Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 10:45

Zanzara - Paul ColizeFrédéric Peeters, 28 ans, est journaliste web au Soir, quotidien belge.

 

Il est appelé par un homme qui souhaite le rencontrer pour lui confier une affaire, vite, car il se sent menacé. Lorsque le journaliste s’y rend le lendemain, l’homme est mort, vraisemblablement assassiné. Le problème est que le décès est antérieur à son appel téléphonique.

 

La police conclut à un suicide, sans s’étonner outre mesure de la disparition d’un ordinateur et d’un téléphone, et de la position de l’arme.

 

Mais Fred, hyperactif qui carbure à l’adrénaline depuis qu’un drame personnel l’a atteint dans son enfance, n’en démord pas : ce n’est pas un simple suicide. Son enquête le mènera jusqu’à Odessa, en Ukraine et remontera au massacre du 02 mai 2014.

 

Mêlant vie personnelle mouvementée (sa copine est mariée et indécise, drame familial), outrances nocturnes alcoolisées et ténacité, Fred ira au bout.

 

Le roman se lit très vite, peut-être parce que l’écriture est facile, dans un langage très familier, parfois peut-être un peu trop relâché, mais cela accentue la rapidité, de l’intrigue et de lecture. C’est peut-être aussi pour cela qu’on l’oublie assez vite.

 

Le final se veut tape-à-l’œil et cinématographique, pourquoi pas, l’ensemble est cohérent et la construction prend tout son sens à la fin, lorsque l’on revient alors sur le prologue et les passages intercalés en italique.

Les caractères s’expliquent par le vécu familial.

 

Bref ça fonctionne comme un bon polar, mais pour ma part l’auteur m’a un peu perdue quand l’intrigue est devenue politique et historique et par son écriture un peu trop « à la va comme j’te parle ».

 

 

 

Fleuve noir, mars 2017, 320 pages, prix : 19,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Loïc Vincent / éd. Fleuve.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Polars - Thrillers
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -