Les jardins d'Hélène

Puisque rien ne dure - Laurence Tardieu

9 Octobre 2006, 13:51pm

Publié par Laure

En janvier 1990, une petite fille de 8 ans, Clara, disparaît sur le chemin du retour de l’école. Ses parents, Vincent et Geneviève, sont effondrés, bien sûr. Le temps passe et l’on ne retrouvera pas l’enfant. A chacun sa façon de réagir, de se replier sur soi ou d’avoir besoin d’écrire pour survivre, le couple s’éloigne et se sépare. Quinze ans plus tard, Vincent reçoit une courte lettre de Geneviève. Malade, elle l’appelle à son chevet pour lui parler une dernière fois. Aussi longtemps que dure le trajet en voiture, Vincent se bat contre ses souvenirs qu’il ne veut pas faire ressurgir, et puis dans la maison de la femme qu’il a aimée, ils se retrouvent, parlent de leur fillette à jamais perdue.

D’une grande tristesse certes, ce roman est pourtant d’une grande douceur, d’une grande pureté, d’une grande beauté. Des phrases simples qui composent comme une délicate mélodie apaisante, un dernier souffle d’amour avant la mort. Chacun réussit à trouver la paix dans ces derniers moments. C’est beau, tout simplement.

Stock, août 2006, 127 p., ISBN 2-234-05927-5, prix : 13 €

Ma note : 4,5/5

 

Commenter cet article
A
J'ai pleuré pendant toute la lecture du roman... lu dans un voyage en train Paris-Vendôme de 2h20, le temps parfait pour lire le livre d'une traite et... pleurer, pleurer, pleurer !Le mot "élégance" est bien choisi effectivement...
Répondre
A
Belle et douloureuse lecture
Un sujet délicat et douloureux traité avec amour, intelligence, délicatesse.
Répondre
A
Bonjour,ce livre m'a profondément émue...et ce thème n'est pas facile à aborder, Tardieu a réussi à le faire avec beaucoup d'élégance
Répondre
L
élégance, oui. Je trouve ce livre très beau et apaisant/ apaisé, malgré la dureté du sujet.
C
Oui, je comprends, mais moi je suis généralement incapable de prendre une quelconque distance ! .. La 2ème partie m'a "anéantie", c'est clair. Je repense encore aux passages de cette maman qui se rend dans la chambre de son enfant et commence à faire le tri, les cartons etc... Je ne voyais plus les lignes ! C'était l'inondation !!!! :-(
Répondre
C
... encore plus dur quand son propre enfant porte le même prénom que celui du roman !!! ... grosses larmes en 2ème partie du roman !!!
Répondre
L
oui, j'avais bien pensé à toi !
Curieusement j'arrive à prendre cette distance (pour répondre surtout au commentaire de Cathe) et je trouve que ce livre parle bien plus du couple que de la disparition de l'enfant. On n'aura d'ailleurs jamais l'issue de l'enquête. Je trouve que l'essentiel est sur la séparation du couple et les retrouvailles face à la maladie.
J'ai beaucoup aimé la deuxième partie, le cahier  de Geneviève en 1990. Mais j'avoue que sur la dernière partie, j'ai eu du mal à ne pas avoir l'oeil humide ! (pas de larmes, mais une grosse émotion quand même)
 
C
oh ! Trop dur à lire quand on a soi-même des enfants  !!! J'ai du mal à prendre du recul sur des sujets comme ça !
Répondre
G
J'avais envi de le lire mais en même temps toujours peur que ce genre de thème tombe dans le misérabilisme... Visiblement ce n'est pas le cas et grâce à ton commentaire, voici ce livre marqué sur mon petit carnet des "livres à lire"...
Répondre
C
C'est beau tout simplement ! Oh oui ! et ça fait mal à son petit coeur lors de quelques passages !!! .... :-(
Répondre
F
l'histoire m'a l'air terriblement triste rien que le sujet fait froid dans le dos. C'est hélas trop souvent d'actualité ces disparitions d'enfants.
Répondre
F
Voilà un titre qui a l'air très touchant.  Ça m'inspire!  Merci pour cette critique Laure.
Répondre