Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 14:35

La soupe à tout Ah le retour du duo Desbordes/Boutavant pour une nouvelle aventure d’Edmond et ses amis, le petit écureuil un peu timide qui ne manque jamais de retrouver sa bande !

 

Edmond a retrouvé un vieux livre de cuisine de sa grand-mère : y figurent toutes les recettes de son enfance, parmi lesquelles sa préférée : la soupe à tout. Il décide d’inviter tous ses amis le soir même pour confectionner cette soupe, c’est simple, chacun apporte l’ingrédient de son choix et le met à cuire dans l’eau. Mais ce qui rend la soupe vraiment extraordinaire, c’est l’ingrédient-mystère, qui par définition, reste mystérieux et introuvable…

 

Ils enquêtent ensemble et composent leur soupe, mais ce n’est pas tout à fait cela, elle manque de saveur, il manque le fameux ingrédient-mystère….

 

Ils tentent une nouvelle version, et cette fois c’est la bonne !

 

Une belle version tendre et colorée, aux couleurs vives et joyeuses, de la fameuse soupe au caillou, où la vertu principale est bien sûr l’amitié. C’est le partage qui fait le sel de cette bonne soupe.

 

Je ne me lasse pas des petits mouvements d’humeur de ces personnages (ça finit toujours bien, soyez rassurés), de la fantaisie (l’insolite de La Chose qui ne s’exprime que par poutch), du trait de Marc Boutavant, et de cette petite collection à prix tout à fait raisonnable pour couronner le tout : on ne peut qu’avoir envie de les posséder tous !

 

*****

 

D'autres titres de ces deux auteur/illustrateur :

- Edmond : la fête sous la lune

- Polka et Hortense : la grande aventure

- La chasse au tuc-tuc-tuc

 

 

Nathan, mai 2017, 32 pages, prix : 6,95 €, ISBN : 978-2-09-257541-3

Etoiles :

Crédit photo couverture : ©Marc Boutavant et éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 14:30

 

 

C’est une nouveauté sans en être vraiment une : il s’agit de l’édition en grand format de l’aventure déjà parue en « Premiers romans » en janvier 2016 (je vous renvoie à mon billet ici)

 

La couverture a été revue : la scène est désormais nocturne, et le texte intérieur légèrement modifié, pour une lecture plus narrative [j'imagine] (la collection de poche est travaillée pour une lecture à 2 voix, avec un texte lu par le parent, et des bulles lues par le lecteur débutant)

 

Et dans cette version album, pensez à ouvrir l’album à plat, pages contre la table ou contre vous : 1ere et 4eme de couverture forment alors un beau tableau !

 

Nathan, mai 2017, 32 pages, prix : 10 €, ISBN : 978-2-09-256638-1

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Mélanie Roubineau et éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 09:58

Un magnifique album sans texte, dans un format à l’italienne, découpé à la manière d’une BD.

 

Tous les matins, un crocodile sort de son rêve à la sonnerie du réveil, se lève, prend son petit-déjeuner et se prépare à aller travailler. Il choisit soigneusement ses vêtements, croise ses voisins, prend le métro au milieu d’une foule de gens. Une vie urbaine classique !

 

Les images sont superbes, colorées, chaudes, comportent de nombreux détails sur lesquels on prend plaisir à revenir une fois la chute venue. Je ne l’avais pas vue venir, et pourtant oui, tout y était et se trouve être d’une logique implacable !

Comme quoi des dessins et une histoire, même sans aucun mot, sont toujours magiques !

 

 

Les fourmis rouges, mars 2017, [32] pages, prix :16 €, ISBN : 978-2-36902-074-5

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Mariachiara di Giorgio et éd. Les Fourmis Rouges

Partager cet article

Repost 0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 19:38

Incipit : « Entre la maison de Maman et celle de Papa, il y a un monde. Un monde qui dure une semaine. »

 

La petite fille de l’histoire a tendu un fil rouge imaginaire entre ses deux parents divorcés pour relier ses deux vies d’enfant en garde alternée. Un fil qui sert le week-end, dans un sens puis dans l’autre, qu’elle roule en pelote la semaine, qui parfois fait des nœuds, symbole de son quotidien partagée entre ses deux parents. Un album qui dit avec beaucoup de pudeur et de justesse toutes les émotions qui la traversent.

 

La fin est belle, positive, poétique.

 

Les illustrations à l’aquarelle de Louis Thomas me rappellent un peu le trait de Quentin Blake, elles occupent une large place sur la page, et laissent le texte s’insérer tantôt sur le dessin, tantôt sur le côté ou au-dessus ou en dessous.

 

Un album sensible et réaliste, qui laisse une belle place à l’expression des émotions et des désirs profonds. Un album qui aide à grandir, quand on est dans cette situation-là.

 

 

Milan, février 2017, [48] pages, prix : 13,90 €, ISBN : 978-2-7459-7341-2

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Louis Thomas et éd. Milan

Partager cet article

Repost 0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 11:55

« Mireille est une amie de la maman d’Emma. Chaque fois qu’elle vient, elle apporte un petit cadeau. D’habitude, c’est un livre plein de mots et de phrases qu’Emma ne sait même pas lire. »

 

Mais cette fois, c’est différent, Mireille offre à Emma un carnet vierge, aux pages toutes blanches, un carnet à secrets dans lequel la petite fille va pouvoir noter tout ce qui lui arrive. Oui mais Emma ne sait pas écrire. Ce n’est pas grave, elle peut dessiner, coller des images, …

 

C’est parti, chaque jour de la semaine, Emma fait un dessin ou colle quelque chose (et parfois elle oublie). La fois d’après, Emma montre son carnet à Mireille : « tu as dessiné, goûté, aimé, senti, oublié, voyagé, rêvé… » Mais chut ! un carnet à secrets, ça doit rester secret !

 

Un album tout simple qui invite à laisser libre cours à l’imaginaire, au rêve, à la créativité. Même tout petit, avant de savoir lire ou écrire, on peut exprimer des émotions sur le papier, par d’autres moyens. Les illustrations, à la fois douces et colorées, sont en bel accord avec le texte.

 

Une belle invitation à la liberté de créer et d’imaginer.

 

Nathan, octobre 2016, prix : 10 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Olivier Latyk et éd. Nathan.

Partager cet article

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 10:14

Samedi - Ian Lendler et Serge BlochAh ! l’approche du week-end ! Le samedi, c’est super, on reste à la maison, on va réveiller ses parents (qui sont moins ravis) et on passe du temps ensemble, à lire, à jouer, à manger, à faire des bêtises, et à accomplir quelques corvées d’entretien de la maison et du jardin.

 

Essentiellement dans des tons bleu, rouge et saumon, les illustrations montrent bien la fantaisie, la facétie des enfants ou la résignation des parents.

 

Un album drôle sur le temps passé en famille, et sur le décalage entre le point de vue des enfants et celui des parents. Et quand on est triste parce que le samedi s’achève, pas de souci, le lendemain c’est dimanche, et on recommence !

 

Parfait si vous êtes des parents qui travaillent du lundi au vendredi, si comme moi vous travaillez tous les samedis toute la journée, ça tombe un peu à plat, mais vos enfants savent déjà qu’ils n’ont pas forcément le même rythme que les copains. Quel que soit le jour, on a tous connu ces moments partagés et c’est tant mieux :-)

 

 

Nathan, mars 2016, 32 pages, prix : 10 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Serge Bloch et éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 11:32
Votez Splat ! / Splat papa poule - d'après le personnage de Rob Scotton

Splat connait un grand succès auprès des enfants (de la maternelle au CP environ), je le constate tous les jours à la bibliothèque.

 

Les Splat petit format sont faits sous licence, c’est-à-dire par d’autres auteurs et illustrateurs que Rob Scotton, et je trouve hélas la qualité très inégale.

 

Votez Splat !

Je ne suis pas sûre que sortir un Splat Président aux couleurs du drapeau français en période préélectorale présidentielle française soit de très bon goût, même si ici, Splat est élu… délégué de classe. Là où ça me gêne encore plus, c’est que l’ouvrage commence ainsi :

« Splat vient d’être élu délégué des élèves ». Deux pages plus loin : « Splat doit présenter son programme ». Splat ne ferait-il pas les choses un peu à l’envers ? Il est d’abord élu et ensuite il présente son programme ? Même lorsque mes enfants ont élu leurs délégués de classe (et pas en maternelle !), les jeunes candidats ont toujours dû dire AVANT ce qu’ils feraient en tant que délégués, faire des affiches, etc.

 

Donc là, non, on nous prend un peu pour des idiots, et ce n’est pas parce qu’on s’adresse à des petits de 3-6 ans qui ne verront qu’un chat tout mignon qu’on doit leur dire n’importe quoi.

 

Après, ça se calme, Splat présente un programme consensuel qui ne remporte pas l’adhésion des foules, il change donc pour de super idées hyper populaires mais totalement irréalistes et irréalisables. La maitresse l’aidera à revenir dans le droit chemin, et tiens, si tu commençais par rénover la bibliothèque de l’école, totalement à l’abandon ?

Ce 21ème titre de la collection des Splat n’y sera pas indispensable.

 

 

 

Splat papa poule :

 

Après mon coup de gueule contre Votez Splat ! voici un Splat plus inoffensif !

 

Dans sa classe, les élèves attendent l’éclosion imminente de douze œufs de poule. Pour savoir qui rapportera le carton à surveiller chez lui ce soir, ils tirent à la courte paille. Splat gagne bien sûr !

 

Il fait bien attention, mais les poussins naissent et courent déjà partout en faisant plein de bêtises. Splat en papa poule est vite débordé par cette tribu remuante. Et puis malheur, il en manque un ! où est donc passé ce douzième fripon ? Ouf, tout est bien qui finit bien !

 

On ne s’inquiètera pas trop du réalisme de l’histoire, elle ne fait pas de mal et les expressions des visages sont rigolotes !

 

 

Nathan, février 2017, 32 pages, prix : 5.95 €

Etoiles : Votez Splat :   Splat papa poule :

Crédit photo couverture : © Rob Scotton et éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 16:42

Un piano pour PavelMymi Doinet est une auteur jeunesse que je suis depuis la découverte de sa série sur « la Tour Eiffel » qui voyage. Elle offre ici un roman pour les jeunes lecteurs (sachant déjà bien lire, à partir de 7 ans), qui relate l’histoire d’un jeune orphelin virtuose au piano.

 

Pavel prend le train tout seul pour rejoindre une nouvelle famille d’accueil. Il profite de son temps d’attente à la gare pour jouer quelques instants sur le piano mis à disposition des voyageurs dans le hall, sous le regard ébahi de personnages inattendus. Car l’originalité du roman, c’est la multiplicité des points de vue, le jeune garçon est brillant, et c’est le piano, l’horloge de la gare, une feuille tombée de son sac, une canette de jus d’orange, etc. qui prennent la parole tour à tour.

 

Je suis entrée dans l’histoire, et mince, c’est déjà fini. Je voulais vraiment connaitre la suite, même si on la devine heureuse. Prise par le récit, je n’ai pas vu que c’était le parcours et le temps du voyage qui étaient finalement plus importants que le quotidien de Pavel que l’on imaginera ensuite.

 

La musique (ou tout autre passion) peut aider à surmonter un quotidien douloureux, relier à une famille perdue, adoucir la vie. Et quand cette passion est partagée, elle relie les hommes.

 

Un très beau roman jeunesse, qui prend pour décor un phénomène récent : la mise en place de pianos dans les halls de gare, et qui sort de la tristesse un petit garçon orphelin, source inépuisable de la littérature jeunesse !

 

J’aime beaucoup les illustrations d’Amandine Laprun (voir son site) et ses choix de couleurs.

 

Nathan, coll. Premiers romans, février 2017, 42 pages, prix : 5,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Amandine Laprun et éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 10:48

Ne vous arrêtez pas à la couverture de l’album, qui pourrait paraître austère, osez l’ouvrir car il n’en est rien, au contraire, c’est la luxuriance de la nature qui s’offre à l’intérieur !

 

Le petit narrateur a 6 ans, il apprend à lire et à écrire à l’école. Il aime aussi se réfugier chez son grand-père Luis, qui lui, n’a jamais appris. Il a quitté son Espagne natale fuyant la guerre civile. Il a travaillé très jeune. On dit qu’il a la main verte et le langage des oiseaux. Il aime jardiner, cuisiner, ramasser des herbes sauvages, peindre et dessiner comme le Douanier Rousseau. Il chante et joue de la guitare aussi.

 

Entre ce grand-père et son petit-fils, c’est la beauté de l’amour et de la transmission qui transparaît, le plaisir des choses simples et partagées, et le jeu des mots que ce grand-père n’a pas beaucoup appris : pour lui, il faut mettre les poings sur les îles et il excelle dans ses recettes du tiroir !

 

Les illustrations sont très belles, poétiques, le grand-père n’est jamais loin, parfois juste en transparence, mais reconnaissable à quelques détails et à la silhouette. C’est original et riche comme la nature qui explose à foison dans ces pages.

 

 

Un titre qui n’est pas récent mais dont le titre surprenant et l’auteur que je connaissais par ailleurs (Elise Fontenaille) m’ont arrêtée, et permis de découvrir l’artiste Violeta Lópiz.

 

 

A proposer à partir de 6 ans.

 

Rouergue, octobre 2011, [32 pages], prix : 15,30 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Violeta Lópiz et éd. Du Rouergue.

Partager cet article

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 09:38

Un amuor sur mesure - Fuentès / HuardGarganton est un géant minuscule (prenez Gargantua, et changez le suffixe « on », comme chaton pour petit chat) ; rejeté par les siens à cause de sa différence, il est très solitaire. De son côté, Mimolette est une naine, mais une naine géante. Même problème !

Ils vont bien essayer l’un l’autre de se faire adopter par le clan voisin, mais ils sont là aussi rejetés. Un géant nain n’est pas un nain à l’origine, mais toujours un géant. Et vice-versa pour Mimolette.

Ils essuient leurs larmes chacun de leur côté, jusqu’au moment où ils se rencontrent, se réconfortent, et vivent ensemble leur différence. Ils quittent leur pays et arrivent dans une ville encore vierge de tout racisme et y vivent heureux. Ils y sont aimés tels qu’ils sont !

 

Une très belle histoire proche du conte, sur le rejet de la différence, son acceptation par l’autre, et le courage de construire quelque chose pour soi, avec l’autre, la possibilité d’être heureux avec quelqu’un de différent. Un beau message de tolérance et d’ouverture d’esprit porté par des dessins très colorés, j’aime beaucoup le trait d’Alexandra Huard.

 

Cet album est la réédition d’un texte (légèrement modifié semble-t-il) paru initialement dans la collection « premiers romans » de l’éditeur (2012, épuisé). Le format album rend hommage aux illustrations, j’aime le détail des feuilles et des fleurs, dans le paysage mais aussi sur la robe de Mimolette, un « imprimé » très coloré qui vient remplir les pages liminaires de l’album, c’est superbe.

 

 

© Alexandra Huard et éd. Nathan

 

 

 

Nathan, janvier 2017, 32 pages, prix : 10 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Alexandra Huard et éd. Nathan

Partager cet article

Repost 0
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -