Les jardins d'Hélène

Didier, la 5e roue du tracteur – Ravard et Rabaté

14 Novembre 2018, 07:30am

Publié par Laure

(Scénario de Pascal Rabaté, dessin de François Ravard)

 

 

La première fois que j’ai vu cette couverture en librairie, j’ai hésité, j’ai pensé à un truc lourdingue et pas subtil pour deux sous. Et puis mince, c’est Rabaté au scénario quand même ! Alors j’ai craqué, et j’ai bien fait.

 

Un vrai coup de cœur, où j’ai ri franchement toute seule à maintes reprises.

 

Pas seulement parce que ces champs, ces vaches et ces éoliennes, c’est chez moi, je les vois tous les matins quand j’ouvre les volets. [Bien sûr, c’est juste une représentation réaliste de la campagne aujourd’hui, je ne pense pas que François Ravard soit venu dessiner la Sarthe tout particulièrement. Mais ces éoliennes, ces concours de labour et autres fêtes agricoles, c’est troublant quand même wink )

 

Didier, 45 ans, est un célibataire endurci qui n’a jamais connu le véritable amour. Et ça lui manque. Alors quand il a un p’tit souci de santé et qu’il imagine déjà le pire, il va se confier au docteur. Qui lui prescrit un anti-hémorroïdes et lui inscrit l’adresse du site Meetic sur un post-it.

 

Didier vit avec sa sœur Soazic, qui participe plus que nécessaire aux tâches de la ferme (il faut bien compenser le penchant de Didier pour la bouteille), et Régis, un collègue qui a fait faillite et dont la propriété, les bêtes et le matériel ont été vendus aux enchères.

 

L’ensemble est fin, hyper réaliste, sensible, drôle, touchant.

 

Certaines scènes sont cocasses (notamment la coquinette rencontrée sur Meetic), mais la tendresse de ceux qui l’aiment n’est jamais loin. Et il est beau de voir comme les choses sont simples pour Soazic et Régis.

 

Un régal de bonne humeur qui fait exploser les coups de mou et qui ne pourra pas ne pas vous faire penser à l’amour est dans le pré ! Je ne sais s’il y est, mais l’humour lui, y est bien !

 

 

 

Futuropolis, septembre 2018, 79 pages, prix : 17 €, ISBN : 978-2-7548-2384-5

 

 

 

Crédit photo couverture : © François Ravard et éd. Futuropolis.

Voir les commentaires

Méphisto – Bernard Villiot et Antoine Guilloppé (ill.)

13 Novembre 2018, 16:35pm

Publié par Laure

Quel bel album qui allie à merveille texte rimé et illustrations !

 

Méphisto est un chat noir rejeté de tous, car il porte malheur du fait de son pelage. Las, il quitte la ville pour vivre en paix dans la nature « le temps d’un été, le temps d’un automne ». L’hiver venu, il regagne la ville pour trouver de la nourriture et redoute l’accueil qui lui sera fait. Mais les maisons étant envahies de rats et de souris depuis son départ, il sera à nouveau le bienvenu….

 

Le texte en vers et souvent rimé est magnifique, tout comme les dessins en noir sur blanc d’Antoine Guilloppé. On y lira au choix une belle histoire sur un chat mal aimé, ou une fable sur la différence, le racisme, le rejet de la différence, mais en tous les cas, amateurs de chats ou non, ne boudez pas votre plaisir !

 

 

 

Extrait : (1ère page, site de l’éditeur) :

 

« Fut un temps, je ne sortais que la nuit,
À l’heure où les parents couchent leurs petits.
On m’évitait pour conjurer le mauvais sort.
Je portais, paraît-il, la poisse, la guigne et je ne sais quoi encore.
Personne ne voulait croiser mon chemin,
Car sous ma robe se cachait, disait-on, le diable, le Malin.
J’étais un chat maudit, un maudit chat tout noir,
Noir comme la nuit, noir comme la suie, noir comme l’ennui.
Alors on m’affubla du triste nom de Méphisto. »

 

 

 

Gautier-Languereau, septembre 2018, [32 pages], prix : 13 €, ISBN : 978-2-01-702497-2

 

 

 

Crédit photo couverture : © Antoine Guilloppé et éd. Gautier-Languereau

Voir les commentaires

Timoto tomes 5 et 6 – Rémi Courgeon

12 Novembre 2018, 15:51pm

Publié par Laure

Timoto y arrive presque tout seul : Ah ce petit Timoto tigre ressemble bien à un enfant quand il s’agit de faire ses lacets tout seul pour sortir !

Mais toutes ces ficelles, c’est bien compliqué, même quand on a un grand-père qui vous a offert sa collection de nœuds marins. Timoto change ses plans et invite son petit voisin préféré : le lapin Jules. Et je vous laisse la surprise de qui noue quoi à qui !

 

Toujours aussi drôle et facétieux ce petit Timoto, pas de doute, je reste fan de la série !

 

Timoto a un meilleur copain : Un jour de pluie et d’ennui, Timoto accueille dans sa chambre un escargot qui frappait à son carreau.

Comme celui-ci ne parle pas bien fort, Timoto n’entend pas sa voix et décide de l’appeler Norbert (comme son grand-père) et va inventer mille jeux avec lui, qui prennent souvent pour modèle ce fameux Papino. Et pour le goûter, il faut manger hein Norbert, c’est plein d’oligroéléphants ! (Oui le correcteur d'orthographe n’est pas content, mais il ne connait pas Timoto !)

 

 

C’est doux, drôle, attachant !  (sans oublier la parfaite répartition texte / image sur la double page)

 

 

(Dès 3 ans)

 

 

Ed. Nathan, septembre 2018, 32 pages chaque, prix : 6,95 € chaque

 

 

 

Crédit photo couverture : © Rémi Courgeon et éd. Nathan

Voir les commentaires

Splat et le bébé surprise ! - Rob Scotton

10 Novembre 2018, 15:11pm

Publié par Laure

Ah le retour de Splat en grand format ! Vous connaissez ma préférence pour les grands albums de Splat car ce sont les seuls écrits par Rob Scotton, les petits formats sont repris sous licence par d’autres auteurs (« d’après les personnages de Rob Scotton » et leurs noms sont cités en tout petit en page intérieure que seuls les bibliothécaires verront en cataloguant !) et je trouve ces petits formats bien plus faiblards au niveau des histoires.

 

Ici c’est donc une nouvelle et belle aventure : la maman de Splat lui annonce l’arrivée prochaine d’un bébé. Tout excité, Splat est ravi de lui préparer sa chambre, de lui donner d’anciens jouets à lui…. Mais quand arrive le nouveau bébé, Splat est tout déconfit : c’est quoi ce bébé crocodile qui va les manger tout crus ?

 

Malgré la différence et la déception, Splat va jouer le grand frère modèle pour jouer avec le bébé, lui lire des histoires le soir, et même changer ses couches nauséabondes. Alors forcément quand ce petit nouveau qui n’était qu’en garde s’en va, Splat est tout triste… Il aimait bien ce rôle de grand frère… mais qui sait, peut-être un jour à nouveau…

 

 

J’ai beaucoup aimé le quiproquo qui crée la surprise et le sel de l’histoire, la chute toute mignonne, et le rôle de Splat qui malgré l’arrivée d’un petit frère qui ne correspond pas à l’attente qu’il s’en faisait, va l’aimer quand même. De là à choisir cet album quand on a un enfant à préparer à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur 😉

 

Mais même sans cela, c’est un album très sympa qui plaira aux petits fans de Splat !

 

 

 

Ed. Nathan, octobre 2018, 32 pages, 26 x 26 cm, prix : 13,95 €, ISBN : 978-2-09-258070-7

 

 

 

Crédit photo couverture : © Rob Scotton et éd. Nathan

Voir les commentaires

La somme de nos folies - Shih-Li Kow - #MRL18#Rakuten

9 Novembre 2018, 11:16am

Publié par Laure

Traduit de l’anglais (Malaisie) par Frédéric Grellier

 

C’est la première fois que je participe aux matchs de la rentrée littéraire de Rakuten (anciennement Priceminister) et j’ai reçu ce roman, séduite et attire par la critique de Leiloona

 

« A Lubok-Sayong, l’eau est un vrai problème. Simplement parce qu’il y en a trop ». Ainsi commence ce premier roman singulier, aux accents aussi pittoresques que rocambolesques.

 

Tantôt par la voix d’Auyong, vieil homme retraité d’une conserverie de litchis, tantôt par celle de Mary Anne, orpheline adoptée par Beevi, personnage central du roman, c’est la vie de cette petite communauté qui nous est narrée, à mi-chemin entre légendes et réalité quotidienne.

 

Ça commence fort, avec la libération d’un poisson dépressif, l’adoption de Mary Anne dont les nouveaux parents meurent sur la route le jour même de son départ avec eux, ça continue toujours joyeusement – malgré les apparences – avec le décès d’un américain tué par un poisson mystérieux sur le lac alors que le couple était en résidence à la chambre d’hôtes de Beevi…

 

La somme de nos folies est un roman foisonnant, coloré, multiculturel, mêlant les origines malaises, indiennes et chinoises, aux personnages romanesques uniques, drôles, truculents. Beevi est une conteuse hors pair pour séduire et embrouiller les clients de son gite, on ne sait jamais si elle dit vrai. Les personnages secondaires ont une densité forte également, et sont tout autant attachants.

 

Des passages plus graves aussi disent beaucoup d’un mode de vie, de choix entre modernité et traditions.

 

 

 

J’ai beaucoup aimé ce premier roman, qui vient d’ailleurs de recevoir le prix de Premier roman étranger 2018.

 

 

 

Extrait p. 114 : « De temps en temps, je préfère m’interrompre pour vous décrire les gens avant que vous n’ayez une fausse image en tête. Peut-être imaginez-vous Mami Beevi comme une petite bonne femme enjouée, qui trottine avec son mouchoir coincé sous une bretelle de soutien-gorge, mais en fait elle a très mauvais caractère et pas sa langue dans sa poche, elle est sèche come une trique, et tous les matins elle se met du khôl aux yeux, genre peinture de guerre. Mami peut être follement amusante quand elle est de bonne humeur, malheureusement ça n’arrive pas souvent. »

 

p. 157 : « Mami était une conteuse hors pair. Elle avait le sens de l’épopée et n’oubliait aucun détail mais elle ne se mettait jamais en scène, comme moi en ces lignes.

 

 

 

Un grand merci à l’équipe de Rakuten France et à ma marraine Leiloona / Bricabook pour cette découverte d’une littérature malaise peu connue et pourtant délicieuse !

 

 

 

 

Ed. Zulma, août 2018, 366 pages, prix : 21,50 €, ISBN : 978-2-84304-830-2

 

 

 

Crédit photo couverture : © David Pearson et éd. Zulma

Voir les commentaires

Le livre-échange - Mariannig Le Béchec, Dominique Boullier et Maxime Crépel

5 Novembre 2018, 14:44pm

Publié par Laure

Le livre-échange : Vies du livre & pratiques des lecteurs

 

Un indispensable qui aborde de manière fouillée tout ce qui a trait aux échanges sur le livre : la prescription, qu’elle relève de la conversation ou de la mise en avant pour focaliser l’attention sur tel ouvrage, et tout ce qui se passe après la lecture d’un livre : la revente, le don, etc. et la parole orale ou écrite qui en prolonge le partage.

 

Chaque partie est vue sous le prisme de l’édition traditionnelle mais également sous celui du numérique, qu’il s’agisse de l’édition, de la lecture ou de la critique (blogs, booktube, …)

 

Enfin un ouvrage qui place les blogs à leur juste place (du ressenti, rien que du ressenti, qui relève de l’affectif et de l’intime, contrairement à la critique professionnelle qui relève de l’étude du langage), mais qui malgré toute sa rigueur dans la démarche se veut nécessairement déjà daté : les enquêtes remontent au début des années 2010, et la blogosphère évolue bien vite…

 

Un ouvrage intéressant et complet !

 

 

(trouvé par hasard en médiathèque !)

 

 

Page 164 : « Les blogueurs littéraires sont des lecteurs réguliers, mais souvent sur des genres spécifiques (littérature étrangère, science-fiction, polar, jeunesse, etc.). La conversation-livre peut et même doit s’appuyer sur une expérience de lecture singulière et intime, c’est ce qui fait sa valeur. Sur les blogs, on ramène du « hors-livre » (son expérience de vie) dans le livre, c’est obligatoire. […] Il existe une interconnaissance dans la blogosphère littéraire francophone. Des liens d’amitié se tissent entre blogueurs littéraires actifs et, de manière plus occasionnelle, des rencontres en face à face sont organisées. La conversation entre les blogueurs se fait sur un registre de conversation libre et intime. »

 

 

Page 167 : « La professionnalisation des booktubeurs et booktubeuses se traduit alors par une volonté d’acquérir des revenus dépendants d’une notoriété calculée en nombre de vues et nombre d’abonnés. Si les maisons d’édition françaises soulignent le peu d’intérêt sur les ventes [c'est moi qui souligne], même si elles leur adressent des ouvrages, les éditeurs et les libraires d’Outre-Atlantique payent les booktubeurs, qui semblent avoir un impact sur les ventes et s’apparentent donc au schéma des leaders d’opinion, tant recherchés en marketing. »

 

 

 

 

C&F éditions, coll. Culture numérique, mars 2018, 284 pages, prix : 22 €, ISBN : 978-2-915825-76-3

 

 

 

Crédit photo couverture : © détails de l’herbier lombard (c.1440) de la bibliothèque de Nicholas Joseph Foucault (1643-1721) conservé au British Museum (Sloane collection, 4016) dont les numérisations sont mises à disposition sans restriction (public domain) / et C&F éditions.

Voir les commentaires

Le fou de Hind - Bertille Dutheil

3 Novembre 2018, 14:15pm

Publié par Laure

A la mort de son père, Moshin, un immigré algérien installé à Créteil depuis les années 1970, Lydia est bouleversée par une lettre qu'il lui a laissée, s'accusant d'être responsable de la mort d'un être innocent.

 

A-t-il tué quelqu'un ? Et qui sont cette femme et cette fillette sur les photos ? Ainsi Lydia aurait eu une demi sœur prénommée Hind ?

 

Elle va retrouver les proches ayant connu son père pour reconstituer son histoire. Le récit prend diverses formes, parfois celle de carnets retranscrits. Chacune des grandes parties constitue presque un roman à elle seule.

 

Sans doute l'autrice a-t-elle ici voulu trop bien faire : l'ensemble est bien trop long, trop détaillé, trop digressif. Si chaque histoire est presque suffisante à elle-même, la cohésion du tout fonctionne moins bien. J'ai parfois hésité à abandonner ma lecture. J'y ai ressenti comme une difficulté de liaison, de roman trop long inutilement.

 

Pourtant bien des aspects sont intéressants et plaisants à lire, c'est un bon premier roman, mais qui aurait gagné à être davantage épuré, à mon goût.

 

 

 

 

Lu dans le cadre des 68 premières fois, mise en avant des premiers romans de la rentrée littéraire :

 

 

 

 

Ed. Belfond, coll. Pointillés, août 2018, 393 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-7144-7470-9

 

 

 

Crédit photo couverture : éd. Belfond.

 

Voir les commentaires

Octobre 2018 en couvertures...

1 Novembre 2018, 16:17pm

Publié par Laure

En octobre, j'ai lu :

(un clic sur la couverture quand il y a une chronique derrière)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En octobre, j'ai vu :

 

Saison 2 !

 

Voir les commentaires

L’obsolescence programmée de nos sentiments – Zidrou et Aimée de Jongh (ill.)

31 Octobre 2018, 16:29pm

Publié par Laure

Ulysse, 59 ans, est licencié de son entreprise de déménagements. Il est veuf depuis pas mal de temps déjà. Méditerranée, 62 ans, devient la doyenne de la famille après le décès de sa mère, après neuf mois d’une longue maladie. Mannequin pour le magazine Lui dans sa jeunesse, elle tient désormais un magasin de fromages.

 

Ces deux-là vivent une nouvelle solitude, et doivent apprendre à composer avec elle. Mais le hasard va les faire se rencontrer, et avec humour et sans tabou, leur faire vivre un nouvel amour.

 

Le dessin d’Aimée de Jongh s’allie magnifiquement au scénario de Zidrou, j’aime ces pages sur le corps, le réalisme de la vieillesse sur les chairs, la tendresse des esquisses des scènes amoureuses.

 

Leçon de vie, réflexion philosophique sur l’âge, poésie souvent, le scénario ne manque pas de sensibilité, de justesse, et d’humour. Les références sont travaillées (la pomme de Blanche-Neige, Ulysse et Pénélope, …) et jamais gratuites, reprises dans le détail de-ci-delà.

 

Seule la fin, inattendue, peut laisser dubitatif, mais clôt avec douceur cette parenthèse lumineuse sur un amour de « vieillesse ».

 

 

Ulysse n'aime pas lire, et il explique pourquoi :

 

p. 63 : "-Si je puis me permettre... Qu'est-ce que les livres ont bien pu vous faire pour que vous les détestiez à ce point ?

- Ils m'ont foutu le dos en l'air, voilà ce qu'ils m'ont fait, ces fichus bouquins !

- J'ai été déménageur toute ma vie. Alors, des livres, pensez si j'en ai transbahuté ! Des caisses et des caisses ! Des bibliothèques entières ! Parce qu'à la fin, vous savez, Victor Hugo et Marc Levy... ça pèse pareil, hein !"

 

 

p. 118 : "... Le pire déménagement de ma vie ? Un collectionneur de bandes dessinées. Un vrai malade ! Il devait avoir dans les 15 000 albums ! On lui en a piqué un pour voir s'il le remarquerait. Eh bien... Il l'a remarqué, ce con !"

 

 

 

Dargaud, juillet 2018, 141 pages, prix : 19,99 €, ISBN : 978-2-5050-6756-6

 

 

 

Crédit photo couverture : © Aimée de Jongh et éd. Dargaud.

Voir les commentaires

Sauvons les animaux ! – Florian Kirchner et Rémi Saillard (ill.)

31 Octobre 2018, 11:23am

Publié par Laure

Un très beau Kididoc (avec plein de volets à soulever, de languettes à tirer, de roues à tourner comme toujours dans cette collection) pour sensibiliser les enfants aux espèces en danger, et aux gestes de l'homme qui ont conduit à faire disparaître ces espèces.

 

Conseillé par l'éditeur à partir de 5 ans, on peut dépasser l'âge sans souci tant les infos sur l'écologie, le développement durable, la protection des animaux et de leur environnement sont des sujets pertinents à tout âge. D'autant que certaines questions ne sont pas si simples : quand il y a tant à faire, quels animaux sauver en priorité : les beaux (le panda) ? et les moches alors (le rat-taupe nu) ? Les plus ou les moins menacés ? Les originaux ou les banals ?

 

 

Ludique et instructif, un très bon titre dans cette collection !

 

 

Nathan, coll. Kididoc, octobre 2018, 32 pages, prix : 12,95 €, ISBN : 978-2-09258175-9

 

 

 

Crédit photo couverture : © Rémi Saillard et éd. Nathan

Voir les commentaires