Les jardins d'Hélène

Caroline assassine - Sophie Jabès

8 Avril 2007, 17:50pm

Publié par Laure

Ce court roman me laisse un peu perplexe : il y a toute la matière à, mais voilà, ça ne prend pas, pas beaucoup, pas assez… Caroline a 7 ans, et pour échapper à sa famille frappadingue (alcoolisme, misère sociale et intellectuelle, mère qui la déteste), elle se réfugie dans la lecture. Mais quand sa mère envoie son exemplaire des Misérables dans les toilettes et tire la chasse d’eau, c’en est trop : Caroline décide d’assassiner sa mère. S’ensuivent des descriptions de cette vie tordue à 6 dans un 2 pièces : les grands-parents, la grande sœur Solange qui a un copain (déjeuner surréaliste avec les futurs beaux-parents), et le petit frère Bertrand qui a besoin de Caroline pour le protéger, le père alcoolo ramené par les flics après 5 ans d’absence… On comprend combien la petite Caroline peut tenter de trouver un peu de stabilité et d’affection auprès de sa bibliothécaire…

Donc voilà : tous les ingrédients y sont (on pense beaucoup au dernier Isabelle Minière) mais ça ne marche pas : Vous en connaissez beaucoup vous des gamines de 7 ans qui ont lu tout « Hugo, George Sand, Alexandre Dumas mais aussi Somerset Maugham, Tolstoï et Dostoïevski » ? Vous en connaissez vous des écoles primaires dans lesquelles il y a une bibliothécaire à temps plein ? Fable, conte, me dira-t-on… oui, mais fin fantastique en plus, moi je dis non. Pourtant il y a quelque chose qu’on voudrait aimer dans cette histoire de Sophie Jabès, mais tout va trop vite, ça mélange le grave et le délire fantaisiste, sans analyser plus longuement des passages qui mériteraient de l’être, c’est superficiel sur un sujet qui ne l’est pas, et sur ce sujet-là, je suis exigeante !

p. 23 : « Elle [sa mère] l’avait prévenue. Lire, répétait-elle, surtout des romans, c’était une perte de temps. »

 

L’avis de Clarabelet d’Amy

J’ai lu, fév. 2006, 123 pages, prix : 3.70 €

Ma note : 2,5/5

 

Commenter cet article
K
Eh bien Laure, je ne crois que je m'y collerai à ce roman. Je viens de lire les billets de Clarabel et Amy...je vais passer mon chemin. Toujours est-il que des bibliothécaires à temps plein dans les écoles...ça n'existe pas, je confirme. Dommage car cela permettrait des lectures en petits groupes et des recherches documentaires sympas. Bah, on peut toujours rêver, ça ne coûte pas cher ;-)
Bonne pause et à très bientôt: j'attends tes nouvelles lectures avec impatience.
Répondre
G
"Vous en connaissez beaucoup vous des gamines de 7 ans qui ont lu tout « Hugo, George Sand, Alexandre Dumas mais aussi Somerset Maugham, Tolstoï et Dostoïevski » ?" euh... non, en effet ! :-)
Je pense que je vais m'épargner ce bouquin-là, avec ce que tu en dis !
Répondre
B
J'ai terminé ce lmivre parcequ'il était court et parce que le thème (petite fille qui lit tout le temps, me faisait penser à celle que je fus) Mais quelle déception !
Répondre
L
oui, un peu pareil, grande déception en tout cas...
C
"les misérables "  dans les toilettes, ça a dû les boucher en prime, non ? !
Répondre
L
non, il a juste fallu s'y reprendre à 2 fois, Hugo est allé voir la mer après un voyage dans les égouts...
L
Tolstoï, Maugham et Dostoïevski ? A sept ans, j'ignorais jusqu'à leur existence (à 15 ans aussi d'ailleurs...). Pour les bibliothécaires d'école primaire, je n'y connais rien...
Mais bof, ça ne me dit pas grand chose... Ca a l'air d'être du pré-mâché complet cette histoire. Alors si en plus, c'est cousu de gros fils, je passe.
Répondre