Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 08:23

Illustrations d'Alexander Lloyd et Vanesa Hamilton, traduit de l'anglais par Marie Baird-smith, conseiller : Alexandre Samson, responsable des recherches au Palais Galliéra, musée de la Mode de la Ville de Paris.

 

Il est rare que je lise un documentaire in extenso, mais celui-ci m'a vraiment passionnée au point de le lire réellement du début à la fin. Il faut dire que c'est un domaine que je ne connais pas plus que cela, et sans doute la maquette, la richesse des illustrations, la multiplicité des propos assez courts ont pesé dans la balance.

De l'Antiquité à nos jours, en passant par les grandes reines et actrices de cinéma, jusqu'aux actuelles imprimantes 3D qui permettent de créer des chaussures et autres objets inédits, c'est une histoire de la mode passionnante pleine d'anecdotes, j'ai appris plein de choses, notamment sur toute la (très longue) période avant le XX ème siècle, où là forcément, la mode est plus proche de nous.

 

J'ai peut-être trouvé un peu fouillis la construction du livre (hormis la chronologie historique) mêlant de-ci de-là des encarts plus éloignés. Plutôt destiné aux adolescentes, ce livre peut réellement plaire à tous, notamment pour l'intérêt de sa partie « histoire de la mode ». Une agréable découverte.

 

 

Nathan, novembre 2014, 160 pages, prix : 14,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:19

(Préface d'Eric-Emmanuel Schmitt)

 

Catherine Matausch est journaliste, aux commandes du JT du week-end sur France 3, mais j’ignorais qu’elle était aussi artiste (peintures, pastels, photographies). Stéphane Beau est le fondateur d’une revue disparue, Le Grognard, mais aussi romancier (j’avais beaucoup aimé Les en dehors, en 2011.) 

 

 

Instants nomades est un recueil de photographies de Catherine Matausch, prises à l’Iphone, accompagnées chacune de quelques lignes poétiques de Stéphane Beau. L’ouvrage est soigné, la mise en page parfaite (page de gauche, photo encadrée de noir, page de droite, court poème ou aphorisme et pagination soulignée à hauteur du cadre de gauche, c’est harmonieux et sobre.

 

Comment parler de photographies quand on n’y connait strictement rien, pas plus en vocabulaire adéquat qu’en technique ? À part dire j’aime ou pas, j’y suis sensible ou pas… Ce qui m’a frappée d’emblée en feuilletant ce livre la première fois, c’est l’aspect « trafiqué » : aucune photo n’est naturelle, toutes, en noir et blanc, me semblent passées à l’artifice d’un filtre Instagram. Le résultat peut être surprenant sur certaines photos, de même que les photos floues (très floues pour certaines, interpellent : pourquoi ce choix ? qu’a voulu transmettre l’artiste ?)

Hormis un grand nombre de photos de bord de mer, de plages ou de bateaux, il n’y a pas forcément d’unité qui ressort au premier abord. Pourquoi ce chat de dos, cet escalier, cette forêt… « Instants nomades » dit le titre, c’est justement cet éclectisme qui fait l’unité.

 

Si je ne sais pas parler des photos (je ne sais peut-être pas le faire des textes non plus !), j’ai néanmoins été bien plus sensible à ceux-ci. Et ils éclairent, d’un regard subjectif, la photo placée en regard. Certains font sourire, pencher la tête d’un mouvement d’approbation, reconsidérer l’image, oui c’est vrai, peut-être, pourquoi pas.

J’aime tout particulièrement ceux-ci (mais je pourrais en citer tant d’autres !) :

 

« Elle aimait se baigner

Au jour mourant

Dans les flots en fusion

 

Moi quand elle revenait

Lasse et salée

Se blottir sur mon cœur

Je cueillais sur son corps

Des éclats de soleil »

 

Ou encore

 

« Le flou artistique

Est une invention

De myope

Mégalomane »

 

Et l’on se surprend à reprendre l’ouvrage, à s’arrêter à nouveau sur une photo, un texte, s’arrêter justement, le temps d’un instant, contempler la vie qu’on ne prend plus le temps de voir. Des instants apaisés, même dans la trivialité de certaines photos (finir par un cliché de toilettes ?)

 

Si vous en avez l’occasion, prenez le temps de vous arrêter sur cet ouvrage. Ma fille qui passait par là, depuis longtemps résignée aux piles de livres qui trainent partout dans la maison, a stoppé son geste le temps de dire : « oh, il est beau ton livre ». Celui-ci l’a arrêtée ; pas les autres.

 

En savoir plus sur le site ce petit éditeur nantais et voir quelques photos : ici

 

éd. du petit véhicule, juillet 2014, ISBN 978-2-84273-953-9, prix : 20 €

Livre relié à la chinoise, Illustré en couleur, 113 p., 21 X 21 cm

 

Etoiles :

 

Crédit photo couverture : © Catherine Matausch et éd. du petit véhicule.

Partager cet article

Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 17:02

 

Un format pas très grand (14 x 18 cm) mais bien touffu (environ 400 pages) qui regroupe une sélection des meilleures pages des albums de Simon's cat mais aussi plein d'inédits, avec quelques bonus : des tutoriels pour dessiner les personnages, et quelques pages sur les chats de l'auteur qui l'inspirent au quotidien.


Les fidèles des vidéos de Simon's cat reconnaitront également quelques scènes.
Il en fait des bêtises ce chat (et depuis quelques temps le chaton qui l'a rejoint) mais les propriétaires de chats y reconnaitront bien des manies et habitudes finement observées. C'est drôle, ça se relit sans fin (faim) et les dessins au simple trait noir sur fond blanc donnent des envies de coloriage !


Un familial qui réjouit petits et grands.

 

Lire un extrait : ici

 

(Merci à mes loulous qui me l'ont offert à Noël !)

 

Fleuve noir, novembre 2013, 408 pages, prix : 14,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture (en argent métalisé, ça fait miroir !) : © Simon Tofield et éd. Fleuve Noir

Partager cet article

Repost 0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 12:58

 

Traduit de l'anglais par Laure Ricard.

 

(Edition originale réalisée en partenariat avec le science museum de Londres.)

 

corps-en-chantier.jpgUn documentaire complet pour les jeunes curieux ( à partir de 9/10 ans) du fonctionnement du corps humain. Une double page illustrée et parsemée de petits encarts commentés pour chaque organe ou grand système (nerveux, immunitaire, ...), une approche ludique (le lecteur est invité à une visite de chantier)et qui fourmille de détails.

Personnellement je trouve justement ce choix d'illustrations trop chargé et fatiguant visuellement, mais sympa côté informations, et cela plaît aux enfants qui repèrent de mini-détails amusants, façon où est Charlie.

A la fin, un poster détachable du corps dans son entier. Profitez-en, après ils passent à d'autres types de posters dans leur chambre ^^.

 

éd. Nathan, mars 2013, 48 pages, prix : 12,90 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Edmonds Davis et éd. Nathan.

Partager cet article

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:27

beautiful-nightmares.jpg

© Ceccoli/Venusdea/Mc Productions

Nicoletta Ceccoli, vous la connaissez peut-être sans le savoir : elle a illustré plusieurs couvertures des éditions Actes Sud, et notamment celle du prédicateur, le polar suédois de Camilla Läckberg. Illustratrice reconnue et plusieurs fois récompensée, Beautiful Nightmares est son premier artbook publié. Il rassemble de magnifiques tableaux pleine page, sur double page aussi, en plus de détails extraits et mis en avant.

Toutes ces jeunes filles sont mystérieuses, belles et douces mais avec quelque chose d’effrayant ou de cruel dans le détail. C’est un univers fantasmagorique que nous offre l’artiste, il m’est difficile de mettre des mots sur ces peintures, elles touchent à l’enfance tout en laissant poindre quelque chose de sombre. Féériques, oniriques, ses dessins gardent une touche de mystère mais on ne se lasse pas de les admirer.

 

 

Daphne.jpg

 

BeautifulNightmares-page-46.jpg

 

 

© Ceccoli/Venusdea/Mc Productions

 

Le travail de Nicoletta Ceccoli me fait beaucoup penser à celui de Benjamin Lacombe et Mark Ryden ...

 

Un beau-livre original à l’approche de Noël : à vous de trouver le sapin sous lequel le glisser 

 

Pour aller plus loin :

 Une interview de l’artiste

 

Le site de l’artiste 

Le blog de l'éditrice

 

 

 

 

VenusDea / Soleil éditions, septembre 2010, 135 pages, prix : 34,90 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Nicoletta Ceccoli et éd. Venusdea

Partager cet article

Repost 0
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 13:31
Emprunté par hasard sur le rayonnage d’une bibliothèque où je faisais du classement (les lecteurs passés, c’est toujours le souk ;-)), j’ai feuilleté ce livre sur les chats. Embarqué à la maison, il a aussitôt fait le bonheur de Mosquito, qui se fait un plaisir de vous le présenter :

couv chats

Très belles photos en noir et blanc, citations, extraits de romans, récits ou poèmes de grands auteurs, ce recueil nous rappelle avec malice combien le chat est un animal indépendant, qui n’en fait qu’à sa tête, qui vous nargue et qui sera toujours le maître à la maison. Si vous ne voulez pas tourner en bourrique, sachez que le chat a toujours le dernier mot, et ce, avec un flegme incomparable.

undefined


chats_mosquito
 
Les chats bâillent parce qu’ils se rendent compte qu’il n’y a rien à faire ». Jack Kerouac.


undefined
 
Flammarion, mai 2000, ISBN 2-0801-2810-8
Ma note : 4,5/5

Partager cet article

Repost 0
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 16:31

Voilà bien le genre de livres qui ne sert strictement à rien mais qui plaît diablement à tous ! Ce ne sont pas des photos d'art, juste des minets sous un angle décalé, la patte "Hanadeka".
On m'a prêté ce livre ("parce que tu aimes les chats", et je me suis dit qu'il plairait aux filles : en effet, il ne cesse d'être feuilleté par les petites mains qui passent ici : les copines de Mosquito, celles de grandinette...


Extraits : 




aout-2007-021.jpg




tigrou.jpg

euh non, ça c'est notre tigre !!

C'est malin, maintenant elles me réclament toute la collec :

gros-livre-petites-truffes.jpg   

éd. Hors collection, avril 2004, prix : 10 €
Ma note : 4/5
Crédits photos : Amazon.fr, éd. Hors collection, et moi !

Partager cet article

Repost 0
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 09:11

Lorsque j’ai reçu ce petit livre par la poste (un don professionnel), tout (la couverture, le format, le dessin, la couleur, la calligraphie) m’a fait penser à un album jeunesse.

Petit livre très vite lu (à peine quelques phrases de-ci de-là) j’ai été déstabilisée par cet ouvrage de poésie ( ?) quelque peu hors normes. En tout cas, il ne s’agit pas d’un livre jeunesse !

En gros, l’auteur se demande s’il y a une façon correcte de toucher les seins d’une femme. « J’hésite, vais-je oser, oser la toucher ! ». Les illustrations sont très simplistes, le texte on ne peut plus économe. J’ai fini par rire tant je ne savais que penser de ce livre.

En tout cas  je ne l’aurais pas acheté, et il est bon parfois d’être bousculé dans ses habitudes de lecture. J’adore le commentaire de la SDM sur Amazon : « Hésitations sur la manière de toucher les seins d'une femme. Intérêt limité (autant le texte que l'illustration). »

En tout cas, 15 €, c’est bien cher, à mon humble avis. A vous de voir ! (Lisez-le en 2 minutes à la bibliothèque et si vous êtes fan, soutenez l’éditeur, achetez !  dit-elle pas convaincue du tout en reposant cet ovni littéraire …)

Ed. Carte blanche, 2006, 24 p. , ISBN 2-905045-45-0, prix : 15 €

Tirage limité à 1200 exemplaires.

Ma note : 0,5/5 pour le texte et les illustrations, 2,5/5 pour l'effet surprise.

 

Partager cet article

Repost 0
17 juin 2006 6 17 /06 /juin /2006 16:15

Anna Gavalda est connue, elle a du succès. Et j’aime beaucoup ce qu’elle écrit. Aussi quand le site Amazon annonçait dans ses futures parutions un livre d’Anna Gavalda, je me suis empressée d’en savoir plus. Il s’appelle à leurs bons cœurs et il est publié chez Cheminements. Connaissant un peu les publications de cet éditeur, je suis d’abord surprise : Gavalda, un roman chez Cheminements ? Non, il s’agit d’un document, et Gavalda ne fait qu’y collaborer. Alors j’ai laissé passer le temps, et lâchement je l’ai emprunté en bibliothèque. Ce livre est une sacrée leçon d’humilité. Recueil de photos prises par Régis Momenteau, accompagnées de dialogues retranscrits, et de temps à autre d’une notule de Gavalda, elles montrent combien ceux que l’on appelle communément les SDF sont abîmés par la vie, les ravages de l’alcool et le manque d’hygiène. Mais il y a aussi du cœur dans ce livre.

Elle le dit en parlant d’eux : « C’est difficile de se faire adopter par ces gens-là. Ils n’osent plus s’attacher. A rien ni à personne. Ils ont peur. Ils ne veulent plus montrer le moindre signe de faiblesse parce qu’ils se sont pris trop de beignes dans la figure. Alors ils rigolent, ils picolent, ils biaisent et gueulent un peu. C’est leur façon de se protéger. » Elle dit d’emblée aussi que les préfaces, elle n’aime pas ça. Ça ne sert à rien et ça gâche le plaisir. Personne ne les lit de toute façon. Alors pourquoi avoir écrit celle-ci, contre son credo ? « A cause du cœur bien sûr ».

Régis Momenteau a su les approcher, les écouter et les photographier. Mais il a su transmettre aussi la tendresse, la fraternité, les joies simples et l’amour qu’il y a aussi chez « ces gens-là ». Rien n’est plus précieux que leur liberté alors que nous croyons ou voulons bien faire. Non, ce n’est pas simple. Ce livre, c’est une sacrée leçon de vie (et d'humilité). Mais qui l’achètera ? Et pourquoi ? Parce qu’il y a le nom de Gavalda ? Si c’est cela qui doit le faire découvrir, alors oui, fi du jeu commercial ! Quand je croiserai l’un de ces hommes (ou femmes) dans la rue, j’aurai ces textes et ces photos en tête et je ne les regarderai plus pareil. Un sourire, ça ne coûte rien.

Cheminements, nov. 2005, 148 p., ISBN 2-84478-384-8, prix 23 €

Ma note : 4/5

 

Partager cet article

Repost 0
24 février 2006 5 24 /02 /février /2006 20:28

Ce petit livre est une histoire brève et synthétique de la lingerie féminine, mais abondamment illustrée par les sublimes photographies de Philippe Vaurès-Santamaria. On peut regretter le format compact (15 X 17 cm seulement) mais la qualité est au rendez-vous et le prix tout petit : on ne peut pas tout avoir ! L’ouvrage fait la part belle aux parures modernes, si bien que l’on pourrait penser parfois à un catalogue publicitaire ou de VPC, mais l’auteur évite cet écueil  en ne légendant pas les photos : pour les modèles actuels, on ne sait pas de qui ils sont ! Dommage d’ailleurs car quelques hauts (ou bas) sont si beaux que j’aurais bien aimé avoir une idée du créateur, de l’année, etc. Seules 3 lignes de remerciements en fin d’ouvrage créditent les marques, mais sans précisions quant aux pages du livre. C’est donc bien seulement pour le plaisir des yeux !

Un aperçu de ce petit jeu de mode historique à travers 6 chapitres, ne cherchez pas le sommaire, il n’y en pas ! je vous le livre ici : 1) de l’artisanat à l’industrialisation, 2) au temps du trousseau, 3) histoire de couleurs, 4) morceaux choisis, 5) de l’alcôve au grand écran, 6) matières premières.

Cet extrait : "la lingerie nourrit le narcissisme qui sommeille en chacune. C'est Chantal Thomass qui le comprit parfaitement en remettant au goût du jour les dessous canailles. Pour elle, à la fin des années 1970, "les femmes ont redécouvert qu'avec la lingerie elles pouvaient avant tout se faire plaisir à elles-mêmes." Le désir de plaire est doublé du plaisir de se plaire" (p.188)

Fitway Publishing, 2005, 2-7528-0147-5, prix : 13 € 

Partager cet article

Repost 0
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -