Les jardins d'Hélène

Irène sur le plancher des vaches - Frédéric Michaud

21 Septembre 2009, 06:18am

Publié par Laure

En dix courts chapitres qui sont autant de nouvelles, Frédéric Michaud évoque la vie du petit village d’Abbéfontaine, dans le Jura, et la disparition de ses paysans, par autant de petits sauts de cinq ans de chapitre en chapitre, des années 60 à 2005.

1960, Irène Gauthier est une enfant qui avec ses sœurs passe ses week-ends à aider son père à l’épierrage des champs. Que ces cailloux à enlever avant le passage du tracteur pèsent lourds ! Et comme elle préfèrerait vivre sa vie d’enfant à jouer et à rêver plutôt qu’à aider aux champs ! D’emblée, Irène m’a touchée, car des adultes aujourd’hui encore marqués par cette activité lorsqu’ils rentraient du pensionnat en fin de semaine, qui en voulaient à leurs parents sans oser le dire, j’en ai connus, qui en parlent encore, et j’ai retrouvé dans ce récit de Frédéric Michaud toute la réalité d’une époque et d’un milieu de vie. J’ai quitté Irène à regret, espérant la retrouver quelques chapitres plus loin, ou au moins à la fin (ce qui est le cas, je vous rassure). Et l’auteur nous offre ainsi des tranches de vie de ce petit village jurassien perdant au fil des lustres ses paysans, l’agriculture se mécanisant, se modernisant, s’intensifiant, vouant à la disparition les petites fermes familiales et la campagne à un dortoir pour citadins en mal de verdure.

Ah qu’ils sont attachants ces personnages et comme on aimerait les suivre plus longtemps ! La vieille fille Perticoz en 1965, la Madeleine Tush et l’opération bol de riz pour l’Ethiopie en 1985, tous les habitants du village qui répondent à l’invitation du prêtre à venir partager un bol de riz et offrir en aumône la différence financière d’un repas normal, pauvre prêtre qui les voit tous débarquer avec leurs cocottes de riz au lard, leur lapin à la moutarde, c’est qu’à la campagne, on a besoin de plats qui tiennent au corps ! Et l’Ethiopie, va savoir où c’est ! Et la difficulté de cette fille qui tente de dire à sa mère qu’elle s’est séparée de son conjoint et cette mère qui ne veut rien entendre, focalisée sur la « nouvelle » cuisine de sa fille (1990).

J’ai une tendresse particulière pour ce livre de Michaud, pour sa construction originale, pour sa façon si perspicace de décrire la vie, les faiblesses et les défauts de ses personnages. Comme j’aurais aimé que ce livre soit plus long !

 

p. 68 : « Madame Bluem était née à Abbéfontaine et y avait toujours vécu, mais elle l’avait toujours vu « d’en bas ». D’ici, la vue n’était pas seulement dominante, on découvrait l’arrière des maisons, une vie cachée faite d’épaves de voitures, de clapiers, de balançoires, de fil à linge et de petites constructions annexes ayant échappé à tout permis de construire. C’était un terreau d’informations sur la vie des gens. » Et ce terreau, Michaud le cultive à merveille. Irène sur le plancher des vaches est son premier roman ; on ne peut que souhaiter qu'il y en ait d'autres.

 

Ed. Delphine Montalant, septembre 2009, 106 pages, prix : 15 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Catherine Mantelet et éd. D.Montalant

Commenter cet article

Plume salée 23/09/2009 16:14


Si si Cuné, il faut faire un billet pour Irène ! Histoire d'aider les petits éditeurs, hein.
Bon, j'attends de le lire sur ton blog, alors ?


Cuné 23/09/2009 08:05


Oui Karine, de l'excellent cru, je confirme :)
J'ai beaucoup aimé moi aussi ces vignettes d'Abbéfontaine, le ton est délicat et juste, ça se lit tout seul. Mais Laure ton billet étant parfait, je n'arrive pas à en faire un après toi :)


Laure 23/09/2009 10:11


Alors là tu m'épates et tu me fais plaisir : spontanément, je n'aurais pas pensé à te proposer ce livre, car je n'imaginais pas que c'était ton genre, je te vois plus
dans les grands romans à l'américaine que dans les oeuvres intimistes qui décortiquent la nature humaine, donc je suis ravie que tu aies aimé, franchement j'y croyais pas en te l'envoyant !
Et puis toi aussi je vais t'appeler l'express : moi il me faut 2 ans pour lire un livre prêté (shame on me à jamais), toi, 2 heures !!!


Karine :) 23/09/2009 01:57


J'ai bien envie de la connaître, cette Irène!!


Plume salée 22/09/2009 13:55


Oui, moi aussi j'ai adoré. C'est du meilleur cru Montalant cette Irène, n'est ce pas ?


Laure 22/09/2009 20:31


rhoo mais il n'y a que des bons crus chez Montalant de toute façon, non ?


Cuné 22/09/2009 10:37

Reçu, ouah je vais t'appeler l'express :) :)Merciiiiiiiii et je fais suivre à Cathulu.

Laure 22/09/2009 20:32


pour une fois qu'il y a au moins un truc qui marche chez nous, c'est la
Poste


Theoma 21/09/2009 21:11

et bien moi je sais pourquoi il me tente ;-)

cathulu 21/09/2009 20:14

je ne sais vraiment pas pourqoui mais il me tente aussi !

Laure 22/09/2009 20:35


pourtant j'ai pas le souvenir que ça parle (beaucoup) de vaches  


Anne 21/09/2009 16:57

Bien en adéquation avec mes envies du moment celui-là...Verrais avec le bibliobus...

Laure 22/09/2009 20:33


harcèle les : il faut investir dans les petits éditeurs, etc. !


Cuné 21/09/2009 08:09

Merciiiiiiiiiiiiiii :)

Laure 21/09/2009 08:10


:-))


Cuné 21/09/2009 07:50

Très tentant ! Tu prêtes ? :)

Laure 21/09/2009 08:08


pas de pb, je te mets ça au courrier dans la journée !