Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 08:40

Fils du feu - Guy BoleyUn homme revient sur ses souvenirs d’enfance, dans la France des années 50 ou 60, où son père était forgeron et travaillait le fer sous le feu, où sa mère battait le linge à la main et décapitait les grenouilles au couperet et les dépeçait pour en cuisiner les cuisses.

 

Un parcours de lecture qui a bien failli s’arrêter assez vite pour ma part, je n’arrivais pas à m’intéresser à l’histoire, même si j’en reconnaissais la beauté de la langue, travaillée, élégante. Et puis survient le décès du petit frère, qui reste nimbé de mystère, et qui révèle un peu plus le côté taiseux des personnages. L’histoire devient singulière, et tout interpelle alors : la mère qui bascule dans la folie et fait comme si l’enfant était encore vivant, la sœur qui s’en va après un geste violent du père envers la mère et le narrateur, qui souffre en silence d’observer, de ne pas dire, et se réfugie dans la peinture… Ce n’est qu’adulte et au fil du récit qu’il reconstituera l’ensemble de l’histoire familiale, avec ses blancs, et ses apaisements.

 

Un roman court qui aborde la perte d’un enfant, événement qui n’est jamais dans le cours des choses, et son retentissement sur la famille, qui se place du point de vue du grand frère, qui grandit ainsi dans une solitude exacerbée.

La beauté de la langue en fait le sel, pour un premier roman, c’en est admirable de maîtrise.

 

 

Badge Lecteur professionnel       68 premières fois - édition 2016

 

Grasset, août 2016, 160 pages, prix : 16,50 € (11,99 € en numérique)

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Guillem Costas / Gettyimages / et éd. Grasset & Fasquelle

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 08/09/2016 22:39

Rien que pour la langue, j'ai très envie de le lire !

Saxaoul 07/09/2016 18:15

Je note qu'il faut persévérer un peu si on n'adhère pas totalement au départ !

Laure 08/09/2016 17:57

Mais je crois qu'il a beaucoup plu dès le départ à tous, c’est juste moi qui ai réagi comme cela, parfois c'est pas le bon livre au bon moment, et puis j'ai bien fait d'insister car j'ai vraiment beaucoup aimé l'ensemble.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -