Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 21:10

Plutôt fan de Rabaté, j'ai emprunté son dernier opus à la bibliothèque.

Scène d'ouverture : des prisonniers fabriquent des couronnes mortuaires à l'atelier : face à l'ennui, le ton monte à la vitesse des insultes. Martino est convoqué dans le bureau du directeur : remise de peine pour bonne conduite, il est libéré après vingt ans passés derrière les barreaux. Il avait découvert que sa femme le trompait, et se rendant au motel où elle fréquentait son amant, il s'est trompé de chambre et a tué par erreur un autre couple adultérin !

Mais vingt ans après, la jalousie et le désir de vengeance sont toujours intacts, il s'est juré de leur faire la peau à tous, sa femme désormais remariée avec son amant, sa belle-famille et toutes ses pièces rapportées. Il est temps de laver son linge sale en famille.

Martino observe, épie, monte son plan : les petits truands de la famille Verron, qui sont tous mouillés dans des combines, vont vite comprendre que quelqu'un leur met des bâtons dans les roues.

 

Le lecteur est pris dans un quasi polar : Martino va-t-il arriver à ses fins et comment ? Car il y a du répondant en face... Quelques scènes comiques (ah ! le découpage - avec plan faisant foi - des vaches électrocutées dans le pré la nuit pour revendre la viande), une attention croissante pour une chute somme toute... décevante ? Pirouette certes, que l'on pourra trouver drôle, qui pour ma part m'a plutôt tiré un « tout ça pour ça ? ». Oui, pourquoi pas.

 

Rien à dire sur le dessin de Gnaedig, qui se fait presque oublier derrière le scénario, pour la couleur, un choix de bichromie noir /gris taupe mené par Rabaté, qui colle bien au roman noir et à l'univers un peu glauque et sordide de la tribu de marginaux branquignols.

 

Vents d'ouest, septembre 2014, 126 pages, prix : 19,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Sébastien Gnaedig et éd. Vents d'ouest

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Boite à BD
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -