Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 21:46

Garde-corps, Virginie MartinGabrielle Clair a 11 ans en classe de 5ème quand elle est violée par un élève de son collège, un m'as-tu-vu de 16 ans qui s'y croit (où, d'ailleurs?). Parce qu'elle ne trouve pas d'écoute à la maison – ses parents ne font guère attention à elle – elle va laisser gronder sa colère en silence mais mettra toute son énergie à se hisser seule vers les plus hautes marches du pouvoir : elle deviendra Ministre du Travail.

Construit en alternance de chapitres, le récit enchaîne retours en arrière vers son adolescence et scènes de la vie actuelle au Ministère ; le personnage se raconte, de l'abnégation à la revanche, vengeance.

Quand son violeur se trouvera sur sa route par hasard, la rage explosera.

 

Le premier chapitre (la scène de viol) est d'une cruauté et d'une crudité rare, un incipit percutant mais qui à mon sens n'est pas gratuit : le roman se construit dans le réalisme le plus vraisemblable, parce que c'est ce qui motive la rage contenue du personnage. Puis devenue adulte, femme de pouvoir, Gabrielle est en proie au machisme ordinaire, un pouvoir masculin dominant où le sexe est maître. On ne manquera pas d'y voir de nombreuses allusions à des affaires politiques connues, mais on y côtoie aussi la violence ordinaire faite aux femmes, quel que soit le milieu.

 

 

J'ai aimé cet aspect du roman pour cette violence qu'il dénonce, cette domination persistante à l'heure où l'on ne cesse de parler parité et égalité des sexes, l'auteur connaît son sujet, et la femme engagée transparaît. J'ai trouvé plus facile (plus superficielle) la partie « Ministre », même si elle semble tout aussi réaliste pour ce qu'elle décrit des jeux de pouvoir, mais l'ensemble va très vite, le récit est bref, rapide, va droit au but. Et personne n'est dupe. Mais le pouvoir est un jeu de dupes, et ça arrange tout le monde. Une fin un peu facile, une écriture nerveuse un peu inégale, mais avant tout un message : la dénonciation d'un machisme séculaire ordinaire.

 

Le garde-corps remplit ici une fonction contraire à celle qui est la sienne, la justice est aux abonnés absents (parce que Gabrielle Clair l'a voulu, mais d'abord n'a pas pu trouver la force de dénoncer, alors qu'elle était enfant), ce roman a des relents bien réalistes (on ne vit pas au pays des Bisounours tiens donc). On aime ou on déteste, pour ma part, j'ai plutôt aimé.

 

 

 

Un roman lu dans le cadre du Challenge des 68 premières fois, initié par l'insatiable Charlotte.

 

 

 

Lemieux éditeur, juillet 2016, 164 pages, prix : 15 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Gérard Cambon et éd. Lemieux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vero 05/12/2016 16:17

Je viens de le terminer et me retrouve complètement dans ton billet ! ;-)

Laure 05/12/2016 17:00

chouette :-)
(c'est un roman qui divise plutôt !)

Saxaoul 02/12/2016 12:01

Je l'ai lu jusqu'au bout mais je n'ai pas aimé cet hyperréalisme. Gabrielle Clair semble être une machine dépourvue d'humanité. J'ai bien compris que l'objectif du roman était de dénoncer un certain nombre de choses et je trouve cela intéressant. C'est la forme qui m'a posé problème.

Laure 05/12/2016 17:00

trop humaine jusqu'à sa réussite professionnelle (oùpersonne n'a été humain avec elle justement), après peut-être oui... je ne sais pas :-)

Martine 01/12/2016 08:13

A te lire, j'ai l'impression d'être passée complètement à côté, bloquée comme je l'ai été dès les premières pages. A retenter donc si l'occasion se présente! Merci

Laure 01/12/2016 09:20

Pour ce que j'ai pu lire des avis du groupe, beaucoup se sont braqués dès ces premières pages en effet. Je comprends qu'on puisse refuser ce genre de propos et respecte tout à fait ces points de vue. Une lectrice (je n'ai pas relevé qui, là n'est pas du tout la question) disait qu'en lecture elle attendait que le livre la fasse rêver, s'évader, et que par conséquent, elle avait détesté puisque c'était tout le contraire. Justement, j'aime qu'on me raconte le monde tel qu'il est, même quand ce n'est pas joli à regarder.

Bon de là à retenter, ne te force pas, il y a tant à découvrir ! (mais c'est un livre qui divise, en effet). Et qui rassemble dans l'échange :-) Au moins c'est qu'il ne laisse pas indifférent !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -