Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 15:06

Qu'est-ce qui a conduit Alma aux urgences psychiatriques de Bellevue, alors que tout allait bien dans sa vie entre l'écriture, les cours, et son compagnon Paul ? Qu'est-ce qui a tout fait basculer le jour même de ses 30 ans ? Ce sac poubelle qu'elle lui a demandé de descendre et qu'elle a retrouvé au même endroit quelques heures plus tard ?

 

L'incipit du roman est percutant. D'emblée j'ai aimé l'écriture de l'auteur et cette alternance entre présent dans la folie et les quarante-huit heures tumultueuses qui ont précédé. Une exploration fascinante de ce moment de bascule dans une vie ordinaire, et qui montre sans fard cette jeunesse désabusée, qui a perdu ses illusions, qui se cherche sans se trouver ou qui pour y parvenir passe par des extrêmes.

 

Un très bon roman, parfois dérangeant mais qui cache derrière certaines lignes plus crues une belle réflexion tout en profondeur sur l'âge adulte. Et c'est ce mélange des genres qui est particulièrement réussi.

 

 

Ce passage, où il est question de Julien Gracq, mais que je relève pour sa pique à l'Education Nationale :

p. 33 (numérique) : « […] l'auteur du Château d'Argol était un homme secret et discret. Aurait-il été taxé d'élitisme aujourd'hui, à l'heure des débats perpétuels sur la réforme scolaire ? Probablement. Quand on n'ose plus soumettre les enfants à des lectures obligatoires de crainte de les violenter, il est amusant de penser à ces ouvrages des éditions José Corti qu'il faut payer au prix fort, et dont il faut découper chaque page à la main avant d'entreprendre la lecture, l'éditeur publiant ce que l'on appelle des livres cousus. »

 

Cet enchaînement sur la même page :

p. 52 (numérique) : « Cet homme n'a aucune importance, je ne veux retenir ni son nom, ni son âge, ni son effort, ni son âpreté, ni sa bite, ni son goût, je n'ai voulu qu'être son support, et qu'il soit mon support, le temps de me fuir encore un peu, de trouver le rythme de ma fuite.

 

J'ai toujours imaginé que chacun possède une fenêtre dans la tête, une fenêtre avec vue, mais hermétiquement fermée. Sa seule présence est décisive, car son existence contient de l'autre côté la folie, qui reste alors une idée et un fantasme. Son scellement est le garde-fou indispensable à la normalité. La tenir bien close permet que s'accomplissent les tâches et les plaisirs, et qu'on s’accommode des petites trahisons que coud sur les êtres la fréquentation du quotidien. Il est rassurant qu'elle soit là, car elle rappelle qu'elle peut être ouverte, et même pulvérisée. Elle peut aussi rester fermée, inviter à la simple consultation. La fenêtre offre alors une vue possible, une vue alternative. Qu'elle soit là, c'est avoir le choix. Ouvrir, ne pas ouvrir. C'est primordial. »

 

 

p.99 (numérique) : « Je ne peux lire, je ne peux écrire, le Valium est mon début et ma fin, alors je verlainise. »

 

 

D'autres lecteurs enthousiastes (avec d'autres extraits)

- à l'ombre du noyer

- le blog du petit carré jaune

 

Une lecture Netgalley : 

 

Badge Lecteur professionnel

 

 

Stock, janvier 2016, 198 page, prix : 17,50 € (12,99 € en numérique)

Étoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Stock

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -