Les jardins d'Hélène

Pêche – Emma Glass

15 Novembre 2018, 08:39am

Publié par Laure

Traduit de l’anglais par Claro

 

Ce premier roman d’Emma Glass est bref (125 pages tout juste) mais stupéfiant de maîtrise, d’originalité dans l’écriture et le rythme. Sans doute faut-il souligner ici tout particulièrement le travail du traducteur (et Claro semble ici une évidence), tant cela n’a pas dû être facile d’avoir un tel rendu, rythmé, mélodieux, poétique parfois. Très réussi en tout cas.

 

La narratrice a subi un viol (du moins semble-t-il), ne s’en ouvre pas à ses parents (plus occupés à s’aimer bruyamment et à s’occuper du bébé), mais va devoir affronter de nouveaux démons et vivre avec.

L’histoire, extrêmement imagée, peut dérouter parfois. Mais l’ensemble est si bien tenu, poussé jusqu‘au bout de la métaphore, basculant dans un fantastique étonnant, qu’on ne peut qu’admirer le talent de l’autrice.

 

 

Tout est travaillé, les titres de chapitre, les prénoms des personnages, jusqu’à l’image de couverture.

 

 

 

Dans les remerciements, l’autrice salue « l’influence et l’intelligence supérieure de Gertrude Stein, James Joyce, Dylan Thomas, Kate Bush et Justin Vernon. La beauté de vos mots m’étourdit ».

Ceux d’Emma Glass aussi.

 

 

A lire pour sortir des sentiers battus.

 

 

 

Flammarion, août 2018, 125 pages, prix : 14 €, ISBN : 978-2-0814-4313-6

 

 

 

Crédit photo couverture : © Geoff McFetridge, « Put on » (2008) et éd. Flammarion

Commenter cet article

Autist Reading 15/11/2018 22:10

Malgré les avis enthousiastes, je me suis toujours demandé si j'allais pouvoir entrer dans ce genre d'écriture. En plus, quand je vois que Claro, réputé pour les traductions touchy, s'y est collé, ça me fait d'autant plus peur...

Laure 16/11/2018 10:41

J'incluais en effet l'écriture dans cet aspect atypique. On adhère ou pas, il est vrai. Comme j'emprunte surtout en bibliothèque, j'ai peut-être moins de freins à essayer par rapport à un achat :-)

Autist Reading 16/11/2018 10:22

Que le texte soit "dérangeant", de toutes les façons où l'on entend ce terme, ne me dérange pas bien au contraire. Je l'ai été encore récemment avec "Débâcle", "Les garçons de l'été" ou "My absolute darling". Ici, c'est juste la forme et l'écriture qui me font peur et auxquels je crains de ne pas adhérer...

Laure 16/11/2018 09:19

Pour ma part, je crois que j'aime sortir de temps en temps des sentiers battus, dès que je trouve un texte original, dérangeant, qui interpelle au milieu des tas de romans "tièdes" que je lis (pas nécessité pro, ou par des engagements divers - cette année ce n'est plus le prix Elle mais j'ai repris les "68 premières fois" sur les premiers romans français de la rentrée)
Peut-être que ces autres lectures réellement choisies ont inconsciemment déjà une autre saveur.... C'était la minute psy de comptoir :-D