Les jardins d'Hélène

Darling #automne – Charlotte Erlih et Julien Dufresne-Lamy

25 Octobre 2020, 14:15pm

Publié par Laure

May-Lane et Néo sont jumeaux, ils ne se sont jamais quittés, et pour la première fois au lycée, ils ont demandé à être dans des classes séparées, sans en avertir leurs parents. Leur souhait a été respecté. Ils sont très différents l’un de l’autre, May a été élue la fille la plus populaire de son établissement l’année précédente et remet son titre en jeu, et si elle s’est physiquement beaucoup affinée, Néo est resté en surpoids, plutôt solitaire et geek.

May commence à recevoir des messages anonymes via les réseaux sociaux, en provenance d’un certain Y. D’abord inquiète elle finit par ne pas y être insensible et se demande bien quel garçon suffisamment proche pour la voir ainsi au quotidien peut lui adresser de tels messages. De son côté, Néo utilise ses compétences informatiques pour traquer le mystérieux Y. Une piste s’esquisse pour le lecteur, d’ailleurs amenée plus loin par les auteurs, mais elle se révèle bien évidemment fausse. Le jour de la rencontre venu, la surprise sera immense pour May, et fort déstabilisante… Je ne vous en dis pas plus sous peine de dévoiler l’une des thématiques du roman.

Darling est un roman destiné aux adolescents, qui joue de leurs codes, sans doute est-ce une approche voulue pour séduire ce lectorat. Si les émoticônes et les extraits de conversation sur smartphone illustrent et allègent le propos, le vocabulaire « djeun » est assez vite agaçant pour un lecteur de plus de 25 ans, mais pour plaire aux ados sans doute faut-il parler comme eux, bien que ce ne soit pas une nécessité, la part de cette littérature jeunesse est suffisamment vaste pour le démontrer.

May va évoluer, grandir en quelque sorte, se trouver un combat et un cheval de bataille, tout à son honneur, balayant au passage une réalité sociétale assez désespérante, y compris et surtout peut-être dans cette part de la jeunesse qu’on aimerait plus ouverte et tolérante. Sa lutte va la sortir un peu de la superficialité des échanges quotidiens à l’école, mais la fin, un peu rapide, montre combien la maturité a encore du chemin à faire.

#automne est le 1er volume d’une tétralogie qui se déclinera au fil des saisons. Les premières pages de #hiver sont offertes à la fin et semblent partir sur un tout autre sujet. J’ignore si l’on retrouvera May et son jumeau Néo, ou si l’on partira à la rencontre d’autres adolescents qui ont pour point commun d’être né et de vivre avec les réseaux sociaux, leurs avantages et leurs inconvénients, et toutes les excuses qu’on veut bien y trouver, quel que soit l’âge d’ailleurs.

Une lecture mitigée pour ma part, gênée par le champ lexical choisi et un peu trop omniprésent, mais je n’ai plus l’âge du public-cible depuis longtemps. A voir ce que nous réservera la suite.

 

(dès 14 ans)

 

 

 

 

 

 

Actes Sud junior, septembre 2020, 353 pages, prix : 16,50€, ISBN : 978-2-330-14036-6

 

 

Crédit photo couverture : © Actes Sud junior

Commenter cet article

Noukette 27/10/2020 12:24

Intéressant ce que tu dis sur le langage utilisé...! Je compte le lire bientôt, je verrai si ça me gêne ou non... mais oui, il devrait plaire aux ados !

Laure 27/10/2020 12:29

Je surveillerai ton avis :-) je me pose quand même la question "est-ce qu'il faut écrire comme cela pour leur plaire ? est-ce juste du marketing ? est-ce que c'est un exercice qui se veut le reflet réaliste d'une époque ?"