Les jardins d'Hélène

Mais qui veut la peau des ours nains ? - Emile Bravo

29 Novembre 2012, 09:55am

Publié par Laure

peau-des-ours-nains.jpg

 

Au texte et au dessin, l’excellentissime Emile Bravo. Mi BD mi album, c’est reparti pour une nouvelle aventure avec nos sept ours nains, que nous avions laissés, dans le dernier album, devant la télé, cette boîte magique qui hypnotise. Ils sont en train de regarder Barbe-Bleue quand pouf, Blanche-Neige excédée par leur fainéantise, rend son tablier : plus question de faire le ménage et la cuisine chez cette bande de paresseux qui ne veulent même plus sortir chercher à manger. Elle les abandonne seuls et effrayés, et part en quête de son prince charmant. Bigoudis sur la tête et mules roses à oreilles de lapin aux pieds, c’est pas gagné, quand soudain dans la forêt, elle croise une autre princesse tout aussi étrange : peau d’âne, qui fuit son père qui veut l’épouser…

Échange de bons procédés, Peau d’Âne se présente comme nouvelle femme de ménage chez les ours nains… et l’aventure ne fait que commencer, on va en croiser du beau monde sorti des contes ! (large place aux musiciens de Brême entre autres)

Que dire sinon que ce livre est un indispensable, un incontournable, un régal avec un éclat de rire garanti à chaque page ?

Emile Bravo manie avec talent l’humour, un vocabulaire décalé tantôt classique tantôt familier qui donne un savoureux gloubi boulga. C’est bourré de références, de détails rigolos dans l’illustration, de répliques qui pourraient devenir culte, c’est intelligent, ça se dévore – et surtout ça plait - à tout âge !

 

 

Seuil jeunesse, septembre 2012, 48 pages, prix : 12 €

Etoiles : stars-5-0__V7092072_.gif

Crédit photo couverture : © Emile Bravo et éd. du Seuil

Voir les commentaires

La balade de Yaya (tomes 1 à 5) - Jean-Marie Omont et Golo Zhao

16 Novembre 2012, 10:14am

Publié par Laure

Scénario : Jean-Marie Omont, dessins : Golo Zhao

(Le 6ème tome vient de paraître mais je ne suis pas encore allée chez le libraire !)

 

balade-de-yaya.jpg

La balade de Yaya est l’histoire de deux enfants que tout oppose et qui se lient l’un à l’autre par la force des choses : les bombardements de Shangaï par les Japonais en 1937 qui imposent à la plupart des populations de fuir.

Le tome 1 est une introduction aux aventures des deux jeunes personnages. Tuduo, le petit garçon, est un enfant des rues, exploité par un abominable bonhomme nommé Zhu, qui violente et utilise une bande de gamins pour gagner sa vie. Tuduo lui rapporte un peu d’argent avec ses talents d’accrobate. Yaya, elle, est la fille d’un riche diamantaire, elle mène une vie paisible avec ses parents dans une somptueuse maison. Elle est toujours accompagnée de l’oiseau Pipo, avec qui elle a le don de communiquer. Mais toute la famille doit fuir la guerre, d’autant plus que la mère de Yaya est sur le point d’accoucher. Refusant de manquer le concours de piano qui lui ouvrirait sans doute de nouveaux horizons dans la musique, Yaya s’enfuit et se trouve prisonnière des bombardements… Secourue par Tuduo, ils sont rattrapés par le méchant Zhu.

 

Les tomes suivants sont à chaque fois un épisode des aventures des deux enfants, en proie à la guerre, à l’avidité et la violence des adultes qui les poursuivent, dans le cheminement semé d’embuches vers Hong Kong où ils espèrent retrouver les parents de Yaya, comme Tuduo lui en a fait la promesse. De même s’il arrivait quelque chose à Tuduo, Yaya lui a promis de faire tout son possible pour retrouver son petit frère Xiao, qu’il a confié aux religieuses en partant.

 

Les couleurs sont très expressives, bleu nuit, couleurs sombres pour la ville dévastée ou la peur, couleurs plus lumineuses pour le beau quartier ou l’innocence de Yaya, les décors sont riches de détails (scènes de rues, bâtiments, nature), la guerre est une toile de fond qui prend juste la bonne place, ni trop ni trop peu, qui sait se rappeler quand il le faut, et la construction du récit (arrêt d’un tome sur un cliffhanger) agit comme une véritable addiction sur le lecteur. On ne peut faire autrement que lire la suite des aventures (un peu à la Dickens) de ces enfants, qui sur leur chemin réussissent néanmoins à trouver quelques adultes chaleureux et attentionnés, pas toujours, mais qui restituent un peu de justice dans leur monde.

Prévue sur 9 tomes, cette série s’adresse aux enfants à partir de 8 ans. Mosquito, 11 ans ½ , qui l’a commencée comme cela sans être convaincue, juste parce que je rapporte régulièrement des piles de livres à la maison, est vite devenue accro, a enchaîné les 5 tomes dans la foulée, séduite et enthousiaste, elle attend, impatiente, la suite.

Une première intégrale des 3 premiers volumes est sortie également.

 

En savoir plus sur la page de l’éditeur : clic  

 

Éd. Fei, 2011-2012, 95 pages chaque, prix : 8,50 € chaque

Etoiles : stars-4-0. V192553758 sur l’ensemble

Crédit photos couvertures : © Golo Zhao et les éd. Fei

Voir les commentaires

Cinquante nuances de Grey - E.L. James

11 Novembre 2012, 15:39pm

Publié par Laure

 

(tome 1 de la trilogie Fifty shades)

Traduit de l'anglais par Denyse Beaulieu

 

cinquante-nuances-de-Grey.jpgNous y voilà... que puis-je bien penser du dernier best-seller à la mode ? (si tant est que quelqu'un en ait quelque chose à faire de ce que j'en pense )

A moins de vivre sur la planète Mars, vous avez déjà dû lire des cinquantaines d'articles sur le sujet, je ne vais donc pas vous faire l'affront de vous le re-résumer, de la genèse fanfiction de Twilight à la mise en place marketing que l'on sait. Je l'ai lu. Jusqu'au bout. Et très franchement, je m'attendais à pire.

C'est une gentille romance avec tous les codes du genre, qui séduira les lectrices habituelles des collections Harlequin et autres romans sentimentaux.

 

On dit que c'est très mal écrit : alors on devrait avoir l'honnêteté de dire aussi que 80% de la production littéraire actuelle est très mal écrite. C'est écrit dans une langue correcte (si vous voulez du très mal écrit, allez voir ), certes avec des phrases très simples, très courtes, au vocabulaire restreint, et les phrases avec subordonnées relatives ou autres tournures complexes sont sans doute à chercher à la loupe. Comme du Marc Levy ou n'importe quel roman grand public aujourd'hui, il ne faut pas fatiguer le lecteur à réfléchir (j'en sais quelque chose, je passe mon temps à répondre à la demande : vous n'auriez pas un roman facile à lire qui ne prend pas la tête? - et dont on a entendu parler sinon je ne suis pas crédible dans mon conseil). Les éditeurs d'aujourd'hui produisent donc ce que (la plupart des) gens attendent. Certes l'auteur a des tics de langage fort agaçants parce que trop récurrents : merde alors, à plus bébé, ou devenus désuets dans notre culture comme doux jésus ! et dont on pourrait se passer mais rien de pire que la plupart de ce qui se vend.

 

L'intrigue et ses ressorts sont prévisibles. Comme dans les romans de Marc Levy. Ce n'est donc pas pire, et ce serait peut-être même meilleur, si on s'en tient au registre donné.

Ce n'est donc pas du Jérôme Ferrari, on est bien d'accord, mais ce n'est pas plus mauvais que tout ce qui se vend en masse actuellement. Je pourrai donc me permettre de ricaner doucettement quand je lirai dans les mêmes colonnes qui le flinguent sur ce point-là des billets élogieux sur du roman de masse qui s'éloigne un peu trop de Proust stylistiquement parlant. Et comme ils sont légion, ce sera enfantin.

 

On dit que c'est du porno, ou au contraire, que c'est tout ce qu'il y a de plus soft. Je suis du deuxième clan : si l'on écarte les quelques accessoires et orientations SM (et encore même là ça reste très soft), les scènes de sexe sont tout ce qu'il y a de plus banal, dans une histoire d'amour normale. Le côté domination-soumission est là pour faire monter la sauce (euh, mauvais choix d'expression) et tenir en haleine sur la personnalité torturée du mâle - pourquoi il en est venu là, et pour le savoir, il faudra lire le tome 2, voire même le 3, c'est malin hein. Ceux qui s'offusquent des galipettes décrites n'ont jamais dû ouvrir un roman de littérature érotique de leur vie (y a pas de honte à cela non plus, mais avant de crier au loup...) Pas de quoi fouetter un chat. Un écart de culture entre le mummy porn et la littérature érotique française ?

 

Bref, beaucoup de bruit pour rien. Ou pas grand-chose.

 

Ce qui me semble réellement critiquable avec ce roman, c'est la mise en place, et le buzz marketing qui en a été fait (et la preuve que ça marche, tout le monde a un avis dessus) Je n'en reviens d'ailleurs toujours pas que l'auteur soit passée chez Busnel. Mince, à la grande librairie quoi ! Mais il faut bien que Busnel fasse de l'audimat s'il veut que son émission continue à exister, alors la noblesse de la littérature, hein, elle tient à quoi ? Quelques best-sellers bien vendus qui font survivre d'autres choix plus engagés et audacieux. Laissez les midinettes rêver au Prince Charmant, elles ne font de mal à personne, et replongez-vous dans Joyce, vous je ne sais pas, mais moi Ulysse, je n'en suis toujours pas venue à bout. Au fond, on en revient toujours au même, la légitimité du populaire, le jugement de valeur élitiste, etc. etc.

En ce qui me concerne, les Pléiade de Joyce (James) et Cohen (Albert) côtoient ma table de nuit comme EL James, les premiers sont justes plus durables, dans tous les sens du terme... et autrement marquants.

 

 

JC Lattès, octobre 2012, 560 pages, prix : 17 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © éd. JC Lattès

Voir les commentaires

Le vrac du dimanche (10)

11 Novembre 2012, 14:25pm

Publié par Laure

Parce qu'en quelques jours de congés je n'ai pas fait grand-chose d'autre que lire et dormir, je n'ai pas rédigé de commentaires sur des lectures pourtant fort bonnes, et je suis trop fainéante pour m'y coller autrement qu'à chaud. Pas envie de faire un billet en bonne et due forme donc, pas envie non plus de les laisser dans l'oubli. Et parce que le blog ne doit jamais être une corvée... bref je les ai lus et aimés, et je les conseille :

 

les-affliges.jpg

Les affligés, de Chris Womersley

Traduit de l'anglais (Australie) par Valérie Malfoy,

Albin Michel, mai 2012, 319 pages, prix : 20 €

 

 

un-repas-en-hiver.jpg

Un repas en hiver, Hubert Mingarelli

Stock, août 2012, 144 p. prix : 17 €

Voir les commentaires

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre – Ruta Sepetys

4 Novembre 2012, 18:22pm

Publié par Laure

 

traduit de l'anglais (américain) par Bee Formentelli

 

ce-qu-ils-n-ont-pas-pu-nous-prendre.jpgLina, 15 ans, a un avenir prometteur dans le dessin, art pour lequel elle excelle, quand elle est arrêtée avec sa mère et son jeune frère un jour de juin 1941, dans leur ville de Lituanie. Son père, doyen d'université, a disparu depuis la veille. Comme beaucoup d'autres habitants des pays baltes, ils sont déportés par le NKVD, la police secrète soviétique.

Le roman est l'histoire aussi forte que dramatique de leur déportation en Sibérie, de leur lutte pour survivre dans le kolkhoze où ils sont exploités, puis de leur déplacement dans un autre camp de travaux forcés au Pôle Nord. Les parallèles avec les camps nazis sont évidents, les déportations inhumaines en wagon à bestiaux surchargés, sans nourriture et sans hygiène aussi. On ne peut parfois s'empêcher de penser (et c'est terrible) que l'on sait déjà tout cela, la littérature ne manque pas sur ce sujet. L'angle est différent, peut-être a-t-on un peu moins de témoignages sur les purges staliniennes effectuées sur les Lituaniens, et il en ressort néanmoins que le roman est très bien construit, laissant apparaître même au plus sombre de l'horreur, une lueur d'humanité.

Publié dans une collection destinée à des adolescents, on ne peut qu'approuver l'intelligence historique d'un tel roman, fictif mais largement documenté, et il va sans dire qu'il peut être lu bien au-delà de l'adolescence. Toutefois, je ne partage pas le « coup de coeur » souvent rencontré sur les blogs et le net pour ce roman, peut-être pour son côté « déjà vu », ce qui pose aussi la question délicate de la part romanesque que l'on peut créer sur un tel sujet. Document ou fiction, histoire ou Histoire ?

 

 

Gallimard, coll. Scripto, octobre 2011, 423 pages, prix : 14,20 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © « photo de la pousse » iStockphoto.com /Smit / et éd. Gallimard.

Voir les commentaires

Brigitte la brebis qui n’avait peur de rien – Sylvain Victor

2 Novembre 2012, 10:46am

Publié par Laure

brigitte la brebisIl y a quelques années, j’avais travaillé avec des élèves de CP sur Michel le mouton (qui n’avait pas de chance), ce dernier faisant alors partie de la sélection des Incorruptibles. Les enfants l’avaient adoré, et avaient bien perçu tout le détail de l’illustration, qui révélait qu’en fait, Michel le mouton, il avait sacrément de la chance, contrairement au reste du troupeau. Ils avaient aimé aussi qu’à la fin Michel rencontre Brigitte, une brebis qui comme lui adorait les framboises.

4 ans plus tard, Sylvain Victor nous offre une nouvelle version de l’ histoire, du point de vue de Brigitte cette fois, qui elle, n’a peur de rien. Je ne vous dis pas les cris de joie des élèves quand ils ont vu Brigitte à la bibliothèque. Pourtant ils ont grandi depuis Michel, mais il reste bien ancré dans leur parcours affectif de lecteurs.  

michel-le-mouton.jpg

Ainsi donc le vert de Michel laisse la place au rose de Brigitte et de ses framboises. Le texte est donc imprimé dans le même rose que la couverture (il l’était en vert pour Michel), la construction graphique de l’album est similaire, mais cette fois, c’est Brigitte la reine de l’aventure. « Depuis quelques jours, les brebis sont très nerveuses. On dit qu’il est de retour… » Lui, c’est le loup bien sûr, et la peur a envahi le troupeau. Faut-il se cacher ? D’où vient le danger ? Alors que ses copines fuient (et n’ont pas de chance), Brigitte, elle, cède à la gourmandise des framboises juteuses. Et elle en mange tellement que… chut, c’est un ressort amusant du livre ! Perdue, triste et seule, les pages s’assombrissent. Mais le jour se lève et quelqu’un vient lui demander « Mais tu n’es pas un nuage, toi ?!» La boucle est bouclée avec le superbe Michel, deux albums qui vont de pair, et qui feront assurément le bonheur des enfants à partir de 5 ans (et de leurs parents !)

  

Ed. Thierry Magnier, mai 2012, prix : 12,50 €

Etoiles : stars-5-0__V7092072_.gif

Crédit photo couverture : © Sylvain Victor et éd . Th. Magnier

 

 

Voir les commentaires

Les oreilles de Buster - Maria Ernestam

1 Novembre 2012, 17:12pm

Publié par Laure

 

Traduit du suédois par Esther Sermage

 

oreilles-de-buster.jpgEva, 56 ans, partage sa vie avec Sven dans leur petite maison de Frillesas. Elle s'occupe de ses roses qui tiennent une place très importante et particulière dans sa vie. Pour son anniversaire, sa petite-fille Anna-Clara lui offre un journal intime. Journal qu'elle va tenir pendant trois mois d'été, le commençant ainsi : « 13 juin. J'avais sept ans quand j'ai décidé de tuer ma mère. Et dix-sept ans quand j'ai finalement mis mon projet à exécution ». Le ton est donné, et la reconstitution ouverte. Retours en arrière se mêlent au récit du temps présent, Eva confie ainsi au lecteur les moments importants de sa vie, les meilleurs comme les pires. Si sa relation avec sa mère méprisante est la part la plus forte et la plus intéressante, elle est loin d'être le seul point d'intérêt du roman, plus riche et habile qu'il n'y paraît. Des surprises sont ménagées jusqu'au bout, et si j'ai trouvé quelques longueurs vers le milieu du livre (son histoire d'amour avec John), j'ai aimé la complexité du personnage d'Eva, ses vengeances compréhensibles mais discutables, sa dualité intérieure qu'elle traduit par sa face noire et sa face blanche, j'ai aimé l'étonnement de la scène que traduit le titre (je vous laisse découvrir à qui appartiennent ces oreilles et quel sera leur rôle) et quelques autres revers tout aussi surprenants. Bien d'autres femmes sont présentes dans l'histoire : sa fille Susanne en plein divorce, ses meilleures amies et leurs difficultés de couple, la vieille Irène dont elle s'occupe et qui lui permet de dénoncer les mouroirs que sont certaines maisons de retraite, tout en jouant un rôle de miroir avec son propre mère.

 

Une très belle lecture qui m'a donné envie de découvrir d'autres titres de cet auteur.

 

Les oreilles de Buster est annoncé en poche (chez Babel – Actes Sud) pour début janvier 2013.

 

Gaïa, septembre 2011, 409 pages, prix : 24,40 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Yenty Jap / getty images / et éd. Gaïa

Voir les commentaires

18 ans, l'âge de ...

28 Octobre 2012, 22:17pm

Publié par Laure

l'âge de quoi déjà ? raison, sagesse, droit de vote, permis de conduire, envol, carnet de chèques et découvert, beuveries, prépa, colles (les oraux bi-hedmodadaires des taupins), et potacheries quand ils vont piquer les portes des douches du dortoir du dessus ?

 

18 ans déjà...

 

Des tartelettes aux Speculoos

 

tartelettes-speculoos.JPG

 

Une blague de sa petite soeur Mosquito : le gâteau de ses 3 ans ? On voit qu'on a perdu la main, il a la patte cassée ce pauvr'ours

 

nounours-18-ans.JPG

Et comme il n'avait aucune idée de ce qu'il voulait (mais qu'il savait ce qu'il ne voulait pas, à savoir un ordi portable ou une tablette, ç'eût été trop facile), on a improvisé :

 

JB-18-ans.JPG

le roman de Yannick Grannec, la déesse des petites victoires, chez Anne Carrière. ça lui apprendra à me causer de Gödel tout le temps

le grand paquet rouge contient de quoi affronter les couloirs venteux de l'internat : pull en cachemire (je connais ses goûts de luxe ), un autre pull de chez Mise au Green (je ne suis pas strasbourgeoise pour rien et on adore leurs vaches), une belle ceinture, etc.

des (bons) chocolats parce que j'ai découvert une boutique magique récemment, plaisir des yeux et du palais !

des trucs pour s'amuser : des sous (des vrais au milieu de plein de faux et autres moins bons chocolats, que lui pique Mosquito)

 

chocolats.JPG

Voir les commentaires

Publique ou privée : quelle école pour nos enfants ? - Bruno Poucet et al.

25 Octobre 2012, 07:54am

Publié par Laure

 

Médiateur : Bruno Poucet

Contradicteurs : Gérard Aschieri (FSU), Patrick Roux (FNEP)

 

Egalité des chances ou liberté de choix ?

 

publique-ou-privee-quelle-ecole.jpgJe mesure combien il est difficile de parler d'un ouvrage documentaire (sans en recopier la moitié) alors que je l'ai pourtant trouvé bien conçu et intéressant. Lu dans le cadre de l'opération la Voie des Indés proposée par Libfly, j'avais pris le soin de choisir un thème qui m'intéressait vraiment. Vivant dans l'ouest de la France où l'enseignement privé est particulièrement répandu (c'est bien simple dans mon petit village de 2000 habitants, nous avons tout en double : deux maternelles, deux primaires et deux collèges avec à chaque fois le choix privé ou public. Choix qui va de pair avec des querelles de parents aussi passionnées que virulentes, chacun expliquant son choix avec bien souvent des arguments de mauvaise foi. Cela va même parfois jusqu'à des gens qui ne se côtoient pas dans la rue, persuadés que l'autre est dans l'erreur !), je suis parfois prise à parti, travaillant régulièrement avec les deux types d'établissement.

 

L'intérêt de ce petit ouvrage est de dépassionner le débat, et de confronter deux contradicteurs spécialistes du sujet, tout en rappelant quelques notions historiques et chiffrées.

Le modérateur introduit notamment le sujet par un rappel historique et législatif. On trouvera aussi une bibliographie pour aller plus loin.

Les deux contradicteurs ne m'ont pas convaincue de la même manière, les arguments de Gérard Aschieri (FSU) sont clairs et bien étayés : est-il normal que l'Etat finance à près de 80 % un enseignement privé alors que ce dernier n'a pas les mêmes obligations, notamment en matière d'égalité sociale ? L'entre-soi et le communautarisme qui ne vont pas dans le sens de la réussite contrairement à ce que l'on pourrait croire, la concurrence privé-public souvent véhiculée par un bouche à oreille fondé sur de mauvais critères sont bien expliquées. En face, Patrick Roux, défenseur de l'enseignement privé indépendant (c'est-à-dire hors contrat, faiblement représenté et touchant essentiellement le supérieur) m'a semblé user d'arguments parfois clichés et peu démontrables (comment peut-on éduquer des enfants dans le public alors qu'on a affaire à des profs peu impliqués qui ne sont là que pour la sécurité de l'emploi et les vacances, alors que dans le privé la menace d'être viré – tant pour les élèves que pour les profs - accroitraient la motivation), et se situer sur un domaine difficilement comparable (celui de la formation professionnelle privée).

Les annexes chiffrées et les repères chronologiques en fin d'ouvrage sont intéressants à rappeler.


Une collection à surveiller, qui propose d'autres titres (nos retraites : répartition ou capitalisation ?, les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, agriculture biologique, espoir ou chimère ?, faut-il renoncer au nucléaire ? - ces deux derniers annoncés pour février 2013) où l'abondance d'informations peut nécessiter parfois de revenir à des documents synthétiques et surtout, objectifs.

 

voix-des-indes.jpeg

 

éd. Le Muscadier, collection le choc des idées, juin 2012, prix : 9,90 €

Etoiles : stars-4-0. V192553758

Crédit photo couverture : © Espelette et éd . Le Muscadier

Voir les commentaires

Le vase où meurt cette verveine - Frédérique Martin

24 Octobre 2012, 06:37am

Publié par Laure

 

le-vase-ou-meurt-cette-verveine.jpgJoseph et Zika ont 77 ans chacun ou presque, et 56 ans de mariage. Ils s'aiment comme au premier jour, malgré les difficultés de la vie. Gens de peu, ils ne peuvent faire face quand la maladie vient frapper Zika, et sont contraints de laisser leurs enfants prendre les choses en main. Faute de place et par commodité, Zika sera hébergée par sa fille Isabelle, dans son minuscule appartement parisien, qui a l'avantage d'être proche d'un hôpital et de médecins spécialistes qui pourront soigner son cœur ; Joseph lui rejoindra son fils Gauthier et sa belle-fille, ainsi que leurs enfants dans le sud-ouest. C'est leur première séparation, qu'ils espèrent brève. Ils s'écrivent de tendres lettres, belle correspondance à l'ancienne où ils se disent tout leur amour, mais aussi leur rage d'être séparés, et ils observent peu à peu les failles de leurs enfants.

Quels propos justes et touchants dans cette correspondance ! J'y aurais bien vu mes grands-parents, et j'ai souvent été émue (chut, j'ai parfois pleuré comme une madeleine). Pourtant, j'ai eu énormément de mal à adhérer à ce postulat de départ, sur lequel tient le roman : la séparation. Qu'importe qu'ils soient un ou deux dans une chambre qui contient un lit double, ça ne tient pas tout cela ! Mais il faut continuer sa lecture, pour voir le roman prendre des tournures totalement inattendues, un revers glaçant qui vient figer le lecteur, et une fois les personnalités des enfants approfondies, la relation frère-soeur, réaliser que tout se tient, et que c'est d'une perversité et d'une violence inouïe.

Ce roman offre de nombreuses pistes de réflexion, sur la vieillesse, la perte d'autonomie, la connaissance que l'on croit avoir de ses enfants, sur l'amour maternel et le rapport mère-fille, la famille recomposée à travers l'histoire de Gauthier, le fils (plus attendu, un indice laissant deviner assez tôt le ressort, mais offrant néanmoins de très beaux passages sur le lien qui unit une belle-fille et son beau-père), réflexions sur le rapport grands-parents / petits-enfants, notamment quand l'un n'est pas du même sang, et j'en oublie sans doute.

Un très beau roman épistolaire qui, s'il commence comme une belle histoire d'amour douce et surannée, prend au fil du temps qui s'égrène (les saisons rythment la correspondance du couple) une tournure dérangeante et saisissante. Il faut tourner la dernière page pour réaliser combien la construction était habile. Le lecteur n'en sort pas indemne, et c'est tant mieux.

 

 

Belfond, août 2012, 220 pages, prix : 18 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © éd. Belfond

Voir les commentaires