Les jardins d'Hélène

boite a bd

On me l'a enlevée – Benoît Springer (dessins) / Séverine Lambour (scénario)

7 Juillet 2013, 13:46pm

Publié par Laure

On me l'a enlevée

   Dans un petit village de Loire-Atlantique, un bébé de 6 mois est enlevé dans sa poussette, lors d'une fête foraine, le temps que sa mère tourne le dos pour acheter une barbe à papa. L'alerte enlèvement est aussitôt lancée pour que soit retrouvée au plus vite cette petite Lola.

   Au bar du coin, « la petite marée », patron et clients y vont de leurs commentaires, et l'émotion forte du départ se transforme vite en ragots divers.

   L'intrigue est cousue de fil blanc (le lecteur comprend très vite qui a fait le coup) mais sait mettre en avant l'ambiance toute rurale bienpensante qui devient médisante sans tarder. Les secrets, les on-dits, les je le savais bien, il n'en faut pas plus qu'un nouvel arrivant dans le bourg pour en faire un coupable tout trouvé, ou décider de manière péremptoire que la mère est mauvaise de toute façon.

   Le dessin m'a souvent déplu (que ce bébé est laid !), tout comme les femmes aux visages durs et assez peu féminines. Elles ne sont pas à leur avantage : seins lourds, ventres proéminents assises là sur leur banc, mais elles sont aussi le reflet d'une réalité : regardez autour de vous, il n'y a pas que des top models !

Du fait divers à la découverte du coupable, il reste encore une fin dramatique saisissante qui vous glace les sangs : à ne pas offrir à une maman de jeunes enfants !

Un album qui vaut donc surtout pour son regard réaliste sur le vase clos de la vie rurale.

(et j'y vis, j'ai les mêmes peu ou prou)

 

Vents d'ouest, janvier 2010, 47 pages, prix : 13,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Benoît Springer et Vents d'Ouest éd.

Voir les commentaires

Boule à zéro tome 2 : le gang des crocodiles – Zidrou (scénario) et Ernst (dessins)

14 Mai 2013, 15:55pm

Publié par Laure

boule-a-zero-t2.jpgSouvenez-vous de la petite Zita (enfin, pas si petite, vous la vexeriez !) rencontrée en juin 2012, de sa boule à zéro pour cause d’hospitalisation en cancérologie, de son humour et de son énergie incroyable : elle est de retour ! Ou plutôt, le lecteur retourne à l’hôpital, pour un nouveau moment d’émotion et de franches reparties.

 

C’est vendredi, et le vendredi à l’hôpital, c’est mama Kigali, une conteuse professionnelle qui vous emmène en Afrique avec ses histoires. Comme celle du crocodile à la queue rouge miraculeuse qu’il suffit de toucher pour guérir. Alors quand une expo de reptiles pointe le bout de son nez dans la ville, devinez qui rêve de s’évader ?

Mais quel talent a cet auteur pour faire oublier la maladie et ses tristesses, et faire rire autant, sans oublier la part belle à l’imaginaire ? C’est drôle et frais, et même les papys se mettent à faire les 400 coups, on se surprend à éclater de rire au détour d’une case, pour finir le cœur ému mais heureux.

Ah les livres, c’est miraculeux !

 

Un troisième tome est annoncé pour début 2014…

 

Bamboo éd., janvier 2013, 48 pages, prix : 10,90 €

Etoiles : stars-5-0__V7092072_.gif

Crédit photo couverture : © Ernst et Bamboo éd.

Voir les commentaires

Les énormissimes aventures des dinominus – Gary Northfield

9 Mai 2013, 15:39pm

Publié par Laure

 

Traduit de l'anglais par Anne Delcourt

Titre original : The Terrible Tales of Teenytinysaurs !

 

dinominus.jpgUne bande d'affreux copains, 5 petits dinosaures (les dinominus donc), passent leur temps ensemble entre bêtises et jeux de gamins. Quatre petits gars (Marius, Olaf, Jojo et Diego) d'espèces variées – ne me demandez pas lesquelles je suis nulle en dinosaures mais les enfants vous le diront sans problème! - et une fille qui n'a pas la langue dans sa poche (Natacha) vont vivre sept petites aventures (qqs pages BD à chaque fois, dont souvent une pleine double page illustrée sans cases) toutes plus délirantes les unes que les autres.

J'avoue, j'ai craint le pire : dans la première aventure, l'humour tourne autour d'un dino couvert de morve verte devenue la terreur du coin (le terrible Voldemorve), dans la deuxième, c'est une histoire de caca, dans la troisième, une histoire de vomi ET de caca. Rires assurés auprès des mômes, triste haussement de sourcils des parents. Et puis ça s'améliore, ça devient plus mignon, plus rêveur, plus imaginatif et ça reste toujours très accessible aux plus jeunes.

Pas sûre que les enfants perçoivent les références des titres (Jurassic porcs, Le jeu de la crotte et du hasard, voyage au centre de mon frère, etc.)

Mosquito l'a lu en trouvant ça « bien, sympa pour les enfants » (nan mais la demoiselle a douze ans koâ, c'est pour les petits!) et je ne doute pas que ça fera en effet un tabac auprès des petits lecteurs dès 7 ans !

 

Nathan, mai 2013, 77 pages, prix : 9,90 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

crédit photo couverture : © Gary Northfield et éd. Nathan

Voir les commentaires

Cul nul – Anne Baraou (scénario) et Fanny Dalle-Rive (dessins)

18 Mars 2013, 15:23pm

Publié par Laure

 

cul-nul.jpgAnne Baraou et Fanny Dalle-Rive mènent l'enquête (et se mettent en scène dans l'album dans cette quête de témoignages) pour proposer une bonne vingtaine de mauvais coups, ratés d'un soir, où le cul au lieu d'être joyeux et jouissif, est plutôt nul. Oui, c'est bien « cul nul » le titre, et pas « cul nu » comme la prononciation pourrait nous le faire dire de prime abord. Intello bavard mais peu porté sur la chose, amant malodorant, exigences et maladresses des uns et des autres, si l'homme a souvent le mauvais rôle, il n'est pas le seul : la femme aussi, entre celle qui tue l'amour avec ses démangeaisons dues à la prise d'héroïne, celle qui a besoin de la musique de Titanic et de telle bougie et tel parfum...

Chacun en prend pour son grade, le temps d'une double page de 4 dessins au trait fin, simple, efficace. Ça se lit tout seul, mais ça reste toutefois un peu léger....

 

Olivius (association entre les éditions de l'Olivier et les éditions Cornélius), octobre 2012, prix : 12 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © F. Dalle-Rive et éd. Olivius

Voir les commentaires

Choisis quelque chose, mais dépêche-toi ! - Nadia Budde

5 Décembre 2012, 11:24am

Publié par Laure

(souvenirs d’enfance de Berlin Est en dix chapitres)

 

choisis-qqch.jpgCe roman graphique surprenant vient d’obtenir la Pépite du salon jeunesse de Montreuil, dans la catégorie BD/manga, après avoir déjà reçu d’autres récompenses.

Intriguée par l’âge auquel il pouvait s’adresser (enfants ? ados ?) je m’y suis penchée, et j’y ai retrouvé une foultitude de références qui m’ont parlé, à moi qui étais enfant dans les années 80 également. Certes je n’habitais pas l’ancienne Allemagne de l’Est, mais j’étais frontalière de l’Allemagne, ce n’était pas si loin et on en parlait beaucoup …

Ce qui étonne, c’est la diversité des genres et des émotions (chaque chapitre aborde un thème différent tout en bouclant une boucle logique), l’auteur y évoque la vie de ses grands-parents à la campagne, se pose beaucoup de questions sur la mort et ses différences entre la ville et la campagne, s’installe dans un immeuble fait de cubes à l’identique, où chaque visiteur venant de l’Ouest doit être répertorié dans le grand livre des visiteurs, l’enfant évoque régulièrement les super héros de l’époque (les enfants d’aujourd’hui savent-ils qui sont Kermit et les autres marionnettes du Muppet show ?)

C’est original, surprenant, touchant, parfois un brin macabre (tous ces personnages dessinés avec un crâne émacié qui évoque la mort, c’est parfois presque flippant), émouvant, drôle aussi, souvent, ça ne ressemble à rien d’autre et c’est un pari audacieux pour les enfants d’aujourd’hui, car nul doute que l’adulte curieux, lui, sera séduit.

À découvrir, pour la créativité et l’imaginaire hors des sentiers battus.

 

En savoir plus sur la page de l’éditeur : ici 

 

L’agrume, septembre 2012, 200 pages, prix : 20 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Nadia Budde et éd. L’agrume

 

Voir les commentaires

La balade de Yaya (tomes 1 à 5) - Jean-Marie Omont et Golo Zhao

16 Novembre 2012, 10:14am

Publié par Laure

Scénario : Jean-Marie Omont, dessins : Golo Zhao

(Le 6ème tome vient de paraître mais je ne suis pas encore allée chez le libraire !)

 

balade-de-yaya.jpg

La balade de Yaya est l’histoire de deux enfants que tout oppose et qui se lient l’un à l’autre par la force des choses : les bombardements de Shangaï par les Japonais en 1937 qui imposent à la plupart des populations de fuir.

Le tome 1 est une introduction aux aventures des deux jeunes personnages. Tuduo, le petit garçon, est un enfant des rues, exploité par un abominable bonhomme nommé Zhu, qui violente et utilise une bande de gamins pour gagner sa vie. Tuduo lui rapporte un peu d’argent avec ses talents d’accrobate. Yaya, elle, est la fille d’un riche diamantaire, elle mène une vie paisible avec ses parents dans une somptueuse maison. Elle est toujours accompagnée de l’oiseau Pipo, avec qui elle a le don de communiquer. Mais toute la famille doit fuir la guerre, d’autant plus que la mère de Yaya est sur le point d’accoucher. Refusant de manquer le concours de piano qui lui ouvrirait sans doute de nouveaux horizons dans la musique, Yaya s’enfuit et se trouve prisonnière des bombardements… Secourue par Tuduo, ils sont rattrapés par le méchant Zhu.

 

Les tomes suivants sont à chaque fois un épisode des aventures des deux enfants, en proie à la guerre, à l’avidité et la violence des adultes qui les poursuivent, dans le cheminement semé d’embuches vers Hong Kong où ils espèrent retrouver les parents de Yaya, comme Tuduo lui en a fait la promesse. De même s’il arrivait quelque chose à Tuduo, Yaya lui a promis de faire tout son possible pour retrouver son petit frère Xiao, qu’il a confié aux religieuses en partant.

 

Les couleurs sont très expressives, bleu nuit, couleurs sombres pour la ville dévastée ou la peur, couleurs plus lumineuses pour le beau quartier ou l’innocence de Yaya, les décors sont riches de détails (scènes de rues, bâtiments, nature), la guerre est une toile de fond qui prend juste la bonne place, ni trop ni trop peu, qui sait se rappeler quand il le faut, et la construction du récit (arrêt d’un tome sur un cliffhanger) agit comme une véritable addiction sur le lecteur. On ne peut faire autrement que lire la suite des aventures (un peu à la Dickens) de ces enfants, qui sur leur chemin réussissent néanmoins à trouver quelques adultes chaleureux et attentionnés, pas toujours, mais qui restituent un peu de justice dans leur monde.

Prévue sur 9 tomes, cette série s’adresse aux enfants à partir de 8 ans. Mosquito, 11 ans ½ , qui l’a commencée comme cela sans être convaincue, juste parce que je rapporte régulièrement des piles de livres à la maison, est vite devenue accro, a enchaîné les 5 tomes dans la foulée, séduite et enthousiaste, elle attend, impatiente, la suite.

Une première intégrale des 3 premiers volumes est sortie également.

 

En savoir plus sur la page de l’éditeur : clic  

 

Éd. Fei, 2011-2012, 95 pages chaque, prix : 8,50 € chaque

Etoiles : stars-4-0. V192553758 sur l’ensemble

Crédit photos couvertures : © Golo Zhao et les éd. Fei

Voir les commentaires

Jeu de Gamins, Scénario et dessins Mickaël Roux (2 tomes parus)

30 Septembre 2012, 17:01pm

Publié par Laure

divers septembre 2012 007

 

Tome 1 / Les Pirates stars-4-5__V7092073_.gif

 

Trois gamins passent tout leur temps libre ensemble, s’inventant des jeux avec trois fois rien. Dans ce tome 1, ils jouent aux pirates et leur navire est un carton. Ils ont le déguisement qui va avec : un grand chapeau à tête de mort pour le capitaine chef de bande Max, des bandanas pour ses moussaillons Théo et Léon. Ils bravent toutes les attaques en frémissant à peine quand un requin les dépasse (un pauvre matou tigré qui passait par là) ou face aux vagues déchaînées qui ne sont autres que les arbres qui les entourent. Ils sont toujours entre eux, et quand une fille pointe le bout de son nez, c’est pour semer la zizanie. La réalité les rattrape parfois, quand il faut travailler pour son contrôle de maths ou passer sous la douche après ces rudes journées de pirates !

De l’imagination ils n’en manquent pas, c’est frais, léger, simple, le dessin est classique et clair. Cet album plaira aux enfants dès 7 ans et attendrira les parents qui se souviendront de leurs jeux de gamins, sans écrans et bidules sophistiqués. Les saynètes tiennent sur une planche, avec en général une bonne chute finale. On rit et on sourit souvent.

Une BD familiale par excellence !

 

Lire un extrait


Et chaque tome annonce la thématique du suivant en dernière page : en avant les cow-boys !

 

divers septembre 2012 009

 

 

 

Tome 2 / Les cow-boys stars-3-0__V7092079_.gif

 

Revoilà notre trio infernal qui cette fois joue aux cow-boys, et tant qu'à faire, un peu aux indiens aussi. Les chevaux sont de bons gros balais (attention à la balayette des WC devenue poney!) et les fléchettes sont en plastique. Peut-être un peu moins drôle que le premier tome (c'est aussi l'avis de Mosquito) mais ça se laisse lire avec toujours autant de bonheur. On attend de bon cœur le tome 3 qui parlera, je vous le laisse deviner, de... :

divers septembre 2012 008

 

Editions Bamboo, janvier 2012 pour le tome 1, août 2012 pour le tome 2, 48 pages chaque, prix : 10,60 € chaque.

Crédit photos : © Mickaël Roux et Bamboo éd.

Voir les commentaires

Clara - Cécile & Lemoine

24 Juillet 2012, 15:49pm

Publié par Laure

Dessins et couleurs : Cécile

Scénario : Christophe Lemoine

 

Clara-BD.jpgClara est un très bel album, sensible et délicat, sur la perte d’une maman quand on est encore enfant, la difficulté à le comprendre et à l’accepter.

Clara mène une vie heureuse avec ses parents : son papa travaille beaucoup et rentre tard, sa maman la cherche tous les soirs à la sortie de l’école, et elles ont leur petit rituel : le square, nourrir les canards, passer par la boulangerie, musique à la maison, bain…. Mais un jour tout change, sa maman n’a pas pu être là et elle la sent anxieuse, absente, différente. C’est le jour de son anniversaire et Clara n’accepte pas que sa maman ait pu oublier son cadeau ! Ce n’est pas la poupée donnée vite fait qui la satisfait ou la rassure : Clara est fâchée, même si sa maman lui explique que c’était la poupée de son enfance. Vont suivre les temps douloureux de la maladie, de l’hôpital, et du décès. Les auteurs ont choisi une tournure fantastique par le biais de la poupée pour aborder le sujet de la mort, de la colère qui s’ensuit, et du chemin de Clara jusqu’à l’acceptation.

C’est douloureux, le sujet n’est pas joyeux, mais c’est beau et juste dans le traitement. Les couleurs s’assombrissent le temps du tourbillon, et si j’avais du mal au départ avec les couleurs trop roses et mauves du ciel, des vêtements, des décors, ils me semblent annoncer le malheur et la mélancolie qui planent, j’apprécie à la fin d’y trouver un ciel bleu plus naturel et apaisé.

 

Le Lombard, mai 2012, 48 pages, prix : 10,30 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Cécile et éd. Le Lombard

 

Voir les commentaires

Ma vie d'adulte – Isabelle Bauthian, Michel-Yves Schmitt, Virginie Blancher

16 Juillet 2012, 06:29am

Publié par Laure

 

Scénario : Isabelle Bauthian

Dessins : Michel-Yves Schmitt

Couleurs : Virginie Blancher

 

ma-vie-d-adulte.jpgLiz a une trentaine d'années, un ami depuis 10 mois (un exploit), et un CDD de vendeuse en librairie. Sa sacro sainte liberté, des petits jobs alimentaires qui lui conviennent, la farouche volonté de ne pas entrer dans un moule, une voie toute tracée, celle de l'adulte responsable qui a entre autre un bon boulot, stable, bien payé et qui sait jouer à merveille avec les conventions sociales.

Mais Liz ne cesse aussi de se remettre en cause, de s'interroger sur elle-même, sur ses envies profondes, et l'air de rien, sa volonté peut-être désormais de construire autre chose.

Une BD touchante, réaliste, qui décrit très bien ce temps plus ou moins long où l'on se cherche, le refus du « comme tout le monde », les illusions et les désillusions, et qui offre de très belles pages, parfois drôles, sur le shopping avec une prétendue copine – collègue de boulot (elle canon qui rentre dans n'importe quelle fringue, Liz, qui ne faisait plus attention à elle depuis longtemps et ne rentre dans aucun jean), le marathon ubuesque des dossiers et courriers de Pôle Emploi, la relation fragile et hypocrite avec les collègues de bureau...

Liz ne perd jamais sa franchise et sa fidélité à elle-même, même si parfois ça pose problème. Et doucement elle évolue, change, et la trouvera, sa voie ?

Quand on feuillette l'album, certaines pages paraissent très chargées en texte, une BD très écrite donc, mais qui se lit avec grand plaisir.

 

La boîte à bulles, coll. Champ livre, avril 2012, 79 pages, prix : 15 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Michel-Yves Schmitt,Virginie Blancher et éd. La boîte à bulles.


Voir les commentaires

Une vie sans Barjot – Appollo & Oiry

7 Juillet 2012, 15:38pm

Publié par Laure

 

Scénario : Appollo

Dessins et couleurs : Oiry

 

une-vie-sans-barjot.jpgMathieu a 18 ans et vient d'avoir le bac. C'est sa dernière nuit dans la petite ville de son adolescence, demain, il part à Paris poursuivre ses études. Il veut profiter de cette dernière nuit, avec les potes, et peut-être enfin approcher la belle Noémie dont il est amoureux.

Succession de rencontres, de lieux où rien ne se passe vraiment comme prévu, Mathieu erre dans la nuit avec Christophe, l'intello ivre de Kerouac et de Rimbaud qui ne rêve que d'un tel avenir d'auteur, et Barjot, de son vrai prénom Jean-Mohamed, plus désinvolte, un peu barge comme son surnom l'indique.

Le principal atout de cet album est de sonner profondément juste, si le langage cru et bassement vulgaire des ados vous rebute, passez votre chemin, mais c'est aussi ce qui en fait son réalisme. On s'y croirait, dans cette adolescence désabusée entre alcool, joints, et sexe. Devient-on adulte en cessant de fanfaronner, en écoutant ses sentiments, en acceptant ses forces et ses faiblesses ? Devient-on adulte parce qu'après le bac on part vers l'inconnu ?

Le jeu de couleurs de cette longue nuit est très bien vu aussi, jouant essentiellement sur le bleu, le rouge et le jaune en plus du noir de la nuit. Une fin plus douce, plus intimiste, révèle tout l'intérêt des personnages et leur basculement. Un passage initiatique de l'adolescence à l'âge adulte, symbolisé par une nuit d'errance et de regards sur la ville et ses amis.

 

Futuropolis, mars 2011, 64 page, prix : 16,25 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Oiry et éd. Futuropolis

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>