Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 20:09

Un joli titre, une jolie couverture, une histoire éternelle qu’on espère originale, il en faut peu parfois pour choisir un livre. Le « pitch » n’est pas révolutionnaire : Alicia tombe amoureuse de Joris, découvre qu’il est marié, et ne veut pas d’un banal adultère, elle va donc rompre. Mais c’est trop tard, la guêpe est prise au piège de l’amour, et c’est le début d’une longue histoire de désespoir, celui de la « seconde », la maîtresse qu’on cache, l’éternelle backstreet.

Il y a quelque chose d’extrêmement réussi dans ce livre, c’est le récit d’Alicia dans sa souffrance et son bonheur, sa tristesse de maîtresse qu’on délaisse quand il faut rentrer voir l’officielle, bobonne et les mômes. L’espoir toujours présent de croire en l’homme : oui il quittera sa femme, mais il faut un peu de temps pour dénouer 20 ans de mariage, oui il est lâche et ne la quittera jamais, oui il se moque d’elle, non il l’aime vraiment, etc. etc.

ça va bien sur cinquante pages. Mais quand vous commencez à réaliser que ce ne sera que cela et encore cela et toujours cela pendant deux cents cinquante pages, là vous commencez sérieusement à vous dire que non, ça suffit, on n’est pas dans un traité sur l’art de gloser ou comment répéter cent cinquante fois la même chose en ne répétant jamais les mêmes mots.

J’avoue, j’ai mis le livre de côté, franchement agacée qu’on se foute de moi (ça va, je sais lire, j’ai compris, pas besoin de me répéter la même chose ad libitum, il serait temps d’avancer) et j’ai lu d’autres livres. Puis j’y suis revenue, me disant que bon, il allait bien finir par se passer quelque chose « qui change ». Mais non, toujours et encore ce refrain lancinant de l’éclate au lit et du malheur de la maîtresse laissée à ses draps froids. Des promesses non tenues de l’homme lâche. Et puis, enfin, la fin. Sans doute tellement espérée du lecteur qu’elle en devient peu crédible. Après tant de larmoiements ce serait soudain si facile, en deux coups de cuiller à pot et deux pages miracle ? Un peu de sérieux quoi !

Je suis donc bien embêtée avec ce roman, car s’il semble justement inspiré d’un quotidien réaliste, il est aussi très répétitif (comme la vie ?), mais alors, quel ennui !

 

 

Ed. Yago, août 2009, 246 pages, prix : 18 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Laurie Thinot et éd. Yago

Partager cet article

Repost 0

commentaires

zarline 20/11/2009 15:17


Le thème n'a rien à voir mais j'ai retrouvé l'aspect répétitions qui collent avec le quotidien dans l'année brouillard de Michelle Richmond. Ca peut être ennuyeux pour le lecteur mais en même
temps, l'histoire en devient plus réaliste. Difficile de juger un livre ensuite.


Laure 20/11/2009 16:30


oui, c'est exactement cela, car là j'ai trouvé cela ennuyeux en tant que lectrice, mais peut-être que c'est très réaliste et que c'est cette répétition qui fait aussi
la souffrance d'une femme qui vivrait cela, je n'en sais rien.


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -