Les jardins d'Hélène

2016 en quelques chiffres ...

1 Janvier 2017, 15:02pm

Publié par Laure

Un sacro-saint bilan avant d'ouvrir une nouvelle page, vers de nouvelles lectures et découvertes :

 

En 2016, j'ai lu 106 livres (soit 11 de plus qu'en 2015), parmi lesquels 20 BD ou mangas, 5 romans ados, 5 polars, 8 essais ou docs, 62 romans français, 6 romans étrangers traduits seulement. Je ne compte jamais les albums enfants et très courts romans jeunesse. Si je les avais achetés, ces livres m'auraient coûté 1582,37 euros. Je n'ai déboursé que 66,60 euros. Le reste provient de bibliothèques, services de presse, jurys littéraires, prêts entre amis...

Sur ces 106 livres, 40 n'ont pas été commentés sur le blog (parce que je suis fainéante et que la lecture et le blog doivent rester un plaisir, jamais une corvée)

 

Sur ces 106 titres, que m'en reste-t-il ? Lesquels suis-je capable de résumer comme cela sans revenir à mes notes ?

 

En romans je retiendrai de cette année 2016 :

 

- Le roi n'a pas sommeil, de Cécile Coulon (Viviane Hamy, 2012)

- Surtensions, d'Olivier Norek (Michel Lafon, 2016)

- Puissions-nous être pardonnés, d'A.M. Homes (Actes Sud, 2015)

- Enfants du diable, de Liliana Lazar (Seuil, 2016)

- La chance que tu as, de Denis Michelis (Stock, 2014)

- Tropique de la violence, de Nathacha Appanah (Gallimard, 2016)

 

EN BD je retiendrai :

 

- La tristesse de l'éléphant, de Nicolas Antona et Nina Jacqmin (Les enfants rouges, 2016)

- L'adoption tome 1, de Zidrou et Monin (Bamboo, 2016)

 

 

Que 2017 offre à tous les amoureux des livres et de la lecture de belles découvertes, inédites ou anciennes, parce qu'il n'y a pas de date de péremption sur la littérature, de beaux partages et moments d'échanges.

 

Bonne et heureuse nouvelle année, bande de lecteurs ;-)

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)

1 Janvier 2017, 14:16pm

Publié par Laure

 

Dans les familles décomposées, Noël et Nouvel An n'ont pas toujours lieu aux fatidiques dates imposées par la société de (sur)consommation et feue la religion, une année sur deux, en mère de famille divorcée et célibataire, je suis seule soit à Noël soit à Nouvel An.

 

Et vous savez quoi ? Ce n'est pas un drame. Je ne suis pas malade (ou alors juste un petit virus hivernal pénible mais pas grave), j'ai un toit sur la tête, et des enfants qui auront plaisir à venir fêter Noël tous ensemble avec leur (pas encore trop vieille) mère. Que demander de plus ?

 

Noël, chez nous, ce fut donc le 28 décembre. Le 24, j'avais invité des amis pour une soirée raclette, ce qui m'a permis de passer un agréable réveillon et de paresser tranquille le 25 sans être obligée de faire à manger pour dix, après m'être couchée à 2h30 du matin.

 

Entre temps il y a eu des dizaines de trains en retard, des allers-retours à la gare, et plein d'enfants qui sont revenus (enfin, juste trois), avec des vilains virus de saison et des heures de fièvre.

 

Le 28 donc, nous avons mangé des bonnes choses et échangé des cadeaux, plein de jolis paquets que les enfants grandissants ont fierté à offrir avec leurs propres deniers.

 

Le 30, petite dernière devait passer son code de la route à 18h30 au Mans. A 14h30 elle vient me voir un peu affolée : « maman je ne vois plus du côté droit de mon corps ». Même si j'ai immédiatement pensé urgences ophtalmologiques, un coup au cœur ou au ventre ou je ne sais où m'a juste empêchée de bouger. Je lui ai dit : « Assieds-toi, ferme les yeux, repose-toi, on va voir si ça passe. » Trouver le temps de me reprendre, je ne suis pas en état de conduire, là, tout de suite. Je vais chercher le courrier (sans doute pour rester vivante), il y a une lettre pour sa grande sœur, je la lui monte dans sa chambre et lui décris ce qu'a sa petite sœur. Elle vient lui faire quelques tests et lui examine les pupilles avec l'appli lampe torche de son smartphone et me dit : va aux urgences.

 

Au bout de 20 à 30 minutes, Petite Dernière a retrouvé la vue, et c'est un mal de tête qui a pris le relais. Pendant que nous étions en voiture, sa sœur lui posait des questions par SMS auxquelles elle répondait toujours oui, laissant entendre qu'elle souffrait d'une migraine ophtalmique et augmentant son état de stress. Sur mon portable elle laissait ceci :

dis au médecin : pas d'anomalie des réflexes photomoteurs directs et consensuels, pas de paralysie oculomotrice, juste une héminapsie latérale homonyme droite, bah retiens juste HLH droite.

 

Mouais. Par chance une collègue m'avait expliqué un jour qu'il suffit de se présenter aux consultations d'ophtalmo à l'hôpital ; il y a toujours un service d'urgence plus rapide et forcément plus direct que les urgences générales, le délai de rendez-vous normal chez un opthalmo étant chez nous de 1 an, ça peut être utile.

 

L’infirmière m'écoute, me dit qu'il y a beaucoup de monde mais que ma fille sera vue, que je dois aller faire les papiers en bas. Je laisse Petite Dernière sur une chaise, descends faire les papiers et remonte le tout à l'infirmière en demandant si elle n'aurait pas un Doliprane pour son mal de tête. Elle me dit que seul le médecin peut le lui prescrire, courage.

 

Je ne sais pas pourquoi je lui parle du code de la route, qui est désormais dans 2h30, je ne sais pas si elle sera en état de le passer (elle y tient!) mais ça semble mort côté attente, et si elle n'est pas en mesure de le passer, l'hôpital peut-il me faire un papier attestant notre présence, pour qu'éventuellement je n'aie pas à repayer le deuxième passage. L'infirmière me dit qu'il y aura sûrement des examens complémentaires au vu des symptômes, mais bien sûr pour le papier, aucun souci.

 

Je lui parle de la HLH droite évoquée par la grande sœur, elle me répond : « une quoi ? » Non rien, étudiante, 3ème année, rien. Elle ricane gentiment et je me dis que j'ai été stupide, ça doit être super relou les patients qui croient tout savoir. Je dis à Grande Sœur que l'infirmière ne connaît pas la HLH. « Et bien maintenant tu sais ce que je vis au quotidien à l'hôpital ». Les infirmières ont la plupart beaucoup de mépris pour les externes et étudiants de 3ème année assimilés, ce ne sont quand même pas des jeunes blancs-becs pétris de théorie qui vont jouer les docteurs face à leur expérience de plusieurs lustres. Mais personne ne remet en cause la pratique et expérience des infirmières, mais les externes et étudiants de 3ème année assimilés ne disent pas forcément que des conneries ?!

 

L'infirmière entre dans un bureau marqué « interne », j'entends à travers la porte, « code de la route, première fois ». Elle ressort, nous appelle pour donner un Doliprane à Petite Dernière en précisant qu'elle a l'accord de l'interne, et nous dirige en salle d'attente. Pleine à craquer, de gens qui râlent d'être là depuis des heures, retards dans les rdv de consultations ; baladés par des examens divers à différents étages, les urgences qui s'ajoutent, etc. Le ton monte, on reste zen. On ne vient pas pour changer de lunettes mais pour comprendre pourquoi pendant 20 minutes Petite Dernière ne voyait plus tout ce qui était à droite de son corps, que ce soit avec un oeil, le gauche, le droit ou les deux.

À peine un quart d'heure plus tard, l'interne nous appelle. Questionne, examine, sort son smartphone, utilise l'appli lampe torche pour examiner les pupilles, je ne dis rien, je le laisse faire son boulot.

 

Il va prendre l'avis de son chef, nous dit que vu les circonstances, il faudrait aller aux urgences pédiatriques qui vont sûrement lui faire passer une IRM. On discute code de la route, je tente de négocier : on va au code et on revient aux urgences tout de suite après. « - J'aimerais bien mais s'il arrive quelque chose, l'hôpital est responsable, donc ce n'est pas possible ». - « Je comprends ».

 

En même temps on est bien convaincus tous les trois à ce moment-là, lui, elle et moi, qu'elle va bien, qu'il ne semble pas y avoir de risque vital. Il penche pour une première migraine ophtalmique avec aura. Mais c'est le protocole, il faut écarter tout autre cause à l'IRM.

Grande Sœur m'expliquera qu'en effet pour confirmer ce diagnostic il faut : 1) qu'il n'y ait rien à l'IRM, 2) qu'elle fasse au moins 2 épisodes. Protocole, encore.

 

L'interne me dit : « je vais voir un deuxième chef ». Il revient, ne dit rien. Appelle les urgences pédiatriques, décrit le cas de Petite Dernière à 2 personnes différentes. Raccroche. Me donne tous les signes qui doivent nous faire venir aux urgences immédiatement (en gros tout ce qui évoque un AVC) et fait une ordonnance pour une IRM cérébrale pour un premier épisode d'héminapsie latérale homonyme droite (comme quoi sa Grande Sœur n'était pas si idiote), à faire sous 30 jours. Et bonne chance pour le code !

 

Parce que jamais on n'a râlé, parce que toujours on a souri et parlé poliment, écouté, discuté calmement, remercié, parce que le cas était sérieux, parce que les circonstances étaient exceptionnelles, on a été reçus et entendus avec gentillesse et professionnalisme. Les autres aussi, mais c'est usant pour les infirmières d'expliquer qu'elles ne sont en rien responsables de l'attente et de calmer les énervés.

 

Comme on a finalement du temps à tuer avant d'aller au centre d'examen du code de la route, on passe au service d'IRM demander un RDV sous 30 jours. Hum, va falloir rajouter des jours en plus nous dit la secrétaire. Elle part avec notre ordonnance, revient : « J'ai un deal à vous proposer ». - « Pas ce soir, y a code ! » - « Non pas ce soir mais lundi à 18h45, en téléconsultation » - « Parfait. »

On discute, on sourit, on explique. Après 18h il n'y a pas plus de médecin, l'IRM est pratiquée par les manipulateurs comme toujours, l'examen est enregistré, envoyé à l'hôpital Ste-Anne à Paris, lu par des médecins, qui envoient le résultat à votre médecin traitant. En fait ça ne change rien, même en journée les médecins ne sont pas toujours là pendant l'examen »

 

 

Une IRM sous 3 jours, c'est une telle aubaine (un désistement peut-être dû.. à un décès), que j'ai accepté sans trop réfléchir. Je m'en veux un peu, en l'absence de médecin pendant l'examen, il ne pourra pas demander à mieux voir telle ou telle zone. Grande fifille m'explique que l'IRM balaye toutes les zones systématiquement et que de toute façon, là ou pas là, ils verront tout et la même chose.

 

A 18h30 vendredi Petite Dernière a passé son code de la route. Résultats par mail probablement le lendemain matin. A 21h elle faisait la danse de la joie dans l'escalier : favorable, reçue avec 39 points sur 40. « Je vais peut-être devenir aveugle, mais j'ai mon code! » . On mange des bonbons pour fêter ça ^^

 

Depuis je me retiens de lui demander toutes les demi heures si elle voit normalement, je l'ai laissée aller à une soirée du Nouvel An chez des copines, et demain, juste avant la rentrée, elle passera cette IRM cérébrale. J'essaie de me convaincre qu'il n'y aura bien, que c'était juste une première migraine ophtalmique.

 

Après cela (et maximum 10 jours d'attente pour les résultats), la nouvelle année sera bonne, ou pas.

 

Quoi qu'il en soit on la souhaite bonne et heureuse, douce et légère, à tous, pour tous, parce que c'est aussi un jeu social, mais c'est comme pour le Noël des familles décomposées, recomposées, ou juste éparpillées géographiquement, on ne devrait pas le faire que le 1er janvier. Ou tout le mois par tolérance, façon « C'est bon, j'ai jusqu'au 31 pour envoyer mes vœux ».

 

Il n'y a pas de calendrier pour prendre soin des siens et des autres, allez, bisous bisous.

 

Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)
Passe ton code avec une HLH droite et bonne année :-)

Voir les commentaires

Décembre 2016 en couvertures ...

1 Janvier 2017, 13:26pm

Publié par Laure

En décembre, j'ai lu :

(couvertures cliquables quand il y a un billet)

 

 

       

 

 

                    

 

 

               

 

 

                                          

 

 

En décembre, j'ai vu :

 

   

 

 

 

 

Voir les commentaires

Fille des oiseaux (tome 1) – Florence Cestac

29 Décembre 2016, 16:25pm

Publié par Laure

(Titre du volume : N'oubliez jamais que le Seigneur vous regarde!)

 

Fille des oiseaux t1 - Florence CestacA l'aube de mai 68, au pensionnat catholique des oiseaux à Honfleur, Thérèse (double de l'auteur) vit sa scolarité sous la houlette sévère des sœurs. Elle se lie d'amitié avec Marie-Colombe, une fille d'aristocrates, à l'opposé de sa famille paysanne. Marie-Colombe est délurée et va l’entraîner dans ses 400 coups.

On reconnaît immédiatement le trait de Florence Cestac à ses personnages au gros nez rond, et les bulles à leur taille gigantesque de police de caractères (pas besoin de lunettes!)

 

J'ai été déçue par cet album, où le scénario est convenu au possible, sans surprise, à la limite de la caricature quand il s'agit d'évoquer les deux milieux sociaux opposés. Rien d'inventif, les filles s'amusent, les bonnes sœurs, la chasteté, la peur de la grossesse hors mariage, et l'arrivée de mai 68 qui vient balayer tout cela.

Les couleurs sont uniformes, un camaïeu de brun rose passé ; la couleur jaillit à la dernière planche, quand arrive 1968. Sans doute le deuxième tome poursuivra-t-il l'amitié entre Thérèse et Marie-Colombe mais je ne suis pas certaine de le lire...

 

 

Dargaud, septembre 2016, 60 pages, prix : 13,99 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Florence Cestac et éd. Dargaud

Voir les commentaires

Tropique de la violence - Nathacha Appanah

28 Décembre 2016, 10:18am

Publié par Laure

Tropique de la violence - Nathacha AppanahLe roman s'ouvre sur le récit de Marie, qui revient sur son incapacité à enfanter et l'adoption de Moïse, ce petit garçon possédé par le djinn, parce qu'il est né avec des yeux de couleur différente, il a été abandonné par sa mère, venue accoucher sur l'île de Mayotte, ce territoire français qui s'annonce Eldorado pour beaucoup de migrants.

Or Mayotte, c'est peut-être la France, mais c'est surtout la misère, la violence, la drogue, le chaos, les ghettos (comme celui qui est baptisé Gaza ici, en bordure de la capitale Mamoudzou, et dont Bruce se déclare le chef), et le flux incessant des embarcations de fortune qui déversent des Comoriens qui rêvent de mieux (la France!).

 

Moïse, adolescent de 15 ans, est en prison pour avoir assassiné Bruce. Comment et surtout pourquoi en est-il arrivé là ? A travers un récit choral donnant la parole à chacun des protagonistes (ainsi qu'à un travailleur social en mission pour une ONG), le lecteur reconstitue le fil, en étant fortement ébranlé tout le long de sa lecture.

 

Je ne sais comment Nathacha Appanah réussit ce prodige à chacun de ces romans, de construire une histoire touchante, brillamment écrite et construite, mais celle-ci tout particulièrement possède cette violence qui n'est autre que celle de la réalité, qui fait froid dans le dos mais ouvre sur le monde, notre monde. Un roman saisissant qui pourtant, réussit à placer de la beauté dans cet enfer.

 

Sans doute ma plus belle lecture de l'année.

 

 

Gallimard, septembre 2016, 174 pages, prix : 17,50 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Éditions Gallimard

Voir les commentaires

La chasse au tuc-tuc-tuc – Astrid Desbordes, Marc Boutavant (ill.)

27 Décembre 2016, 10:38am

Publié par Laure

La chasse au tuc-tuc-tuc - Astrid Desbordes et Marc BoutavantAh le duo Desbordes/Boutavant dans la série Edmond et ses amis !, c'est toujours un régal, d'illustrations très colorées et d'amitié.

 

Je ne les commente pas systématiquement ici (on trouvera quelques uns de mes avis assez courts sur un site de vente bien connu), mais je crois que celui-ci est mon préféré de la série, de par la beauté des couleurs et la représentation de la nuit.

 

Edmond, le petit écureuil timide, n'arrive pas à dormir dans cette nuit pourtant calme (mais très noire dans son esprit). Il n'est pas rassuré du tout quand il entend un tuc-tuc-tuc régulier, et ce bruit inconnu au milieu de la nuit, ce n'est pas bon signe. Il file chez son ami Georges Hibou, qui est en train de coudre un costume de dragon. C'est parti, le duo s'en va capturer ce terrible et terrifiant tuc-tuc-tuc. Alors que Georges le hibou adore la nuit (normal!), Edmond a de plus en plus peur. Le bruit viendrait-il de chez Mitzi la chauve-souris ? Le tuc-tuc-tuc semble avoir disparu, laissant place à la lune et aux étoiles.

 

Une très belle histoire pour les 3-6 ans pour dédramatiser la peur du noir, car si la nuit, « c'est noir, c'est doux aussi. » Et les bruits suspects trouvent toujours leur explication, Edmond l'écureuil le découvrira tout naturellement le lendemain matin au soleil !

 

Encore une belle histoire où l'amitié sert ici à rassurer, et à apporter un autre regard sur ce qui peut faire peur. Je trouve le traitement des couleurs de la nuit très réussi dans cet album, en apparence donc bien plus sombre que les autres (c'est l'objet du thème!), mais qui se révèle au final toujours aussi positif et lumineux. Continue à nous émerveiller Edmond !

 

Nathan, novembre 2016, 32 pages, prix : 6,95 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Marc Boutavant et éd. Nathan

Voir les commentaires

Chaton pâle et les insupportables petits messieurs – Gaëlle Duhazé

26 Décembre 2016, 10:38am

Publié par Laure

Chaton pâle et les insupportables petits messieurs - Gaëlle DuhazéUn chaton vit paisiblement chez lui, en parfait maître de maison : il fait le ménage, la cuisine, lit des livres, tout est toujours propre et bien rangé dans son beau logis à l'orée du bois. On l'appelle chaton pâle parce qu'à force de ne jamais sortir de chez lui, il est tout pâlichon.

 

Ce n'est pas faute d'avoir parfois envie de sortir de chez lui, mais ces jours-là, qu'il appelle les « jours moisis », une cohorte de petits messieurs monstrueux viennent lui barrer la porte et le harcèlent de reproches et de critiques. Ces petits messieurs envahissants sont insupportables mais il n'a pas d'autre choix que de faire avec et de leur céder.

Jusqu'au jour où arrive « grand-mère chat du pissenlit », qui vient chercher secours pour sa corneille Myrtille, qui est blessée. Les petits messieurs lui interdisent d'ouvrir la porte (le danger est grand!), mais il finit par céder à la requête de la vieille chatte convaincante. Et sa vie va pouvoir changer...

 

Quel bel album, tant par le message qu'il véhicule que par les superbes illustrations ! Ces vilains petits messieurs représentent la peur, voire même l'angoisse de chaton pâle quand il s'agit de sortir de chez lui, ses démons intérieurs en quelque sorte. Ils me rappellent un peu les monstres dans Max et les maximonstres, qui traduisaient la colère. Ils l'empêchent de s'épanouir, de s'ouvrir aux autres, d'être lui-même et d'être heureux. Grand-mère chat du pissenlit, par sa gaieté, sa connaissance de la nature, sa bienveillance, son énergie rassurante, va l'aider à les affronter, et petit à petit à les ignorer. Perdant de leur pouvoir, ils vont même disparaître.

 

Album à la croisée du roman de première lecture (le texte est assez long et peut être envisagé comme une lecture autonome) et de la BD dans certains découpages de mise en page, les illustrations et les couleurs choisies traduisent à merveille les émotions des personnages, entre calme et rage explosant, la noirceur explosive des insupportables petits messieurs va laisser peu à peu place à la lumière de la nature luxuriante, extérieure à la maison. Chaton pâle va surmonter ses peurs et perdre son qualificatif qui n'a plus de raison d'être. Son nouveau nom sera bien plus dynamique.

 

Il y a toujours quelqu'un pour vous aider à surmonter vos difficultés ou vos craintes, il faut oser faire confiance, c'est le chemin vers la liberté et le bonheur.

 

Un très beau conte pour aider à grandir, et se laisser charmer par la richesse et la beauté des illustrations.

 

(à partir de 7 ans)

 

 

Hongfei, septembre 2016, [48 pages], prix : 14,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Gaëlle Duhazé et les éditions Hongfei

Voir les commentaires

Au lit, petit lapin ! - Jörg Mühle

22 Décembre 2016, 11:31am

Publié par Laure

Depuis Un Livre d'Hervé Tullet, on ne compte plus les livres qui sollicitent l'enfant dans l'histoire : frapper dans les mains, appuyer ici ou là, gratouiller derrière les oreilles...


C'est ce procédé que l'on retrouve dans ce livre qui accompagne le coucher de l'enfant (enfin, du petit lapin !) : brosser les dents, mettre le pyjama, faire un câlin, le bisou, éteindre la lumière... la mise ne place d'un rituel avant le sommeil.


Un petit album cartonné tendre et doux pour accompagner le coucher et dédramatiser ce moment de séparation et de bascule dans le sommeil.
 


(pour les 1-3 ans)

 

 

Pastel / L'école des Loisirs, août 2016, 20 pages, cartonné 17 x 17 cm, prix : 8.50 €
Etoiles :
Crédit photo couverture : Jörg Mühle et éd. Pastel/L'école des Loisirs

 

 

Voir les commentaires

Les Coulisses du Livre Jeunesse – Gilles Bachelet

21 Décembre 2016, 10:30am

Publié par Laure

Les Coulisses du Livre Jeunesse – Gilles Bachelet

Cet album visite le monde de l’édition jeunesse à travers quelques scènes de pastiche très drôles, du casting au parking, en passant par les objets trouvés et les produits dérivés, bref, un univers humoristique absolument irrésistible.

 

Si vous connaissez déjà Gilles Bachelet, n’hésitez pas une seconde, cet album est un indispensable. Il joue avec ses propres personnages mais il emprunte à ses collègues avec l’humour qui est le sien, on se plait à reconnaitre les personnages d’autres auteurs ou albums connus, (et si vraiment on sèche on a la liste à la fin, même en ayant une bonne connaissance de la littérature jeunesse, on en manque toujours quelques-uns !)

 

C’est un régal pour les professionnels ou amateurs de littérature jeunesse, l’intertextualité ne parle pas forcément à tous les enfants, mais ils réagissent quand même pas mal, et à nous de leur faire découvrir les références qu’ils ignorent encore. Et parce qu’un dessin unique pourrait paraître simple, fouillez dans les détails (les titres de la bibliothèque de la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête se fondent dans le décor mais valent le détour), et de nombreux autres clins d’œil se cachent dans les illustrations.

 

 

Une visite des coulisses incontournable !

 

 

Feuilleter un extrait : ici

 

 

L’atelier du poisson soluble, octobre 2015, 40 pages, (format : 17 x 17 cm env.), prix : 10 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Gilles Bachelet et L’atelier du poisson soluble

Voir les commentaires

Nos 14 novembre - Aurélie Silvestre

19 Décembre 2016, 15:21pm

Publié par Laure

Nos 14 novembre - Aurélie SilvestreAurélie Silvestre a écrit un livre hommage à son mari et au père de ses enfants, revenant sur sa disparition tragique lors des attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan à Paris.

Elle est devenue emblématique des victimes collatérales, jolie blonde de 35 ans, mère de famille aux enfants désormais orphelins de père, elle avait un petit garçon de 3 ans et était enceinte de 5 mois au moment des événements.


 

J'ai un peu hésité à lire ce témoignage, craignant un voyeurisme inutile, qu'allait m'apporter son chagrin ? J'avais entendu une interview d'elle à la radio, elle semblait déborder de courage et d'énergie. Elle-même a douté de son projet :

p. 24 : « Même écrire ce livre me semble d’une grande prétention : qui ma vie peut-elle bien intéresser ? »

C'est un très beau récit vierge de haine mais empli d'amour, celui qu'elle portait à son compagnon et père de ses enfants, à ses enfants, mais l'amour des siens aussi, qui l'a sans doute sauvée au moment des faits. La scène de son père lui tenant la main la première nuit est d'une beauté rare.


 

Elle dit aussi simplement qu'efficacement l'arrachement d'une mort brutale (en cela le livre peut s'adresser à tous ceux qui perdent un être cher même sans contexte terroriste), la nécessité de la vie, peut-être tout simplement pour la petite Thelma qui grandit en elle et qui naîtra en mars 2016, pour son petit garçon qui tente de la réconforter et de la protéger en couchant des dinosaures en plastique sous des draps à côté d'elle.

Passé le décès brutal sous le coup des balles des terroristes, son histoire est plus personnelle et le livre sans doute un moyen pour elle d'entrer dans la résilience et de laisser à ses enfants un témoignage de son amour pour leur père, de la famille qu'ils ont formée. Elle dit aussi combien ce drame l'a placée dans une position sociale et historique qu'elle n'a pas souhaitée, c'est en cela, dans son analyse lucide, que le récit intime peut rejoindre l'universel.


 

p. 200 : « Perdre son amour dans un attentat terroriste est un fait social. Il s’agit de Matthieu mais pas seulement. Tout à coup, l’intime rencontre l’Histoire, l’horreur se superpose, les chagrins se multiplient. Tout mon immeuble, mon quartier, Paris, la France et même un bout de la planète, se mettent à pleurer l’homme de ma vie. Pendant un instant j’ai envie de me terrer chez moi, de me perdre sous mes draps, de disparaître mais c’est impossible, tout le monde m’attend.

Faire son deuil avec la France entière est à la fois un réconfort et une mutilation, un accompagnement et une dépossession. Mon Matthieu n’est pas celui que je vois dans les journaux. »

 

Un récit plein de force, d'espoir et d'amour sans haine.

 

 

 

 


 

 

Ed. Jean-Claude Lattès, novembre 2016, 274 pages, prix : 15 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : éd. JC Lattès

Voir les commentaires