Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 15:39

Les notes d'un homme adulte au décès de son père, sous forme de conversation avec lui, qui se poursuit étonnamment après sa mort. L'auteur s'en explique dans une postface. Des réflexions ici et là sur l'on moment où l'on devient adulte, sur le rapport au père et inversement le rapport père-fils, sur ce qu'on ne se dit pas tant qu'il est encore temps.

 

Sans doute un beau texte mais qui ne m'a pas du tout touchée, pas émue, je ne me suis pas sentie concernée un seul instant ni n'ai pu entrer en empathie avec l'auteur/narrateur. Sans doute ce récit sera-t-il plus parlant pour quelqu'un qui aurait perdu son père récemment.

Le livre alterne les propos du fils et du père, les conversations se poursuivent et s’estompent jusqu'à six mois après sa mort. L'ensemble me paraît bien trop personnel sans réussir à toucher à l'universel.

 

Quelques passages que j'ai relevés néanmoins :

 

L'hôpital : « Ce qui m'a surpris, c'est qu'une fois rentré à l'hôpital, tu ne t'appartiens plus, tu es un numéro de sécu, un protocole, une maladie, un ratage de veines, un bassin à vider.

Tu n'as plus rien à dire. »

 

Le deuil : « - Je ne sais pas si je suis dans le deuil en parlant avec toi maintenant.

- Comment ça ?

- Dans le deuil, je ne devrais pas pouvoir échanger avec toi. Le deuil, c'est la construction de ton absence ».

 

 

Une lecture qui s'inscrit dans le Projet 68 Premières fois de l'Insatiable Charlotte.

 

 

 

 

 

Ed. Paul & Mike, septembre 2015, 136 pages, prix : 12 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Paul & Mike

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -