Les jardins d'Hélène

Novembre 2022 en couvertures ...

30 Novembre 2022, 22:58pm

Publié par Laure

En novembre j'ai lu :

(un clic sur les couvertures renvoient à ma chronique quand il y en a une)

 

 

 

 

 

 

 

 

En novembre j'ai vu :

La servante écarlate saison 5

 

Voir les commentaires

Le sang des bêtes - Thomas Gunzig 

22 Novembre 2022, 14:01pm

Publié par Laure

Tom, la cinquantaine dépressive, tient un magasin de compléments alimentaires pour bodybuildés. Témoin de violences conjugales devant sa boutique il prend sous son aile une jeune femme perdue sans papiers, répondant au surprenant prénom de N7A. Enceta ? Non non N7A. Cette belle rousse affirme être une vache génétiquement modifiée pour avoir l’apparence d’une femme.

Autant dire que c’est un brin compliqué quand il la ramène chez lui, entre sa femme qui ne comprend pas, son père rescapé de la Shoah qui vient finir son cancer sur son canapé, et son fils largué par sa copine qui retrouve lui aussi sa chambre au foyer parental, tout cela le même jour.

Dès lors c’est absurde, burlesque et profondément réaliste - oui c’est paradoxal – mais tellement de réflexions contemporaines sur le spécisme, le bonheur, la vie de couple, la judéité, le genre et j’en passe se mêlent que le mélange en est vraiment réjouissant.  

Chaque chapitre porte le nom d’un muscle, Gunzig s’amuse (et nous rappelle sa belgitude par quelques septante et nonante, tout en portant un regard très pertinent sur le monde, et depuis Feel Good je le suis avec plaisir. Avec ce dernier roman, il ne me déçoit pas.

 

Extraits :

p. 125 : " - Je sais très bien qui je suis ! le coupa N7A. Je suis une vache génétiquement modifiée qui ressemble à une jeune femme et mon nom est un numéro de série !

- Voilà, fit Jade, elle sait très bien qui elle est et elle sait très bien ce qu'elle veut ! Mais évidemment, comme vous êtes un homme, quand une femme ne pense pas comme vous, c'est qu'elle a forcément tort et vous ne pouvez pas vous empêcher de lui expliquer... C'est ce qu'on appelle le "mansplanning" mais ça, votre esprit étroit ne l'accepte pas !"

 

p. 119 : "L'appartement de Jérémie et Jade se trouvait dans un quartier qui avait été, quelques années plus tôt, un quartier populaire. Le genre de quartier qui avait attiré la plupart de ses habitants "d'origine étrangère" avec les loyers bon marché qu'on y pratiquait alors. Il y avait des boucheries hallal, des boulangeries marocaines, des salons de thé dans lesquels des hommes taciturnes fumaient la chicha. Ce quartier évoquant le désordre et la désinvolture propres aux petites villes méditerranéennes avait, pendant des années, servi d'argument électoral à la fois aux partis de droite nationaliste mettant en garde la population contre un hypothétique "Grand remplacement" et aux partis de gauche militant pour la richesse de la diversité et ses supposés avantages pour la civilisation. Aucune de ces deux tendances n'avait envisagé que l'endroit changerait finalement de lui-même, sous l'effet d'une force contre laquelle les idéologies ne peuvent rien : l'économie. Une nouvelle génération de jeunes issus de la classe moyenne avait trouvé là un eldorado immobilier et ils s'y étaient installés, rénovant les appartements autrefois modestes en lofts, transformant les ateliers et les entrepôts en arrière-maisons avec jardin, prenant possession des épiceries et des cafés pour en faire des maisons dont les intérieurs célébraient les matériaux bruts et authentiques, les carrelages vintage et les coloris s'inspirant avec une ironie involontaire des tonalités venues d'Afrique ou du Moyen-Orient. Les prix au mètre carré s'étaient mis à grimper, , les gens "d'originaire étrangère" qui n'étaient pas encore propriétaires s'installèrent ailleurs et ceux qui l'étaient déjà revendirent leurs appartements minuscules en faisant d'importantes plus-values leur permettant de quitter ces rues et ces avenues pour profiter de leur retraite dans une banlieue aérée, comme n'importe quel bourgeois."

 

 

Au diable Vauvert, janvier 2022, 222 pages, prix : 16€, ISBN : 979-10-307-0452-5


 

 

Crédit photo couverture : © Olivier Fontvieille / offgraphisme  Illustration de couverture : ©image RMN-GP ; ©rawpixel.com / et éd. Au diable vauvert

Voir les commentaires

Les enfants des autres – Pierric Bailly

8 Novembre 2022, 13:37pm

Publié par Laure

Intéressante expérience de lecture que ce roman que j’ai abordé sans savoir de quoi il parlait, parce que je ne lis jamais les quatrièmes de couverture, choisi par hasard parce qu’une bibliothécaire l’avait placé en évidence sur une étagère de présentation, et parce que sans doute j’avais dû en entendre parler au moment de sa sortie.

Robert Ménétrier a le malheur d’être né au lendemain de la mort de son grand-père, c’est donc un hommage que de porter son prénom, mais au quotidien, il est Bobby, ou Bobinette pour ses collègues de travail. Bobby est père de trois garçons : Gaby, et les jumeaux Jimmy et Hugo. Il est en couple avec Julie, qui travaille à l’office de tourisme.

Quand un soir Bobby rentre chez lui, blessé au pouce par un accident du travail, il trouve Julie en train de se défouler sur son sac de frappe dans le garage, et il aperçoit dépasser de derrière la cuve à fuel les pieds de son meilleur ami Max. Aussitôt il imagine l’adultère et part passer le gros de sa colère dans la forêt voisine, près de Chevrotaine, Jura.

A son retour, un brin calmé, il demande à sa femme où sont les enfants, si leur journée s’est bien passée. Quels enfants ? Il fait le tour des chambres, et aucune pièce ne contient les meubles et affaires de ses enfants. Aucun signe de leur présence. Ce sont les voisins, Max et Alexa, qui ont ces enfants-là.

Le mystère est entier, le lecteur est ferré.

Mais il faudra une autre échappée en forêt pour que le roman prenne un tout autre tournant, Bobby est bien content de ne pas avoir d’enfants, tout occupé qu’il est à préserver sa liberté, et savourer son addiction aux opiacés qu’il a obtenu lors de sa blessure au pouce. Seraient-ce eux qui changent la donne ? Et on s’étonne en souriant de la pétillante Jeannette, sa grand-mère nonagénaire qui n’a pas dit son dernier mot.

Re-forêt, re-tournant.

On en sort un peu chamboulé, mais charmé, par cette tournure nouvelle dans la façon de construire un roman. On n’est sûr de rien, si ce n’est d’avoir passé un moment savoureux dans la ruralité franc-comtoise, à s’interroger sur la paternité, le couple et les aléas de la parentalité.

Étonnant, mais qui me donne vraiment envie de poursuivre ma découverte de cet auteur !

 

 

Éditions P.O.L, janvier 2020, 203 pages, prix : 18€, ISBN : 978-2-8180-4811-5

 

 

Crédit photo couverture : © éd. P.O.L

Voir les commentaires

Le fracas et le silence – Cory Anderson

7 Novembre 2022, 12:48pm

Publié par Laure

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Claire-Marie Clévy

 

Jack Dahl a dix-sept, et un soir en rentrant du lycée, il trouve sa mère morte à la maison. Son père est en prison pour vol lié à la drogue, il ne lui reste que son petit frère Matty, huit ans, pas un sou, et pas question de confier le petit garçon à l’assistance publique.

C’est donc le début d’une longue galère dans l’hiver froid de l’Idaho, une survie inimaginable au prix de tous les dangers. Une âme bienveillante fera tout pour les aider, elle s’appelle Ava, a dix-sept ans comme Jack, et un parcours de vie tout aussi singulier étroitement lié à son père.

J’ai le souvenir que ce livre a paru simultanément sous deux éditions et couvertures différentes, l’une chez PKJ (en jeunesse donc, disons à partir de 14/15 ans quand même), l’autre en littérature générale chez Fleuve éditions. La sortie poche est annoncée chez Pocket pour février 2023.

Une parution en ados fait sens compte tenu de l’âge des héros, mais fonctionne tout aussi bien en adultes car le thriller vous tient. Je ne suis pourtant pas une adepte du feel-good, mais là j’avoue que tant de noirceur, de violence, de drames qui s’ajoutent les uns aux autres ont failli me faire jeter l’éponge. L’autrice se réclame de l’influence de La route de Cormac McCarthy, et on pourrait aujourd’hui faire un lien avec le brillant Arpenter la nuit, de Leila Mottley.

C’est efficace, bien construit, avec une fin audacieuse. Pas mal à vrai dire, mais il faut avoir le cœur bien accroché (et ne pas trop s’arrêter sur la crédibilité, comme souvent dans les thrillers où lecteur humain lambda, on serait morts dix fois en ayant subi à peine le dixième du quart des mésaventures du héros) 😂

 

Ce roman a obtenu le Prix Libr’à nous 2022 en catégorie roman ado (prix de libraires francophones)

 

 

Pocket jeunesse (PKJ), octobre 2021, 396 pages, prix : 18,90 €, ISBN : 978-2-266-30956-1

Ou Fleuve éditions, octobre 2021, 400 pages, prix : 18,90€, ISBN : 978-2-265-15544-2

 

Voir les commentaires

La mer verticale – Brian Freschi et Ilaria Urbinati (ill.)

6 Novembre 2022, 12:05pm

Publié par Laure

India est une jeune institutrice qui a tout pour être heureuse : un compagnon aimant, et un métier qu’elle aime. Mais elle est atteinte de troubles anxieux ou attaques de panique (à différencier de la crise d’angoisse, qui est à moindre échelle). Elle commence une thérapie, et apprend à vivre avec son trouble en s’exprimant par le dessin et les contes sombres qu’elle raconte aux élèves de sa classe, qui adorent cela !

Si j’ai aimé globalement l’histoire et l’illustration ainsi que le choix de la palette de couleurs, je n’ai pas compris, pas admis, et j’ai rejeté l’attitude des parents d’élèves de la classe qui font tout pour la traiter de folle, de danger public pour leurs enfants, et qui cherchent à la faire licencier. De même les collègues de travail qui la poussent vers la sortie…. C’est peut-être une réalité je ne sais pas, mais j’avoue que cela a contrarié mon appréciation de l’ensemble.

 

Sur le sujet, en BD, je conseille plutôt ça n’a pas l’air d’aller du tout ! d’Olivia Hagimont. Moins artistique peut-être, mais plus concrète, réaliste et sérieusement documentée.

 

 

Dargaud, février 2022, 186 pages, prix : 20,50€, ISBN : 978-2-505-11267-9

 

 

Crédit photo couverture : © Ilaria Urbinati et éd. Dargaud

Voir les commentaires

Octobre 2022 en couvertures...

31 Octobre 2022, 22:43pm

Publié par Laure

En octobre, j'ai lu :

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

La bibliomule de Cordoue – Wilfrid Lupano, Léonard Chemineau (ill.)

24 Octobre 2022, 11:44am

Publié par Laure

Fin du Xe siècle à Cordoue. Le calife al-Hakam II meurt, mais son fils n’a que onze ans, trop jeune pour prendre le pouvoir. La richesse culturelle et artistique entretenue par son père et son grand-père va être balayée par le vizir Amir, qui juge nombre de ces œuvres hérétiques. Il organise un grand autodafé. C’est bien évidemment insoutenable pour Tarid, l’eunuque bibliothécaire qui s’occupe de ces livres depuis des années, et pour Lubna, jeune femme esclave mais éduquée, qui copie les manuscrits. Ils vont tenter de sauver le plus grand nombre de livres possible. Mais comment s’évader en transportant tous ces volumes ? Surtout comment les transporter à pied ?
C’est là qu’arrive Marwan, un ancien apprenti de Tarid, devenu voleur mais souhaitant se repentir. Enchainement de quiproquos, il est assommé et sa vieille mule rétive va devenir…. la bibliomule !

S’enchainent des aventures dignes d’un récit picaresque, alliant humour et contexte historique, par le biais notamment de retours en arrière dans la vie des personnages.

Le format, le volume (épais !), les couleurs en font un conte des Mille et une nuits plaisant à dévorer, le sourire aux lèvres, qui montre que depuis toujours le savoir et la culture sont en danger, jusqu’à une conclusion bien moderne qui questionne l’avenir du livre.

La postface signée d’un directeur de recherche au CNRS apporte un éclairage historique précis pour qui souhaiterait en savoir plus.

Cette BD offre plusieurs niveaux de lecture, ce qui la rend accessible à tout âge (à partir de 10 ans à mon sens) même si la densité historique la rend plus complexe. Mais chacun peut y trouver son bonheur.

Le prix, certes élevé, est justifié par le nombre de pages et la qualité de l’édition (tranchefile, signet ruban, tranche teintée bleue). Du bel ouvrage que Tarid aurait sauvé sur sa bibliomule !

 

Dargaud, novembre 2021, 264 pages, prix : 35 €, ISBN : 978-2-5050-7864-7

 

 

Crédit photo couverture : © Léonard Chemineau et éd. Dargaud.



 

Voir les commentaires

Je veillerai sur toi – Maria Loretta Giraldo et Nicoletta Bertelle (ill.)

22 Octobre 2022, 11:58am

Publié par Laure

Traduit de l’anglais par Emilie Hendrick-Hallet

 

C’est l’histoire d’une petite graine (un pépin de pomme) qui grandira et deviendra un beau pommier, aidée et protégée par la pluie, le soleil, et la terre. A son tour, l’arbre accueillera une fauvette à tête noire, un bel oiseau qui donnera la vie. Et quand il faudra sauver une graine perdue du pommier, la fauvette rendra à l’arbre ce qu’il lui a donné : aide et protection.

Ce très bel album, aux magnifiques couleurs (un vrai coup de cœur sur ce point !) illustre le cycle de la vie et l’entraide nécessaire entre la nature et la vie, animale ou végétale, que l’on pourra bien sûr étendre à l’humain et à la nécessité pour l’homme de les protéger.

Une dernière page résume le cycle de la vie du pépin de pomme, et comment planter ses propres graines pour les regarder grandir.

Une belle histoire douce et joyeusement colorée à partager dès 3 ans.

 

 

 

 

 

 

Crackboom ! Livres, éditions Chouette (Québec), octobre 2022, prix : 11,90€, ISBN 9782898023934

 

 

© Nicoletta Bertelle et éd. Crackboom !Livres

Voir les commentaires

Derrière le rideau – Sara del Giudice

11 Octobre 2022, 14:02pm

Publié par Laure

Traduit de l’italien par Miriam Papo

Dans un petit village de Provence en 1937, Yaël grandit dans l’amour de sa famille, ses parents et sa petite sœur Emilie. L’enfant commence à s’interroger sur la religion juive par le biais d’une remarque d’un oncle, sans plus.  Un jour de jeu, elle découvre un secret … derrière le rideau d’une chambre. Peu après, sa mère meurt. Une nouvelle femme entre dans la vie de son père. Ça fait déjà beaucoup pour une petite fille… Alors quand arrive la guerre, le départ de son père, et la folie d’Hitler, la question de la judéité revient douloureusement au premier plan. Jusqu’au 26 août 1942, derrière le rideau… toujours.

Ce rideau qui ouvre et clôt l’histoire de Yaël tant dans l’illustration que dans le scénario occupe une place primordiale dans cette tranche de vie familiale, qui n’est pas sans rappeler sous une autre forme le journal d’Anne Frank.

Cette BD, du fait de sa narratrice enfant, peut s’adresser à un public jeunesse dès 10/11 ans, et sans limite d’âge bien sûr, de par son sujet historique, son traitement et la beauté de l’illustration.

Une illustration qui m’a marquée par le détail de ses tentures, qu’il s’agisse de ce rideau ou des tapisseries murales. Les couleurs utilisent beaucoup les palettes de vert, beige, ocre, marron, éclairées (au début surtout) par quelques scènes de paysages fleuris de Provence.

Un de ces albums tout public qui peuvent accompagner les plus jeunes à la compréhension de l’Histoire et qui pour les plus grands offrent une belle œuvre qui contribue au devoir de mémoire.

Un glossaire à la fin explique le contexte historique et les références de langage utilisées.

 

 

Dargaud, avril 2022, 128 pages, prix : 19€, ISBN : 978-2-205-20098-0

 

 

Crédit photo couverture : © Sara del Giudice et éd. Dargaud

Voir les commentaires

Filles uniques, tome 1 à 3 – Beka et Camille Méhu (ill.)

10 Octobre 2022, 14:25pm

Publié par Laure

 

Coup de ♥️ pour cette série ado que je découvre avec les 3 premiers volumes

 

Le tome 1 s’ouvre sur Chélonia, une espèce de tortue marine qui ne doit sa survie qu’à sa force et une bonne part de chance. C’est aussi le prénom de l’adolescente qui montera le club des « mal-barrées », ces filles solitaires qui ont toute un parcours de vie dramatique et singulier, qui les rend différentes et peu sociables au lycée.

Le premier tome est consacré à Paloma, une jeune fille arrogante et violente envers les autres, qui en est à sa quinzième famille d’accueil. Rétive, elle refuse clair et net de rejoindre le club de Chélonia, mais cette dernière est maligne et motivée. Elle va aider Sierra à dénouer son passé et la libérer de sa colère.

Croire en l’humain est le message qui s’inscrit en fond, tant dans le personnage de Liselotte que celui de Chélonia ; quelle que soit la noirceur de la vie passée, il y a toujours une lueur d’espoir quand on rencontre les bonnes personnes.

 

 

Le tome 2 est celui consacré à Céleste, qui se sent nulle, invisible, insignifiante et en cultive l’attitude. Une tache sur le tableau que tout le monde veut effacer. Et ceci est accentué par des SMS qui la harcèlent littéralement pour l’enfoncer.

C’est Chélonia encore et le groupe qui vont l’aider à sortir de cette situation. Même si j’ai trouvé le scénario un peu tiré par les cheveux, il se tient. La façon de régler le problème n’est toutefois pas très crédible. Dans ce tome le personnage de Chélonia gagne en mystère (et peut-être en danger ?)

A la fin de chaque tome une playlist (et le cas échéant une booklist) accompagne la personnalité de l’héroïne choisie.

 

 

 

Le tome 3 s’arrête sur Sierra. Un tome central sans doute charnière puisqu'il restera encore deux adolescentes à découvrir plus en détails (Apolline et Chélonia).

Céleste (du tome 2) continue d'occuper une bonne part du récit, et l'histoire de Sierra est tout aussi destructrice que celle des autres, mais la part de "résilience" rendue possible par la présence, l'écoute et l'action des membres du club des mal-barrées, rend la série toujours positive et pleine d'espoir.

 

Vivement la suite !

 

Éditions Dargaud,

Paloma (tome 1), mai 2021, 56 pages, prix : 12,50€, 

Céleste (tome 2), février 2022, 56 pages, prix : 12,50€, 

Sierra (tome 3), août 2022, 56 pages, prix : 12,50€, 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>