Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 08:57

Pierre, le narrateur de ce court roman, est invité par son frère à passer quelques jours en mer sur son voilier. Jean est en couple avec Jeanne, Pierre vient avec sa compagne scandinave, Lone.

Dès le départ, et même avant, au point de rendez-vous, l’atmosphère est lourde, tendue. Le malaise est latent, ambiant, physiquement mais psychologiquement aussi pour les personnages.

Était-ce vraiment une bonne idée, ces quelques jours de vacances dans la promiscuité d'un espace réduit, quand on apprend que Jeanne est en fait l'ancienne compagne de Pierre ?


Étonnant huis-clos au large (pourtant) de la Méditerranée, sur un voilier qui n'offre que très peu d'espace intime, la tension est omniprésente, la chaleur étouffante, tout comme ce qui se joue entre les deux couples, les deux frères, Pierre et Jeanne... L’île de Capri (qui n'a pas alors en tête « c'est fini ») n'est-elle pas le signe de ce qui se joue, de ce qui s'est joué jadis ? Des objets anodins, et une casquette en particulier, prennent une importance dans la narration dépouillée, si l'on pressent ce qui se noue, on reste néanmoins saisi par la fin inattendue.

 

Un roman solaire qui en si peu de pages est un « grand roman » qui marque, oppressant, qui sous une lumière écrasante, révèle le plus intime d'un jeu de séduction inéluctable.

 

Minuit, janvier 2015, 94 pages, prix : 11,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. de Minuit

Partager cet article

Repost 0

commentaires

clara 27/04/2015 09:09

nous sommes d'accord sur ce livre !!!

Laure 28/04/2015 14:40

oui ! :-)

Noukette 26/04/2015 16:41

Beaucoup d'avis divergents sur ce titre, très envie de me faire mon propre avis ! D'ailleurs, il m'attend ! ;-)

Laure 26/04/2015 22:57

J'attends ton avis alors ;-) C'est vrai que lorsque les avis divergent, on est encore plus tenté d'aller voir soi-même !
Je trouve qu'il y a qqch de très réussi dans l'écriture et dans la façon dont l'histoire est amenée

Ex-In Cold Blog 25/04/2015 14:48

Il semblerait que ce roman plaise plus aux lectrices qu'aux lecteurs... Clara, ce matin, est aussi emballée que toi (http://claraetlesmots.blogspot.fr/2015/04/vincent-almendros-un-ete.html). M'est avis que ça devrait me plaire aussi.

Laure 25/04/2015 15:22

Oui c'est un hasard total, j'ai découvert son billet dans feedly ce matin alors que j'avais écrit et programmé le mien hier, car j'avais déjà publié un autre billet hier (il est tellement rare que j'aie un billet en stock d'avance je profite de mes vacances !)
une très belle écriture et une atmosphère qui évitent la banalité du sujet abordé.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -