Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 09:13

Giangiacomo, dit Gigi, meurt d’une crise cardiaque à soixante-dix ans, sans bruit ni douleur, à Rome, en 2014. Sa fille Elvira, qui s’exprime dans la première partie du roman, retrouve un manuscrit qui parle d’une certaine Clara, journaliste belge de vingt ans sa cadette, qui semblait vivre une histoire d’amour avec son père.

Elle contacte Clara afin de lui demander d’écrire la deuxième partie du manuscrit, celle qui devait répondre à la version de Gigi, comme ils se l’étaient promis.

Le roman offre donc ensuite deux parties, celle de Gigi, puis celle de Clara Magnani, personnage central qui porte le même nom que le nom de l’auteur, qui serait un pseudonyme. Troublant dans la mise en abyme.

Le récit s’attache à décrire une histoire d’amour mature et assumée, réfléchie dans sa volonté de ne pas faire souffrir les conjoints et enfants respectifs, de s’offrir une bulle de liberté dans un amour voyageur que leur profession leur autorise au fil de leurs déplacements, lui l’Italien cinéaste, elle la journaliste Belge.

Ode au polyamour, à la maturité amoureuse, c’est un joli texte, empreint de références culturelles, parfois un brin ennuyeux (les gens heureux n’ont pas d’histoire), qui ouvre un vent de passion amoureuse et de liberté, qui démonte avec pudeur et respect l’idée que « la monogamie est un leurre », « d’un côté le vieux modèle monogame, avec son cortège d’hypocrisies et de souffrances. De l’autre, ce tout aussi stupide : life is short – have en affair. Pas si fou, décidément, de rechercher une autre voie ».

 

« Si c’était un sujet d’examen, la question serait : « une femme peut-elle aimer plusieurs hommes sans en trahir aucun ? »

La réponse romanesque est toujours belle.

Un premier roman très court qui donne à voir un moment de joie et de lumière intérieure.

 

Sabine Wespieser, mars 2017, 175 pages, prix : 17,00 €, ISBN : 978-2-84805-214-4

Existe aussi en numérique (11,99 €) et en gros caractères aux éditions à vue d’œil, corps 20, 268 pages, prix : 21 €, ISBN : 979-10-269-0087-0

 

 

Crédit photo couverture : © éd. Sabine Wespieser

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -