Les jardins d'Hélène

Moi, le loup et la cabane – Delphine Perret

12 Juin 2013, 09:06am

Publié par Laure

moi-le-loup-et-la-cabane.jpgLouis, son loup (les chocos, et tout le bazar) sont de retour avec une nouvelle aventure !

Allongé sur son lit, le petit garçon lit un documentaire très sérieux sur les loups : « Il mange entre 4 et 5 kilos de viande par jour, et préfère les proies sauvages aux troupeaux domestiqués. Il est capable de parcourir des kilomètres pour se nourrir » « Heu, ils doivent pas connaître mon loup », car son loup en effet se gave de bonbons au pied de son lit et lui lit des blagues Carambar !

Alors quand Louis emmène son loup à la campagne, quelle aventure ! Il se fait mordre par un papillon (sic) et rêve d’une belle cabane. Avec une baignoire tant qu’à faire, un salon, et des rideaux à pois aux fenêtres. Un peu comme la maison du voisin en fait ! La baignoire, elle est déjà trouvée, il a piqué l’abreuvoir des moutons dans le champ à côté. Allez, c’est parti pour la construction !

Mais où va-t-elle chercher tout ça, Delphine Perret ? Il est irrésistible ce couple improbable du loup et du petit garçon. Un loup d’une telle mauvaise foi pour le plus grand bonheur des lecteurs, petits et grands, qui ne boudent pas leur plaisir et ne comptent plus leurs éclats de rire. Il est un peu bébête, invente mille bêtises à l’heure mais qu’est-ce qu’il est drôle !

A lire, à relire, à offrir, à consommer sans modération, pour tous ceux qui ont gardé une âme d’enfant.

 

(Alors que je regardais Mosquito le lire, observant son visage impassible, je lui demande à la fin de sa lecture : ben ça te fait pas rire ? – moi je gloussais à chaque réplique – elle me rétorque : « ben ça va maman, j’ai plus 3 ans ». 12 ans et demi, l’âge ingrat. Grrmmmppffl. M’en f…, moi j’adore Delphine Perret, son loup, sa cabane, et tout le bazar. C’est dit. Et j’en redemande)

 

Thierry Magnier, avril 2013, prix : 12,50 €

Etoiles : stars-5-0__V7092072_.gif

Crédit photo couverture : © Delphine Perret et éd. Th. Magnier

Voir les commentaires

L’alphabet des oiseaux – textes d’Eric Holder, illustrations de Nathalie Azémar

8 Juin 2013, 14:00pm

Publié par Laure

alphabet-des-oiseaux.jpgSoyons honnêtes, l’ornithologie et moi, ça fait deux. Disons qu’il ne m’est jamais venu l’idée d’aller m’acheter un livre sur les oiseaux… Mais j’ai toujours gardé un œil fidèle et bienveillant sur les publications de Delphine Montalant, que j’ai rencontrée à quelques reprises et dont je sais la passion pour son travail.

L’alphabet des oiseaux, c’est un abécédaire / imagier / recueil de poèmes où débordent imaginaire et poésie. Pour chaque oiseau (dont la plupart sont inconnus au bataillon – en tous les cas ils confirment mon ignorance en ce domaine), une belle illustration, souvent à la façon des gravures anciennes, fine, précise, riche de détails, et un petit texte souvent poétique et drôle. Commençons par l’araçari : « Araçari ou toucanet à bec tacheté ? Ah, ça ira, araçari ? Oui » (ça marche encore mieux avec la mise en page du texte) ; le dindon : « « La reine Didon dîna, dit-on, du dos dodu d’un dindon. » Tout ça, des on-dit, mais dis donc, en période de Noël ou de Thanksgiving, t’as pas la trouille ? Si »… quant aux derniers de l’alphabet, pas si facile !

On y vient, on y revient, on le rouvre à n’importe quelle page, c’est une belle découverte.

J’ai aimé particulièrement les textes d’Eric Holder, et les références ou possibilités d’exploration que laissent les illustrations. De même on pourrait continuer à s’amuser avec les mots, inventer d’autres textes ou d’autres oiseaux. Inépuisable, finalement !

 

Quelques illustrations à voir chez Liliba  

 

(Livre emprunté à la médiathèque)

 

Ed. Delphine Montalant, juin 2012, prix : 21 €

Etoiles : stars-4-0. V192553758

Crédit photo couverture : © Nathalie Azémar / Catherine Mantelet et éd. Delphine Montalant

Voir les commentaires

Cœur de hibou – Isabelle Wlodarczyk (texte) et Anne-Lise Boutin (illustrations)

6 Juin 2013, 09:48am

Publié par Laure

coeur-de-hibou.jpgUn bel album grand format (34 cm – oui je sais y’a que les bibliothécaires pour vous sortir ce genre de truc comme une évidence – mais nous ça nous parle très vite quand il s’agit de chercher dans nos bacs à albums et quand on pense grand format pour animation), aux couleurs franches : une explosion vive de bleu, vert, noir, orange pour un texte tout en douceur et tendresse.

Une louve est traquée – et tuée – par des chasseurs et son louveteau adopté par le hibou de la forêt qui a tout vu de la scène. S’ensuit une belle relation père-fils entre ces deux personnages pourtant bien différents (le louveteau essaie de voler en se parant de plumes !), qui dit avec poésie et tendresse l’attachement, la complicité, l’inquiétude quand l’un disparait, et que l’amour peut être très fort dans l’adoption aussi. Une belle histoire d’amour entre un père hibou et son fils loup, tout simplement …

 

Rue du Monde, mai 2013, prix : 16,50 €

Etoiles : stars-4-0. V192553758

Crédit photo couverture : ©Anne-Lise Boutin et éd. Rue du Monde

Voir les commentaires

Le banc - Sandrine Kao

3 Juin 2013, 17:21pm

Publié par Laure

 

le-banc_kao.jpgAlex est originaire de Taïwan, où son père est reparti pour travailler, ses retours en France se font de plus en plus rares d'ailleurs. Alex est donc seul avec sa mère. Ils n'ont pas beaucoup d'argent. Alex déjeune donc souvent seul sur un banc le midi, d'un plat préparé par sa mère, dans un parc près du collège, car il n'a pas le temps de rentrer chez lui. C'est difficile pour lui de voir ce banc tagué d'insultes telles que « Alex bol de riz » ou « Alex tronche de nem »... mais quand sa camarade Sybille s'en mêle, c'est parti pour une véritable enquête policière avec photos au smartphone et analyses graphologiques....

Un petit roman assez classique mais qui aborde avec intelligence et délicatesse des thèmes qui pourront toucher les jeunes : le racisme, le manque d'un père, la fragilité d'un couple, le mensonge, les ragots des voisins, l'amitié, et peut-être même un premier émoi amoureux....

La vie n'est pas simple et pas toujours tendre, mais ce petit roman est sacrément efficace pour aborder cette « violence ordinaire ».

 

(dès 9/10 ans)

 

(Je croyais ne pas connaîre la collection Tempo, je n'arrivais pas à la situer chez cet éditeur, et en fait si, elle a peut-être juste été relookée, mais j'avais déjà lu un très bon roman dans cette collection  : gros sur la tomate, de Dominique Brisson. Une bonne piste à suivre pour proposer des lectures aux 10-12 ans)

 

Syros, coll. Tempo (10 ans et +), mai 2013, 119 pages, prix : 6 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Shutterstock / Masyanya / Volkova Anna / Crepesoles / éd. Syros

Voir les commentaires

Je rachète ou pas ? (les cosmétiques du mois # 05-2013)

31 Mai 2013, 21:02pm

Publié par Laure

oups, désolée, je ne comprends pas pourquoi les photos ne veulent pas s'afficher, et ça fait plusieurs fois que je recommence, je commence à perdre patience :-)

 

terminés mai 2013

 

Contrairement à avril qui était peu fourni, mai a vu son lot de produits terminés augmenter et retrouver un rythme de croisière puisqu'ils sont au nombre de 8.

Alors, je rachète ou pas ?

  • Les gels douches : 3 ce mois-ci ! (mais ils étaient tous commencés et il n'y en avait aucun le mois dernier !)

gels douches mai 2013Gel douche à la grenade d'Espagne, Yves Rocher, collection Jardins du monde, prix : 3 € (acheté à - 50 % comme c'est souvent le cas chez Yves Rocher) : oui, pourquoi pas, peut-être pas mon préféré de la gamme, mais pas trop "sucré" ni écoeurant, agréable au printemps-été.

Douche crème "hydratation intense",  Beurre de Karité & Acacia de Tunisie, le Petit Marseillais, prix indicatif : 2,60 € : non. Acheté initialement pour mes filles, elles me l'ont vite refilé, préférant, elles, les parfums fruités. Une formule crème moins crémeuse que les Dove, un parfum assez neutre, mais aucun effet hydratant. Sans plus quoi.

Juicy Melon, Balea, DM, prix : 0,65 € : non (facile, c'était une édition limitée)

Pas fan de la couleur flashy même si le parfum melon est bien présent, sympa et rien à dire pour le prix, mais pas plus emballée que cela...

 

  • Démaquillant douceur yeux sensibles, Yves Rocher, gamme pur bleuet, prix indicatif : 5,40 € : oui, déjà utilisé et adopté en décembre 2012 (voir ici), un fidèle de ma salle de bain.

 

  • Crème corps ultra-réconfortante, peaux sèches et sensibles, Nuxe, gamme Rêve de miel, prix indicatif : 19 € (acheté à 8 € en ventes privées Nuxe dans son ancien packaging, il existe désormais en flacon pompe) : non, mais... c'est un très bon produit, nourrissant, hydratant, très agréable à utiliser, qui pénètre rapidement, je trouve simplement le parfum de miel beaucoup trop présent et persistant, ce n'est pas une odeur qui me convient au quotidien. C'est la seule raison (avec son prix quand il n'est pas en promo).

 

Shampooing volume Brillante Brunette, chocolat à espresso, John Frida, prix indicatif : 9,50 € : ce tube-là (acheté en promo autour de 6 € il y a longtemps) n'est plus commercialisé, la gamme existe toujours et a été relookée. Un effet texturisant et volumateur assuré, il rend les cheveux brillants, je n'ai rien vu par contre sur l'effet "brunette", mais il semble critiqué sur les blogs beauté pour une formule pas très clean. Je me laisserais volontiers à nouveau tenter s'il croise mon chemin à un prix raisonnable.

 

 

  • Taille de rêve, gamme Sublime Body, L'Oréal Paris, prix indicatif : 13,90 € (acheté à prix très promo en supermarché, je ne sais plus mais a minima à moitié prix) : non.

Ses promesses : Soin ventre plat anti-rondeurs. Action ciblée resculptante : lifte, affine, retend. Facile à utiliser, pénètre vite, efficacité : 0. (en même temps, le produit miracle n'existe pas, mais on peut trouver plus convaincant)

 

  • Gommage corps révélateur de douceur, gamme Tonific exfoliation de Nuxe : non car le produit n'existe plus. C'était mon 2ème tube acheté en ventes privées Nuxe à petit prix, très bon gommage, assez gros grains, un peu difficile à faire sortir du tube. Parfum frais et tonifiant.

 

Voir les commentaires

Juste avant le bonheur - Agnès Ledig

27 Mai 2013, 19:42pm

Publié par Laure

 

juste-avant-le-bonheur.jpgJulie, 20 ans, est caissière dans un supermarché, malmenée par la clientèle à peine aimable et un chef tyrannique, mais ce job est vital pour elle qui a la charge, seule, d'un petit garçon de trois ans, Lulu. Alors qu'elle laisse poindre une larme de désespoir et de fatigue, un homme qui aurait l'âge d'être son père, fraichement divorcé, fait ses courses de célibataire désemparé et lui adresse quelques mots gentils. Empathie, compassion, douceur, il ne demande qu'à la connaître mieux et à l'aider, lui qui le peut financièrement. Mais pour Julie le plan paraît louche et le Prince charmant des contes de fée, ça n'existe pas. Pourtant, il va proposer d'emmener Julie et son petit garçon dans sa maison de Bretagne, juste pour faire un break, sans aucune attente en retour. Son fils médecin, qui ne se remet pas du suicide de sa femme, est du voyage.

Tous ces bras cassés vont se ressouder et sourire à nouveau à la vie, le lecteur sourit lui aussi à ce roman doudou, qui met du baume au cœur, façon « ensemble c'est tout » de Gavalda.

La deuxième partie change l'orientation du roman (ne lisez surtout pas la quatrième de couverture, car même si elle a été modifiée, elle en dit encore trop, et on trouve encore sa première version sur certains sites de vente, qui dévoile un élément pivot du roman qui survient pourtant tardivement : tout l'intérêt de la lecture est gâché : vous savez tout avant même de commencer!), cette deuxième partie, donc, quoique très réaliste (trop sans doute) relève plus de la collecte d'échanges de séances de psychothérapie que du roman. C'est dommage, sans cela je donnais volontiers 5 étoiles à ce roman. L'auteur semble y avoir intégré un drame personnel, et avec tout le respect que l'on peut y porter, cela affecte un peu le roman. Trop réel, pas assez de distance. La fin peut-être un peu facile aussi, mais l'on ne sait plus très bien, alors qu'on a sorti les mouchoirs pour pleurer, si ce roman fait du bien ou pas. J'ai perdu en route le côté « bonbon » du début, pour avoir l'impression de lire ensuite le récit personnel de l'auteur.

Malgré tout, c'est un roman qu'on n'a pas envie de quitter. Si le bonheur passe par l'entraide et la bienveillance, il passe aussi, ici, par la résilience. Pas si léger, donc.

 

Agnès Ledig vient d'obtenir le Prix Maison de la Presse 2013.

 

La sélection des titres en lice était la suivante :

 

Je vais mieux de David Foenkinos (Gallimard)
Éclats de voix d’Yves Hugues (Les Escales)
Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig (Albin Michel)
L'enfant de Calabre de Catherine Locandro (Héloïse d'Ormesson)
Le silence de Jean-Guy Soumy (Robert Laffont)
L'atelier des miracles de Valérie Tong-Cuong (JC Lattès)

 

(Roman lu dans le cadre du Club Testeurs d'Amazon)

 

Albin Michel, mai 2013, 342 pages, prix : 19,50 €

Etoiles : stars-4-0. V192553758

crédit photo couverture : © éd. Albin Michel.

Voir les commentaires

Le manuscrit retrouvé - Paulo Coelho

26 Mai 2013, 17:54pm

Publié par Laure

 

traduit du portugais (Brésil) par Françoise Marchand Sauvagnargues

 

manuscrit-retrouve.jpgL'argumentaire éditeur était alléchant (en même temps, c'est le but des 4èmes de couv' hein) :

14 juillet 1099. Alors que les croisés sont aux portes de la ville, les habitants de Jérusalem se pressent autour d’un homme mystérieux connu sous le nom du Copte pour entendre ses derniers enseignements. La foule, composée de chrétiens, de juifs et de musulmans qui vivaient jusqu’alors en parfaite harmonie, s’apprête à livrer combat et la défaite semble imminente. Mais, loin de toute stratégie guerrière, c’est une véritable leçon de vie qui leur est dispensée. Le Manuscrit retrouvé est une invitation à repenser notre humanité qui pose une question d’une brûlante actualité : quelles valeurs subsistent lorsque tout a été détruit ?

Je ne sais pas pourquoi, manuscrit, aspect historique, j'ai pensé à Umberto Eco. Naïve que j'étais de croire que ce roman (?) de Coelho (dont je voulais aussi comprendre le succès auprès des lecteurs) était un bon roman historique avec une bonne intrigue. Rien de tout cela, le manuscrit n'est que prétexte à une suite de préceptes mystiques qui me laissent absolument indifférente.

Faut-il en supporter des pages pour lire des dogmes d'une telle banalité :

« Personne ne peut revenir en arrière, mais tout le monde peut aller de l'avant. », et j'en passe, tout est de cet acabit. Pour le coup, on ne peut plus mensongère que cette 4ème de couv. Cette fois c’est décidé, je n'ouvrirai plus de Paulo Coelho.

 

Flammarion, mai 2013, 177 pages, prix : 17 €

Etoiles : stars-1-0__V45690734_.gif

Crédit photo couverture : © Labrand. Psicologia de Marcas SL. / éd. Flammarion

Voir les commentaires

Bonbek n°7 - mai 2013 - numéro Jungle

23 Mai 2013, 14:50pm

Publié par Laure

Quand un nouveau Bonbek arrive dans la boite aux lettres, Mosquito se précipite dessus et je ne l’entends plus pendant un petit bout de temps.  Elle lit ce qu’elle aime y trouver, (Maurice !!), les histoires, quelques jeux d’observation, et basta, elle le repose (et n’y revient pas). A mon tour d’y jeter un œil.

 bonbek-5_6_7.JPG

J’ai survolé très vite les numéros d’automne (« Chasse au trésor » avec une couverture tout en or ^^) et d’hiver, très robots pour une thématique « An 3000 ») Je m’attarde un peu plus sur le nouveau n° « Jungle » (Printemps-été 2013)

 

bonbek7

Thématique verdoyante « jungle », on trouve dans ce numéro les habituels (et attendus par les enfants !) jeux, coloriages, recettes de cuisine écrites avec humour, planche de BD (ah Maurice ! par Miré), des histoires…

Mention particulière dans ce numéro pour la belle histoire sans paroles, drôle et tendre, de Delphine Perret (quand un petit singe est réveillé dans sa sieste par une goutte qui lui tombe sur le crâne, et qu’il rencontre un toucan qui pleure parce que … chut, allez voir !), et pour la grande histoire bilingue (que perso je ne lis qu’en français, je suis très fainéante) : quand un tamarin rencontre un caniche dans la jungle, on ne peut pas faire plus différents l’un de l’autre, et pourtant, par la magie de Charlotte Moundlic au texte et Charlotte Gastaut à l’illustration (que des valeurs sûres encore), cette belle loi de la jungle n’a plus rien de « dure ».

J’aime moins : que les découpages mode soient en fait des supports publicitaires de marques chères et tendance (de 20 à 60 euros le tee-shirt enfant), et que les deux doubles pages de coloriages soient offertes par un organisme privé (publicité encore).

C’est pourquoi je ne me sens toujours pas très à l’aise avec cette revue, de qualité par bien des aspects, mais qui vise une catégorie de population… qui ne me correspond pas. Soit la revue est chère car non envahie par la pub, soit elle vend des encarts publicitaires et baisse son prix de vente, non ? Ces intrusions à destination des parents me gênent.

 

Plus d’images (des pages intérieures) chez Gaëlle la libraire !  

Feuilleter le numéro : ici  

 

Prix au n° : 11,95 €, en librairies ou sur abonnement.

 

Voir les commentaires

Boule à zéro tome 2 : le gang des crocodiles – Zidrou (scénario) et Ernst (dessins)

14 Mai 2013, 15:55pm

Publié par Laure

boule-a-zero-t2.jpgSouvenez-vous de la petite Zita (enfin, pas si petite, vous la vexeriez !) rencontrée en juin 2012, de sa boule à zéro pour cause d’hospitalisation en cancérologie, de son humour et de son énergie incroyable : elle est de retour ! Ou plutôt, le lecteur retourne à l’hôpital, pour un nouveau moment d’émotion et de franches reparties.

 

C’est vendredi, et le vendredi à l’hôpital, c’est mama Kigali, une conteuse professionnelle qui vous emmène en Afrique avec ses histoires. Comme celle du crocodile à la queue rouge miraculeuse qu’il suffit de toucher pour guérir. Alors quand une expo de reptiles pointe le bout de son nez dans la ville, devinez qui rêve de s’évader ?

Mais quel talent a cet auteur pour faire oublier la maladie et ses tristesses, et faire rire autant, sans oublier la part belle à l’imaginaire ? C’est drôle et frais, et même les papys se mettent à faire les 400 coups, on se surprend à éclater de rire au détour d’une case, pour finir le cœur ému mais heureux.

Ah les livres, c’est miraculeux !

 

Un troisième tome est annoncé pour début 2014…

 

Bamboo éd., janvier 2013, 48 pages, prix : 10,90 €

Etoiles : stars-5-0__V7092072_.gif

Crédit photo couverture : © Ernst et Bamboo éd.

Voir les commentaires

Et la vie dans tout ça, Verna ? - Judith Freeman

13 Mai 2013, 12:20pm

Publié par Laure

 

Traduit de l'américain par Hugues Leroy

(Titre original : the chinchilla farm)

 

et-la-vie-verna.jpgà 34 ans, Verna voit sa vie s’effondrer lorsque son mari Leon la quitte pour une autre. Mais elle reprend du poil de la bête en entassant ses affaires dans le vieux van qu'elle va tirer jusqu'à Los Angeles : grand changement quand on vit dans une communauté mormone de l'Utah !

Un long road movie semé d'histoires colorées, de l'auto-stoppeur Duluth aux membres de la famille éparpillés qui ont tous une histoire particulière, en particulier sa belle-sœur Inez, qui n'a pas vraiment de chance dans la vie. Des retrouvailles avec cette belle-sœur qui mèneront Verna et son nouvel équipage jusqu'au Mexique.

Des personnages attachants, intéressants, des traditions et des décors « dépaysants », de multiples petites histoires au sein du roman pour dire la reconstruction d'une femme quand elle se retrouve face à elle-même.

Une traversée mémorable des grands espaces américains pour une nouvelle entrée dans la vie d'une femme somme toute « comme une autre ».

 

Albin Michel, collection Terres d'Amérique, octobre 1999 (oui parfois je lis des vieux trucs !), 346 pages, prix : 20,15 € (Existe en poche)

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Cathy Saksa et éd. Albin Michel

Voir les commentaires