Les jardins d'Hélène

Insecte - Claire Castillon

11 Avril 2006, 21:43pm

Publié par Laure

Claire Castillon fait une entrée remarquée dans l’art difficile de la nouvelle.

Chaque histoire courte est ciselée de la plume acide de l’auteur : c’est violent, douloureux, irréel, atroce, effroyable, fascinant, troublant, etc. !

19 nouvelles sur les rapports mère-fille, des relations qui ne sont jamais simples, bien évidemment, mais qui à travers les mots de Claire Castillon sont pires encore. Qu’elles soient immatures, méchantes, irresponsables ou larguées, ces mères sont ignobles, mais ne vous y méprenez pas, dans ce livre les filles aussi savent être mordantes et cruelles.

Dès la première nouvelle, où une mère de jumelles en balance une sur le périphérique parce qu’elle avait bien dit qu’elle ne voulait qu’une seule enfant, on se dit qu’on a atteint l’ignominie, mais c’est sans compter sur les chutes qui sont toujours de véritables explosifs chez Melle Castillon : pas de bol, elle a jeté la plus sage. Et c’est comme ça tout du long.

On ne peut pas s’empêcher de lire ce livre d’une traite, horrifiée mais troublée, avec la forte envie d’y revenir aussitôt, de décortiquer ces petites pépites si talentueuses mises en scène par une écriture d’une époustouflante maîtrise.

On aime ou au contraire on la prend en grippe dès le départ, mais on ne peut dénier à Claire Castillon une plume aussi acérée que la lame d’un couteau.

Fayard, janvier 2006, 160 pages, ISBN 2-213-62506-9, prix : 14 €

Merci à C. pour le prêt de ce livre.

Ma note : 4,5/5

Commenter cet article
D
Je viens de le terminer ce recueil de nouvelles, et je n'ai pas pu le lire d'une traite. Cette galerie de monstres qui se succédaient était parfois insoutenable, mais les nouvelles sont si courtes qu'il me fallait vraiment faire un effort pour me plonger tout de suite dans la suivante.Par contre je ne trouve pas que le style soit ciselé, ou acéré, je le qualifierais plutôt de brutal, direct. C'est ce qui m'a gênée dans ces nouvelles, le manque de style. Pour moi, la construction des nouvelles était bien faite, mais l'écriture qui ne visait que l'efficacité m'a laissée sur ma faim.Ceci dit, bravo pour ce blog sur lequel je viens maintenant assez régulièrement !
Répondre
L
Merci pour ces visites, domreader ! Pour Castillon, je ne sais pas si c'est un manque de style, plutôt un style particulier !!
C
C'est fait ! Merci Laure !
A très bientôt sur mon blog ou sur le tien :o)
Répondre
C
Je viens de terminer de lire ce recueil de nouvelles et j'ai été horrifiée par les histoires racontées par Claire Castillon. Elles sont trop dures pour que je puisse les apprécier...J'aime beaucoup ta critique : est-ce que je peux mettre un lien sur mon blog vers celle-ci ? Merci d'avance !
Répondre
L
oui bien sûr, pas de problème
je m'en vais d'ailleurs de ce pas (euh, clic) découvrir ton blog !
H
Il faut se laisser tenter par ce recueil (qui est ou qui va sortir en poche...). Humour noir, style travaillé, le talent est au rendez-vous ! Le suivant vient de sortir...! "On n'empêche pas un petit coeur d'aimer" attend sagement sur mon étagère !
Répondre
L
J'ai acheté le petit coeur... mais pas encore lu ( mais lu que bcp de lecteurs déçus !)
Q
Moi aussi, j'ai adoré ce livre et son humour très noir.
Répondre
F
Après Cuné, voilà que je lis encore une autre critique dythirambique...  Je vais finir par me laisser convaincre... :D
Répondre
C
J'adore la couverture !!!!! :)
Répondre
C
Ah ah, tu as craqué et l'as lu aussitôt ! :-D
Répondre
L
eh oui ! mais je suis fière de moi tout de même car j'ai réussi le -presque insurmontable -effort de finir le gros Douglas Kennedy d'abord !!