
Etoiles :
Crédit photo couverture : © éd. Stock

Voir les commentaires

La vérité sur mes incroyables vacances – Davide Cali / Benjamin Chaud

6 Juillet 2016, 09:23am

Publié par Laure

La vérité sur mes incroyables vacances – Davide Cali / Benjamin ChaudLe retour en grande forme du fantasque (et formidable) duo Davide Cali et Benjamin Chaud (à l'illustration) quand il s’agit de déborder d’imagination : après « Je n’ai pas fait mes devoirs parce que… » et « Je suis en retard à l'école parce que...», voici « la vérité sur mes incroyables vacances ».

Pas sûre que vous viviez les mêmes, mais j’adore !

 

L’exercice est courant à la rentrée scolaire : la maitresse demande aux élèves de raconter leurs vacances. Le petit héros prévient « vous n’allez sans doute pas me croire, mais… », c’est parti pour une incroyable chasse au trésor qui vous fera faire le tour du monde. Un simple message dans une bouteille, contenant une carte au trésor, qu’il faut bien sûr trouver. Mais c’est sans compter sur une pie voleuse qui dérobe la précieuse carte et entraine le jeune garçon dans sa course pour la récupérer. On traverse des pays extraordinaires (bien réels) mais on rencontre aussi des inventions pour le moins… originales.

C’est un régal que de reconnaître des monuments, laisser libre court à son imagination pour s’immerger dans le monde des pirates ou de l’Égypte antique, en passant par des fusées spatiales inédites.

 

Un album qui allie texte court et narration d’aventure à un dessin riche de détails et de fantaisie, avec une chute aux petits oignons dont je vous laisse la surprise.

 

Même assis dans l’herbe au fond du jardin, vous aurez fait le tour du monde grâce à l’humour et l’imagination fertile de Davide Cali et Benjamin Chaud. C’est la magie de la lecture. Que voulez-vous, je suis fan !

 

Hélium éd., février 2016, 40 pages, prix : 12.50 €, ISBN : 978-2-33005-729-9

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Benjamin Chaud et éd. Hélium.

Voir les commentaires

Comment sauver son couple en 10 leçons… ou pas – Stephanie Blake

6 Juillet 2016, 08:26am

Publié par Laure

Comment sauver son couple en 10 leçons , ou pas - Stephanie BlakeAh ! Les lapins de Stephanie Blake, nos enfants les connaissent si bien ! Caca boudin, Je veux des pâtes, etc. Mais ces lapins-là sont à présent pour les parents : Siri et Philip Janson ont 17 ans de vie commune et 3 enfants, mais leurs désirs et attentes sont à l’opposé. Frustration, envies inavouées, incommunicabilité, voici le lot quotidien et ordinaire d’un couple qui vieillit ( ?) Avec beaucoup d’humour et sans tabou pour les mots du désir sexuel, Stephanie Blake explore une crise de couple qui souligne au passage les clichés habituels du mâle dans son canapé.

C’est léger, distrayant, mais nul doute que chacun y trouvera quelques reflets personnels.

 

Je préfère le lapin Simon pour la jeunesse, mais cet album de saynètes pour adultes format BD se laisse croquer sans déplaisir.

 

« Dans le couple, on est un être idéal. Parvenir ensemble aux confins de l’absolu » Hum. Monsieur ronfle pendant ce temps-là.

 

Pour leurs amis, ils sont un couple « grandiose », pensez donc, 17 ans de vie commune et 3 enfants ! « Un couple grandiose ? J’ai souvent l’impression d’être coincée dans un lieu de revanche, d’animosité et de frustration ». Un portrait sans fard du couple et des fantasmes de chacun, avec une chute qui … fait son effet !

 

 

Badge Lecteur professionnel

 

Mazarine (lib. Arthème Fayard), mars 2016, 112 pages, prix : 16 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Stephanie Blake et éd. Mazarine

Voir les commentaires

Le monde entier - François Bugeon

5 Juillet 2016, 15:04pm

Publié par Laure

Le monde entier - François BugeonChevalier est un taiseux, un brin bourru dans ses relations, qui se limitent aux voisins et quelques proches dans son village. Ouvrier à l’usine (il y est très apprécié), copain de pêche au bord de l’étang, célibataire taciturne, il n’en a pas moins un grand cœur, qu’il révélera lors de l’incident et des jours qui suivront.

Une voiture accidentée sur le bord de la route : de crainte qu’elle ne prenne feu il en sort les corps qu’il pose sur le bas-côté. Le lendemain, hospitalisé avec quelques blessures, il comprend que le corps d’une jeune femme n’a pas été signalé parmi les secourus. Qu’est-elle devenue ? Ou a-t-elle disparu ?

Salomé ne manquera pas de réapparaitre très vite dans sa vie et de bouleverser son quotidien bien rôdé. Et si Chevalier s’écoutait enfin un peu ?

 

Le monde entier est un premier roman tout en délicatesse, qui décrit les gens simples avec une grande tendresse, les sentiments pudiquement gardés, leur bienveillance discrète, leur attention à l’autre sans tape-à-l’œil. D’emblée le lecteur se sent bien avec ce Chevalier sans prénom, dans cette atmosphère feutrée où les gestes sont anodins, mais emplis de sens.

 

Un roman où l’on se sent bien, de ceux qu’on aimerait qu’ils ne finissent jamais pour que le plaisir dure encore.

 

 

Une lecture qui s'inscrit dans le projet des 68 premières fois, lancé par l'insatiable Charlotte.

 

68 premières fois

 

 

Rouergue, coll. L’estive, mars 2016, 176 pages, prix : 17,80 €, ISBN 978-2-8126-1031-8

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Patrick Tourneboeuf / Tendance floue et éd. du Rouergue

Voir les commentaires

Juin 2016 en couvertures ...

1 Juillet 2016, 15:15pm

Publié par Laure

 

En juin, j'ai lu :

 

Une famille normale - Garance Meillonles gens heureux n'ont pas d'histoire - Eloïse Lièvre Trashed - Derf Backderf

 

Le reste de leur vie - Jean-Paul DidierlaurentLa promesse - Jean-Guy SoumySilver spoon tome 12

 

Silver spoon tome 13

 

 

 

 

En juin, j'ai vu :

 

Hector, un film de Jake Gavin (2015)Miséricorde - Les enquêtes du département V - tome 1 Profanation - Les enquêtes du département V tome 2

 

Délivrance - Les enquêtes du département V tome 3 Le monde de Dory - Disney Pixar

 

 

En juin, j'ai écouté :

 

Mammifères - Miossec Mona - Emily LoizeauPalermo Hollywood - Benjamin Biolay

 

 

Voir les commentaires

Le reste de leur vie – Jean-Paul Didierlaurent

12 Juin 2016, 14:13pm

Publié par Laure

Le reste de leur vie - Jean-Paul DidierlaurentManelle est aide à domicile auprès de personnes âgées, lesquelles peuvent être sympathiques ou acariâtres, avec parfois de drôles de lubies. De son côté, Ambroise, fâché avec son père, célèbre médecin lauréat du Nobel, est thanatopracteur. Il délivre les derniers soins aux défunts avant les funérailles. Il aime son métier et l'exerce avec talent et dévouement.

 

Solitaires tous les deux, Manelle et Ambroise vont être amenés à se rencontrer par le hasard des dernières volontés de Samuel...

 

Le deuxième roman de Jean-Paul Didierlaurent, après Le liseur du 6h27, est un roman doudou, ou « feel-good », qui réussit le pari de mêler tendresse et sourires sur le thème douloureux de la maladie et de la fin de vie. D'emblée les personnages sont attachants, touchants dans leurs forces et leurs faiblesses.

 

L'intrigue aborde aussi avec pudeur le thème du suicide assisté. J'ai passé un excellent moment avec ce roman, qui rappelle ceux de Pierre Béguin, vous ne connaîtrez ni le jour ni l'heure (éd. Philippe Rey, 2013) et surtout d'Edouard Moradpour, Nous parlions d'amour de peur de nous parler d'autre chose (Michalon, 2015).

 

Il aurait pu être un coup de cœur si la fin avait été différente. Le twist choisi, totalement improbable offre un dénouement trop beau, trop guimauve, une fin qui réjouira les lecteurs au petit cœur tout mou qui veulent une belle histoire d'amour et des romans qui font du bien, mais qui pour ma part, m'a déçue.

Le reste de leur vie plaira, de toute évidence, aux lecteurs qui par exemple aiment les romans d'Agnès Ledig, car c'est à ses romans que m'ont fait penser les cinquante dernières pages.

 

 

 

Au diable Vauvert, mai 2016, 288 pages, prix : 17 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Gettyimages et éd. Au diable Vauvert

 

Voir les commentaires

Les gens heureux n'ont pas d'histoire - Eloïse Lièvre

7 Juin 2016, 17:54pm

Publié par Laure

Les gens heureux n'ont pas d'histoireLe procédé choisi pour ce roman est original : l'auteur a écrit chaque jour, du 2 décembre 2013 au 10 janvier 2014, à la veille de ses 40 ans, un texte à partir d'une photo d'elle (reproduite en tête de chapitre), de zéro à trente-neuf ans. Un chapitre par photo, une photo par année de vie, et par jour d'écriture. Voilà qui apporte de la singularité à l'histoire d'une vie somme toute banale.

 

J'ai beaucoup aimé les passages relatifs aux réflexions sur la maternité, le désir de grossesse ou non, les relations amoureuses, j'ai trouvé certains autres abords de ses textes ennuyeux. L'auteur joue également sur le temps : malgré un procédé clairement défini, chaque photo entraîne un récit ou une pensée non chronologique. Pour une même photo de son enfance, le texte grappille de-ci de-là dans le temps, et c'est ce qui rend la reconstruction de sa vie intéressante.

 

Séduisant, mais malgré tout très personnel, ce roman plaira surtout à ceux qui aiment l'analyse de l'intime.

 

 

Badge Lecteur professionnel

 

JC Lattès, avril 2016, 200 pages, prix : 18 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. JC Lattès

Voir les commentaires

Une famille normale - Garance Meillon

7 Juin 2016, 15:07pm

Publié par Laure

Une famille normale - Garance MeillonUne famille normale tout ce qu’il y a de plus standard en France : papa, maman, deux enfants, le choix du roi, même si ici c’est une fille qui est l’aînée. Maman Cassiopée, Papa Damien, Lucie (16 ans) et Benjamin (13 ans).

 

J’ai aimé le ton enjoué et caustique du début (les personnages prennent la parole à tour de rôle et n’y vont pas par quatre chemins pour évoquer la réalité de leur vie), mais ce n’est qu’un appât qui s’affadit très vite. Dès lors, il reste une famille « normale » dans son mal-être quotidien : l’usure du couple, les névroses de madame, qui est tout particulièrement chamboulée par le décès de sa mère, et les relations parents-ados qui se délitent. Tout n’est finalement que solitude ensemble, jusqu’à ce que les faux-semblants explosent.

 

Réflexion sur le couple, sur la transmission, sur les non-dits familiaux avec lesquels on grandit, l’idée est banale mais aurait pu être plaisante si le ton sarcastique avait été maintenu plus longtemps. A défaut, on sombre vite dans l’ennui et une certaine vacuité. Si les gens heureux n’ont pas d’histoire, cette famille normale aussi bancale soit-elle n’en a guère plus.

 

Un premier roman qui s’inscrit dans mon parcours des 68 premières fois de Charlotte.

 

68 premières fois 2016

 

 

Fayard, janvier 2016, 237 pages, prix : 17 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Hokus Pokus et éd. Fayard.

Voir les commentaires