Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 11:36

Ce nouveau roman de Grégoire Delacourt est un chef d’œuvre ou s'en approche de très près, et je pèse mes mots. Pourtant, je n'étais pas fan de Delacourt, j'avais aimé La liste de mes envies, en avais mesuré les qualités et les défauts, l'écrivain de la famille m'était tombé des mains, et le "Scarlett" [comme quoi on voit bien ce que les médias nous en font retenir] ne m'a jamais attirée.

J'ai eu la chance de pouvoir découvrir ce titre en service de presse numérique, et une fois commencé, n'ai plus pu m'arrêter.

 

Peut-on évaluer le prix d'une vie ? Les assureurs le font très bien, selon les circonstances du décès. Entre 30 et 40 000 euros la plupart du temps. Antoine, qui approche de la quarantaine, expert automobile pour les assurances, dresse un bilan de sa vie. Ses parents, qui n'ont jamais été démonstratifs s'aimaient-ils vraiment, l'ont-ils jamais aimé, désiré ? Comment sa mère a-t-elle pu tourner le dos et fuir ainsi ? Peut-on être un bon père quand on n'a pas connu l'amour dans son enfance, ou quand on a du moins cette impression ? Mais de même peut-on être un bon fils, à l'annonce du cancer de votre père et de sa mort annoncée ?

De courts chapitres qui s'enchaînent à toute vitesse, non pas numérotés traditionnellement mais qui ont pour titre des valeurs (des sommes en euros la plupart du temps, symboles de bribes de vie), écrits à la première personne (le je pouvant représenter des narrateurs différents), mais le plus présent étant Antoine qui s'adresse à Léon, son fils. Raconte son enfance, ses parents, ses sœurs jumelles, le drame, le langage amputé de l'une d'entre elles, le lecteur sent une boule au ventre grandir, c'est noir, sombre, mais tellement juste. Jusqu'à se prendre une énorme claque en fin de première partie.

 

Une deuxième partie qui prend davantage le temps d'analyser, et une troisième qui donne la parole à la fille d'Antoine, adolescente. Terrible et absolument magnifique.

Si vous aimez les feel good books, passez votre chemin. On est très loin de La liste de mes envies. Si vous aimez les romans intimes qui décortiquent le cœur et l'âme, dans toute leur obscurité, vous ne pourrez qu'aimer ce livre. Soyez rassurés, la fin apporte un éclat de lumière.

 

Cette lecture est un vrai choc comme je les aime, on ne voit rien venir (comme sur ces photos de famille où l'on ne voyait que le bonheur) mais l'on se prend une claque monumentale, un texte d'une telle force et maîtrise qu'on en reste un peu sonné, à ne pas bien savoir quelle autre lecture pourrait bien suivre celle-ci. Chapeau bas, monsieur Delacourt. Pour moi incontestablement son meilleur roman, qui mériterait bien un prix d'automne.

 

 

A lire aussi : l'excellent billet de Leiloona, et celui de la Lorelei, tout autant séduite.

 

 

 

p. 52/249 (attention, pagination numérique et non papier) : « On croit qu'on est venu au monde parce que nos parents s'aimaient et on découvre qu'ils ne nous désiraient pas assez pour rester avec nous. Grandir, c'est comprendre qu'on n'est pas autant aimé que ça. C'est douloureux. Moi aussi, je suis triste pour maman, triste qu'on ne soit plus une famille, que ça se soit passé comme ça, triste de voir que rien de dure jamais. Que l'amour aussi est lâche. Si tu savais comme je suis fatigué, Léon, comme j'ai du chagrin, cette nuit, à cause de cette chose horrible, de ce que je suis en train de faire. »

 

p. 208. « Parce que je devine qu'à un moment ou à un autre, derrière toute cette horreur, au-delà de l'effroi, il y a eu de l'amour. »

 

 

JC Lattès, août 2014, 360 pages, prix : 19 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. JC Lattès

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Praline 21/09/2014 11:59

J'hésite beaucoup. Ton billet donne très envie mais je n'ai vraiment pas apprécié La liste de mes envies. Et j'ai lu quelques billets très mitigés sur ce roman. Bref, je me tâte...

Laure 21/09/2014 16:44

Justement, celui-ci est très différent et ceux qui ont aimé la liste de mes envies risquent d'être fort déçus s'ils cherchent un roman du même genre. A tenter en bibliothèque au cas il croiserait ton chemin ? sinon en effet il ne faut pas acheter ce qui ne te tente pas viscéralement ;-)

éléa 26/08/2014 17:01

Un très beau billet qui me met l'eau à la bouche. Un auteur que j'ai découvert il y a peu et dont j'ai adoré 2 de ses romans.

Laure 27/08/2014 09:16

Finalement, je n'avais lu de lui que "la liste de mes envies", mais là il offre une palette différente, à tenter !

Vero 25/08/2014 12:44

Vu ton enthousiasme, je ne peux que noter ;-) Même si je ne suis plus certaine de bloguer, je continue à venir fureter ici avec grand plaisir. Et bonne nouvelle, je me remets (ENFIN) à la lecture intensive. bises.

Laure 27/08/2014 09:15

Même si tu ne blogues plus, deux-trois mots sur facebook en passant, à la fin d'une lecture ? D'autant que si tu te remets à la lecture, je vais être curieuse, tu déniches toujours des titres un peu "hors sentiers battus" et ça j'aime bien ! :-)

La Loreleï 22/08/2014 12:52

Mon article paraîtra demain, et je me suis permis d'ajouter un lien jusqu'à chez toi ! Comme toi et Leiloona, j'ai été cueillie par chaque mot de ce que je considère comme un grand roman. C'est une lecture aussi difficile que belle.

Laure 27/08/2014 09:14

J'ai ajouté ton billet en lien également. Je suis entièrement d'accord, "une lecture aussi difficile que belle"
(et par la même occasion je découvre ton blog, chouette ! ;-) )

saxaoul 20/08/2014 22:15

Les éditeurs se mettent aux SP numériques : c'est bien ça !
Malgré ton billet et celui de Leiloona, je suis un peu réticente. On verra bien si je finis par me laisser tenter !

Laure 21/08/2014 11:57

Souvent les attachées de presse proposent le choix entre papier et numérique, quand les 2 existent. Ou je réponds moi-même que si la version numérique existe je préfère.
Fut un temps où les versions numériques étaient des PDF accompagnés d'un mail précisant que c'était pour ta lecture personnelle (à traduire par : ne pas balancer sur le net ou forwarder à d'autres), maintenant, tu précises ton format de lecture (epub pour ma part) et tu reçois un lien qui te permet d'aller télécharger le fichier, sur numilog ou ailleurs. Un peu compliqué, téléchargeable une seule fois, et quand tu veux le mettre dans ta liseuse, c'est bizarre, au début je n'arrivais pas à le faire via Calibre, je devais passer par le dashbord Sony que je n'utilise jamais, enfin bref c'est un peu sportif, une url qui se transforme en livre, et certainement DRMisé. Mais je comprends et ça ne me gêne pas.

Leiloona 20/08/2014 21:52

Nous sommes d'accord sur tout ! :D

Je vais ajouter ton lien en bas de mon billet ! ;)

Laure 21/08/2014 11:50

Merci :-)

sylire 20/08/2014 20:13

J'avoue qu'après ma déception à la lecture de son dernier roman, je n'étais plus très motivée pour le lire mais après ton billet, je change d'avis illico !

Laure 21/08/2014 11:49

je n'ai pas lu le précédent et ne pense pas le faire, mais pour ce dernier, je ne regrette pas ! :-)

Noukette 20/08/2014 14:44

J'étais passé complètement à côté de La liste de mes envies qui m'avait profondément agacée... Mais j'entends beaucoup parler de celui ci, visiblement très différent, et du coup je suis plus que curieuse de le découvrir !

Laure 21/08/2014 11:49

oui, vraiment plus sombre, très loin du roman bonbon !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -