Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 14:30

Traduit de l’italien par Dominique Vittoz

 

La femme nue - Elena StancanelliAnna découvre par hasard, parce qu’il n’a pas raccroché son téléphone après son appel, que son compagnon Davide la trompe. Elle bascule dans une folie excessive.

 

Reflet de son époque, Anna utilise les réseaux sociaux, elle scrute, fouille, observe, épie, analyse, trahit, triche et trompe pour se venger. Elle tente de retenir cet homme qui n’a plus grand-chose à faire d’elle, bascule dans la dépression, et bien au-delà, dans une obsession extrême et perverse, lutte pour se venger de la nouvelle maîtresse de son ex, surnommée « Chien ».

 

La femme nue est un roman dérangeant en ce sens qu’il verse dans la folie. La raison gardée par le lecteur n’a plus sa place dans la tête du personnage principal du récit, le ressassement, les réactions excessives, si elles se comprennent au début, finissent par lasser, malgré la brièveté du texte, trop redondantes. Réussi du point de vue de l’expression de la chute de la femme quittée.

 

Je ne suis pas vraiment séduite, en tous les cas ce roman a le mérite de ne pas laisser indifférent !

 

 

Extraits :

(p. 7/8 numérique) : « Il ne me l’a pas raconté parce que ça l’amusait, mais parce qu’il avait besoin de prononcer son nom. Ce qui est notre cas à tous quand quelqu’un nous plaît. »

 

(p. 13 numérique) : « Les gens – pas toi, jamais toi – me demandaient ce que notre histoire avait de si spécial pour que je ne supporte pas la séparation. La réponse est rien. Il n’y avait rien de spécial. Aucune histoire n’est spéciale. L’amour n’est jamais spécial. »

 

 

Badge Lecteur professionnel

 

 

 

Stock, coll. La Cosmopolite, mai 2017, 194 pages, prix : 19 €, ISBN : 978-2-234-08255-7

Etoiles :

Crédit photo couverture : © plainpicture / neue bildanstalt / Sven Schwalm et éd. Stock.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Romans étrangers
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -