Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 17:06

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau

 

Tout ce qu'on ne s'est jamais ditLydia Lee, 16 ans, a disparu. Il faudra peu de temps aux enquêteurs pour la retrouver noyée au fond d'un lac. Que s'est-il passé ? Suicide ? Meurtre ? A vrai dire peu importe tant ce n'est pas ce qui occupe le roman, même si l'on aura bien évidemment la clé à la fin tout de même.

 

Ce qui m'a sans doute vraiment déçue dans ce livre, c'est que je m'attendais à un polar (une disparition et un décès amenant à une résolution du mystère ?), alors qu'il s'agit avant tout d'un drame psychologique. Les non-dits d'une famille, ou les attentes exagérées que des parents peuvent reporter sur leurs enfants, consciemment ou non, et les dégâts que cela produit à l'adolescence.

 

Tous sont cabossés dans cette famille : la mère, Marylin, au foyer alors qu'elle rêvait d'être médecin et qu'elle en fait le vœu de sa fille Lydia, le père, James, professeur d'université qui a toujours souffert de sa difficulté à s'intégrer, de par son origine chinoise, et la fratrie métissée, Nath, le grand frère qui ne rêve que de partir dans une grande université mais que Lydia veut retenir, et la petite sœur Hannah, invisible aux yeux de tous...

 

De suspense et d'enquête, point. Mais des retours en arrière à foison, sur le passé des parents et la vie des enfants, leurs pensées secrètes, leur désir entravé dans cette famille en apparence soudée et aimante. C'est long, long, long. Et quand on se surprend à balayer la page en diagonale et à se demander si on abandonne, c'est mauvais signe. Je me suis beaucoup ennuyée.

Je suis allée au bout pour savoir comment Lydia était morte, et n'ai ainsi fait qu'amplifier moi-même ma déception à cette lecture.

 

Je trouve erronée la présentation de l'éditeur qui affirme : « Bien sûr, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit distille un suspense d’une rare efficacité » de même qu'exagérée la comparaison avec l'univers de Laura Kasischke. Mais globalement ce roman est fort apprécié sur la blogosphère, ce n'est donc que mon avis dissonant, peut-être tout simplement parce que j'en attendais complètement autre chose.

 

Badge Lecteur professionnel

 

Ed. Sonatine, mars 2016, 288 pages, prix : 19 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Peter Glass / Arcangel Images et éd. Sonatine

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Polars - Thrillers
commenter cet article

commentaires

Clarabel 29/03/2016 19:05

Moi je l'ai trouvé très déprimant ! :(

Laure 29/03/2016 19:08

Aussi, oui !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -