Les jardins d'Hélène

boite a bd

Je suis Sofia – Céline Gandner et Maël Nahon (ill.)

18 Janvier 2022, 18:11pm

Publié par Laure

Un récit graphique documentaire et biographique, écrit par Céline Gandner, qui fut la jeune fille au pair de deux petits garçons : Edoardo, 5 ans et Amedeo, 18 mois, 21 ans plus tôt en Italie. Alors qu’elle a changé de voie professionnelle en passant de l’audiovisuel documentaire pour France 5 au storyboarding de BD, elle retourne en Italie leur rendre visite. Personne ne l’a prévenue qu’Edoardo s’appelait désormais Sofia. Accueillie en amie de toujours, elle devient la confidente de Sofia, qui lui explique sa transidentité et les aléas de son opération de réassignation sexuelle.

Très vite l’ancienne jeune fille au pair songe à en faire une BD pour informer, lever le tabou du sujet, le rendre plus accessible. Mais elle craint d’être maladroite et de blesser sans le vouloir. Elle s’associe alors à Maël Nahon, dessinateur qui s’est formé dans la même école qu’elle, militant LGBTI, et qui a lui-même fait une transition de genre.

J’ai beaucoup aimé ce récit graphique, dans son dessin clair et aéré aux couleurs faites uniquement de bleu et d’orange, ainsi qu’à la large place faite à la ville de Rome. J’ai apprécié le scénario, explicatif, sincère, qui n’oublie pas la place des parents et la difficulté pour tous, tant psychologique que la douleur physique. Même si j’ai trouvé maladroite la comparaison de la scénariste qui fait un parallèle entre cette transformation identitaire et son changement de vie professionnelle – on n’est pas sur le même sujet ni la même incidence – j’approuve tout ce qui peut informer, briser le tabou de la dysphorie de genre et de la transition. Un sujet délicat poussé assez loin dans ses détails physiques notamment (l’opération), mais dont l’aboutissement en un peu moins de 200 pages me semble réussi.

 

 

Marabulles, avril 2021, 173 pages, prix : 18,95 €, ISBN : 978-2-501-14674-6

 

 

Crédit photo couverture : © Maël Nahon et éd. Marabulles

 

Voir les commentaires

Moon river – Fabcaro

10 Janvier 2022, 16:37pm

Publié par Laure

Polar des années 50 à Hollywood. La célèbre actrice Betty Pennyway se réveille outragée au lendemain d’un tournage de western dans le désert : quelqu’un lui a dessiné une bite sur la joue. L’affaire est très sérieuse et c’est au Lieutenant Hernie Baxter qu’elle est confiée.

Rassurez-vous, c’est du Fabcaro, en pleine forme : humour absurde et déjanté au possible, mélange des genres et des temporalités : on passe du dessin classique noir et bleu en six cases au roman photo en passant par le western colorisé et le dessin au crayon gras des petites bêtes, je vous laisse découvrir le prénom de la libellule. L’auteur se moque de lui-même par le biais de ses filles qui trouvent son projet complètement nul, ses tentatives médicales et paramédicales pour soigner sa hernie qui l’empêche de dessiner en bonne position valent le détour et on ne compte plus les nombreuses références présentes ou passées qui pour certaines déclenchent un franc éclat de rire.

Du grand Fabcaro pour ceux qui aiment, dans la même veine que Zaï Zaï Zaï Zaï, sous une classieuse couverture rembourrée et vendue sous film.

 

 

Ed.6 pieds sous terre, septembre 2021, 80 pages, prix : 16 €, ISBN : 978-2-35212-164-0

 

 

 

Crédit photo couverture : © Fabcaro et éd. 6 pieds sous terre

Voir les commentaires

Dessiner encore - Coco

9 Novembre 2021, 10:02am

Publié par Laure

Le 07 janvier 2015, Coco s’apprête à quitter les locaux de Charlie Hebdo un peu avant la fin d’une réunion pour aller chercher sa fille à la crèche. Elle croise le chemin des terroristes qui la forcent à les conduire à Charb et l’équipe. Ils tueront sept des collaborateurs de Charlie et en blesseront grièvement quatre.

Coco raconte en texte et en images, d’une belle manière fluide et expressive, l’après. Mais aussi l’avant, le pourquoi, l’histoire des caricatures et ce qui a précédé (et suivi) ce jour.

« Je dois dessiner, dessiner encore ». pour surmonter cette vague qui l’a emportée et l’emporte encore, pour lutter pour la liberté de pensée et d’expression, pour survivre, pour vivre.

Un très bel ouvrage qui marque tant par le dessin que par le récit.

 

 

Les Arènes BD, mars 2021, 345 pages, prix : 28 € ; ISBN : 979-10-375-0283-4

 

 

Crédit photo couverture : © Coco et éd. Les Arènes

Voir les commentaires

Le spectateur – Théo Grosjean

4 Octobre 2021, 15:39pm

Publié par Laure

Cette BD est aussi fascinante que mystérieuse. Entièrement vue par les yeux de Samuel, tout au long de sa vie depuis l’accouchement. Ses parents pensent qu’il est muet, pourtant ses cordes vocales sont intactes, mais jamais il n’interagira avec les autres, spectateur du monde et de sa vie. Il s’exprime par le dessin et quels dessins !

Le scénario est particulièrement riche de thèmes abordés, tant dans la relation aux parents qu’aux copains, dans cette fascination pour la mort via le corbeau de la couverture notamment, dans la maladie, dans les personnages secondaires, etc. Le choix des couleurs, tout en vert et noir, est frappant, et correspond parfaitement à l’atmosphère du récit. De même que la page liminaire avec sa phrase ton sur ton en caractères embossés montre la qualité et l’innovation du travail.

Un vrai bel album !

 

 

Ed. Soleil coll. Noctambule, avril 2021, 165 pages, prix : 18,95€, ISBN : 978-2-302-09044-6

 

 

 

Crédit photo couverture : © Théo Grosjean et éd. Soleil

Voir les commentaires

Les règles de l'amitié # sangtabou - Lily Williams & Karen Schneemann (ill.)

26 Septembre 2021, 13:26pm

Publié par Laure

Quand la nouvelle élève a ses règles de manière impromptue pour la première fois, les autres se moquent. Mais des camarades vont la dépanner et en profiter pour mener leur cheval de bataille : à quoi ça sert qu'il y ait des distributeurs de serviettes et de tampons dans les toilettes si personne ne les approvisionne et qu'en plus il faut payer ! Les règles sont naturelles et on ne devrait pas en faire un tabou ! Mais il y a encore du chemin à faire !
Amitié, sorties, fêtes, la BD tout entière dans les tons de rouge (sans surprise !) aborde aussi de manière un peu plus confuse l'endométriose (et l'absentéisme qui en découle ainsi que le manque de connaissances à ce sujet). De même dans un esprit documentaire l'auteure rappelle aussi qu'il n'y a pas que les femmes qui ont leurs règles, mais aussi les hommes transgenres et des personnes non binaires.
Une BD engagée, idéale à offrir à une jeune adolescente bientôt (ou déjà) concernée par le sujet.

 

 

Jungle, août 2020, 329 pages, prix : 17 €, ISBN : 978-2-8222-3150-3

 

 

Crédit photo couverture : éditions Jungle et Karen Schneemann

Voir les commentaires

Graines de bandits - Yvon Roy

22 Août 2021, 18:46pm

Publié par Laure

Je n'ai pas été touchée par cette BD tranche de vie, même si j'ai aimé le dessin. Le récit retrace l'enfance de deux frères dont le père avait des rêves de paradis perdu en construisant une belle maison dans le nord de l'Amérique. Mais de désillusion en désillusion, tout ne fut qu'amertume. Ils emménagent dans une maison en chantier, la mère sombre dans la dépression et devient violente avec ses enfants, le père se réfugie dans une secte... alors les enfants s'évadent dans des jeux de gamins qui tournent parfois à la petite délinquance de mômes perdus. Difficile dans cet univers de se faire des amis et de s'éveiller aux sentiments amoureux quand on n'a pas vraiment de modèle sous les yeux.
Comment aimer quand on est malheureux ?
Un goût d'inachevé pour cette BD dont on aimerait suivre davantage les personnages, celui de la mère notamment, et de sa relation à ses enfants.

 

Du même auteur j'ai préféré Les petites victoires, BD autobiographique parue en 2018

 

Rue de Sèvres, août 2019, 166 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-369-81101-5

 

 

 

Crédit photo couverture :  Yvon Roy et éd. Rue de Sèvres

Voir les commentaires

Le jardin secret - Maud Begon

6 Août 2021, 07:46am

Publié par Laure

d'après le roman de Frances H. Burnett / Première partie

 

Je ne connaissais pas le roman de Frances H. Burnett mais j'ai beaucoup aimé cette adaptation en BD par Maud Begon (cet album est la première partie d'un diptyque). Il me tarde de connaitre la suite !

En 1910 aux Indes, la petite Mary est orpheline, sa famille décimée par le choléra. Elle est rapatriée en Angleterre, au manoir de Misselthwaite, chez un oncle mystérieux qui ne souhaite pas la voir,  solitaire depuis qu'il a perdu sa femme dix ans auparavant. Mary est donc accueillie par la bonne, ce qui nous vaut un échange truculent, Mary étant d'une effronterie sans nom. Mais par la force des choses elle va découvrir son nouvel univers, et un jardin secret de roses où elle pourrait bien s'épanouir.

Classicisme de l'histoire (parfaite pour les 9-12 ans), illustrations et couleurs absolument magnifiques (au jardin notamment), comme j'aurais aimé lire cela enfant !

 

Dargaud, avril 2021, 94 pages, prix : 16,90 €, ISBN : 978-2-205-08916-5

 

 

Crédit photo couverture : Maud Begon et éd. Dargaud

 

Voir les commentaires

Les mains de Ginette – Olivier Ka et Marion Duclos

5 Août 2021, 09:11am

Publié par Laure

En 1962, la droguerie de Marcelin prospère. Il vend de tout pour les ménagères et sa spécialité, ce sont les gants. Pour le ménage, les petits travaux, … il ne se lasse pas de regarder les mains des femmes pour mieux les conseiller. C’est ainsi qu’il fait la rencontre de Ginette, employée à la poste. Le couple emménage et très vite Ginette se montre jalouse et tyrannique. Violente et désagréable. Les copains de Marcelin tentent bien de le mettre en garde mais l’amour le rend aveugle et résigné.

C’est une histoire dramatique que celle de Ginette et Marcelin, conséquences tragiques d’un désamour originel. Les violences conjugales et l’emprise sont traitées dans un sens inhabituel : c’est la femme qui est maltraitante. Le dessin de Marion Duclos est paradoxalement frais et coloré, ce qui m’a plu. Mention spéciale pour la couverture. « La Crabe » comme la surnomment les rares villageois qui lui parlent encore porte une terrible histoire joliment construite ici, aussi bien dans le scénario que le dessin.

 

 

 

Delcourt, coll. Mirages, mars 2021, 97 pages, prix : 16,90 €, ISBN : 978-2-413-01948-0

 

 

Crédit photo couverture : © Marion Duclos et éd. Delcourt

Voir les commentaires

Little Joséphine : les jours d'oubli - Valérie Villieu & Raphaël Sarfati

4 Juillet 2021, 12:31pm

Publié par Laure

 

Une BD sur Alzheimer (encore une ?) Oui mais le regard professionnel de Valérie Villieu , infirmière à domicile et ici scénariste, traduit bien l'empathie, le lien noué avec Joséphine et la colère face aux politiques publiques, à la maltraitance de certaines assistantes de vie, métier souvent au pied levé, sans formation et sous payé, peu motivant. Mais il y a aussi une formidable assistante de vie dans l'histoire !


Le dessin de Raphaël Sarfati réussit à être très expressif du vide qui s'installe peu à peu dans la tête de Joséphine, de ses errances, de ses besoins de tendresse et de maternage aussi.
Ça ne révolutionne pas le sujet, mais ça l'exprime joliment, sans mièvrerie et avec bienveillance.

 

 

La boite à bulles, avril 2021, 120 pages, prix : 19 €, ISBN : 978-2-84953-394-9

 

 

Crédit photo couverture :  Raphaël Sarfati et éd. La boîte à bulles

 

Voir les commentaires

Les beaux étés, tome 6 : Les genêts – Zidrou / Lafebre

18 Juin 2021, 19:03pm

Publié par Laure

C’est toujours un plaisir de retrouver la famille Faldérault, même si au fil des tomes, elle tournait un peu en rond.

Où vont donc nous mener les Genêts ? En 1970, Pierre et Madeleine n’ont encore que trois enfants, la petite dernière est en route, le ventre de Madeleine est bien rond, mais n’empêche pas encore de partir en vacances, au volant de la fidèle 4L baptisée Mam’zelle Estérel. Égal à lui-même Pierre est en retard, veut finir sa BD en cours, mais sa femme le menace de partir sans lui : en route mauvaise troupe ! Les Faldérault quittent la Belgique pour leur petite crique du sud de la France, mais un accident en décidera autrement. C’est donc en attendant le nouveau pare-brise de Mam’zelle Estérel que la famille s’installera aux Genêts, une ferme gérée par deux charmantes jeunes femmes.

Sans vous dévoiler le scénario, si l’album est sympa à lire, il sent quand même un peu le réchauffé et surfe sur les sujets sociétaux en vigueur, même avec un retour en 1970. Dommage, les beaux étés continuent de s’essouffler. Faut-il encore les réanimer ?

 

 

 

 

 

 

Dargaud, juin 2021, 56 pages, prix : 14,50 €, ISBN : 978-2-5050-8935-3

 

 

Crédit photo couverture : © Jordi Lafebre et éd. Dargaud

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>