Les jardins d'Hélène

Les cerfs-volants - Romain Gary

16 Juin 2017, 10:22am

Publié par Laure

Les cerfs-volants - Romain GaryLudo a dix ans, en 1930, lorsqu’il rencontre Lila Bronicka, une aristocrate polonaise du même âge qui passe ses vacances avec ses parents près de chez lui. Il tombe amoureux.

 

Ludo est orphelin et vit chez son oncle, Ambroise Fleury, un créateur de cerfs-volants, délicieusement barré. Ludo a la particularité d’avoir une mémoire exceptionnelle et des capacités mathématiques qui lui permettront d’entrer au service du père de Lila, le comte Stas Bronicki.

 

Mais la guerre éclate, Lila et sa famille fuient, Ludo fait un aller-retour en Pologne, mais toujours cherchera son amoureuse.

 

Quelle richesse dans ce dernier roman de Romain Gary, publié juste avant sa mort en 1980 ! Je n’avais pas lu de classiques depuis une éternité (classique moderne, certes, ici) mais quel bonheur !

 

Il y a tout dans ce roman : une histoire d’amour exceptionnelle, de la fantaisie, de l’humour, un contexte historique, la guerre dans son horreur et ses vicissitudes, ceux qui luttent avec la Résistance, des personnages hauts en couleur et particulièrement fouillés (Julie Espinoza, alias la comtesse Esterhazy, le grand chef cuisinier Marcellin Duprat), des grains de folie, ces cerfs-volants symboles de la liberté …

 

Tragique, lumineux, superbe !

 

Je devrais me replonger plus souvent dans les classiques !

 

 

Folio, juin 2016, 368 pages, prix : 8,80 €, ISBN : 978-2-07-037467-0

Première édition : Gallimard, 1980

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Tamara de Lempicka, jeune fille en vert © ADAGP, 2015. Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris. Photo du musée. / éd. Gallimard / Folio

Commenter cet article

Saxaoul 16/06/2017 15:41

Je me fais régulièrement la même réflexion que toi au sujet des classiques, dit celle qui vient de demander plein de romans de la rentrée littéraire sur NetGalley...

Laure 16/06/2017 16:02

En lisant Gary je me disais : il faut que j'arrête de lire autant d’ultra-contemporains, y a pas à dire, ça avait quand même de la gueule et un sacré souffle ! :-)
mais je suis faible !