Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 15 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 15:56

Durée : 1h33 - Origine : Mexique / France

 

Avec Tim Roth, Sarah Sutherland, Robin Bartlett, ...

 

Prix du scénario au Festival de Cannes 2015

 

Synopsis :

« Aide-soignant, David travaille auprès de personnes en phase terminale. Méticuleux, efficace et passionné par son métier, il noue des relations qui vont bien au-delà du cadre médical et instaure une véritable intimité avec ses patients. Mais dans sa vie privée, David est inefficace, maladroit et réservé. Il a besoin de ses patients tout autant qu’ils ont besoin de lui. »

 

 

Mon avis : un film aussi juste qu'éprouvant sur la réalité de la fin de vie, la maladie et la perte d'autonomie. La qualité du scénario mêlant l’histoire personnelle de David aux situations des patients fait qu'on s'écarte du documentaire qu'on pourrait être tenté d'y voir.

 

Le film avance lentement, avec précision, et dévoile peu à peu les raisons et les blessures du personnage principal. Et si l'on sort tout de même de la séance un brin abattu (ce n'est pas joyeux!), on en garde l'image d'un film très fort, à l'image parfois, de Amour, de Michael Haneke.

 

 

Étoiles :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 07:05

Durée : 1h33

Avec Emmanuelle Devos, Natacha Régnier, Julie Ferrier, Héléna Noguerra, ...

 

Synopsis : « Juliette n’était pas sûre de vouloir venir habiter dans cette banlieue résidentielle de la région parisienne. Les femmes ici ont toutes la quarantaine, des enfants à élever, des maisons à entretenir et des maris qui rentrent tard le soir.
Elle est maintenant certaine de ne pas vouloir devenir comme elles.
Aujourd’hui, Juliette attend une réponse pour un poste important dans une maison d’édition. Un poste qui forcément changerait sa vie de tous les jours. »

 

Un desperate housewives à la française, adapté d'ailleurs du roman anglais de Rachel Cusk : Arlington Park.

Juliette a emménagé avec mari et enfants dans une chic banlieue de la région parisienne, maison cossue et occupations diverses de la mère au foyer qui espère bien décrocher un nouveau job dans l'édition, animer un atelier d'écriture avec des filles de bac pro ne lui suffit plus. Les femmes du voisinage sont comme elle, mais ne travaillent pas, et se lamentent à longueur de journée d'être débordées (d'aller prendre le café chez la voisine et de coller le môme devant les dessins animés pour être tranquille).

Un regard acide sur un microcosme social où les hommes font vivre le foyer, et ne comprennent pas (et ne cherchent même pas à voir) la vacuité de la vie de leur femme, leurs déceptions ou leurs désirs. Tour à tour agaçantes ou pitoyables, échouées dans leur vie tout confort (ah le shopping au centre commercial pour s'occuper!), on n'envie pas du tout leur place. (Les dîners entre couples sont assez savoureux de réalisme machiste et de provocation sur la place de la femme dans la famille).

Seule Juliette (Emmanuelle Devos) s'acharne à faire bouger les choses mais finit comme toutes par se sacrifier. Un regard doux-amer, parfois carrément acide sur ces banlieusardes ridicules ou mères courage en wonderhousewives, qui s'émeuvent de la misère sociale qui rôde pas loin mais ne veulent surtout pas la voir à leur porte.

Un peu bavard au départ, c'est une réussite dans l'observation fine d'une certaine classe sociale, qui n'oublie pas les piques d'humour acerbe. Je serais curieuse de lire le roman que j'imagine peut-être plus subtil (humour british?)

 

Etoiles :

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 06:28

 

Avec Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Xavier Beauvois, … 

Durée : 90 min.

de-bon-matin-DVD.jpg

Synopsis : « Lundi matin, Paul Wertret se rend à son travail, à la banque où il est chargé d'affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures précises, sort un revolver et abat deux de ses supér ieurs. Puis il s'enferme dans son bureau. Dans l'attente des forces de l'ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l'on conduit à commettre son acte... »


Interprétation magistrale de Jean-Pierre Darroussin dans ce rôle tristement d'actualité, qui démontre combien le profit et la rentabilité font marcher le monde, et combien il est devenu facile et courant de broyer de l'humain sans scrupule aucun. Sans fioritures, d'une très grande sobriété, presque froidement, le fil se dénoue, entraînant avec lui le spectateur dans un certain malaise. Parce que c'est terrible, parce que ça arrive à d'autres, un jour peut-être à un proche, ou frémissement, à soi-même.

Un film sociétal pas joyeux mais comme on aimerait en voir plus souvent.

 

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 19:09

 

Durée : 1h50

Avec : Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller, ...

 

Adapté du roman éponyme de Lionel Shriver.

 

we-need-to-talk-about-kevin.jpgLe synopsis d'Allociné : « Eva a mis sa vie professionnelle et ses ambitions personnelles entre parenthèses pour donner naissance à Kevin. La communication entre mère et fils s’avère d’emblée très compliquée. A l’aube de ses 16 ans, il commet l’irréparable. Eva s’interroge alors sur sa responsabilité. En se remémorant les étapes de sa vie avant et avec Kevin, elle tente de comprendre ce qu’elle aurait pu ou peut-être dû faire. »

 

On reste sous le choc quelques heures après le visionnage de ce film, comme le besoin d'aller respirer un grand bol d'air. Eva est la seule à sembler se rendre compte que son fils (encore enfant) est différent, elle peine à construire une relation avec lui, il est dur, violent, cruel avec elle. Manipulateur, haineux, maléfique ? Le regard du petit Kevin est glaçant. Mais le père ne trouve rien d'anormal, allez, ce n'est qu'un enfant, et ce n'est pas bien grave s'il porte encore des couches à 6 ans. Et l'enfant sait jouer et rire avec son père...

La narration du film est éclatée, des flashbacks permettent de reconstituer le drame qui a conduit Kevin en prison, et l'interrogation permanente de cette mère qui a fait ce qu'elle a pu pour élever son fils, en surmontant les épreuves terribles qu'il a fait endurer à sa famille (notamment envers sa petite sœur Célia), et tout ce qu'il faut continuer à endurer après. Et que sont devenus le mari et la petite sœur ? On ne le saura qu'à la fin. La mère semble s'être toujours sentie bien seule pour surmonter tout cela, et n'a pas pu (su) trouver d'aide extérieure. L'histoire fait froid dans le dos à bien des moments, la mise en scène est vraiment réussie et Tilda Swinton et Ezra Miller sont impressionnants dans leur rôle. L'omniprésence de la couleur rouge marque, la peinture qu'Eva passe son temps à nettoyer, la sauce tomate à plusieurs reprises, le rouge qui annonce le sang (qu'on verra très peu au moment du drame), mais la stigmatisation de cette mère que la société rend coupable, l'incapacité à se faire aider ou ne serait-ce qu'entendre, c'est frappant, dur, terrifiant.

Un film dont on ne ressort pas indemne, sans toutefois avoir vraiment de réponse sur le pourquoi, ce qui laisse ouvertes toutes les interprétations. Même si le final laisse entendre que peut-être, tout n'est pas fini dans cette relation mère-fils.

A voir, assurément, mais en sachant que la tension est croissante !

 

(Film interdit en salles aux moins de 12 ans.)

 

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 09:13

Avec Helena Bonham Carter, Maggie Smith, Julian Sands, Daniel Day-Lewis

Durée : 1 h 56 min

 

chambre-avec-vue.jpgAdapté du roman de E.M. Forster, Avec vue sur l’Arno (1908), James Ivory signe une réalisation classique retenue surtout pour ses costumes et ses paysages, d’ailleurs récompensée pour cela aux oscars (1987).

Je n’ai pas lu le roman de Forster, je ne saurais donc dire si l’adaptation y est fidèle, mais vu en DVD 25 ans après sa sortie, je ne sais pas si le film a mal vieilli (mais est-ce possible pour un film en costumes historiquement fidèle) ou si la mise en scène est tout simplement d’une grande fadeur.  

Le film débute à Florence, dans une pension « avec vue sur l’Arno », où Lucy Honeychurch, jeune fille anglaise de bonne famille, voyage en compagnie de son chaperon, Charlotte Bartlett, une femme mûre qui se délecte hypocritement de ragots et joue à merveille les Sainte Nitouche. C’est d’ailleurs à mon goût le meilleur personnage du film, très bien interprété par Maggie Smith.

Alors qu’elles sont déçues de ne pas avoir une chambre avec vue pour ce premier voyage en Italie, Monsieur Emerson et son fils George leur proposent d’échanger leurs chambres.

Témoins plus tard d’un meurtre sur une place de la ville, George se fera le protecteur de Lucy, avant de l’embrasser plus loin fougueusement dans un champ de blé et de coquelicots.

Mais voilà, ça ne se fait pas, ces dames sont choquées (Charlotte, en bon chaperon témoin s’est interposée) et rentrent illico en Angleterre. C’est sans compter sur le hasard qui conduira George et son père à venir habiter à quelques pas de là, tandis que Lucy se fiance au terne Cecil Vyse (Daniel Day-Lewis).

La bourgeoisie victorienne dans toute son hypocrisie est bien transcrite, mais que les acteurs manquent d’éclat ! C’est convenu, les costumes féminins sont ampoulés au possible (quelle lourdeur), on imagine bien la fin de l’amour triomphant, mais l’actrice principale ne me convainc guère. Un minimum syndical pour un film en costumes qui se laisse voir, sans admiration débordante. Du point de vue du jeu des acteurs, les seconds rôles sont bien plus présents que les protagonistes, c’en est presque un comble. Il manque l’étincelle qui en ferait un grand film.

 

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 20:51

 

Avec : Sandrine Kiberlain, Vincent Lindon, Aure Autika, ...

Durée : 96 min.

D'après le roman éponyme d'Eric Holder

 

mademoiselle-chambon-DVD.jpgElle est institutrice solitaire et nomade au fil des remplacements, dans la classe de son fils, il est maçon, marié, père, et heureux dans sa petite vie simple et tranquille...

 

C'est sans doute l'un des films les plus silencieux du cinéma parlant, où tout se joue dans les regards, les non-dits, les gestes retenus, et quelques morceaux de violon. Une histoire banale d'amour qui vous tombe dessus sans s'être annoncé et qui vous conduit à faire un choix, qu'on ne découvrira qu'à la toute fin... Émotions palpables, fortes et retenues, que magnifient une grande lenteur... ça agace ou ça séduit ! Si vous aimez que ça bouge, passez votre chemin ! Si vous aimez les histoires intimistes et délicates où la force réside dans la suggestion, c'est pour vous !

 

 

melle-chambon-photo-film.jpg

  

© TS Productions / Michaël Crotto

 

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 06:23

 

Avec George Clooney, Frances McDormand, John Malkovich, Tikda Swinton, Brad Pitt, …

Durée : 1h32

 

burn-after-reading.jpgsynopsis : « Chad (Brad Pitt) et Linda (Frances McDormand), deux employés plutôt crétins d'un club de sport, découvrent un CD contenant les mémoires d'un ex-agent de la CIA, Osborne Cox (john Malkovich). Viré pour alcoolisme, lui-même ne sait pas que sa femme (Tilda Swinton) le trompe avec Harry (George Clooney), un marshal porté sur le sexe. Chad et Linda, bien décidés à profiter de la situation, décident alors de faire chanter Osborne : les ennuis peuvent commencer ... »

 

« Parfaitement hilarant » dit le Nouvel Obs sur la jaquette du film, « une comédie jubilatoire » dit le Parisien, humm, moi j'attribuerai plutôt la palme d'Or de la Daube de l'année !

A croire que le but du jeu est d'arriver au film le plus crétin qui soit... Il s'agit sans doute de parodier les films de genre (CIA, espions, et tout le toutim), tant tous les personnages sont caricaturés à l'extrême, le scénario volontairement embrouillé, loufoque et ridicule, barge mais pas drôle. Ça finit par être lourd, surjoué, et surtout pas crédible pour deux sous. Crier pour les uns et larmoyer pour les autres, ça ne va pas bien loin non plus dans les performances d'acteurs. Caricatural donc, stupide (meuh non : ironique et parodique, oui, c'est celaaa), et puis Clooney barbu, non franchement quoi ! Largement dispensable dans la filmographie des frères Coen.

 

Etoiles :stars-1-0__V45690734_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 06:05

 

Avec Kristin Scott Thomas, Sergi Lopez, Yvan Attal

Durée : 1h25

 

partir.jpg

 

Le synopsis d'Allociné :

Suzanne a la quarantaine. Femme de médecin et mère de famille, elle habite dans le sud de la France, mais l'oisiveté bourgeoise de cette vie lui pèse. Elle décide de reprendre son travail de kinésithérapeute qu'elle avait abandonné pour élever ses enfants et convainc son mari de l'aider à installer un cabinet. A l'occasion des travaux, elle fait la rencontre d'Ivan, un ouvrier en charge du chantier qui a toujours vécu de petits boulots et qui a fait de la prison. Leur attraction mutuelle est immédiate et violente et Suzanne décide de tout quitter pour vivre cette passion dévorante.

 

Le film s'ouvre sur un coup de feu, qui nous dit donc la fin, enfin pas totalement, on a une chance sur deux. Il faut donc remonter l'histoire. Ce n'est au final qu'une banale histoire d'adultère compliquée par un mari possessif et manipulateur, mais qui tient par la force de l'interprétation de Kristin Scott Thomas, qui porte à la perfection cette passion amoureuse et sa difficulté à la vivre. L'ensemble est classique et se laisse voir, sans apporter d'originalité particulière, c'est déjà beaucoup vu et revu. La fin est pour moi décevante, car elle n'ose pas aller au bout et s'arrête avant les conséquences...

 

(bon, pour faire le repassage, c'était pas mal)

 

KST-SLopez-Partir.jpg

 

 Kristin Scott Thomas et Sergi Lopez © Pyramide Distribution

 

 

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 07:00

 

Avec une Pléïade de têtes d'affiches françaises : Catherine Deneuve, Jean-Paul Roussillon, Mathieu Amalric, Anne Consigny, Melvil Poupaud, Emmannuelle Devos, Chira Mastroianni, etc.

 

Durée : 2h25

 

conte-de-noel.jpgLe synopsis :

"À l'origine, Abel et Junon eurent deux enfants, Joseph et Elizabeth. Atteint d'une maladie génétique rare, le petit Joseph devait recevoir une greffe de moelle osseuse. Elizabeth n'était pas compatible, ses parents conçurent alors un troisième enfant dans l'espoir de sauver Joseph. Mais Henri qui allait bientôt naître, lui non plus, ne pouvait rien pour son frère - et Joseph mourut à l'âge de sept ans. Après la naissance d'un petit dernier, Ivan, la famille Vuillard se remet doucement de la mort du premier-né. Les années ont passé, Elizabeth est devenue écrivain de théâtre à Paris. Henri court de bonnes affaires en faillites frauduleuses, et Ivan, l'adolescent au bord du gouffre, est devenu le père presque raisonnable de deux garçons étranges. Un jour fatal, Elizabeth, excédée par les abus de son mauvais frère, a "banni" Henri, solennellement. Plus personne ne sait exactement ce qui s'est passé, ni pourquoi. Henri a disparu, et la famille semble aujourd'hui dissoute. Seul Simon, le neveu de Junon, recueilli par sa tante à la mort de ses parents, maintient difficilement le semblant d'un lien entre les parents provinciaux, la soeur vertueuse, le frère incertain et le frère honni..."

 

Je n'ai que très moyennement aimé ce film français torturé et compliqué pour pas grand-chose, essentiellement dans sa réalisation en kaléidoscope et narration très théâtrale, trop écrite, notamment lorsque les personnages viennent réciter leur texte devant la caméra. C'est voulu, certes, moi je trouve ça lourd et barbant. Ils en tiennent tous une sacrée couche dans cette histoire (qui n'a pas grand-chose à voir avec Noël mais il fallait bien un prétexte pour réunir ceux qui se haïssent sous un même toit), seul le personnage joué par Emmanuelle Devos apporte un peu de fraicheur et de fantaisie à l'histoire, si on ne la considère pas tout simplement aussi ravagée que les autres. Et puis 2h30 c'est bien trop long pour toujours redire essentiellement la même chose...

 

Etoiles : stars-2-0__V45687805_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 19:42

 

Avec Penelope Cruz, Blanca Portillo, Lluis Homar

Durée : 2h09

etreintes-brisees.jpgSynopsis d'Allociné : "Dans l'obscurité, un homme écrit, vit et aime. Quatorze ans auparavant, il a eu un violent accident de voiture, dans lequel il n'a pas seulement perdu la vue mais où est morte Lena, la femme de sa vie. Cet homme a deux noms : Harry Caine, pseudonyme ludique sous lequel il signe ses travaux littéraires, ses récits et scénarios ; et Mateo Blanco, qui est son nom de baptême, sous lequel il vit et signe les films qu'il dirige. Après l'accident, Mateo Blanco devient son pseudonyme, Harry Caine. Dans la mesure où il ne peut plus diriger de films, il préfère survivre avec l'idée que Mateo Blanco est mort avec Lena, la femme qu'il aimait, dans l'accident.
Désormais, Harry Caine vit grâce aux scénarios qu'il écrit et à l'aide de son ancienne et fidèle directrice de production, Judit García, et du fils de celle-ci, Diego. [...]"

 

Encore un somptueux film d'Almodovar, riche, puissant, extrêmement travaillé sans que l'artifice transparaisse trop, malgré un début peut-être un peu long ou confus, j'ai aimé cette histoire d'amour tragique racontée par le biais des souvenirs, des retours en arrière, du surgissement du passé dans le présent, Pénélope Cruz y est somptueuse, tous les acteurs y sont également très bons, et le scénario joue par la mise en abyme l'éloge du cinéma tout court. Et quand on croit connaître le dénouement survient toujours un nouvel élément. Un bien bon moment !

 

(Merci à Véro qui me l'a offert pour mon anniversaire !)

 

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans mes soirées DVD
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -