Les jardins d'Hélène

L'amour avant que j'oublie - Lyonel Trouillot

29 Mai 2012, 14:19pm

Publié par Laure

l-amour-avant-que-j-oublie.jpgPremière lecture pour moi de cet auteur haïtien. Si j’ai eu un peu de mal à entrer véritablement dans le roman (écriture dense et foisonnante, aucune aération dans le texte – ni paragraphes ni alinéas) j’ai tout de même été séduite par cet univers riche et littérairement dépaysant.

Alors qu’il rencontre une jeune femme lors d’un colloque et n’ose l’aborder, celui que l’on nomme ici  l’Ecrivain lui écrit un roman dans l’urgence. Raconter les autres pour peut-être en dire un peu de lui. Il convoque dans son récit les Aînés qu’il a fréquentés alors qu’il était jeune enseignant et syndiqué et habitait la même pension de Port-au-Prince. Trois personnages hauts en couleur, qui tous ont vécu une histoire surprenante, trois personnages qui donnent leur nom aux trois parties du roman : l’Etranger, l’Historien, et Raoul. J’ai beaucoup aimé les deux premiers, l’histoire du dernier m’a un peu plus égarée, tant s’emmêlent tout du long les fractures du temps et des lieux, de l’imaginaire et du réel, du récit et du dialogue qui n’apparaît pas immédiatement comme tel. Les histoires des trois personnages se reprennent et se poursuivent en permanence, et malgré cette construction qui m’a parfois un peu perdue, j’en garde le souvenir d’un beau texte, riche et poétique.

Ce n’est pas un roman jetable qui se lit et s’oublie, au contraire, il donne envie d’y revenir, de relire certains passages et revivre un temps les émotions de ces personnages aux rêves malmenés.

 

p. 33-34 : « Il se savait mourant mais il ne voulait pas donner à son histoire une portée universelle. Vers la fin, sa voix était devenue un râle, mais ce n’était pas un râle triste. J’en ai déduit, je n’ose pas encore le crier en public, le devoir d’apprendre à écrire sous la dictée des absents pour fondre toutes les vies en une seule grande histoire. J’écris pour te parler et garder en mémoire l’étrangeté des chemins qui conduisent à l’amour. »

 

p. 36 : « J’ai peur de la proximité. Ecrire est moins vain qu’on ne le croit. C’est la proposition d’une présence différée. […] Je préfère t’écrire ce roman d’apprentissage par vieux messieurs interposés. Je me protège en cultivant cette prudence si chère aux auteurs réalistes. »

 

Merci à Véro pour la découverte !

 

Actes Sud, coll. Babel, août 2009, 182 pages, prix : 6,60 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Steve Perraultn Internal Awareness, 2009, et éd. Actes Sud.

Commenter cet article

Vero 06/06/2012 15:43


Il est dans ma PAL aussi mais pas encore lu...

Leiloona 02/06/2012 14:26


J'ai acheté osn dernier en septembre, je me plongerai dedans pendant mes vacances normalement ...

Laure 02/06/2012 14:40



c'est vraiment un auteur que j'ai envie de continuer à découvrir, intéressant du point de vue de la langue et de l'écriture. (je ne sais pas de quoi parlent ses
autres romans...)



Mango 30/05/2012 05:03


De cet auteur,  je n'ai lu que "Yanvalou" que j'ai beaucoup aimé mais je me souviens avoir réagi comme toi au début en raison de cette écriture riche et dense que tu signales. Il faut rester
concentrée! 

clara 29/05/2012 17:43


je viens s de lire du même auteur  La belle amour humaine, un livre magnifique, riche de sens et servi par une écriture superbe !