Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 15:52

Philippe Lafosse, commercial dans une entreprise qui vend des pompes à chaleur, est fichu à la porte de chez lui par sa femme, quelques mois après son divorce. Manquant d’entrain, il perd rapidement son boulot, et d’engrenage en engrenage, va basculer dans le monde de la rue, celui des SDF, de la misère crasseuse à la violence alcoolisée. Par amour pour sa petite fille Claire, il s’efforce de garder un minimum de dignité,  mais sans un centime en poche, la volonté ne suffit pas… La fidélité ne vient pas toujours de là où on l’attend : c’est un chien errant qui va l’adopter ! Un chien nommé Baudelaire, qui fera autant pour son maître que ce dernier en fera pour lui. Et de sympathies en entraides locales, Philippe finira par voir le bout du tunnel.

Avant de commencer ce livre, j’avais en mémoire le billet de Clarabel, qui écrivait qu’elle avait beaucoup pleuré à sa lecture. Je l’abordais fièrement, « naaan moi je ne pleurerai pas ! », trouvant les 50 premières pages convenues, attendues, sans surprise. Et puis... J’ai eu beau vouloir résister, il m’a bien fallu, à partir de la page 96, avouer ma faiblesse et aller chercher la boîte de mouchoirs. Et j’ai eu beau vouloir faire ma forte, j’ai fini le livre dans la nuit, et j’ai pleuré jusqu’au bout ! [Le problème : une très sale tête au réveil !!] Il y a donc quelque chose de particulièrement efficace dans ce roman d’Harold Cobert, quelque chose que je ne sais pas définir, mais qui vous touche au cœur. Car si d’un point de vue romanesque tout est finalement bien huilé et positif (enfin, malgré les crasses de l’ex et des beaux-parents), il y a aussi tout un versant quasi documentaire dans ce livre : la réalité quotidienne des SDF sonne toujours très juste, sans pathos qui cherche à émouvoir, car ce n’est pas là qu’est l’émotion (cette réalité est plutôt factuelle), elle est finement ciselée dans l’alchimie du tout. Et c’est là le talent d’Harold Cobert : avoir réussi un roman qui montre combien n’importe quelle vie ordinaire peut basculer rapidement dans une misère sordide, mais qu’au sein de l’indifférence aveugle et sourde de notre monde moderne, injuste et déglingué, il faut toujours croire en la lumière, qu’elle soit dans le cœur de quelques uns ou dans la caboche d’un vieux chien, surtout quand il s’appelle Baudelaire J

 

Les lectures de Clarabel, Koryfee, ...

 

Editions Héloïse d’Ormesson, mai 2009, 266 pages, prix : 19 €

Ma note :

Crédit photo couverture : © Christine Cobert et éd. EHO       

Partager cet article

Repost 0

commentaires

In+Cold+Blog 17/06/2009 14:08

Déjà repéré chez Clarabel, ce roman me tente plutôt, mais tout comme Cathulu, j'ai peur de ne pas avoir l'âme assez  sensible pour être conquis au final.

Yves 17/06/2009 09:40

Ton émotion donne furieusement – le mot m'est trop fort, mais je n'en ai pas d'autre sous le clavier dans l'instant – envie de lire.

cathulu 17/06/2009 06:47

Hum, je me sens trop cynique et en même temps c'est le genre de  basculement qui fait peur...

Clarabel 16/06/2009 19:03

exactement ! et j'ose avouer qu'il m'arrivait de penser que cette histoire pourrait arriver à l'homme du foyer, par exemple, ça me nouait le ventre et j'avais des envies de pleurer, surtout dans les passages avec sa petite fille... c'est vraiment très fort, on peut dire ce qu'on veut, mais ce roman est bouleversant. et ça me rassure de savoir que tu as également pleuré comme une fontaine !!! :)

Laure 16/06/2009 20:22


oui mais toi tu ne le mettrais pas à la porte et tu ne l'empêcherais pas de voir sa fille, eh, donc rien à voir !  
mais oui j'assume, j'ai pleuré comme une madeleine, ça m'arrive assez rarement à la lecture je dois dire  !


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -