Les jardins d'Hélène

A Juliette – Fabienne Le Clauze

19 Mai 2018, 14:05pm

Publié par Laure

Fabienne Le Clauze, mariée, est mère de trois filles : Emma(nuelle), Camille, et Juliette. Juliette a quatorze ans lorsqu’elle met fin à sa vie en se jetant sous un train le samedi 2 janvier 2016.

 

Comment survivre à la mort de son enfant ? Comment se reconstruire après la mort de son enfant ?

 

Ce récit est celui d’une mère après le drame, forcément touchant, bouleversant, éprouvant. Il n’est pas dans l’ordre des choses pour un parent de perdre son enfant. Face à un suicide, la culpabilité est maîtresse, même si tout un chacun tente de vous expliquer que non, vous n’êtes pas coupable.

 

Le témoignage de cette maman est sans fard, elle ne cache rien de sa perdition, d’avoir délaissé ses deux filles ainées, de s’être éloignée de son mari, comme coupée du monde et de toute sensation autre que sa douleur insurmontable.

 

C’est par des échanges avec le journaliste Patrick Poivre d’Arvor (qui a perdu sa fille Solenn dans les mêmes conditions) et plus tard des ateliers d’écriture, qu’elle parviendra peu à peu à reprendre le dessus et publiera ce témoignage, à valeur thérapeutique. Il accompagnera sans aucun doute tous les parents qui ont vécu un tel drame. C’est aussi une façon de garder Juliette toujours vivante dans les cœurs.

 

p. 155 : « « C’est le début d’un long travail d’écriture qui donnera naissance à ce témoignage. Aline B. m’encourage aussi, je vais donc poursuivre avec le stage autobiographique, puis d’autres modules. Je ne vais écrire que sur toi, ma Juliette. Je vais en verser des larmes, encore et encore, relire, travailler. Mais, toujours avec toi ! »

 

J’ai été émue surtout au début du livre, j’ai suivi son parcours au cours duquel c’est surtout le temps qui allège à peine un peu la peine, compris son besoin viscéral de connaître le plus de détails, le chemin différent de son mari, les souffrances avouées plus tard des filles aînées, mais j’ai été un peu agacée aussi parfois (un certain niveau de vie à Rambouillet entre psychiatres, leçons de piano et club d’aviation, les enfants précoces à haut potentiel, les échanges avec Patrick Poivre d’Arvor qui signe une très courte préface – puissent les mères éplorées qui ne sont pas nées du même côté de la barrière trouver les mêmes appuis et la même force par l’écriture ?)

 

 

Un récit tragique et vrai.

 

 

 

Flammarion, mai 2018, 236 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-08-143166-9

 

 

 

Crédit photo couverture : © Ackleyroadphotos/iStock et éd. Flammarion

Commenter cet article

fabrice micheau 31/05/2018 23:33

Bonjour. Je ne doute pas que votre douloureux témoignage aide de nombreux atypiques et surtout les parents qui vivent des joies et des épreuves amplifiées. J’espère qu là ou elle est,Juliette vous accompagne et vous apaise. Je suis aussi vice président Mensa Grand Aquitaine et partage les "univers parallèles".

Le Clauze Fabienne 23/05/2018 21:01

Bonjour,
Je vous remercie pour votre critique, navrée de vous avoir agacée cependant ! Mon niveau de vie fait partir de l’histoire de Juliette, mon témoignage n’aurait pas été juste en le changeant, ni en ne parlant pas de mes trois filles à haut potentiel et je vous assure que ce n’est pas forcément un cadeau d’etre différent... Quant à Patrick, il est présent depuis ce drame, difficile de ne pas le mentionner... J’espere seulement que ce livre pourra aider d’autres parents et rendra réel ce geste aux yeux d’ados qui verront le séisme qu’est le suicide dans une famille.
Merci de m’avoir lu.

Laure 24/05/2018 17:39

Merci de votre retour. Mais vous avez entièrement raison, il n'y a pas à rougir de votre niveau de vie, et l'objectif est - je le souhaite de tout cœur - que votre livre puisse aider des familles endeuillées et éclairer des ados en souffrance.