Les jardins d'Hélène

Le prisonnier - Michel Ragon

9 Mai 2007, 15:38pm

Publié par Laure

prisonnier-ragon.jpgGrosse déception pour moi que la lecture de ce roman, essentiellement parce que j’en attendais tout à fait autre chose, la 4ème de couv m’ayant induite en erreur.

Le narrateur reçoit des lettres d’un détenu qui dit avoir bien connu son ex femme Christine, mais au vu de ses propos, cette Christine devait bien cacher son jeu, car le narrateur ne l’a jamais connue ainsi. Le prisonnier dit aussi reconnaître Christine dans le personnage de Flora, dans un des romans du narrateur, ce qui pour lui est totalement faux. Si à partir de là on s’attend à une quête de la personnalité de l’épouse, par un échange de correspondances entre autres, que nenni. Le narrateur profite de l’occasion pour se replonger dans sa jeunesse, il avait 14 ans pendant la guerre de 40, son premier amour Louise, qu’il ne cessera jamais d’ailleurs de retrouver tout au long de sa vie. L’essentiel du propos est sur la dichotomie entre le milieu populaire et communiste du narrateur et la bourgeoisie de sa femme, un assemblage dans lequel chacun ne se sentira jamais vraiment à sa place.

On sait Michel Ragon auteur de nombreux romans et essais, et spécialiste notamment de la littérature prolétarienne. Il semble avoir repris ce thème cher à son cœur dans ce roman biographique. Le récit est court (133 pages) et la mise en page très aérée, c’est la raison pour laquelle je suis allée au bout, mais je n’y ai personnellement rien trouvé d’attirant : les personnages du détenu et de l’ex épouse ne sont que des prétextes inexploités pour écrire des mémoires, qui n’ont pas grand-chose à voir avec eux et qui ne me « parlent » pas.

La couverture, fort jolie, est un atout de plus pour vous induire en erreur. Dommage.

Albin Michel, janv. 2007, 133 pages, prix : 12,50 €

Ma note : 2,5/5

Crédit photo couverture : éd. Albin Michel et Amazon.fr

Commenter cet article

cathe 09/05/2007 22:13

Michel Ragon est quelqu'un que j'admire profondément pour ses connaissances en art brut, pour ses opinions anarchistes bien affirmées et pour ses récits autobiographiques ("L'accent de ma mère" et autres...) . Mais c'est vrai que ses "petits romans" m'ont hélas toujours un peu déçue. A part le "Rabelais" qui était attachant, les autres me sont tombés des mains...  Au vu de ton avis, je n'essaierai même pas celui-là !!  Mais lisez ses récits autobiographiques !!!!!