Les jardins d'Hélène

livr'ados

D’or et d’oreillers – Flore Vesco

15 Mars 2022, 13:58pm

Publié par Laure

Quelle magnifique réécriture du conte de la princesse au petit pois, mâtiné de sorcellerie, d’une incroyable modernité et liberté !

Flore Vesco a l’art de manier le langage ; chaque mot est choisi et à sa juste place. Il s’en dégage un plaisir évident pour le lecteur, qui en vient presque à ne pas vouloir finir tant le mets est excellent.

Ici, place au Lord Handerson, riche héritier solitaire en son manoir de Blenkinsop Castle. Il cherche épouse et tous les bons partis de la région viennent passer le premier test, qui consiste à passer une nuit seule dans une chambre sur une pile de matelas d’une hauteur vertigineuse. Toutes sont renvoyées au matin, sans connaitre la raison de leur échec. Sadima, simple femme de chambre qui accompagnait les jeunes femmes pour qui elle travaille se voit proposer le test.
Courageuse et audacieuse, elle va franchir les étapes une à une.

Ce roman, destiné aux ados (dès 13 ans) est une réussite totale, tant dans le registre du conte que dans les sujets évoqués : femme sorcière ou femme libre, amour et plaisir, affranchissement du regard maternel, le féminisme est moderne et assumé. Je crois n’avoir jamais lu de roman pour ado aussi érotique, alors qu’aucun mot du vocabulaire consacré n’est employé. C’est subtil et malicieux, pour une sensualité réjouissante. La magie sert la résolution de l’histoire et même sans en être friand, c’est travaillé, abouti, efficace.

 

A lire, sans hésiter !

 

L’école des loisirs, coll. Medium +, mars 2021, 240 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-211-31023-9

 

 

Crédit photo couverture : ©Mayalen Goust et éd. L’école des loisirs

Voir les commentaires

Dans la nuit blanche – Olivier Adam

6 Mars 2022, 18:17pm

Publié par Laure

Léa vient de s’installer à Paris pour ses études, dans une minuscule chambre de bonne, où elle va apprendre à faire connaissance avec ses nouveaux voisins de palier : Boris le serbe souvent alcoolisé et un brin exhibitionniste, Gloria la vieille espagnole, Su et ses talents guérisseurs par les plantes et les baumes, et Nathan, serveur, écrivain qui a le pouvoir de voir dans les rêves des gens.

Ses parents et son frère Antoine, plus jeune, ont du mal à la voir partir, mais c’est le cours de la vie.  Léa est la première de la famille à faire des études, et ses parents en sont fiers.

Au retour d’une partie de tennis avec son ami Hugo, Antoine se fait renverser par une voiture en traversant la forêt. Délit de fuite du conducteur, le jeune homme est dans le coma. Sa voix nous parviendra également du lointain de cette « nuit blanche ».

La vie de tous est bouleversée : dans un roman choral qui donne la parole à ses amis et à sa sœur, ainsi qu’aux nouvelles rencontres de celle-ci, les sentiments vont se libérer et l’enquête se résoudre. Si les indices sont là, les fausses pistes nous mènent le temps de vivre au plus près des émotions des uns et des autres.

Olivier Adam excelle dans le roman intime qui dit avec justesse les sentiments amoureux, amicaux, familiaux, les doutes, les peurs, l'acceptation de soi.  L’adolescence, ce moment d’émotions exacerbées est un terrain riche qu’il explore avec talent.

 

Dès 13 ans et sans limite d’âge 😉

 

 

Robert Laffont, collection R., octobre 2021, 253 pages, prix : 17,90 €, ISBN : 978-2-221-25559-9

 

 

Crédit photo couverture : © éditions Robert Laffont

Voir les commentaires

Mon bel assassin – Charlotte Erlih

21 Février 2022, 14:58pm

Publié par Laure

Greta Thunberg peut-elle tomber amoureuse ? Engagée comme elle est, elle parcourt le monde et n’a pas une seconde pour elle. Convaincre des politiques est son mantra, se battre pour le climat sa religion. Bien que son nom ne soit jamais cité, c’est bien elle qui va rencontrer Tom dans un car de nuit (elle évite au maximum l’avion) et se remettre en question, en quête d’un avenir dans ce monde absurde, et voir peut-être un nouvel horizon plus doux se profiler.

Jean-Philippe Blondel s’était déjà essayé à mettre en fiction le personnage de Greta Thunberg dans Il est encore temps (Actes Sud junior, 2020) et j’avais ressenti la même chose qu’ici : je reste difficilement perméable au docu-fiction. Je n’ai pas envie qu’on me raconte l’engagement de Greta Thunberg et ce qu’elle peut ressentir face à l’immobilisme des différents acteurs à qui elle s’adresse, l’actu le fait très bien, quant à la fiction pure (les premiers émois amoureux, la peur, le doute), elle s’applique à n’importe quel(le) adolescent(e). Alors mêler les deux ? Peut-on avoir une vie normale quand on est sous l’œil permanent des médias ? montrer ses émotions ? s’autoriser à être soi, avec sa fragilité, quand on à 16 ans on parle aux dirigeants du monde entier ? La question concerne tous les ados quel que soit leur engagement.

J’aime beaucoup cette collection chez Nathan qui comme son nom l’indique – Court toujours – propose des textes courts sous 3 formats simultanés : il suffit d’acheter le livre pour accéder en même temps à sa version numérique et sa version audio. Les auteurs aguerris et leurs textes sont toujours de qualité, et si celui-ci n’est pas mon préféré, par son sujet sans doute, vous pouvez piocher quasi les yeux fermés dans la collection.

 

(Dès 15 ans)

 

Nathan, coll. Court toujours, février 2022, 57 pages, prix : 8 €, ISBN : 978-2-09-249243-7

 

Crédit photo couverture : © éd. Nathan

Voir les commentaires

L’année des pierres – Rachel Corenblit

17 Août 2021, 09:01am

Publié par Laure

 

Daniel Mayer, 17 ans, en rupture scolaire et avec sa famille, est envoyé en Israël par ses parents, songeant que l’éloignement dans un lycée français fera du bien à tous. Il y retrouve neuf autres jeunes tous plus ou moins dans une situation ayant nécessité la même séparation.

Le roman s’ouvre sur une scène de caillassage de bus dans lequel se trouvent les adolescents, à Jéricho, en décembre 1987. C’est le début de la première Intifada, opposant les Palestiniens aux Juifs israéliens.

Si le thème s’annonçait intéressant, j’ai été un peu déçue par ce roman, qui je crois, veut trop en faire et perd un peu son lecteur en chemin. D’abord il y a l’histoire de Daniel, de son rapport à ses parents, l’histoire de son grand-père dont il apprend l’existence à l’occasion de ce départ, et donc l’histoire de la rupture de sa famille, son passé, les vies de ces ados aux profils variés dont on peine parfois à se souvenir qui est qui et ce qu’il fait là, et surtout l’histoire politique d’Israël, qui au final sert de cadre dramatique mais est peu exploitée. Ou du moins j’en attendais plus. Sans oublier les histoires d’amours naissantes adolescentes, mal-être et j’en passe.

Il y a aussi cette temporalité flashforward / flashback / temps présent / qui ne facilite pas les choses. Pour moi l’essentiel de l’histoire, c’est celle du grand-père et de la transmission, du secret enfin dévoilé, plus que « l’année des pierres ».

Un roman pour les ados (dès 14 ans) qui pour moi s’est un peu trop éparpillé dans ses thèmes abordés.

 

 

Casterman, coll. Ici/maintenant, août 2019, 412 pages, prix : 16 €, ISBN : 978-2-203-18641-5

 

 

Crédit photo couverture : © Laurent Rivelaygue et éd. Casterman.

Voir les commentaires

Rapaces – Ursula Poznanski

18 Mai 2021, 17:03pm

Publié par Laure

Traduit de l’allemand (Autriche) par Florence Quillet

 

Jonas a dix-sept ans. Surdoué, il entre prématurément dans une grande université. Il est hébergé dans une famille d’accueil, où ses parents pensent qu’il sera mieux entouré qu’en cité universitaire. Mais dès son arrivée sur le quai de la gare, son hôte n’est pas là… Et Jonas n’a pas sa langue dans sa poche. Brillant mais arrogant, il se met vite tout le monde à dos. Il a aussi un secret : il aime espionner les gens avec un drone qu’il a conçu lui-même, un petit bijou technologique hors norme. Et bien évidemment, il va se trouver mêlé à une sombre affaire… avec un cadavre qui arrive bien vite.

Un thriller prenant que j’ai trouvé intéressant pour le personnage décalé de Jonas, ce type de personnalité étant assez peu représenté en littérature me semble-t-il (génie, oui, mais tête à claques insupportable, non ? on est loin du cliché habituel de l’autiste Asperger.) Même si le lecteur se doute assez vite du quiproquo qui mène l’intrigue, ça fonctionne, et ça se dévore.

 

Du bon divertissement, à conseiller dès 13 ans

 

 

Milan, février 2021, 403 pages, prix : 16,90 €, ISBN : 978-2-7459-9591-9

 

 

Crédit photo couverture : © Rico junior / éd. Milan

Voir les commentaires

La sans-visage - Louise Mey

17 Mai 2021, 16:30pm

Publié par Laure

Clara a fait des heures et de heures de baby-sitting pour se payer une colo sport et nature au mois d’août avec sa copine Aïssa, qu’elle a peu vue depuis que celle-ci a changé de collège.

Le lecteur est immédiatement immergé dans ce groupe de jeunes ados aux personnalités et niveau d’endurance sportive divers. Très vite la jeune Éléonore est prise en grippe par le groupe, surnommée Babar, ils ne manqueront pas de lui faire endurer de nombreuse violences et moqueries.

Roman sur le harcèlement, le rejet de la différence, l’effet de groupe, où tous les points de vue sont exploités : celui de la victime, celui de la harceleuse, celui du groupe qui suit sans réfléchir, celui de la narratrice Clara qui voudrait réagir mais qui n’en a pas la force, et parce que c’est la facilité. Tous les personnages sont intéressants, y compris ceux des deux animateurs aux profils opposés.

Alors quand un matin au réveil de cette colo itinérante, Éléonore a disparu, c’est le début d’une enquête de police et de réflexion pour Clara sur son positionnement dans l’affaire.

Roman nécessaire et particulièrement réussi, qui devrait être lu par tous les jeunes, tant il est réaliste et peut donner à réfléchir sur les différents positionnements des membres du groupe.

Louise Mey s’était déjà fait brillamment remarquer par son roman très sombre sur l’emprise et les violences conjugales (La deuxième femme), elle confirme ici tout son talent à aborder les sujets de société par le biais d’une fiction aussi vraisemblable que dérangeante. La littérature qui bouscule son lecteur, c’est tout ce que j’aime !

 

 

 

L’École des loisirs, coll. Medium, avril 2020, 204 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-211-20703-1

 

 

 

Crédit photo couverture : © Lucia Calfapietra / éd. Ecole des loisirs

Voir les commentaires

Scarlett et Novak – Alain Damasio

14 Mars 2021, 10:57am

Publié par Laure

Novak est un jeune homme adolescent qui est agressé alors qu’il court tranquillement. Il s’en remet à son brightphone, version plus sophistiquée du smartphone, et à son intelligence artificielle Scarlett. Scarlett sait tout de lui, enregistre tout, et peut prendre toutes les décisions, sur simple commande vocale, avec ses nombreuses applis. Le smartphone de demain. Mais n’est-ce pas justement cette IA et ses données que veulent lui dérober ses agresseurs ?

Un court texte – une soixantaine de pages à peine, 29 en numérique – bien trop court hélas ! A peine le temps de s’installer dans l’histoire que c’est déjà fini. Dommage, j’aurais vraiment aimé plus de développement car l’intrigue fonctionne, le thème est actuel et bien conduit.  

Un récit sur nos addictions aux smartphones, mais aussi à leur potentialité, sans cesse croissante, et à la nécessité de s’en désintoxiquer. Quelques passages violents, une invitation à réfléchir à notre dépendance à nos téléphones.

 

En lisant les pages liminaires on apprend que ce texte a connu une première parution en 2014 sur le site 01net.com. Il y a 7 ans, c’était donc encore plus futuriste…

 

(Dès 13 ans)

 

 

 

 

 

 

Rageot, mars 2021, 65 pages, prix : 4,90 €, ISBN : 978-2-7002-7694-7

 

 

Crédit photo couverture : © Liliwood et éd. Rageot

Voir les commentaires

La rue qui nous sépare – Célia Samba

23 Février 2021, 15:37pm

Publié par Laure

Noémia a dix-neuf ans et partage une coloc avec son cousin Valentin et la sœur de celui-ci. Étudiante, elle croise chaque jour non loin de chez elle un jeune homme qui fait la manche au pied d’un supermarché. Dès les premières pages le ton est donné, c’est bien une romance qui s’annonce entre elle et Tristan, 21 ans, mais cet amour sera-t-il possible ? Comment annoncer autour d’elle qu’elle est amoureuse d’un SDF ? Comment surmonter les écueils inévitables car il n’est évidemment pas question de pitié… et comment les accidents de la vie peuvent-ils vous conduire là si jeune ?

Les deux héros vont apprendre à se connaitre, mais la réalité quotidienne de Tristan est complexe à appréhender, pas facile de supporter la violence bête et gratuite de quelques-uns.

Le monde de la rue est un sujet peu traité dans les romans, et le choix original de l’autrice est d’avoir proposée deux fins, l’une simple et évidente mais douloureuse, l’autre plus complexe et positive, mais aussi plus guimauve, ça n’en finit plus de finir. C’est ce qui m’a gênée dans ce roman : j’aime qu’un auteur d’une manière générale assume son choix et le fasse pour moi, je ne veux pas qu’on me laisse imaginer la suite d’une fin ouverte, encore moins choisir avec une fin alternative.

Ce premier roman d’une très jeune autrice (23 ans) s’inscrit dans la catégorie romance du young adult, avec quelques phrases guimauves un peu trop mielleuses caractéristiques du genre, heureusement assez rares, un  feel good facile à lire qui plaira à un large public « jeune » ou avide de bons sentiments réconfortants.

 

 

 

 

 

 

Hachette romans, janvier 2021, 384 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-01-714021-4

 

 

Crédit photo couverture : éd. Hachette romans

Voir les commentaires

Age tendre – Clémentine Beauvais

10 Janvier 2021, 14:42pm

Publié par Laure

Le service civique est devenu obligatoire le temps d’une année scolaire, entre la classe de troisième et celle de seconde. Valentin Lemonnier, élève introverti et ultrasensible originaire d’Albi dans le sud-ouest de la France, a émis trois vœux de secteurs professionnel et géographique, comme chacun, mais aucun n’a été retenu, c’est ainsi qu’il se retrouve dans une unité Alzheimer dans le Pas-de-Calais, dans les Hauts de France. Il est affecté dans le service années 1960-70 d’une unité Mnémosyne, qui s’attache à reconstituer le décor et le mode de vie de cette période pour les résidents ayant perdu la mémoire.

Contre toute attente il va rapidement s’attacher aux résidents, à ses collègues de travail, et à une mission bien particulière : faire venir chanter Françoise Hardy, mais Françoise Hardy telle qu’elle était dans les années 60, et ça, c’est compliqué.

J’ai adoré l’originalité des trouvailles d’écriture de Clémentine Beauvais : le roman a la forme du rapport de service civique, tel qu’il est rendu aux enseignants qui l’évalueront, à la différence assumée qu’il fait 378 pages au lieu des 30 préconisées, et que Valentin l’assume pleinement : « J’ai dépassé ».

J’ai aimé l’idée des notes additionnelles a posteriori du temps quotidien d’écriture du rapport, mais insérées dans le fil chronologique néanmoins. Age tendre est bien évidemment un roman d’apprentissage empli d’empathie et d’humour. J’ai bien failli tenir mon premier coup de cœur de l’année, mais j’ai fini par y trouver des longueurs : la résolution de la venue de Françoise est transparente très tôt pour le lecteur, inutile de la délayer autant donc, et j’ai fini par trouver longue et ennuyeuse l’histoire personnelle de sa référente de stage, la docteure Sola Perré.

Le héros est attachant, l’idée de reproduction d’une époque au sein d’une unité Alzheimer pose vraiment question dans la prise en charge sociétale aujourd’hui, et le cheminement de Valentin montre combien il « grandit », propre du roman adolescent. Si la fin du service civique marque la fin du roman, j’aurais tellement aimé que le jeu soit joué jusqu’au bout avec le retour de l’enseignant évaluateur…

Un bon roman ado, qui vous fera inévitablement réécouter Françoise Hardy, Birkin et Vartan, la playlist est fournie en exergue.

 

 

Ed. Sarbacane, août 2020, 378 pages, prix : 17 €, ISBN : 978-2-37731-465-2

 

Crédit photo couverture : © Claudine Devey et éd. Sarbacane.

Voir les commentaires

La section Lucky – Frédéric Schmitter

6 Janvier 2021, 12:53pm

Publié par Laure

Au milieu des années 1980 sur les îles bretonnes du Ponant, un certain Gaspard, « Grand Auteur, Sympathique Pédopsychiatre Au Rire Débile », va initier six adolescents aux jeux d’écriture et de lettres. Vous noterez les prénoms des collégiens, et l’ordre choisi, correspondant aux six voyelles de l’alphabet : Anne, Erwan, Isabelle, Olivier, Urielle et Yves. Par le biais d’exercices, chacun va se surpasser dans cette créativité contrainte, dépassant pour certains leurs angoisses cachées.

La lecture est plaisante et rappelle bien évidemment l’Oulipo, le roman pourrait devenir sans problème un support d’ateliers d’écriture, de l’anagramme au palindrome en passant par toutes sortes de contraintes stylistiques, quant au nombre de lettres ou leur choix. La fin me semble tomber un peu à plat, comme si l’on ne voyait pas comment finir autrement après tant de prouesses. Jusqu’à la table des matières et à l’ordre des chapitres travaillés dans ces mêmes contraintes. Rien n’est laissé au hasard. De la page blanche naitrait l’angoisse alors que la contrainte ouvrirait les portes de la liberté.

Pour ados passionnés d’écriture et adultes aimant les jeux de lettres. Pas si grand public que cela (mais facile à lire), bravo pour l’exercice !

 

 

,

 

 

Ed. du Rocher, janvier 2021, 152 pages, prix : 14,90 €, ISBN : 978-2-268-10468-3

 

 

Crédit photo couverture : © éd. Du Rocher

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>