Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 13:03

Après monde sans oiseaux de Karin Serres, et Esprit d'hiver de Laura Kasischke, voici mon nouveau coup de cœur de la rentrée, un choix au hasard dans une liste de titres, une surprise, auteur inconnu, 1er roman, et une plume : quelle plume !

 

Première phrase : « Nous étions une famille de deux enfants, plus les parents. Je m'appelais Marthe, mon frère s'appelait Léonce, né un mensonge après moi. »

Curieux imparfait qui d'emblée m'intrigue. Un peu plus bas sur la première page : « Aujourd'hui, il me reste peu de mots et peu de souvenirs. J'écris notre histoire pour oublier que nous n'existons plus. »

 

Marthe raconte, de 12 à 20 ans, l'enfance balayée par la violence d'un père, la violence conjugale fatale envers sa mère, son amour inconditionnel pour son petit frère, l'espoir à travers un amour neuf, le départ vers Baltimore, et le drame, encore. Mais dans cette succession de drames perce la lumière apportée par une écriture somptueuse, poétique, imagée, métaphorique, épurée jusqu’à l'os.

 

Car si le sujet paraît banal (ce n'est sans doute pas le premier roman sur l'enfance malheureuse et la violence paternelle), le traitement fait toute la différence. Si d'ordinaire on est dans le roman distrayant, aussi grave soit le sujet, ici on est dans la littérature, la vraie, belle, grande, et noble. Marthe ne s'y trompe pas, en cherchant la résilience dans la traduction d'Eschyle.

 

Un texte magnifique, hors des sentiers battus et rebattus, comme quoi le choix des mots peut faire la magnificence d'une histoire : une phrase brève dit tant par la puissance de ce qu'elle évoque de non-dits …

Et pour ceux qui en doutaient encore, seule la maîtrise de la grammaire permet de percevoir toute la portée d'une phrase où seules les désinences verbales permettent de comprendre qui parle. Troublante alternance de la troisième personne (ce que fait le père) et de la première (le récit de Marthe) dans une même phrase, et les majuscules en milieu de phrase qui disent simplement l'insertion du dialogue :

p. 35 « Papa serre les poings ; je ne bouge pas. Frôle la cuisinière ; ne comprends pas ce qu'il fait. Saisit la marmite en train de cuire ; retiens ma respiration. Lance la marmite sur mes jambes ; sens la lame bouillante percer ma peau. Sourit ; entends Léonce crier Tu laisses ma sœur tranquille ! Vois la porte s'ouvrir ; dis Maman, N'entre surtout pas, Sauve-toi. »

 

75 courtes pages, mais d'une telle force et beauté qu'il n'en était besoin de plus.

 

Oubliez la ronronnante Amélie et préférez les vraies beautés de la rentrée (enfin faites ce que vous voulez hein !)

 

 

Buchet-Chastel, coll. Qui Vive, août 2013, 75 pages, prix : 9 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Buchet-Chastel

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eimelle 12/10/2013 11:14

Je viens de le lire à mon tour et je partage cet enthousiasme, une belle écriture!

Laure 12/10/2013 19:21

Merci à vous toutes aussi de dire votre enthousiasme sur ce livre ! (il le mérite :-) )

maryse 02/10/2013 17:20

un roman éblouissant de poésie , une écriture qui s'apparente à celle de LAURENT MAUVIGNIER

Anne 28/09/2013 09:12

Je viens de terminer le livre de Nicolas Clément....et je suis sous le charme! Quelle écriture! C'est magnifique! J'ai du mal à en sortir et je suis heureuse d'être tombé un peu par hasard,sur ce texte. Ça fait du bien.

clara 02/09/2013 06:50

J'en parle aujourd'hui et mêmes ressentis que toi ! Un petit bijou de littérature!

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -