Les jardins d'Hélène

Ma grande – Claire Castillon

5 Mai 2021, 17:13pm

Publié par Laure

Il a tué sa femme. Il a sûrement eu tort, mais c’est ainsi. Il n’a pas de prénom, elle non plus, il raconte, parfois à la première personne, le plus souvent à la deuxième du singulier : « Ailleurs, t’étais ma femme. Ma grande, c’était la nuit. Et la nuit était rare. Sauf le jour, ça oui. Avec toi, il faisait noir. » Pourquoi et comment il en est arrivé là, c’est l’objet de ces 145 pages pleines de souffrance et de venin.

L’histoire pourrait être banale, une femme dominante, jalouse, langue de vipère, méchante, ça existe certainement, un mari soumis, un peu lâche, mais qui veut protéger son enfant, ça peut se comprendre aussi, si ce n’était que le style travaillé au cordeau de Claire Castillon fait mouche : c’est acide, piquant, violent, et brillant. Mais où va-t-elle chercher tout cela ?

Le narrateur rêvait d’écrire, mais sa femme avait toujours tué sa fibre créatrice, il s’est bien rattrapé avec ce roman qui fait partie des meilleurs de Castillon. Enfin moi j’ai aimé. Parce que ça sort de l’ordinaire, qu’il y a une histoire, et du style.

 

Fini sur la plage ensoleillée et balayée par le vent de Préfailles, Loire-Atlantique, en gros pull et écharpe mais avec la musique intarissable du ressac le 05 mai 2021. Un vieux roman, 2018 pensez-donc, emprunté par hasard dans une médiathèque qui n’est pas la mienne. Parce que chez les voisins, c’est bien aussi.

 

Gallimard, avril 2018, 145 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-07-278625-9

⭐⭐⭐⭐⭐

Crédit photo couverture : © éd. Gallimard

Commenter cet article

Vero 26/08/2021 11:12

Oh j'étais passé à côté de ce titre-là. Aussitôt rajouté dans ma LAL parce que Claire Castillon (oui elle est forte !) + 5 étoiles ;-)
J'aime découvrir où tu as lu, fini les livres - là, j'ai presque senti les embruns !