Les jardins d'Hélène

La mémoire des murs - Tatiana de Rosnay

23 Février 2007, 11:05am

Publié par Laure

Je poursuis ma découverte des romans de Tatiana de Rosnay, même si je crois à présent qu’il va être difficile de faire plus fort que Elle s’appelait Sarah. D’ailleurs, c’est amusant, la mémoire des murs préfigure Sarah, de par ses thèmes et quelques passages, sur le Vel d’Hiv entre autres.

Pascaline, fraîchement divorcée, s’installe seule dans un nouvel appartement. Très vite elle s’y sent mal. Elle apprend qu’une jeune femme y a été violée et tuée quelques années auparavant. Elle s’informe sur ces meurtres en série où de nombreuses jeunes filles ont subi le même sort. Elle va éprouver le besoin d’aller visiter ces lieux, car elle ressent « la mémoire des murs ». Mais cela fait remonter en elle des douleurs enfouies : le divorce d’avec Frédéric, dont elle n’est pas guérie, elle ne peut supporter de le voir heureux avec une nouvelle compagne, et de les voir attendre une petite fille, alors qu’ils ont perdu ensemble un bébé il y a 15 ans, une petite fille décédée à 6 mois de la mort subite du nourrisson.

J’ai aimé : les personnages actuels créés par l’auteur, si ancrés dans la vie telle qu'elle est. (Hélas, bien trop semblable à la mienne !)

J’ai moins aimé : le côté « parapsychologie ou légèrement surnaturel » du ressenti physique de la mémoire des lieux (c’est comme ça, moi je n’y crois pas), et la fin : comme dans Spirales, elle arrive beaucoup trop vite, et si une phrase laisse imaginer ce qui va advenir, c’est au lecteur de se faire son film, et ça ça m’agace : j’aime les fins fermées, où l’auteur écrit réellement ce qu’il a choisi de faire vivre à ses personnages !

Donc à mon goût, pas le meilleur de l’auteur, même si le démarrage « thriller » est assez prenant, il s’essouffle vite, mais à lire parce qu’il contient la genèse du dernier paru : Elle s’appelait Sarah.

 

 (enfin, à paraître le 1er mars chez Héloïse d'Ormesson).

 

Pocket, juillet 2005, 138 pages, 5 €

Ma note : 3/5

 

Commenter cet article

sylvie 29/04/2008 17:33

j'ai bien aimé ce livre que j'ai lu dans sa nouvelle parure (splendide), aux éditions Héloïse d'Ormesson.Comme toi, j'ai découvert Tatiana de Rosnay avec "Elle s'appelait Sarah"

Laure 30/04/2008 09:10


J'avais découvert Tatiana avec Spirales, qui m'avait scotchée aux pages !
C'est vrai que la couverture de EHO pour la mémoire des murs est vraiment sublime :-)


pom' 15/03/2007 10:11

comme spirale, on suit la peur psychologique que vit le personnage, j'aime beaucoup cette angoisse dans laquelle nous entraine T. de Rosnay, la fin est en effet brutale mais laisse le lecteur choisir de la suite qui lui concient le mieux, moi j'adore.

Clarabel 27/02/2007 21:36

Y'a qu'à demander à l'auteur, ensuite !!! Mais se faire soi-même son propre film, c'est tout de même une belle idée ... nan ?? :))

Clarabel 27/02/2007 11:32

Rhooo !! non moi je n'aime pas les fins fermées !!! Je trépigne contre ces fins lisses, moi je veux du flou, du doute, des questions .. :D

Laure 27/02/2007 12:40

ben non, moi ce doute me frustre : qu'est-ce qu'a voulu l'auteur ? et si je me trompe dans mon interprétation, moi je veux savoir en vrai !

Florinette 24/02/2007 12:43

Je viens de le recevoir, je le lirai certainement en attendant la sortie de "Elle s'appelait Sarah" !

Anne 24/02/2007 10:09

J'avais moi aussi été un peu gênée par le côté surnaturel, par contre la fin m'avait plu.
J'avais prêté ce roman à une collègue, qui ne l'a pas aimé tant Pascaline l'avait agacée, tant elle la trouvait odieuse.