Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 15 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 08:02
Tohu-Bohu – Rémi Courgeon

Un très bel album qui joue avec les mots, les sons, et les instruments de musique.

 

Les dessins des personnages sont à l’encre de chine et la couleur prend place dans les détails, les textes, et les instruments de musique, rois de ce tohu-bohu.

 

Texte et images vont de pair, jouant sur l’homophonie, les jeux de mots et d’images : ainsi un trompettiste montre un arbre péteur jouant de la trompette, le fameux tronc péteur ; la cornemuse attire le corps de muse, le désaccordéon casse les oreilles de son public, le tambourin voisine avec un taon bourré, et ainsi de suite.

 

C’est drôle, fantaisiste, riche, varié, et avec de vrais instruments !

 

Une drôle de partition à offrir aux curieux du langage et de la musique.

 

 

 

 

Nathan, octobre 2016, 48 pages, prix : 14,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Rémi Courgeon et éd. Nathan.

Partager cet article

1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 11:16
Délivre le Père Noël ! – Orianne Lallemand et Caroline Hüe (ill.)

Je ne m’y fais toujours pas, les enseignants et animateurs TAP me demandent les livres sur Noël aux vacances de la Toussaint. En même temps ça se comprend, les hypermarchés sortent les jouets le 15 octobre, et les nouveautés de Noël arrivent en librairie à ce moment-là aussi. Et les familles remplissent les caddies les jours fériés de novembre.

Bref, c’est pas le sujet. J'ai écrit ce billet en octobre et  je l'ai oublié jusqu'à ce jour :-)

 

 

On connait bien désormais cette collection chez Nathan, des livres animés sur un thème qui invitent le lecteur à participer. Il est interpellé dès le départ : « Hé, toi qui lis ce livre, approche ! » L’heure est grave, le père Noël a disparu, et si on ne le retrouve pas, il n’y aura pas de cadeaux au pied du sapin. Il a été enlevé par un malotru nommé Gâche-Noël !

 

Le lecteur est donc invité à relever des indices, à soulever des volets, pousser des portes, ouvrir des cachettes et des lettres, tourner des roues et découvrir le grand pop-up final (assez simple, mais c’est un livre pour les petites mains !) J’aime bien la bouille des rennes et des lutins ;-)

 

 

 

 

 

 

 

 

A la bibliothèque, avantage : les gamins en raffolent ; inconvénient : durée de vie du livre, 2 emprunts (3 si on a de la chance). Pourtant je vous assure que le carton des pages est épais ! Et le retour de l’éternel débat dans la profession : faut-il continuer à acheter des livres animés qui reviennent saccagés en 2 prêts ?

Bref, c'est pas le sujet non plus, #magiedenoël

 

 

Dans la même collection :

Recherche super-héros

Au secours ! un monstre gluant

Au secours ! un fantôme farceur

 

 

Nathan, octobre 2016, 16 pages, 30 x 20 cm, prix : 14,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Caroline Hüe et éd. Nathan.

Partager cet article

1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 06:37

En novembre, j'ai lu :

 

La chance que tu as - Denis Michelis     Le loup en slip - Lupano Itoïz Cauuet     DesSeins - Olivier Pont

 

 

Portrait du fugitif - David Boratav     Le bal mécanique - Yannick Grannec     Convaincre en moins de 2 minutes - Nicholas Boothman

 

  

Lucie ou la vocation - Maëlle Guillaud     Garde-corps, Virginie Martin

 

 

 

 

En novembre, j'ai vu :

 

Murder saison 2   Parlez-moi de vous

Partager cet article

Publié par Laure - dans Blabla
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 21:46

Garde-corps, Virginie MartinGabrielle Clair a 11 ans en classe de 5ème quand elle est violée par un élève de son collège, un m'as-tu-vu de 16 ans qui s'y croit (où, d'ailleurs?). Parce qu'elle ne trouve pas d'écoute à la maison – ses parents ne font guère attention à elle – elle va laisser gronder sa colère en silence mais mettra toute son énergie à se hisser seule vers les plus hautes marches du pouvoir : elle deviendra Ministre du Travail.

Construit en alternance de chapitres, le récit enchaîne retours en arrière vers son adolescence et scènes de la vie actuelle au Ministère ; le personnage se raconte, de l'abnégation à la revanche, vengeance.

Quand son violeur se trouvera sur sa route par hasard, la rage explosera.

 

Le premier chapitre (la scène de viol) est d'une cruauté et d'une crudité rare, un incipit percutant mais qui à mon sens n'est pas gratuit : le roman se construit dans le réalisme le plus vraisemblable, parce que c'est ce qui motive la rage contenue du personnage. Puis devenue adulte, femme de pouvoir, Gabrielle est en proie au machisme ordinaire, un pouvoir masculin dominant où le sexe est maître. On ne manquera pas d'y voir de nombreuses allusions à des affaires politiques connues, mais on y côtoie aussi la violence ordinaire faite aux femmes, quel que soit le milieu.

 

 

J'ai aimé cet aspect du roman pour cette violence qu'il dénonce, cette domination persistante à l'heure où l'on ne cesse de parler parité et égalité des sexes, l'auteur connaît son sujet, et la femme engagée transparaît. J'ai trouvé plus facile (plus superficielle) la partie « Ministre », même si elle semble tout aussi réaliste pour ce qu'elle décrit des jeux de pouvoir, mais l'ensemble va très vite, le récit est bref, rapide, va droit au but. Et personne n'est dupe. Mais le pouvoir est un jeu de dupes, et ça arrange tout le monde. Une fin un peu facile, une écriture nerveuse un peu inégale, mais avant tout un message : la dénonciation d'un machisme séculaire ordinaire.

 

Le garde-corps remplit ici une fonction contraire à celle qui est la sienne, la justice est aux abonnés absents (parce que Gabrielle Clair l'a voulu, mais d'abord n'a pas pu trouver la force de dénoncer, alors qu'elle était enfant), ce roman a des relents bien réalistes (on ne vit pas au pays des Bisounours tiens donc). On aime ou on déteste, pour ma part, j'ai plutôt aimé.

 

 

 

Un roman lu dans le cadre du Challenge des 68 premières fois, initié par l'insatiable Charlotte.

 

 

 

Lemieux éditeur, juillet 2016, 164 pages, prix : 15 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Gérard Cambon et éd. Lemieux.

Partager cet article

28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 17:35

Lucie ou la vocation - Maëlle GuillaudAprès une année de classe préparatoire difficile, Lucie fait le choix radical d'épouser le Seigneur. Elle entre au couvent, malgré les larmes de sa mère et la colère de son amie Juliette, et c'est la découverte de ce monde clos et impitoyable que nous fait découvrir l'auteur.

Les novices acceptent de renoncer à la vie extérieure (vœux de silence, de pauvreté, de chasteté) et mènent une vie difficile où tout est fait pour les couper du monde et de leur famille.

 

Malversations, manipulations, mensonges, ce n'est pas bien joli.

Sans doute par idéologie personnelle, ce sont les passages en italique que j'ai préférés, ceux qui donnent la parole à Juliette, l'amie de toujours qui essaie de comprendre, d'aider, de faire changer d'avis, qui accepte mais reste présente, qui se révolte parfois, mais toujours en vain.

 

 

Un premier roman intéressant par le milieu qu'il fait découvrir, et le choix assumé de la jeune Lucie, qui ne manque pas de surprendre au XXIème siècle. Une lecture rapide, une histoire qui fonctionne et qui dérange, mais à laquelle manque le petit quelque chose pour en faire une lecture qui marque durablement.

 

 

Un roman lu dans le cadre du Challenge des 68 premières fois, initié par l'insatiable Charlotte.

 

 

 

Editions Héloïse d'Ormesson, août 2016, 199 pages, prix : 17 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Claude Rouyer / éd. EHO

Partager cet article

6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 17:32

Le loup en slip - Lupano / Itoïz / CauuetVendu avec un bandeau rouge « les vieux fourneaux présentent », forcément cet album attire mon œil. Mais c’est quoi ce dessin de loup, c'est pour les enfants ?

Oui, mais pas que. C’est même le principe des bons albums, ils s'adressent à tous.

 

Dans la forêt, tout le monde a peur du loup. Une brigade anti-loup s'est installée, on y trouve aussi des pièges, des alarmes, des super noisettes, des cours de karaté, bref tout ce qui pourra contribuer à lutter contre cette infâme et terrifiante bestiole. Mais quand le loup descend de sa maison tout là-haut, vêtu d'un slip blanc à rayures rouges, il surprend tout le monde : on ne peut pas être méchant avec un slip pareil ? Bien sûr qu'il n'est pas méchant le loup, il n'en sait rien lui, de qui a kidnappé les trois petits cochons, c'est pas lui en tout cas, il fait ses courses au supermarché comme tout le monde, il a même une petite poche intégrée à son slip, pour y glisser son filet à provisions.

 

Mais alors, si le loup n'est pas méchant, c'est toute une économie de la peur qui s'effondre. C'est la faillite annoncée. Et quel but a-t-on dans la vie quand ce n'est plus la peur qui vous mène ? On s'invente quoi comme raison de vivre ?

 

C'est album est hilarant, tout simplement ! Et l'on y verra ce que l'on veut y voir. Les enfants y verront une histoire de loup rigolote, qui cause fesses et slip, les adultes y liront des références à des peurs actuelles (attentats, terrorisme, ..?) Les comportements des uns et des autres sont révélateurs.

 

Et que viennent faire les Vieux fourneaux dans l'histoire ? Un clin d’œil de Cauuet en dernière page, souvenez-vous de Sophie et de son théâtre ambulant, il se nommait le théâtre du loup en slip. Et si l'on venait d'assister à l'une de ses représentations ? Avec les 3 vieux bougons d'une mauvaise foi toujours aussi exemplaire.

 

Irrésistible !

Si ce n'est déjà fait, foncez !

 

Feuilleter l'album : clic !

 

Dargaud, novembre 2016, 36 pages, prix : 9,99 €

Etoiles :  (oui, je suis d'humeur joyeuse, Lupano au scénario fait toujours des miracles)

Crédit photo couverture : Mayana Itoïz et éd. Dargaud

Partager cet article

Publié par Laure - dans Boite à BD
commenter cet article
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 14:40

Mosquito avait 5 ans quand j'ai commencé ce blog, elle en a aujourd'hui 15 1/2.

Elle n'aime toujours pas lire, et en bonne bibliothécaire de mère, je continue à rapporter des tas de trucs à la maison au cas où...

 

Alors avant qu'elle ne parte pour sa première leçon pratique à l'auto-école, elle a eu droit à ça :

 

Je conduis comme un grand !

 

Au moins, j'ai gagné son éclat de rire. :-)

 

(ça ne se voit pas comme ça sur la photo mais le volant tourne vraiment sur la couverture)

 

Et pour les fans de Kididoc ou de machins à moteur, je me fends d'une chronique :

Conducteur d'un paquebot, d'un camion de pompier, d'un TGV, d'un avion de ligne ou d'une (banale) voiture, le lecteur est prêt à démarrer ! Principe habituel de la collection Kididoc, il y a plein de petits trucs à tirer, pousser, et ici, des volants à tourner, et des éléments de tableaux de bord en relief.
Les enfants (de maternelle) ont à peu près tous le même cri du coeur :  trop bien !

La 4ème de couv précise que les habitacles des engins ont été simplifiés pour les enfants (non vous ne saurez pas piloter un Boeing avec ce livre); mais que de vrais pilotes, commandants et conducteurs ont relu l'ouvrage avant publication.

 

Nathan, octobre 2016, 12 pages, 24 x 24 cm, prix : 16,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : Pierre Caillou et éd. Nathan

 

 

Partager cet article

Publié par Laure - dans Docs jeunesse
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 16:21

(ill. de Rémi Tornior, Matthias Malingrëy, Patrick Morize, Kiko)

 

 

Si vous êtes parents, il ne vous aura pas échappé que le code informatique est désormais obligatoire dans l’enseignement scolaire, dès l’école primaire. Au collège, les professeurs de technologie et de mathématiques le pratiquent déjà, et la plupart travaillent avec le logiciel libre « Scratch », développé par le MIT, qui permet d’apprendre les bases de la programmation par une approche visuelle et ludique.

L’avantage premier est que les élèves peuvent télécharger gratuitement le logiciel, principe du libre.

De nombreux livres sur Scratch commencent à arriver, et les coding goûters et autres animations autour du code informatique se développent également.

 

Si vous avez des p’tits curieux à la maison, Code toi-même est un livre qui les occupera bien pendant les week-ends ou les vacances scolaires. Conseillé pour les enfants de 8 à 12 ans, il propose, après une très brève présentation de Scratch, 4 jeux-vidéos à créer soi-même. L’idéal est quand même d’installer Scratch et de le découvrir un peu avant de commencer. Sinon, il suffit de suivre pas à pas ce qui est décrit dans le livre. Alors oui, il faut surtout être patient et persévérant, et ne pas vouloir que ce soit fini avant de commencer, ce qui est souvent le problème !

 

Pour avoir vu des enfants créer sur Scratch, je dois bien reconnaître qu’ils ont bien moins d’appréhension que moi à se lancer face à l’inconnu, nouveauté mathématique pour laquelle je n’ai pas d’intuition ni guère de motivation, je l’avoue. Mais on mêle là le jeu à une initiation à la programmation informatique, ce qui est plutôt sympa.

 

J’ai fait tester ce livre à un jeune de 14 ans, déjà familier de Scratch, par ses cours au collège. Il a pu arriver au bout de chaque jeu, un peu plus vite que le temps indiqué par l’auteur sur le livre, mais parce qu’il connaissait déjà l’outil. Chacun des jeux est prévu pour être créé en 1h30 à 2h30, avec un niveau de difficulté croissant. A la fin, quelques pages donnent des bases pour inventer son propre jeu.

 

Verdict : c’est rigolo !

 

Le livre indique également quelques liens, notamment celui de l’académie numérique pour enfants et adolescents, fondée par l’auteur.

 

On trouvera également une aide et des tutos sur le site de l’éditeur :

http://codetoimeme.nathan.fr/

 

Pour feuilleter un extrait du livre :

http://fr.calameo.com/read/00169842936a0c5d1306d

 

Yapluka ! (sérieusement, c’est une activité que nous développons de plus en plus en bibliothèque, il faut bien que je m’y mette !)

 

 

 

Ed. Nathan ; coll. Dokéo / Fablab, août 2016, 182 pages, prix : 14,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Nathan

 

Code toi-même ! – Alexandra Bernard
Code toi-même ! – Alexandra Bernard

Partager cet article

Publié par Laure - dans Docs jeunesse
commenter cet article
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 11:40

La chance que tu as - Denis MichelisUn jeune homme dont on ignorera le prénom est déposé au « domaine » par ses parents, ou du moins un couple qui prétend l’être. Il est embauché comme serveur dans ce grand restaurant perdu au milieu d’une forêt, connu de ses seuls habitués.

 

D’emblée tout est étrange, le jeune homme se voit dépouillé de ses affaires personnelles, ne signe pas de contrat de travail (mais tous lui disent qu’il l’a nécessairement fait), et très vite, les conditions sont rudes pour ce garçon sans expérience.

 

L’équipe qui l’entoure se montre sévère et sans pitié, seule la lingère semble avoir un peu plus d’empathie que les autres.

 

Fable contemporaine sur le monde du travail, c’est un récit dépouillé, très maitrisé, et extrêmement glaçant que nous livre l’auteur. Jusqu’où peut-on aller dans l’acceptation de conditions de travail humiliantes, sous prétexte qu’on a au moins la chance d’avoir un emploi ?

Solitude, violence, humiliation, mais aussi persévérance du héros, le lecteur souffre avec lui et se voit complice, témoin de son honnêteté et de son désarroi, tout comme de son impuissance.

 

Un premier roman à l’atmosphère kafkaïenne vraiment très réussi.

 

 

Ed. stock, coll. « La forêt », août 2014, 152 pages, prix : 17 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Sock.

Partager cet article

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 14:34

Avec la nouvelle admin encore plus pourrie qu'avant d'Overblog, c'était pas gagné... c'est bancal, mais je fais de mon mieux ...

(Image cliquable quand il y a un article)

 

 

En octobre, j'ai lu :

 

Le dernier amour d'Attila KissEnfants du diable - Liliana Lazar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mains lâchées - Anaïs Llobet

 Lithium - Aurélien GougaudAvant que naisse la forêt - Jérôme Chantreau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les intrus - Adrian Tomine  S - Luis Seabra  Silentium - Fabrice Millon

 

 

 

En octobre, j'ai vu :

 

Bridget Jones Baby - film

 

Adopte un veuf   how to get away with murder - saison 1

 

 

Elle - Paul Verhoeven

 

 

 

 

 

En octobre, j'ai écouté :

 

La nuit ne dure pas - Dani  You want it darker - Leonard Cohen

 

Partager cet article

Publié par Laure
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -