Les jardins d'Hélène

boite a bd

Little Joséphine : les jours d'oubli - Valérie Villieu & Raphaël Sarfati

4 Juillet 2021, 12:31pm

Publié par Laure

 

Une BD sur Alzheimer (encore une ?) Oui mais le regard professionnel de Valérie Villieu , infirmière à domicile et ici scénariste, traduit bien l'empathie, le lien noué avec Joséphine et la colère face aux politiques publiques, à la maltraitance de certaines assistantes de vie, métier souvent au pied levé, sans formation et sous payé, peu motivant. Mais il y a aussi une formidable assistante de vie dans l'histoire !


Le dessin de Raphaël Sarfati réussit à être très expressif du vide qui s'installe peu à peu dans la tête de Joséphine, de ses errances, de ses besoins de tendresse et de maternage aussi.
Ça ne révolutionne pas le sujet, mais ça l'exprime joliment, sans mièvrerie et avec bienveillance.

 

 

La boite à bulles, avril 2021, 120 pages, prix : 19 €, ISBN : 978-2-84953-394-9

 

 

Crédit photo couverture :  Raphaël Sarfati et éd. La boîte à bulles

 

Voir les commentaires

Les beaux étés, tome 6 : Les genêts – Zidrou / Lafebre

18 Juin 2021, 19:03pm

Publié par Laure

C’est toujours un plaisir de retrouver la famille Faldérault, même si au fil des tomes, elle tournait un peu en rond.

Où vont donc nous mener les Genêts ? En 1970, Pierre et Madeleine n’ont encore que trois enfants, la petite dernière est en route, le ventre de Madeleine est bien rond, mais n’empêche pas encore de partir en vacances, au volant de la fidèle 4L baptisée Mam’zelle Estérel. Égal à lui-même Pierre est en retard, veut finir sa BD en cours, mais sa femme le menace de partir sans lui : en route mauvaise troupe ! Les Faldérault quittent la Belgique pour leur petite crique du sud de la France, mais un accident en décidera autrement. C’est donc en attendant le nouveau pare-brise de Mam’zelle Estérel que la famille s’installera aux Genêts, une ferme gérée par deux charmantes jeunes femmes.

Sans vous dévoiler le scénario, si l’album est sympa à lire, il sent quand même un peu le réchauffé et surfe sur les sujets sociétaux en vigueur, même avec un retour en 1970. Dommage, les beaux étés continuent de s’essouffler. Faut-il encore les réanimer ?

 

 

 

 

 

 

Dargaud, juin 2021, 56 pages, prix : 14,50 €, ISBN : 978-2-5050-8935-3

 

 

Crédit photo couverture : © Jordi Lafebre et éd. Dargaud

Voir les commentaires

Patient zéro – Renaud Saint-Cricq, ill. de Nicoby

10 Mai 2021, 13:21pm

Publié par Laure

Sous-titre : à l’origine du coronavirus en France

Scénario : Renaud Saint-Cricq, d’après une enquête de Raphaëlle Bacqué, Ariane Chemin et Renaud Saint-Cricq ; dessin : Nicoby ; couleur : Philippe Ory

 

L’Oise est le premier département français touché par le coronavirus en février 2020, deux hommes sont testés positifs, ils ne se connaissent pas, ne se sont pas croisés, ne reviennent ni de Chine ni d’Italie. L’un deux mourra à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, il s’appelait Dominique Varoteaux, il était enseignant, âgé de 61 ans.

L’enquête commence pour identifier très vite les contacts pour isoler, tracer, casser les clusters. Mais l’intérêt scientifique cherche aussi à remonter au fameux patient zéro, celui qui est à l’origine de l’épidémie en France. On veut comprendre. Les équipes cherchent, déduisent, notent, analysent, mais rien ne colle. Et puis même si l’on trouve, on lui dira quoi à ce gars, à cette femme ?

Ce qui est intéressant dans cette BD, c’est bien évidemment sa lecture avec le recul un an et quelques mois après. La mesure de l’écart entre ce que l’on sait aujourd’hui et ce que l’on savait à l’époque. Les choix qui ont été faits et comment ils ont rapidement évolué.

Les entrelacs complexes entre les scientifiques, les professionnels de santé, et les politiques.

Je ne suis pas spécialement fan des dessins, et à part Didier Raoult, je trouve les personnages politiques et médiatiques assez peu ressemblants. Mais la ligne est claire et l’ensemble se lit aisément.

Une BD à valeur de mémoire documentaire.

 

Voir un extrait :

https://www.glenat.com/hors-collection-glenat-bd/patient-zero-9782344045350

 

 

Glénat, février 2021, 111 pages, prix : 17,50 €, ISBN : 978-2-344-04535-0

 

 

Crédit photo couverture : © Nicoby et éd. Glénat

Voir les commentaires

Le col de Py - Espé

22 Avril 2021, 14:33pm

Publié par Laure

Déjà parents d’une petite fille, Camille et Bastien s’apprêtent à accueillir Louis. La naissance se passe bien, mais très vite les médecins diagnostiquent une grave malformation cardiaque qu’il faudra opérer mais il faut d’abord gagner du temps. Plusieurs interventions sont possibles mais le risque est élevé et le choix difficile.

Une très belle histoire personnelle qui touche de par la force d'esprit exceptionnelle de ce grand père toujours positif, et de par le drame angoissant bien sûr que vivent les parents du petit Louis.
L'ensemble est plein d’espoir et de beauté malgré tout, et malgré un langage médical très technique qui perd un peu le lecteur.
Pas totalement fan des dessins mais une belle BD "histoire (au singulier) de vies (au pluriel)" comme le souligne le sous-titre.

 

 

Bamboo éd., coll. Grand Angle, juin 2020, 103 pages, prix : 17,90 €, ISBN : 978-2-8189-7617-3

 

 

Crédit photo couverture : Espé et éd. Bamboo

Voir les commentaires

Les Oiseaux – Troubs

25 Mars 2021, 13:10pm

Publié par Laure

Coup de cœur pour cet album emprunté par hasard au détour d’une médiathèque, pour sa couverture et son dessin peut-être, car je n’en avais jamais entendu parler.

L’auteur chemine en forêt et engage la conversation avec un rouge-gorge qui peine à trouver de la nourriture. Il cherche un arbre, un arbre à qui parler, un arbre qui ait de l’oreille… Alternent des scènes qui se passent à Beyrouth, dans une ville où la nature a disparu et où le béton a pris toute la place. C’est avec une tourterelle qu’il discutera, de l’évolution de la ville, de la guerre, de la main de l’homme qui a détruit toute la verdure, à l’exception de ce Bois des Pins, et d’un maigre eucalyptus entre les hauts immeubles. (L’histoire se passe avant les explosions d’août 2020).

D’emblée j’ai aimé les dessins, la mise en couleur, le propos, qu’ils soient de la nature ou de la ville. La fable écologique est bien évidemment présente, mais sans être lourde, car le dessin l’emporte. Les couleurs de la ville alternent avec celle de la forêt, qui évolue elle aussi au fil des saisons.

Une très belle découverte.

p. 82/83 : « Pour moi, Beyrouth est à l’image de ce que sera le monde de demain. Urbain. Surpeuplé. Sans presque plus de plantes ni d’animaux. En tension et sans harmonie. Sans l’harmonie éclatante et subtile d’une forêt. »

Regardez la nature, respirez-la, plus que jamais en ces temps moroses, mais pour demain également.

 

Futuropolis, février 2021, 85 pages, prix : 17 €, ISBN : 978-2-7548-2749-2

 

 

Crédit photo couverture : © Troubs et éd. Futuropolis

Voir les commentaires

Le vieil homme et son chat (tome 3) : se frisent les moustaches – Nekomaki

17 Mars 2021, 11:04am

Publié par Laure

 

Ils sont mignons ce vieil homme et son chat, inséparables, bougons au cœur tendre l’un comme l’autre. Dans ce tome en particulier, les querelles de voisinage prennent le dessus, au centre du débat : les chats qui viennent salir ou endommager le terrain des uns ou des autres. Ça se chamaille pour la forme, mais ils ne sauraient vivre l’un sans l’autre, veillant l’un sur l’autre et comblant leur solitude. Quand un jeune docteur arrive de la ville, on lui souhaite bien du courage, face à ces petits vieux têtus comme des mules, et on sourit à voir sa tête devant les curieux plats de poissons et crustacés divers qu’ils lui font déguster.

Aquarelles, tons pastel, rythme des saisons, c’est toujours aussi sympa, surtout pour la relation homme-chat !

 

 

 

Nota : les tomes peuvent tout à fait se lire séparément ou dans le désordre

 

Casterman, octobre 2019, 172 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-203-15568-8

 

 

Crédit photo couverture : © Nekomaki / éd. Casterman

Voir les commentaires

Simone Veil, l’immortelle – Pascal Bresson (scénario) / Hervé Duphot (dessin)

3 Mars 2021, 09:30am

Publié par Laure

26 novembre 1974, Paris. Simone Veil, ministre de la Santé, est à la veille de présenter son projet de loi de dépénalisation de l’avortement à l’Assemblée.

Les débats sont violents. René Feit, député du Jura fermement opposé au projet, ira même jusqu’à le comparer au racisme nazi. Il n’en faut pas plus à Simone Veil pour replonger dans son passé de déportée juive, du moins c’est le chemin proposé par le scénario.

Classique, informatif, sobre, avec un choix de couleurs uniques liées au temps de l’histoire évoqué, Simone Veil, l’immortelle est une biographie historique et humaine nécessaire.

 

 

 

Marabulles, juillet 2018, 176 pages, prix : 17,95 €, ISBN : 978-2-501-11782-1

 

 

Crédit photo couverture : © Hervé Duphot et éd. Marabulles

Voir les commentaires

Une touche de couleur – Jarrett J. Krosoczka

1 Mars 2021, 17:30pm

Publié par Laure

Ou Comment j'ai perdu ma mère, trouvé mon père et fait face aux addictions de mes parents

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Margot Negroni

 

Le récit autobiographique d’un enfant élevé par ses grands-parents et devenu auteur et dessinateur de bandes dessinées. Jarrett n’a jamais connu son père, et sa mère a toujours été absente : entre prison et désintox à l’héroïne, il a été élevé par ses grands-parents, dans un foyer aimant, bienveillant et encourageant, même si sa grand-mère avait un sacré caractère un peu tordu ! Il est un peu le dernier enfant de cette famille nombreuse, même si les autres sont ses oncles et tantes.

Le récit se fait très discret sur le parcours de la mère et du père longtemps inconnu, peut-être parce que le narrateur n’en a jamais su grand-chose, grandissant dans un silence qui se voulait protecteur. Adolescence et choix d’orientation, soutien grand-paternel vers des études artistiques, l’ensemble du propos est simple mais touchant avec un bon point pour le dessin et la mise en couleur que j’aime beaucoup, bien que le graphisme soit constant sur les 300 pages que constitue l’album.

L’amour fait grandir droit, peu importe d’où il vient, du moment qu’il existe.

 

 

Ed. Delcourt, Coll. Encrages, février 2020, 320 pages, prix : 24,95 €

 

 

Crédit photo couverture : © Jarrett J. Krosoczka et éd. Delcourt

Voir les commentaires

Peurs bleues – Mathou

27 Décembre 2020, 13:48pm

Publié par Laure

De Mathou je connaissais surtout les dessins mensuels pour bullet journal et j’avais acheté en 2020 son joyeux journal, un agenda qui mettait un peu de gaité dans le quotidien, et qui avait pour sous-titre : « en 2020, tout va bien ». Autant dire qu’en 2020 l’agenda est resté souvent confiné au bureau et la plupart des activités d’animation d’une bibliothécaire ayant été annulées, n’a pas beaucoup servi. Mais j’aime le trait rond de Mathou, ses dessins me mettent de bonne humeur, et la police choisie est tout aussi plaisante et facilite la lecture.

Peurs bleues est une BD qui fait du bien, parce que ça fait toujours du bien de voir qu’on n’est pas seul à avoir telle ou telle peur ou névrose. Ça commence doucement avec des peurs simples, la peur du noir, d’être enfermée dans ascenseur, la peur de l’avion, puis ça devient un peu plus profond. Chacun.e pourra se retrouver dans telle ou telle idée, la peur de la mort, la peur du regard des autres (le surpoids, le physique, etc.), la peur de dire non, la peur de déranger…

La conclusion bienveillante dans un esprit feel good à la sauce développement personnel est peut-être de trop, mais allez, un petit bonbon de temps à autre, ça ne se refuse pas !

 

Delcourt, février 2020, 160 pages, prix : 18,95 €, ISBN : 978-2-413-02275-6

 

Crédit photo couverture : © Mathou et éd. Delcourt

Voir les commentaires

Malgré tout - Jordi Lafebre

26 Décembre 2020, 14:34pm

Publié par Laure

C’est une histoire d’amour à rebours, qui s’ouvre au chapitre 20 et remonte le temps jusqu’au premier chapitre, trente-sept ans plus tôt. Les deux premières images et les deux dernières se répondent, identiques, seul l’âge a changé les visages.

Ana a la soixantaine, et achève son dernier mandat de maire d’une ville où elle a failli détruire la librairie de Zeno, héritée de son père. Ils se sont aimés le temps d’une soirée jadis, il a tout quitté pour prendre la mer, et mis quarante ans à finir sa thèse. Ils se sont échangé quelques messages, mais leur amour est resté platonique tout ce temps. Elle est mariée et mère de famille, il a multiplié les aventures. Et si tout changeait enfin ?

Vendue comme la BD feel good de l’année, survendue peut-être, c’est une belle histoire, certes, mais que j’ai trouvée somme toute très banale. L’originalité du temps remonté et du chapitrage inversé étant largement éventés dans les critiques, il n’y eut pas vraiment de surprise. C’est un conte de Noël ou du temps qui passe la retraite une fois posée, tolérante sur le polyamour en sauvant la morale, personne ne trompant personne. Intimiste et sympathique. A vous de voir.

 

Dargaud, septembre 2020, 150 pages, prix : 22,50 €, ISBN : 978-2-5050-8150-0

 

Crédit photo couverture : © Jordi Lafebre et éd. Dargaud

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>