Les jardins d'Hélène

boite a bd

Magasin général - Loisel & Tripp

9 Février 2007, 14:55pm

Publié par Laure

2 tomes parus sur la trilogie prévue. Chronique sociale d'une petite communauté québécoise dans les années 1920.

 

 

 

Magasin général tome 1 : Marie 

 

 

Ce magasin général québécois conjugué par les plumes de Loisel et Tripp attire l'oeil inévitablement, de par sa couverture somptueuse, déjà. Puis l'on entre vite dans l'histoire de Marie Ducharme, jeune veuve qui reprend le magasin de son époux Félix. L'entraide, la solidarité, les traditions des coupeurs de bois, le parler québécois coloré font de cet album un bel ensemble, de fraternité et d'histoire (la campagne québécoise dans les années 20). Si j'ai été enchantée par le dessin et les couleurs que je trouve vraiment magnifiques, j'ai été hélas un peu déçue par le scénario, que je trouve un peu creux. Mais cela ne va pas m'empêcher de lire le tome 2 !

 

 

 

Magasin général tome 2 : Serge

 

 

 

Retour dans la Paroisse de Notre-Dame-des-Lacs, où le nouveau curé est toujours aussi gentil et ouvert, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Mais voilà que Marie, qui tient seule le magasin général depuis la mort de son mari, héberge un inconnu, un certain Serge Brouillet : ça jase vite au village !

Et ce Serge a des talents cachés de cuisinier parisien qui vont régaler toutes les ouailles égarées ou non du coin. Et soudain le coeur de Marie est bien plus léger... Mais c'est discret et délicat comme dans le premier volume, on s'est attaché aux personnages, et l'album vaut toujours autant pour ses illustrations magnifiques, très joliment mises en couleur par François Lapierre. Et toujours, les savoureux dialogues en québécois de Jimmy Beaulieu. Vivement le tome 3 !

 

Casterman, 2006, 72 pages, prix : 13,95 € chaque

Ma note : 4/5

Voir les commentaires

L'immeuble d'en face, tome 2 - Vanyda

6 Février 2007, 21:21pm

Publié par Laure

On retrouve nos habitants de l’immeuble fidèles au poste… Béatrice élève seule ses enfants Rémi et Charline, le couple du premier ne vit toujours qu’à travers son chien Gipsy, un dogue allemand qui là, ô malheur, va tomber malade, et au second, on retrouve Claire et Louis, toujours enclins à faire la fête.

Si le côté « adulescent » m’avait agacée dans le premier tome, il est si développé dans le second que j’avoue avoir failli abandonner ma lecture. Non vraiment, cette BD est définitivement destinée aux ados, ou alors non c’est moi, mais les histoires de beuveries entre potes et les discours de jeux video, c’est bien sympa, mais pas sur les 2/3 de l’album ! Les dialogues sont hautement spirituels, je cite p.97 : « cool ! tu vas où ?  - ben je lâche des grosses caisses depuis la sortie du métro, alors je crois que vais aller pourrir les chiottes… » Alors le bain du chien qui trempe le carrelage, et le concours de gobage de cacahuète au vol pour gagner une bière, c’est presque du miel à côté, mais euh.. bof. Et puis comme ça se lit vite, je suis allée jusqu’au bout. Dommage quand même ce déséquilibre dans l’album, car on sent nettement que les situations vont changer, que les voisins vont se mêler (Béatrice et sa solitude, Claire pas si heureuse que ça, le mec du premier, etc.), mais voilà, il faut attendre le tome 3 pour cela, et sans doute bien d’autres à suivre.

Bon à savoir, il peut être utile de  relire le tome 1 juste avant si vous l’avez sous la main, car celui-ci commence clairement au chapitre 27, et il faut se remettre dans le bain. J’en déduis donc que le tome 3 commencera au chapitre 53. Longue vie à la série, touchante par bien des aspects, mais ce tome 2 est pour moi décevant, par rapport à la maturité du précédent.

 

La boîte à bulles, fév. 2007, 158 pages, 14,50 €

Ma note : 2,5/5

 

Voir les commentaires

Bébé blues - Rick Kirkman / Jerry Scott

3 Janvier 2007, 10:52am

Publié par Laure

17 tomes parus, série en cours

 

 Une série BD que je ne connaissais pas du tout, mais dont le dernier titre m’avait interpellée : si je suis une mère au foyer, pourquoi suis-je toujours dans la voiture ? parce qu’à une époque de ma vie, j’ai vécu cela ! Auteurs parfaitement inconnus pour moi, la seule familiarité est dans l’éditeur : Hors collection est celui qui a publié tous les Calvin & Hobbes, série bien achevée, elle. 

Histoire de voir, j’ai lu ceux que j’ai trouvés à la bibliothèque.

 

Le tome 1, devine qui n’a pas fait de sieste ? date de 1995. Un jeune couple voit sa vie quelque peu chamboulée avec l’arrivée du premier bébé : Daniel et Wanda sont bien forcés d’admettre que la vie d’avant Juliette, c’est bien fini. Daniel participe au changement de couches (trop sans doute à son goût) et Wanda désespère de ne plus vivre qu’à travers son bébé. Quant à leur vie sociale, c’est ras la moquette. 

Tous les jeunes parents se reconnaîtront dans ces comic strips sympathiques mais pas follement comiques ni originaux. Bien vu, quoi, mais sans plus. 

 

Grand saut en avant, j’ai enchaîné avec le tome 12, eh oui, je prends ce que je trouve à la bibliothèque. Celui-ci date de 1997, 2003 pour la traduction française. Je n’ai pas écrit de commentaire sur le moment, voilà bien 15 jours que je l’ai lu, et je suis incapable de vous dire de quoi ça cause ! Daniel et Wanda ont eu un deuxième enfant : Gasp est né ! Au passage je relève que l’aînée s’appelle Justine et que dans mon blabla sur le tome 1, je l’avais appelée Juliette. Donc pour l’histoire, c’est toujours la vie de famille avec la marmaille en bas-âge, c’est bien vu, c’est parfois drôle, mais faut croire que ce n’est pas inoubliable, la preuve (ou j’ai une cervelle de moineau, au choix).  

 

Retour en arrière avec le tome 5 (je les lis dans l’ordre que je veux d’abord!) Justine, le bébé de Daniel et Wanda, grandit et commence à marcher, sans cesser pour autant de toucher à tout, de tout renverser, en particulier le contenu de son assiette ! 

 Quand Daniel propose à sa femme de partir en week-end en amoureux en laissant la petite à sa soeur : c'est panique à bord ! La maman est bien incapable de se séparer de sa fille. On retrouve dans cette série toutes ces petites scènes bien vues qui font la vie de jeunes parents, complètement débordés par l'arrivée de leur progéniture, qui en sont bien conscients, mais au final, bien contents aussi ! Sans compter que dans ce tome encore, un bébé, ça coûte toujours aussi cher, mais c'est tellement craquant une petite robe !  

 

Tome 14 : chaud devant !

La vie suit son cours chez Daniel et Wanda. Les petits riens du quotidien sonnent toujours aussi juste, mais bon allez, c’est quand même un peu répétitif ! Gasp a désormais cinq mois, et ce petit bonhomme roule sur lui-même au lieu de ramper, ce qui déconcerte un peu ses parents. Mais après tout, il bave partout, comme tout bébé qui fait ses dents, alors tout va bien ! Juju grandit et fait les mêmes caprices que tous les enfants de la terre au même âge : dire non tout le temps, vouloir tout faire toute seule, semer ses jouets partout y compris dans les chaussures de son père… toujours aussi mouvementée chez Daniel et wanda ! Ils n’ont que deux enfants, mais parfois ils ont l’impression d’en avoir 7. Une série à offrir aux futurs jeunes parents ?  

 

Tome 16 : chut, Papa dort !       

 Ah, l’heure est venue de mettre Justine au jardin d’enfants ! Et bien évidemment, c’est pour la mère que c’est le plus dur ! Miss Juju continue d’avoir son caractère bien trempé et de casser les pieds à son petit frère, tout en étant bien complice avec lui quand même (ça vous rappelle une réalité ?) Daniel a trouvé l’option : quand il y a le lave-vaisselle à ranger, le sèche-linge à vider, le repas à préparer et les enfants à baigner, il pare au plus pressé : ranger son garage en commençant par le plus urgent : trier les vis !  

 

Vous l’aurez compris, les mères au foyer sont des êtres exceptionnels, mais comme moi, vous le saviez déjà !

(nota : les derniers titres datent de 1998 mais n’ont été traduits qu’en 2006)  

 

PS : était-il vraiment utile de traduire le titre générique de la série, baby blues par bébé blues ?

Chaque titre : 10,60 € chez Hors Collection 

Voir les commentaires

Addenda : Quatre soeurs - Malika Ferdjoukh

18 Novembre 2006, 14:44pm

Publié par Laure

Face à l'enthousiasme de vos réactions sur les Quatre Soeurs de Malika Ferdjoukh, je rajoute un petit mot pour vous dire que je viens de découvrir par hasard en bulletinant Je bouquine (joli mot de notre jargon que bulletiner, non ?) que ces quatre soeurs paraissent en BD et en feuilleton dans ce mensuel pour les 10-15 ans. Les illustrations sont de Lucie Derbiano, et effectivement, on reconnaît bien la patte de l'auteur d'Orage et désespoir.

bref, idée sympa mais une double page par mois seulement, c'est trop léger !

Voir les commentaires

Aya de Yopougon, tome 2 - Marguerite Abouet, ill. de Clément Oubrerie

15 Novembre 2006, 15:23pm

Publié par Laure

On retrouve avec plaisir dans ce tome 2 nos jeunes filles de Yopougon, leur vivacité et leur amitié : Aya, toujours aussi sérieuse, Bintou, et Adjoua, plutôt coureuses de garçons, elles ! On avait quitté Adjoua sur la naissance de son petit garçon, qui ne ressemblait pas beaucoup au présupposé père… Voilà qui complique bien les choses alors que les deux familles ont arrangé le mariage : il faut trouver une solution, car la famille Sissoko n’acceptera pas d’être dupe bien longtemps. Tout s’organise, parfois de façon surprenante. En attendant la vie continue, Aya s’occupe beaucoup du bébé de son amie, Bintou se pâme pour un bel ivoirien qui arrive de Paris et la mène dans des hôtels de luxe, et le petit groupe vit aussi au rythme de la préparation du concours de Miss Yopougon. Ignace, le père d’Aya, connaîtra quelques difficultés dans son travail, car compression de personnel oblige, il lui faut gérer une situation délicate. Mais ses soucis en gestion des ressources humaines se compliquent encore quand sa secrétaire débarque avec deux enfants… 

Je ne veux pas en dire trop, il serait dommage de déflorer l’album. Je pourrais reprendre ce que j’avais écrit sur le tome 1, les dessins et le langage sont toujours aussi colorés et dépaysants. J’aime tout particulièrement les dessins pleine page qui composent de beaux tableaux et une pause dans le récit. Idem pour le « bonus ivoirien », on retrouve toujours en fin d’album quelques pages de vocabulaire, des recettes de cuisine ou la méthode pour attacher son bébé dans le dos. Malgré tout, je n’ai pas pu m’empêcher d’être très déçue (m’écriant « ah non c’est pas vrai !!!» dans mon lit à 23h45) d’être laissée en plan de façon très subite, page 106, alors qu’un nouveau rebondissement intéressant s’annonçait, avec la mention « à suivre » !!!  Certes le tome 1 fonctionnait pareil et laissait supposer une suite, mais ici, on nous abandonne carrément en pleine histoire, à 15,50 € l’album, voilà, maintenant attendez une petite année avant que le tome 3 paraisse et économisez vos prochains 16 € ! C’est malin de nous appâter comme ça et de nous planter là ! Ainsi naît le doute : et si c’est pareil la prochaine fois ? Combien y aura-t-il de tomes en tout ? Combien ça va nous coûter au final ? Est-ce que je vais vraiment continuer à les acheter ? Ces considérations sont peut-être secondaires, mais je n’aime pas me faire « avoir » comme cela, fut-ce par la littérature !

Gallimard, coll. Bayou, sept. 2006, 106 pages, ISBN 2-07-057588-8, prix : 15,50 € 

Ma note : 4/5 

Voir les commentaires

Le retour à la terre tome 4 : le déluge - Jean-Yves Ferri & Manu Larcenet

26 Octobre 2006, 14:51pm

Publié par Laure

Il y a bien longtemps que je n’avais pas éclaté de rire toute seule en lisant une BD ! Dans ce quatrième tome, Ferri au scénario (ne l’oubliez pas, sinon il se fâche) et Larcenet à l’illustration nous ont concocté un nouveau petit trésor d’humour. Ça y est, Manu Larssinet est papa de la petite Capucine, Mariette passe son temps à s’occuper de bébé et Manu plonge souvent dans l’angoisse : nuits hachées par la petite qui ne dort pas, pause dans l’écriture, il faut se reprendre ! La vieille Mortemont est toujours là, le jeune couple lui confie Capucine pour aller au ciné (non sans peine pour Manu !) et quand Manu doit aller voir son éditeur à Paris, c’était pas prévu qu’elle soit du voyage, avec ses pommes et ses théories… euh…elle prend les hôtesses de l’air pour des créatures pétries de sexe parce qu’elles vous offrent à boire! Enfin il faudrait citer tout l’album tant ces saynètes d’une demi page sont délicieuses, passant des émotions et inquiétudes du jeune père à la difficulté de la création, nous offrant au passage un exposé de la mise en abyme (qui fait flipper Manu), quand c’est pas la fragilité du couple à la pensée d’une ex reparue via le blog. Le blog de Manu, le déluge (ah la scène avec les élus !), la cuite avec le père Henri, bref… ce livre est à acheter à prêter à offrir et surtout à lire !!!

 

(Hors planches vous noterez également que Cristina Ignacio Tomata de Rosso y Peñas del Fandago de la Cruz, l’ex de Manu revenue via le blog, est habillée par Anouk Ferri : j’aime ces petits clins d’œil délirants)

 

Jean-Yves et Manu : z’avez intérêt à nous faire un tome 5…

 

Dargaud, coll. Poisson Pilote, août 2006, 48 p. ISBN 2-205-05814-2, prix : 9,80 €

 

Ma note : 5/5

 

 

Voir les commentaires

Lou ! (3 tomes parus) - Julien Neel

29 Septembre 2006, 16:41pm

Publié par Laure

Comme beaucoup de blogueuses avant moi, je cède à mon tour au charme de la petite Lou !, série jeunesse publiée par Julien Neel chez Glénat (dans la collection Tchô!)

Tome 1 : journal infime

Ce premier tome nous permet de faire connaissance avec les personnages : la jeune Lou, qui vit seule avec sa mère, et un petit chat arrivé là par hasard. Personnellement, j’aime surtout le décalage entre le personnage de la mère et celui de la fille : n’est pas la plus mature la plus âgée des deux ! La mère passe son temps à jouer à la console vidéo, et se remet vite à son travail d’écrivain quand elle entend sa fille rentrer ! La jeune Lou est amoureuse de son voisin Tristan, mais comment le lui dire ? Et si elle exprimait son amour à travers un tableau de sa création ? Et tant pis si ça suscite l’étonnement de sa mère et si son prof d’arts plastiques lui conseille plutôt d’aller voir un psy ! 

L’album inclut aussi des saynètes un peu à part, détachées du fil de l’histoire, sans doute parues en épisodes dans la revue Tchô ! 

A noter : les 2ème et 3ème de couv font partie intégrantes de la lecture : chargées mais adorables, présentation des personnages par Lou, sous formes de photos commentées, dessins, bref journal intime (et infime, comme dit le titre) 

Un album frais, coloré, drôle, tendre, bref, à lire !

(Ma note : 4/5)

Tome 2 : Mortebouse

On retrouve notre duo mère-fille sur le toit de leur immeuble, qui entonne le « blues des filles seules en été, délaissées, meurtries et fauchées ». C’est pas le tube de l’été, mais ça défoule. Et comme elles sont fauchées, direction Mortebouse pour 15 jours de vacances, le petit village de la grand-mère maternelle de Lou. Là c’est le désespoir, l’ennui à mourir, les parties de Scrabble et le Rubik’s cube retrouvé, transmis de mère en fille, jusqu’à ce que Lou reçoive des nouvelles de Tristan, son amoureux qui avait déménagé en secret à la fin du tome 1. Mais l’été, c’est aussi synonyme d’amour de vacances. La mère retrouve un prétendant de son adolescence, toujours aussi prétentieux, et Lou un gentil joueur de guitare. Mais finalement, rien n’est meilleur que le retour chez soi, surtout quand vous attendent de belles surprises pour vos 13 ans ! 

Un deuxième album toujours aussi agréable, avec des répliques qui font mouche et qui font rire ! L’ensemble est bien vu, le scénario me semble plus travaillé que dans le premier, vraiment une réussite. Les 2ème et 3ème de couverture participent toujours de la lecture, c’est le petit bonus à savourer : la 2ème nous résume le tome 1 par personnage, et la 3ème est un panorama du tome 2 couleur Mortebouse. Un régal.

Ma note : 5/5

Tome 3 :  le cimetière des autobus

Dernier tome paru (en juin 2006) des aventures de la petite Lou. L’immeuble en face du sien, celui où vivait son amoureux Tristan, a été rasé et accueille à présent le cimetière des autobus, dépôt des carcasses des véhicules municipaux. De nouvelles amitiés se forment au collège, alors que Lou n’est pas dans la même classe que Mina, sa meilleure amie depuis la maternelle. Copines au look gothique, crise angoissante de l’adolescence, spleen, et en parallèle, réussite explosive de la mère qu a enfin publié son bouquin et voit son compte en banque remonter : un album que j’ai trouvé moins abouti que les précédents, comme expédié un peu trop rapidement, même s’il reste très agréable à lire ! La 2ème de couverture résume sous forme d’un jeu de l’oie (ici rebaptisé jeu de moi) les deux premiers tomes, et la 3ème de couv, à la fin de l’album, va au-delà des planches et laisse augurer… un quatrième album ? Pour ce tome 3, Lou petite fille est entrée dans les affres de l’adolescence, et ça, c’est jamais facile !

Ma note : 3/5

Chaque volume  : 9,40 € 

Voir les commentaires

Aya de Yopougon, tome 1

10 Septembre 2006, 16:30pm

Publié par Laure

scénario de Marguerite Abouet, dessins de Clément Oubrerie, préface d’Anna Gavalda.

 

Prix du Premier Album au Festival d’Angoulême 2006

 

Yopougon est un quartier populaire d’Abidjan. Aya est une jeune fille de 19 ans, élève sérieuse qui aimerait devenir médecin.  Elle passe beaucoup de temps à éloigner d’elle les garçons. C’est tout le contraire pour ses amies Adjoua et Bintou, qui courent les génitos (garçons pleins de sous !) et les maquis (restaurants où l’on peut danser). Leurs parents et oncles sont aussi fêtards ! C’est une Afrique gaie et colorée, dans ses dessins comme dans son langage, que nous offrent les auteurs. Je conseille d’ailleurs de lire en premier le lexique situé en fin d’ouvrage. Il faut ruser pour éviter les colères paternelles, surtout quand une grossesse pointe le bout de son nez. C’est frais, plein d’énergie, et ça se termine sur une drôle de surprise. Le tome 2 sort le 14 septembre, profitez-en !

Dès 13 ans.

 

Gallimard coll. Bayou, 96 p. ISBN 2-07-057311-7, prix : 15 €

 

Ma note : 4/5

 

Voir les commentaires

Mamette t.1 Anges et démons - Nob

16 Août 2006, 10:25am

Publié par Laure

Vous ne connaissez pas encore Mamette, fraîchement débarquée dans le paysage de la BD ? C’est une adorable grand-mère haute comme trois pommes, alerte et gourmande, qui sait parler aux djeuns sans en avoir l’air, et qui est toujours partante ! Elle est trésorière du club des seniors, mais ne comptez pas trop sur elle pour les après-midi Scrabble. Elle a une copine qu’on a envie de passer par la fenêtre, Madame Vidal, qui souffre de toutes les pathologies imaginaires et passe son temps (et son argent) chez le pharmacien. Tout le contraire de Mamette. Il y a aussi Choupinou, son fils débordé, et son défunt mari Jacques, avec qui elle va partager un gâteau d’anniversaire de mariage sur la tombe. Le maire aussi vaut le détour. Bref, Mamette est une petite vieille comme on en voudrait tous pour grand-mère, humaine et gaie, entourée d’une galerie de personnages qui ont leur lot de défauts. Publié dans la collection Tchô, c’est pour les enfants, mais vous pouvez leur piquer sans problème !

Glénat, mai 2006, 47 p. ISBN 2-7234-5489-4

Ma note : 4,5/5

 

Voir les commentaires

Mon bel amour - Frédéric Poincelet

2 Août 2006, 08:31am

Publié par Laure

Une BD un peu déroutante car ça ne ressemble pas à la BD : pas de cases, des toutes petites bulles blanches avec une écriture patte de mouche, et des grandes pages au papier lourd et épais, au fond kaki clair et des dessins au trait très fin. Voilà pour la forme.

Pour l’histoire, des couples. Qui nous sont présentés simplement par le dessin avant même la page de titre. Avant que le scénario commence. Après, ce sont des tranches de vie, ou plutôt, des tranches d’émotions. Des amours déçues, des ruptures, du plaisir sexuel qu’on devine,  des larmes qui perlent délicatement au coin des yeux d’un homme, une femme qui accepte d’abord de regarder un porno avec son compagnon, puis qui s’en va. Un homme qui ne reconnaît plus la femme qu’il a aimée. Une autre qui se trouve trop grosse et qui se compare à toutes celles croisées dans la rue : mais pour son homme elle ne ressemble à aucune autre, et elle est parfaite comme cela !

 

C’est un livre d’émotions retenues qui pourtant réussit à faire passer avec délicatesse tous les moments et sentiments d’une vie de couple. On doute toujours de soi, de l’autre, de son attachement. Les têtes de chapitres sont extraites des journaux d’André Gide. C’est un bel album intimiste au trait fin, déroutant, surprenant en tout cas. Mais est-ce encore de la BD ?

 

Certains diront avec raison que l’album est cher (28 €), mais c’est l’occasion de faire un beau cadeau aux passionnés, à ceux qui aiment la ligne d’ego comme X (petite maison d’Angoulême), ou d’aller visiter votre bibliothèque !

 

A lire aussi : La critique d’Evene.

 

Ego comme X, 2006, 170 p. ISBN 2-910946-55-X, prix : 28 €

Ma note : 4/5

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 > >>