Les jardins d'Hélène

Nue Propriété, un film de Joachim Lafosse (2007)

2 Novembre 2008, 16:30pm

Publié par Laure

Film franco-belge, 1h30

Avec Isabelle Huppert, Jérémie Régnier et Yannick Régnier

 

Pascale (Isabelle Huppert), divorcée, vit avec ses deux garçons Thierry et François, faux-jumeaux, dans une grande maison à la campagne laissée par leur père, son ex mari avec qui elle ne s’entend pas, isolée de tout. Elle aimerait refaire sa vie avec un voisin devenu son amant, partir monter une maison d’hôtes, mais ses deux garçons, bien qu’adultes, sont très immatures et dans une relation fusionnelle tant entre eux qu’avec elle et ne l’entendent pas de cette façon.

Très vite, le film se resserre sur un huis-clos oppressant, sombre et violent. Thierry est un garçon qui s’emporte facilement avec sa mère, l’injurie et n’a aucun respect pour elle. François est plus calme et plus sensible, mais il n’empêche que ce sont eux qui font la vie de leur mère, elle est leur instrument nourricier qu’ils violentent verbalement. Là, en tant que spectateur, on a envie de bondir. Comment Pascale peut-elle endurer cela sans réagir ? Ses fils sont adultes (jeunes, mais adultes quand même), pourquoi les laisse-t-elle gouverner sa vie ? Pourquoi est-elle si molle et si peu réactive ? L’histoire de cette famille est ambiguë et fusionnelle. Pourtant, on ne peut pas grandir sans rupture. Petit à petit, le tempérament exécrable de Thierry et la lassitude insurmontable de sa mère vont mener au drame.

Un film très sobre, des plans fixes, une fin un peu abrupte à mon goût, mais une force impressionnante dans les dialogues et la passivité apparente. On peut détester d’emblée la lenteur et les caractères des personnages, mais force est de constater qu’ils sont complexes, et ne peuvent laisser indifférent.

Enervant (d’impuissance !), mais froid dans le dos.

 

Ma note :

Commenter cet article
Y
J'ai un très bon souvenir de film. Une famille en perdition, avec une mère en position d'infériorité. Et Isabelle Huppert est comme très souvent extraordinaire de sobriété et de froideur glaçante dans ce film. Et la scène où elle mange le poulet avec ses doigts ests sensuelle et angoissante à la fois, et reste un grand moment du film !
Répondre
L

très juste... je n'avais pas pensé à la sensualité néanmoins...


C
Je l'avais vu au cinéma à sa sortie et même analyse que toi. Dur, fascinant, et agaçant... Et Isabelle Huppert qui a, comme souvent, un rôle difficile !
Répondre
V
Merci, c'est vraiment sympa!
Répondre
L

bah normalement on aurait dû le regarder ensemble :-)
(si les journées avaient un peu plus de 24 h !)


V
Celui-là, je le note! Bises.
Répondre
L

note pas, je te le mets à la Poste :-))