Les jardins d'Hélène

Février 2021 en couvertures ...

28 Février 2021, 09:23am

Publié par Laure

En février, j'ai lu :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

La rue qui nous sépare – Célia Samba

23 Février 2021, 15:37pm

Publié par Laure

Noémia a dix-neuf ans et partage une coloc avec son cousin Valentin et la sœur de celui-ci. Étudiante, elle croise chaque jour non loin de chez elle un jeune homme qui fait la manche au pied d’un supermarché. Dès les premières pages le ton est donné, c’est bien une romance qui s’annonce entre elle et Tristan, 21 ans, mais cet amour sera-t-il possible ? Comment annoncer autour d’elle qu’elle est amoureuse d’un SDF ? Comment surmonter les écueils inévitables car il n’est évidemment pas question de pitié… et comment les accidents de la vie peuvent-ils vous conduire là si jeune ?

Les deux héros vont apprendre à se connaitre, mais la réalité quotidienne de Tristan est complexe à appréhender, pas facile de supporter la violence bête et gratuite de quelques-uns.

Le monde de la rue est un sujet peu traité dans les romans, et le choix original de l’autrice est d’avoir proposée deux fins, l’une simple et évidente mais douloureuse, l’autre plus complexe et positive, mais aussi plus guimauve, ça n’en finit plus de finir. C’est ce qui m’a gênée dans ce roman : j’aime qu’un auteur d’une manière générale assume son choix et le fasse pour moi, je ne veux pas qu’on me laisse imaginer la suite d’une fin ouverte, encore moins choisir avec une fin alternative.

Ce premier roman d’une très jeune autrice (23 ans) s’inscrit dans la catégorie romance du young adult, avec quelques phrases guimauves un peu trop mielleuses caractéristiques du genre, heureusement assez rares, un  feel good facile à lire qui plaira à un large public « jeune » ou avide de bons sentiments réconfortants.

 

 

 

 

 

 

Hachette romans, janvier 2021, 384 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-01-714021-4

 

 

Crédit photo couverture : éd. Hachette romans

Voir les commentaires

Ce genre de petites choses – Claire Keegan

5 Février 2021, 09:49am

Publié par Laure

Traduit de l’anglais (Irlande) par Jacqueline Odin

Bill Furlong est marchand de bois et charbon, marié et père de famille nombreuse, et à l’approche de ce Noël 1985 dans son petit village irlandais, il ne manque pas de travail. C’est alors qu’il découvre une jeune fille terrorisée enfermée dans un hangar du couvent voisin. Si le couvent parle d’un jeu entre pensionnaires, la rumeur de la ville dit que les sœurs du Bon Pasteur gagneraient beaucoup d’argent en exploitant des filles-mères comme blanchisseuses et en vendant leurs bébés à l’étranger.

Bill étant lui-même l’enfant d’une domestique de quinze ans qui eut toujours la chance de pouvoir grandir avec sa mère au sein du foyer de sa patronne, il est très sensible à ce sujet.

Entre quête des origines paternelles et dénonciation du scandale de la Magdalene laundry, Claire Keegan offre un roman ciselé, empli d’humanité, tout en délicatesse et finesse, et dont le titre prend tout son sens à l’issue de la lecture. L’écriture classique et le propos semblent placer ce récit dans un temps plus lointain, et pourtant, ce scandale irlandais courut jusqu’en 1996.

Un très beau récit.

 

 

Ed. Sabine Wespieser, novembre 2020, 118 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-84805-372-1

 

 

Crédit photo couverture : © éditions Sabine Wespieser

Voir les commentaires

Devenir femme de mère en fille – Malvine Zalcberg

3 Février 2021, 09:36am

Publié par Laure

Comment devenir femme en explorant le lien mère-fille, le sujet m’intéressait.

Je ne m’attendais pas toutefois à cette approche : un corpus gigantesque d’exemples piochés dans le cinéma et la littérature, permettant d’en détacher rapidement un principe ou une idée.

Avantage : on peut facilement avoir envie de revoir tel ou tel film, la plupart sont très connus.

Inconvénient : si vous n’avez pas vu le film vous en connaitrez la fin ou l’enjeu avant de le voir.

Je me suis lassée à la moitié de l’ouvrage de cet enfilement d’exemples assez décousus là où j’aurais aimé un essai construit et riche, j’ai fait de la deuxième moitié une lecture plus rapide.

L’accessibilité ne doit pas non plus occulter le propos. L’approche psychanalytique sans explications est vaine, le propos reste extrêmement superficiel. J’attends d’une psychologue clinicienne et psychanalyste quelque chose de plus théorique tiré de son expérience et de ses études. Ou alors le corpus de films aurait dû être restreint et analysé plus en profondeur.

 

 

Albin Michel, Mai 2019, 448 pages, prix : 21,90 €, ISBN : 978-2-226-44263-5

 

 

Crédit photo couverture : © éd. Albin Michel

 

Voir les commentaires

La soutenance – Anne Urbain

1 Février 2021, 19:15pm

Publié par Laure

Antoine a décidé d’arrêter sa thèse, mais ne parvient pas à l’annoncer à sa mère. Il se condamne lui-même à la terminer, entre cafés, derniers cours en tant que prof, BNF et procrastination. Il ne rejoindra pas sa compagne à Séoul pour mieux travailler, tout en accueillant à l’improviste son frère ainé, Dan, qui travaille dans la finance à Londres. L’un n’a pas le sou, l’autre le distribue, l’un est fidèle à son époque, un peu paumé, l’autre part en vrille. Comment trouver sa place dans cette famille qui semble désunie malgré les apparences ?

Choisi pour son titre et son sujet (la soutenance de mon fils est prévue dans 15 jours), je me suis longtemps demandé où l’auteur allait en venir. Ce roman apportait-il quelque chose de neuf ou d’intéressant à la littérature ? Je n’ai pas aimé les personnages, et pourtant, le ton m’a donné envie de poursuivre. La tragi-comédie prend le dessus, mais semble montrer aussi le grand désarroi d’une jeune génération perdue et sans repères, la déliquescence de la famille et de la communication en son sein. Une lecture intrigante mais mitigée pour ma part.

 

Premier roman

 

Ed. de l’Olivier, janvier 2021, 234 pages, prix : 18 €, ISBN : 978-2-8236-1697-2

 

 

Crédit photo couverture : © cedric@scandella.fr / éd. De l’Olivier.

Voir les commentaires

Janvier 2021 en couvertures ...

31 Janvier 2021, 14:50pm

Publié par Laure

En janvier j'ai lu :

 

 

Voir les commentaires

Retrouve-moi – Lisa Gardner

19 Janvier 2021, 13:51pm

Publié par Laure

Curieuse expérience de lecture que ce polar, que j’ai franchement eu envie d’abandonner, tant je le trouvais fade et ennuyeux. Mauvais signe pour un roman policier !

Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà lu du Lisa Gardner [ah bah si en fait, ce blog a plus de mémoire que moi, et je n'étais déjà pas emballée en 2011], je ne connaissais pas l’enquêtrice D.D. Warren, ni son acolyte extérieure aux services de police, Flora Dane, elle-même victime dans un précédent volume.

Le roman commence sur une scène antérieure de tuerie générale assez dure, dont l’une des survivantes témoigne un an après en aidant des victimes de ce genre au sein d’une asso.

Puis c’est une famille entière qui est décimée, à l’exception de la fille ainée, Roxy, qui était sortie promener les deux vieux chiens aveugles. Miraculeusement épargnée, ou coupable ? La police est à sa recherche. 

Je n’ai pas trouvé grand-chose de crédible dans la façon dont l’enquête est menée, ni ressenti d’empathie pour quelque personnage que ce soit. Le dénouement fonctionne mais le seul intérêt que j’ai trouvé à ce roman, c’est tout ce qui touche au quotidien des familles d’accueil, à leurs motivations et au dysfonctionnement étatique grave qui en découle ici. Le sujet de la violence faite aux enfants est un sujet sensible et délicat.

Une lecture mitigée qui ne me donne pas spécialement envie de poursuivre avec cette autrice.

 

 

Albin Michel, janvier 2021, 468 pages, prix : 22,90 €, ISBN : 978-2-226-44197-3

 

 

Crédit photo couverture : © Nilufer Barin / Trevillion Images / éd. Albin Michel

Voir les commentaires

Age tendre – Clémentine Beauvais

10 Janvier 2021, 14:42pm

Publié par Laure

Le service civique est devenu obligatoire le temps d’une année scolaire, entre la classe de troisième et celle de seconde. Valentin Lemonnier, élève introverti et ultrasensible originaire d’Albi dans le sud-ouest de la France, a émis trois vœux de secteurs professionnel et géographique, comme chacun, mais aucun n’a été retenu, c’est ainsi qu’il se retrouve dans une unité Alzheimer dans le Pas-de-Calais, dans les Hauts de France. Il est affecté dans le service années 1960-70 d’une unité Mnémosyne, qui s’attache à reconstituer le décor et le mode de vie de cette période pour les résidents ayant perdu la mémoire.

Contre toute attente il va rapidement s’attacher aux résidents, à ses collègues de travail, et à une mission bien particulière : faire venir chanter Françoise Hardy, mais Françoise Hardy telle qu’elle était dans les années 60, et ça, c’est compliqué.

J’ai adoré l’originalité des trouvailles d’écriture de Clémentine Beauvais : le roman a la forme du rapport de service civique, tel qu’il est rendu aux enseignants qui l’évalueront, à la différence assumée qu’il fait 378 pages au lieu des 30 préconisées, et que Valentin l’assume pleinement : « J’ai dépassé ».

J’ai aimé l’idée des notes additionnelles a posteriori du temps quotidien d’écriture du rapport, mais insérées dans le fil chronologique néanmoins. Age tendre est bien évidemment un roman d’apprentissage empli d’empathie et d’humour. J’ai bien failli tenir mon premier coup de cœur de l’année, mais j’ai fini par y trouver des longueurs : la résolution de la venue de Françoise est transparente très tôt pour le lecteur, inutile de la délayer autant donc, et j’ai fini par trouver longue et ennuyeuse l’histoire personnelle de sa référente de stage, la docteure Sola Perré.

Le héros est attachant, l’idée de reproduction d’une époque au sein d’une unité Alzheimer pose vraiment question dans la prise en charge sociétale aujourd’hui, et le cheminement de Valentin montre combien il « grandit », propre du roman adolescent. Si la fin du service civique marque la fin du roman, j’aurais tellement aimé que le jeu soit joué jusqu’au bout avec le retour de l’enseignant évaluateur…

Un bon roman ado, qui vous fera inévitablement réécouter Françoise Hardy, Birkin et Vartan, la playlist est fournie en exergue.

 

 

Ed. Sarbacane, août 2020, 378 pages, prix : 17 €, ISBN : 978-2-37731-465-2

 

Crédit photo couverture : © Claudine Devey et éd. Sarbacane.

Voir les commentaires

La section Lucky – Frédéric Schmitter

6 Janvier 2021, 12:53pm

Publié par Laure

Au milieu des années 1980 sur les îles bretonnes du Ponant, un certain Gaspard, « Grand Auteur, Sympathique Pédopsychiatre Au Rire Débile », va initier six adolescents aux jeux d’écriture et de lettres. Vous noterez les prénoms des collégiens, et l’ordre choisi, correspondant aux six voyelles de l’alphabet : Anne, Erwan, Isabelle, Olivier, Urielle et Yves. Par le biais d’exercices, chacun va se surpasser dans cette créativité contrainte, dépassant pour certains leurs angoisses cachées.

La lecture est plaisante et rappelle bien évidemment l’Oulipo, le roman pourrait devenir sans problème un support d’ateliers d’écriture, de l’anagramme au palindrome en passant par toutes sortes de contraintes stylistiques, quant au nombre de lettres ou leur choix. La fin me semble tomber un peu à plat, comme si l’on ne voyait pas comment finir autrement après tant de prouesses. Jusqu’à la table des matières et à l’ordre des chapitres travaillés dans ces mêmes contraintes. Rien n’est laissé au hasard. De la page blanche naitrait l’angoisse alors que la contrainte ouvrirait les portes de la liberté.

Pour ados passionnés d’écriture et adultes aimant les jeux de lettres. Pas si grand public que cela (mais facile à lire), bravo pour l’exercice !

 

 

,

 

 

Ed. du Rocher, janvier 2021, 152 pages, prix : 14,90 €, ISBN : 978-2-268-10468-3

 

 

Crédit photo couverture : © éd. Du Rocher

 

Voir les commentaires

Derniers mètres jusqu’au cimetière – Antti Tuomainen

4 Janvier 2021, 15:32pm

Publié par Laure

Traduit du finnois par Alexandre André

 

Jaakko, 37 ans, est chef d’entreprise ; il cultive et vend à prix d’or un champignon rare issu des forêts de pins aux Japonais qui en sont friands. Il découvre lors d’une visite médicale que quelqu’un l’empoisonne à petit feu, et que ses jours sont à présent comptés. Persuadé que sa femme est la coupable, d’autant qu’il la surprend le jour même en fâcheuse posture déshabillée avec le chauffeur de la boite. Il va mettre son énergie restante à faire surgir la vérité. Mais c’est aussi le moment que choisit une entreprise concurrente qui a flairé le bon filon pour lui mettre des bâtons dans les roues, lesquels sont surtout patibulaires et bien armés.

Un roman policier finlandais plein d’humour noir et caustique, ça ne se refuse pas. Il y a bien quelques morts et une pauvre victime qui essaie d’enquêter elle-même, c’est un roman plutôt joyeux parsemé de scènes burlesques qui s’offre au lecteur.

Vraiment original dans le ton, j’ai passé un bon moment !

 

 

Fleuve éditions, février 2019, 312 pages, prix : 19,90 €, ISBN : 978-2-265-11794-5

Existe en poche chez 10-18 à 7,80 €

 

Crédit photo couverture : © Studio Allez/ Plainpicture et Getty Images / et Fleuve éd.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>