Les jardins d'Hélène

Avec lui. - Nathalie Poitout

22 Août 2015, 15:31pm

Publié par Laure

Marie aime Paul, Paul aime Marie. Parfois, ça se complique un peu.

 

La première partie qui occupe les ¾ du roman les raconte ensemble, des premiers instants à la rupture. Leurs attentes qui ne sont pas les mêmes, Paul qui est déprimé, n'a pas encore fait le deuil de son premier mariage, et en devient ignoble. Marie qui encaisse. Puis deux parties très courtes sur l'après.

 

Ce roman me tentait beaucoup (les lecteurs de ce blog savent combien j'aime les romans intimistes qui décortiquent les relations humaines en général et de couple en particulier) et m'a beaucoup déçue. L'histoire est somme toute banale, et si le personnage de Paul est assez clair dans l'analyse qu'en fait l'auteur, celui de Marie me semble bien plus torturé (je ne suis pas sûre de l'avoir vraiment comprise) mais ce que j'en retiens davantage, c'est le style insupportable. Au début, cela fait de l'effet, des phrases courtes, simples, des fragments (d'un discours amoureux) qui deviennent litanie : Marie aime Paul, Paul aime Marie, Marie attend Paul, Marie a rencontré les parents de Paul, Marie a trente-huit ans, Marie construit des cabanes avec les enfants, ….mais à la longue ça en devient agaçant, STOP ! On a passé l'âge des méthodes d'apprentissage de la lecture : le chat est bleu. Le poisson vole. L'amour c'est dur. L'amour c'est beau. L'amour etc. Oh pardon je m'emporte.

 

Et ce qui m'interpelle, c'est ce point après le titre : Avec lui. Point. Il n'y a jamais de point dans les titres, c'est donc que celui-ci a un sens. Avec lui, point, final. Fin du couple. Après ce n'est plus jamais pareil ? Je n'en sais rien. Et ces copines, - pardon, les amies de Marie - si occupées qu'elles tuent leur ennui en arpentant les rayons du Bon Marché... Elles se sont rencontrées à la Sorbonne ou aux États-Unis, leurs parents sont normaliens et polytechniciens (ah tiens, pas femme de ménage ni ouvrier?), acheter un appartement ne pose aucun problème à personne (c'est aussi facile que d'en écrire la phrase), elles travaillent mais ça ne semble pas les occuper vu que personne n'en parle jamais, ça en devient pédant et c'est insupportable.

 

Désolée.

 

 

Une lecture qui s'inscrit dans le Projet 68 premières fois, puisque Avec lui. est un premier roman de cette rentrée littéraire.

 

 

 

 

 

Alma éd., août 2015, 137 pages, prix : 16 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Alma éd.

Commenter cet article

Noukette 23/08/2015 12:24

Je n'en faisais de toute façon pas une priorité... Je vois que j'ai bien fait ;-)