Les jardins d'Hélène

ça existe ...

4 Janvier 2007, 10:55am

Publié par Laure

Je vous parle d'un livre que je n'ai pas lu et que je n'ai aucune intention d'acheter. Mais j'étais si surprise de voir que ça existe (y a-t-il réellement des gens pour acheter ça ?) que je vous le montre :

Ce que j'ai vraiment dit à Zidane, par Marco Materazzi :

en cadeau, le résumé piqué dans Livre Hebdo : "Suite à l'incident entre Materazzi et Zidane lors de la Coupe du monde, qui a suscité un tollé médiatique, le footballeur italien, sanctionné pour la provocation qui lui avait valu un coup de tête du joueur français, répond avec ironie en formulant 249 phrases qu'il aurait pu prononcer alors."

de quoi rendre les footballeurs intelligents ?

Ed. du Rocher, 113 pages, ISBN 2-268-06155-8, prix : 9,90 €

Voir les commentaires

Les grand-mères - Doris Lessing

4 Janvier 2007, 10:40am

Publié par Laure

Une petite ville en bord de mer, le soleil, une vie aisée.  C’est un tableau idyllique pour cette entrée de scène : deux grand-mères accompagnées de leur fils respectif et de leurs petites-filles, idem, 6 personnages en quête de drame. Car cette nouvelle de Doris Lessing, écrite à 86 ans, se veut choquante et dérangeante, sans tabous. Soit. En effet, Lil et Roz sont deux amies d’enfance que rien ni personne ne séparera jamais : elles ont vécu comme deux sœurs jumelles à quelque mètres l’une de l’autre, faisant souvent jaser le voisinage sur une supposée homosexualité dont elles doutent elles-mêmes. Mariées au même âge, elles sont devenues mères en même temps : Lil a donné naissance à Ian, et Roz à Tom. Les garçons seront élevés ensemble, quasi comme des frères. Les maris ne feront pas long feu : le père de Ian est mort et le père de Tom est parti vivre ailleurs et s’est remarié. Une preuve de plus de la relation fusionnelle des deux femmes. Les deux garçons grandissant, à 16-17 ans, ils sont beaux à croquer, et les mères n’y résisteront pas : Ian deviendra l’amant de Roz et Tom celui de Lil. Un chassé-croisé amoureux symboliquement incestueux. A 30 ans tout de même, poussé un tant soit peu par un brin de convention, tous deux se marient (sans grand enthousiasme!) avec une jeune femme de leur âge : Tom avec Mary, et Ian avec Hannah. Les deux couples auront chacun une petite fille, mais jamais les deux hommes n’arriveront à oublier leur passion sulfureuse pour les grand-mères. 

Bon, voilà pour l’histoire ! Je ne suis pas du genre à être choquée par un sujet, ce n’est donc pas la raison pour laquelle je n’ai pas du tout aimé ce livre. (Même si j’admets volontiers que le sujet est amoral et jamais condamné, donc choquant). Non ce qui m’a agacée dans ce livre, c’est son omniprésente superficialité : tout est survolé très vite, l’auteur suit sa ligne comme elle l’entend, sans jamais s’encombrer de détails, ni surtout, sans jamais développer une quelconque psychologie aux personnages. Tout apparaît donc comme trop facile, vide et creux, manquant au final totalement de crédibilité. De la provoc pour la provoc, en gros. Car si l’histoire aurait pu être intéressante, elle aurait dû logiquement s’encombrer de doutes et de difficultés, de réflexion et de souffrances, qui sont totalement absents du récit. C’est un croisement amoureux purement mathématique, sans aucun brin d’émotion. Superficiel, et qui sonne totalement faux.

L'avis d'Evene : ici

Un article du quotidien suisse le Courrier :

Flammarion, août 2005, 127 pages, ISBN 2080686569, prix : 14 €

Ma note : 1,5/5

 

Voir les commentaires

Bébé blues - Rick Kirkman / Jerry Scott

3 Janvier 2007, 10:52am

Publié par Laure

17 tomes parus, série en cours

 

 Une série BD que je ne connaissais pas du tout, mais dont le dernier titre m’avait interpellée : si je suis une mère au foyer, pourquoi suis-je toujours dans la voiture ? parce qu’à une époque de ma vie, j’ai vécu cela ! Auteurs parfaitement inconnus pour moi, la seule familiarité est dans l’éditeur : Hors collection est celui qui a publié tous les Calvin & Hobbes, série bien achevée, elle. 

Histoire de voir, j’ai lu ceux que j’ai trouvés à la bibliothèque.

 

Le tome 1, devine qui n’a pas fait de sieste ? date de 1995. Un jeune couple voit sa vie quelque peu chamboulée avec l’arrivée du premier bébé : Daniel et Wanda sont bien forcés d’admettre que la vie d’avant Juliette, c’est bien fini. Daniel participe au changement de couches (trop sans doute à son goût) et Wanda désespère de ne plus vivre qu’à travers son bébé. Quant à leur vie sociale, c’est ras la moquette. 

Tous les jeunes parents se reconnaîtront dans ces comic strips sympathiques mais pas follement comiques ni originaux. Bien vu, quoi, mais sans plus. 

 

Grand saut en avant, j’ai enchaîné avec le tome 12, eh oui, je prends ce que je trouve à la bibliothèque. Celui-ci date de 1997, 2003 pour la traduction française. Je n’ai pas écrit de commentaire sur le moment, voilà bien 15 jours que je l’ai lu, et je suis incapable de vous dire de quoi ça cause ! Daniel et Wanda ont eu un deuxième enfant : Gasp est né ! Au passage je relève que l’aînée s’appelle Justine et que dans mon blabla sur le tome 1, je l’avais appelée Juliette. Donc pour l’histoire, c’est toujours la vie de famille avec la marmaille en bas-âge, c’est bien vu, c’est parfois drôle, mais faut croire que ce n’est pas inoubliable, la preuve (ou j’ai une cervelle de moineau, au choix).  

 

Retour en arrière avec le tome 5 (je les lis dans l’ordre que je veux d’abord!) Justine, le bébé de Daniel et Wanda, grandit et commence à marcher, sans cesser pour autant de toucher à tout, de tout renverser, en particulier le contenu de son assiette ! 

 Quand Daniel propose à sa femme de partir en week-end en amoureux en laissant la petite à sa soeur : c'est panique à bord ! La maman est bien incapable de se séparer de sa fille. On retrouve dans cette série toutes ces petites scènes bien vues qui font la vie de jeunes parents, complètement débordés par l'arrivée de leur progéniture, qui en sont bien conscients, mais au final, bien contents aussi ! Sans compter que dans ce tome encore, un bébé, ça coûte toujours aussi cher, mais c'est tellement craquant une petite robe !  

 

Tome 14 : chaud devant !

La vie suit son cours chez Daniel et Wanda. Les petits riens du quotidien sonnent toujours aussi juste, mais bon allez, c’est quand même un peu répétitif ! Gasp a désormais cinq mois, et ce petit bonhomme roule sur lui-même au lieu de ramper, ce qui déconcerte un peu ses parents. Mais après tout, il bave partout, comme tout bébé qui fait ses dents, alors tout va bien ! Juju grandit et fait les mêmes caprices que tous les enfants de la terre au même âge : dire non tout le temps, vouloir tout faire toute seule, semer ses jouets partout y compris dans les chaussures de son père… toujours aussi mouvementée chez Daniel et wanda ! Ils n’ont que deux enfants, mais parfois ils ont l’impression d’en avoir 7. Une série à offrir aux futurs jeunes parents ?  

 

Tome 16 : chut, Papa dort !       

 Ah, l’heure est venue de mettre Justine au jardin d’enfants ! Et bien évidemment, c’est pour la mère que c’est le plus dur ! Miss Juju continue d’avoir son caractère bien trempé et de casser les pieds à son petit frère, tout en étant bien complice avec lui quand même (ça vous rappelle une réalité ?) Daniel a trouvé l’option : quand il y a le lave-vaisselle à ranger, le sèche-linge à vider, le repas à préparer et les enfants à baigner, il pare au plus pressé : ranger son garage en commençant par le plus urgent : trier les vis !  

 

Vous l’aurez compris, les mères au foyer sont des êtres exceptionnels, mais comme moi, vous le saviez déjà !

(nota : les derniers titres datent de 1998 mais n’ont été traduits qu’en 2006)  

 

PS : était-il vraiment utile de traduire le titre générique de la série, baby blues par bébé blues ?

Chaque titre : 10,60 € chez Hors Collection 

Voir les commentaires

Gamines - Sylvie Testud

2 Janvier 2007, 10:17am

Publié par Laure

Je gardais un bon souvenir du Ciel t’aidera, c’est donc naturellement que j’ai choisi de lire le dernier roman de Sylvie Testud. Gamines est un roman plus ou moins autobiographique (sans doute plus que moins !), « où toute ressemblance avec des personnes existantes est un peu un hasard ». C’est l’histoire de trois gamines, trois sœurs qui vivent seules avec leur mère dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon… Il y a Corinne, 12 ans, Sybille – qui raconte l’histoire – 10 ans, et Georgette, 8 ans. La première partie du livre reprend des souvenirs d’enfance de petites filles, les jalousies, les complicités, la colo d’été, les vacances en Italie, etc. Sympathique, mais pas renversant. Toujours plane l’ombre d’un père absent, nommé par ce « Il » obscur et visible seulement sur une photo cachée. Puis Sybille grandit et monte à Paris. Nouveau hiatus, elle a 34 ans, elle écrit, elle est connue, elle donne des interviews. Elle retrouve son père, rendez-vous dans un café. Dans cette dernière partie on retrouve bien l’auteur du Ciel t’aidera, gouaille et maladresse, rituels farfelus… pour une histoire d’amour ratée, mais est-ce à elle de régler les problèmes de ses parents ?

Gamines est un roman léger sur l’enfance et l’absence du père. Il est clairement autobiographique. Mais pour moi il n’a pas le charme du précédent, qui se distinguait par son côté loufoque. Ce dernier n’est pas mauvais, mais il est dispensable.

Fayard, août 2006, 301 p. ISBN 2-213-62951-X, prix : 17 €

Ma note : 3/5

 

Voir les commentaires

Merci merci merci !

2 Janvier 2007, 09:47am

Publié par Laure

Merci à vous tous pour vos petits mots spontanés d’amitié, arrivés très vite dans ma boite mail ou dans les commentaires. Ils font chaud au cœur !

Que celles dont les commentaires ont été supprimés me pardonnent : je ne voulais pas de mémoire publique sur ce blog, lorsque j’ai mis mon article en ligne je l’ai fait avec la ferme intention de le supprimer dans les 48h, en en fermant volontairement les commentaires et en espérant très fort que vous n’iriez pas les coller ailleurs. Je les ai donc chassés méthodiquement et puis devant leur accroissement soudain, je me suis dit que j’étais la reine des nulles, vos messages viennent du cœur, je ne dois pas les supprimer. Alors tant pis s’ils sont sur des articles qui n’ont rien à voir.

Bon, quand même… arrêtez de me féliciter : je ne suis pas une superwoman ! Des accidents de la vie, j’en ai vécu à pleurer au fond de mon lit aussi ! Je ne sais pas ce que sera demain et quel qu’il soit, de toute façon il faudra faire avec. J’avais juste 20 ans lorsque je perdais mon premier bébé, et j’étais en maîtrise de linguistique française (oui y a des gens tordus pour travailler là-dessus !). J’ai écrit à mon directeur de mémoire pour lui dire que la stat linguistique et la norme du français m’intéressaient toujours mais que là vraiment je pouvais plus. Je lui demandais une pause. Il m’a répondu très gentiment, concluant que dans ces cas-là parfois, le mieux est encore de se plonger à corps perdu dans le travail. Sur le moment, je n’ai pas adhéré du tout à cette idée. Aujourd’hui, et c’est peut-être ça le bénéfice de l’âge, j’ai une masse de travail qui m’attend, le rapport d’activités de la DLL (chaque année on rend des comptes au ministère de la culture), le bilan annuel tout aussi chiffré mais un peu plus spécifique que l’on rend à nos élus, la préparation du budget, et toutes ces choses qu’il faut bien faire, alors… je m’y colle ! Ne vous y trompez pas, je suis d’abord une mère louve, j’ai lâché mes petits sur le tard, mais je suis avant tout une mère nourricière et domestique (voir post du 1er janvier) je les couve toujours, avec un peu plus de distance !

Que 2007 soit éclairée de quelques bons romans, histoire d’adoucir la vie !

Voir les commentaires

1er janvier 2007

1 Janvier 2007, 20:20pm

Publié par Laure

AVANT :

APRES :

(en réalité pas fini, il reste une panière pleine mais qui ne déborde pas, et une demie)

PENDANT :                                                

         

Charlotte au chocolat maison que je n'ai pas eu le temps de décorer : la tribu impatiente a tout dévoré au goûter. Quant au film, erreur l'autre jour en discutant avec Clarabel, ce n'était pas Orgueil et Préjugés, mais Raison et Sentiments (sense and sensibility). Le film dure 130 minutes, pendant lesquelles j'ai repassé, en trouvant Hugh Grant, Kate Winslet et Emma Thompson bien fades. Je pensais même noter ce film 2/5 seulement. Et puis les 20 dernières minutes ont bien opéré : romantisme désuet mais... j'aurais peut-être dû regarder ce film dans de meilleures conditions : la vapeur du fer et Mosquito jouant à côté de moi me bouffaient une partie des dialogues... Alors que j'étais prête à le remettre sur le marché de l'occasion, je me suis dit qu'il méritait d'être revu au calme...

Mais avant tout cela encore, il y a eu le sourire de Mosquito, notre promenade pour aller au toboggan et à la balançoire, et gaver les canards....

 

 

Un premier janvier ... efficace !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3