Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 15:10

lundi noirPaul Deshoulières, 55 ans, est un homme d’affaires accompli qui mène une vie bourgeoise confortable. Marié à Alice, qui voue un amour démesuré à l’argent et au niveau de vie qu’il lui permet, ils ont deux grands enfants partis faire leurs études à l’étranger. Tout semble donc aller pour le mieux dans ce couple aisé, mais il suffit de gratter un peu le vernis des apparences pour que celui-ci s’écaille à toute allure. Les adultères vont bon train, l’amour n’a plus grand sens, et Paul souffre en silence : depuis qu’il a été opéré cinq ans auparavant d’un cancer de la prostate, il est impuissant. Prêt à tout pour que sa femme ne le quitte pas, il n’a qu’une solution : lui offrir toujours plus d’argent, et pour ce faire, il comment un délit d’initié. C’est le début des ennuis.

 

Le début du roman est assez pénible à suivre, et agaçant sur certains points : beaucoup de termes et de sigles financiers dont on n’est pas forcément familier (je n’ai pas de master en CAC40), beaucoup de name dropping sur les boutiques du Faubourg Saint Honoré et les châlets à Gstaad (on n’est pas du même monde), sans trop que l’on sache bien de quel côté penche l’auteur. Mais quand les gros ennuis financiers de Paul semblent s’envoler comme par magie (un chèque anonyme lui arrive par la Poste), l’intrigue commence réellement et le lecteur y va de ses hypothèses. C’est bien plus complexe que ce que l’on aurait pu imaginer, et bien plus humain aussi que la superficialité énoncée de prime abord.

 

Je n’en dis pas plus, mais comme toujours avec les romans de Dominique Dyens, une fois commencé il est impossible de ne pas aller au bout d’une traite tant c’est bien ficelé.

 

Quelques points forts de ce roman : la façon très naturelle et courageuse de parler de la maladie, des suites d’un cancer de la prostate, de l’impuissance : il me semble que ce sujet est assez peu abordé en littérature, et le lier ici à la puissance (de l’argent) est doublement intéressant. Qu’est-ce qui fait un homme ? un statut social, un compte en banque qui déborde ou un sexe en pleine vigueur ?  De même la maladie d’Alzheimer est abordée très justement, sans fard, avec un autre personnage très important que je vous laisse découvrir. On a beau être très bien informé sur le sujet, les mots d’une réalité tangible restent touchants. Comme si la fiction était plus forte encore que tout ce que la littérature grise vous apprend au quotidien.

 

Le drame bourgeois est à son faîte, le vernis s’écaille, et le naturel revient au galop : c’est bien ce qu’on attendait de l’auteur, qui offre une fois encore (après Intuitions en 2011) un roman fort et prenant sur le jeu de l’amour et du pouvoir, même si ici l’aspect financier un peu trop développé peut rebuter un peu le lecteur qui n’est pas fan de cette actualité-là…

 

(Merci à Sylvie qui m’a offert ce roman pour mon dernier anniversaire)

 

 

Héloïse d’Ormesson, mai 2013, 205 pages, prix : 17 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Emmanuel Pierrot / VU’ et EHO.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -