Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 11:20

 

Enfants du diable - Liliana LazarDeuxième roman de l'auteur (après Les affranchis, publié en 2009), il décrit les orphelinats sous Ceaușescu dans les années 1980 et la politique nataliste de ce dictateur.

 

 

Elena Cosma est sage-femme dans une maternité de Bucarest. N'ayant pas un physique gracieux, elle ne s'est jamais mariée. La politique nataliste roumaine interdit alors la contraception et l'avortement à toute mère de moins de quatre enfants. Il n'est pas rare qu'Elena pratique des avortements clandestins, mais quand arrive cette belle femme rousse, il est déjà trop tard. Elle passe un pacte avec elle et lui achète son enfant, devenant ainsi mère sans être mariée.

Mais la mère naturelle a des remords, Elena choisit de fuir dans un village perdu, Prigor. Rigueur du climat, pauvreté, Elena fait office de médecin, avant d'assurer les soins dans un tout nouvel orphelinat. Ceux-là même qu'on a découvert dans des reportages télé édifiants à la chute du régime en 1989.

 

Malgré son obsession de protéger son enfant, son secret sera découvert par le Maire, un homme plutôt exécrable, qui pourtant ne se révélera pas tout noir non plus.

Une intrigue rondement menée au service de la mémoire d'une époque sinistre et lourde, avec moult rebondissements qui maintiennent le lecteur en haleine jusqu'au bout.

 

Le ton est clinique, distant, factuel, ce qui donne beaucoup de force aux événements décrits. Les personnages principaux sont souvent ambivalents, ce qui leur laisse une part d'humanité. J'ai craint un instant une surenchère inutile quand après la maltraitance des orphelins surviennent la catastrophe de Tchernobyl et l'épidémie de Sida, mais ils servent aussi l'intrigue. Je regrette juste une fin trop ouverte à mon goût, qui si elle se dessine, n'est pas explicite.

 

Un roman à découvrir, tant pour sa qualité littéraire que pour les faits qu'il dénonce par le biais d'une fiction réussie.

 

Extrait p. 40 : « -Faut pas être docteur pour soigner les gens d'ici. Les femmes et les truies accouchent de la même façon, seulement ça va plus vite chez les truies. »

 

Seuil, mars 2016, 267 pages, prix : 18 €
Etoiles :
 
 
Crédit photo couverture : © Ed. du Seuil

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -