Les jardins d'Hélène

boite a bd

Les Zola – Méliane Marcaggi et Alice Chemama (ill.)

5 Novembre 2019, 16:09pm

Publié par Laure

En 1863, Emile Zola est pigiste chez Hachette et tente d’écrire. Par le biais de ses amis Cézanne et Manet, il rencontre Gabrielle, lors d’une séance de pose pour le déjeuner sur l’herbe.

 

Attiré par Gabrielle, de son vrai prénom Alexandrine (elle lui racontera son passé), il est surpris par sa grande liberté amoureuse et quand les choses se stabiliseront entre eux, sa mère verra d’un bien mauvais œil cette union qu’elle désapprouve.

 

Pourtant Gabrielle est celle qui le révélera à l’écriture, celle grâce à qui il écrira le cycle des Rougon-Macquart et connaîtra le succès.

 

Je ne connaissais rien de la vie amoureuse de Zola et des femmes qui y avaient joué un rôle crucial. Malgré sa bigamie et ses enfants adultérins, Gabrielle lui sera dévouée jusqu’à la fin, et le soutiendra encore dans l’affaire Dreyfus.

 

Un très beau pan de l’histoire littéraire d’un homme et d’une époque, porté par un beau dessin qui n’est pas sans rappeler les impressionnistes, qui choquaient beaucoup à l’époque, et que l’on croise aussi dans le scénario et l’illustration.

 

Un très bel album.

 

 

 

Dargaud, août 2019, 112 pages, prix : 19, 99 €, ISBN : 978-2-205-07817-6

 

 

 

Crédit photo couverture : © Alice Chemama et éd. Dargaud.

Voir les commentaires

Filou : la chasse au Tchouk Tchouk – Benjamin Gérard et Olivier Tichit

28 Octobre 2019, 14:31pm

Publié par Laure

L’heure est venue pour Filou le p’tit loup d’accomplir le rite familial de passage à l’âge adulte : rapporter la dépouille d’un Tchouk Tchouk à sa tribu, le Tchouk Tchouk étant un grand méchant lapin blanc, qui n’existe pas mais cela Filou ne le sait pas.

 

C’est parti pour l’aventure, semée d’embûches et de gros légumes méchants qui s’en prennent à tous les animaux de la forêt. C’est un peu le monde à l’envers mais Filou trouvera l’amitié sur sa route et deviendra un grand et fier loup, avec ou sans Tchouk Tchouk.

 

N’est pas le grand méchant renard (Benjamin Renner) qui veut, et si l’on peut y voir une parenté dans le dessin, le découpage, les saynètes, l’humour absurde, on en est très loin (mais ceci dit personne ne s’en revendique non plus.)

 

 

C’est une BD sympa pour les enfants à partir de 6/7 ans, qui permet de passer un bon moment, mais qui ne m’a pas spécialement fait rire non plus.

 

Le pet (sans accent circonflexe s’il vous plait, contrairement à la quatrième de couv) de putois, ça marche toujours, mais c’est un peu court.

 

 

 

Éditions Clair de lune, avril 2019, 174 pages, prix : 19,95 €, ISBN : 978-2-35325-841-3

 

 

 

Crédit photo couverture : © Olivier Tichit et éd. Clair de Lune

Voir les commentaires

Jane – Aline Brosh McKenna et Ramon K. Perez (ill.)

26 Juillet 2019, 10:34am

Publié par Laure

Cette bande dessinée est une réécriture moderne de Jane Eyre, de Charlotte Brontë.

Orpheline, Jane est malheureuse dans la famille où elle est placée, elle décide donc de partir pour New-York où pour financer ses études d’art, elle trouve un job auprès d’un riche veuf, Rochester. Ce dernier est toujours absent, aussi s’occupe-t-elle de sa fille Adèle, enfant solitaire comme elle. Contrairement à toutes les nounous précédentes, Jane va tenir le coup sur le poste. C’est ensuite un jeu du chat et de la souris mystérieux, entre séduction, jalousie, pièce secrète dans laquelle il est interdit de pénétrer et récit d’aventure à rebondissements.

J’ai particulièrement apprécié la force du scénario, son originalité, c’est pour moi une transposition moderne réussie, mais j’ai souvent moins aimé le dessin, les aplats de couleur, la violence traduite, les visages anguleux que j’ai trouvé laids. Je reconnais néanmoins la belle capacité de l’illustrateur à changer complètement de style au sein de la même œuvre, si l’on considère par exemple l’expo présentée par Jane.

 

A découvrir en bibliothèque par exemple.

Public adultes / ados.

 

 

Glénat, février 2019, 224 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-344-03007-3

 

 

 

Crédit photo couverture : © Ramon K. Perez et éd. Glénat

Voir les commentaires

Il fallait que je vous le dise – Aude Mermilliod

13 Juillet 2019, 13:35pm

Publié par Laure

En janvier 2017 à Montréal, Aude Mermilliod rencontre Martin Winckler et lui présente son scénario de BD, elle y raconte son IVG 8 ans auparavant. Il est un modèle pour elle, dans son œuvre romanesque et dans son engagement pour les femmes en tant que médecin généraliste ayant beaucoup œuvré pour l’avortement.

 

C’est donc un récit à deux voix, celui d’Aude et de son vécu personnel, et celui des débuts en médecine de Marc Zaffran, le vrai nom de l’écrivain Martin Winckler. L’ensemble est d’une grande justesse et sensibilité, le dessin est clair et aéré, le sujet mérite d’être traité, sous l’angle ici surtout de la violence psychologique faite aux femmes.

 

Un incontournable, qui vous donnera probablement envie d’aller lire la Vacation, le premier roman de Martin Winckler, ainsi que le reste de son œuvre « médicale ».

 

 

 

Casterman, mai 2019, 163 pages, prix : 22 €, ISBN : 978-2-203-15373-8

 

 

 

Crédit photo couverture : © Aude Mermilliod et éd. Casterman.

Voir les commentaires

L’Odyssée d’Hakim : 1. De la Syrie à la Turquie – Fabien Toulmé

15 Avril 2019, 14:18pm

Publié par Laure

Je connaissais Fabien Toulmé pour ses romans graphiques intimistes (ici et ), je le découvre ici en narrateur intime toujours, mais ouvert plus largement sur le monde et sa triste actualité.

 

Dans un prologue il explique pourquoi il a eu envie de travailler sur les migrants et comment il a construit son projet, avec recherche d’un réfugié acceptant de témoigner, et de traducteurs.

 

Ce tome est le 1er d’une série de 3, relatant le parcours d’Hakim, que l’auteur a rencontré en 2017. Hakim avait alors trente ans, et vivait avec sa femme Najmeh et leur fils Hadi, âgé de trois ans.

 

Par un jeu de couleurs des cases l’auteur raconte le temps présent des interviews avec Hakim et le temps d’avant, de la Syrie de 2011 à 2013 (pour le 1er volume), avec un chapitrage réussi.  Il décrit le parcours d’Hakim, qui après le bac et deux ans de service militaire, choisit de devenir jardinier en montant sa pépinière avec son cousin, et comment à cause du régime d’El Assad et de la guerre il va fuir son pays jusqu’en Turquie, en passant par le Liban et la Jordanie. Il a tout perdu : son entreprise, son appartement, quitté sa famille…

 

Le point fort de Toulmé, c’est d’avoir réussi à raconter l’histoire de la Syrie de façon simple et humaine, à travers le parcours d’un homme ordinaire.

On a hâte de connaitre la suite du parcours d’Hakim, malgré les passages difficiles. L’important est de savoir et de comprendre ce que ces hommes et ces femmes ont traversé, mais on n’oublie pas non plus les jolis moments, le mariage notamment, même si ce n’est pas comme cela qu’ils l’avaient imaginé.

 

 

 

Le tome 2 est à paraître le 05 juin 2019.

 

 

 

 

« « Les migrants », ce n’est pas une entité. C’est un ensemble d’individus, de nationalités, d’histoires, avec des raisons différentes de vouloir quitter leur pays. »

« Selon le haut-commissariat des Nations Unies, 5,5 millions de Syriens ont fait le choix de l’exil pour fuir les combats.

Rien qu’en 2015, 3500 migrants sont morts noyés dans la Méditerranée (Syriens majoritairement, mais aussi Erythréens, Somaliens, …) »

 

 

 

Delcourt, coll. Encrages, août 2018, 267 pages, prix : 24,95 €, ISBN : 978-2-413-01126-2

 

 

 

Crédit photo couverture : © Fabien Toulmé et éd. Delcourt

Voir les commentaires

Les fleurs de grand frère – Gaëlle Geniller

27 Mars 2019, 19:19pm

Publié par Laure

L’histoire est vue du point de vue d’un enfant, qui voit pousser des fleurs sur la tête de son grand frère. En pleurs dans les bras de ses parents, celui-ci veut d’abord les couper, mais il va apprendre à vivre avec et à les écouter. Il appréhende néanmoins le retour à l’école et les moqueries qui ne manqueront pas d’arriver. Au fil du temps et de la curiosité, la bienveillance prend place.

 

A l’automne, les fleurs perdent leurs pétales mais ne refleuriront pas après l’hiver.

 

Un bel album sur la différence, la difficulté à la vivre et à l’appréhender, pour arriver à l’acceptation de soi et à sa reconnaissance bienveillante par les autres.  On peut voir dans ces fleurs la représentation d’un handicap, d’une différence physique, le passage à l’adolescence, peu importe le degré qu’on y place, le dessin et le scénario laissent libre cours à l’imagination.

 

Le dessin très doux concourt au message véhiculé, une histoire onirique sur la différence.

 

 

(Dès 8 ans.)

 

 

 

Delcourt, mars 2019, 61 pages, prix : 14,95 €, ISBN : 978-2-413-01243-6

 

 

 

Crédit photo couverture : © Gaëlle Geniller et éd. Delcourt

 

Voir les commentaires

Et puis Colette – Sophie Henrionnet, Mathou (ill.)

1 Mars 2019, 15:23pm

Publié par Laure

Une héroïne bibliothécaire qui adore les livres et les librairies, naturellement, quand on est grande lectrice soi-même (et bibliothécaire aimant les librairies), on ne peut qu’adhérer.

 

Anouk aimerait quand même bien échapper à sa chef acariâtre et rêve de se faire embaucher à la librairie voisine où elle est comme un poisson dans l’eau. Un coup de fil lui annonçant le décès de sa sœur avec qui elle avait perdu tout contact va changer le cours des choses. Surtout que celle-ci lui a confié par voie légale la tutelle de sa fille Colette, dont le père est parti avant même la naissance.

 

Mais Anouk n’a nulle envie de s’encombrer d’une gamine et de s’enterrer dans un bled, elle la Parisienne endurcie. Et puis Colette…. Plus mature qu’il n’y paraît du haut de ses sept ans et l’injustice de la vie vont la conduire à réfléchir.

 

Une BD feel good, au dessin rond et grand format (tout comme la taille de caractères du texte), aux couleurs gaies, qui semble par le trait assez enfantine et girly. Le sujet s’adresse davantage à des adultes, encore que, l’album peut être lu dès 10 ans à mon avis.

 

L’ensemble est peut-être un peu court, on devine l’issue sans difficulté, mais un peu de douceur de temps en temps ne peut pas faire de mal.

 

 

 

Delcourt, septembre 2018, 201 pages, prix : 23,95 €, ISBN : 978-2-413-01127-9

 

 

 

Crédit photo couverture : © Mathou et éd. Delcourt.

 

Voir les commentaires

Le grand méchant loup pue des pieds - Swann Meralli et Augel (ill.)

22 Janvier 2019, 09:32am

Publié par Laure

C’est l’histoire d’un petit chaperon rouge enrhumé qui n’a pas la langue dans sa poche (mais les écouteurs dans les oreilles) qui traverse la forêt pour retrouver sa mamie à son cours de fitness et lui donner ses galettes sans gluten. Évidemment un grand méchant loup l’arrête en chemin, ou plus exactement la Terreur des sous-bois, c‘est ainsi qu’il préfère se nommer et qu’il se voit. Et il y en a du monde dans la forêt, mais il ne fait peur à personne, et s’il fait fuir les diverses petites bestioles, c’est uniquement parce qu’il …. pue des pieds !

 

On y croise des personnages connus : un ours qui n’en peut plus de sa boucle d’or qui squatte chez lui, un vilain petit canard relookeur du comté, un grand méchant cochon, etc. mais dans des rôles à contre-emploi. Il y est aussi question de l’enfance, d’un orphelinat, du harcèlement scolaire, et d’un grand ménage de printemps.

 

Le scénario bouscule des codes connus et c’est plutôt drôle, on ne s’ennuie pas une seconde. Je suis plus mitigée sur le dessin, dont je ne suis pas spécialement fan, mais il va bien avec le ton décoiffant de l’album.  Il en deviendrait presque attachant ce pauvre loup tout efflanqué !

 

 

Dès 7/8 ans.

 

 

Jarjille éditions, septembre 2018, 48 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-918658-74-0

 

 

 

Crédit photo couverture : © Augel / et éd. Jarjille

Voir les commentaires

Simon & Louise - Max de Radiguès

17 Novembre 2018, 14:31pm

Publié par Laure

Simon & Louise est l'édition intégrale de deux albums parus précédemment : 520 km, et un été en apnée.


Chacune de des deux parties présente le point de vue d'un personnage : celui de Simon pour la première et de Louise pour la seconde.


Le temps d'un été, c'est le récit classique mais frais et réaliste des premières amours adolescentes, des premières ruptures sur le coup d'un quiproquo, des jeux amoureux et de la complicité entre cousines. Vacances en familles, audace, courage, désirs et envie... pour mieux se retrouver à la rentrée ?

 

 

Sarbacane, mai 2017, 125 pages, prix : 18,50 €, ISBN : 978-2-84865-979-4

 

 

 

Crédit photo couverture :  © Max de Radiguès et éd. Sarbacane.

 

Voir les commentaires

Didier, la 5e roue du tracteur – Ravard et Rabaté

14 Novembre 2018, 07:30am

Publié par Laure

(Scénario de Pascal Rabaté, dessin de François Ravard)

 

 

La première fois que j’ai vu cette couverture en librairie, j’ai hésité, j’ai pensé à un truc lourdingue et pas subtil pour deux sous. Et puis mince, c’est Rabaté au scénario quand même ! Alors j’ai craqué, et j’ai bien fait.

 

Un vrai coup de cœur, où j’ai ri franchement toute seule à maintes reprises.

 

Pas seulement parce que ces champs, ces vaches et ces éoliennes, c’est chez moi, je les vois tous les matins quand j’ouvre les volets. [Bien sûr, c’est juste une représentation réaliste de la campagne aujourd’hui, je ne pense pas que François Ravard soit venu dessiner la Sarthe tout particulièrement. Mais ces éoliennes, ces concours de labour et autres fêtes agricoles, c’est troublant quand même wink )

 

Didier, 45 ans, est un célibataire endurci qui n’a jamais connu le véritable amour. Et ça lui manque. Alors quand il a un p’tit souci de santé et qu’il imagine déjà le pire, il va se confier au docteur. Qui lui prescrit un anti-hémorroïdes et lui inscrit l’adresse du site Meetic sur un post-it.

 

Didier vit avec sa sœur Soazic, qui participe plus que nécessaire aux tâches de la ferme (il faut bien compenser le penchant de Didier pour la bouteille), et Régis, un collègue qui a fait faillite et dont la propriété, les bêtes et le matériel ont été vendus aux enchères.

 

L’ensemble est fin, hyper réaliste, sensible, drôle, touchant.

 

Certaines scènes sont cocasses (notamment la coquinette rencontrée sur Meetic), mais la tendresse de ceux qui l’aiment n’est jamais loin. Et il est beau de voir comme les choses sont simples pour Soazic et Régis.

 

Un régal de bonne humeur qui fait exploser les coups de mou et qui ne pourra pas ne pas vous faire penser à l’amour est dans le pré ! Je ne sais s’il y est, mais l’humour lui, y est bien !

 

 

 

Futuropolis, septembre 2018, 79 pages, prix : 17 €, ISBN : 978-2-7548-2384-5

 

 

 

Crédit photo couverture : © François Ravard et éd. Futuropolis.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>