Les jardins d'Hélène

Un bébé, dans le ventre de maman ? Stephanie Blake

25 Mai 2012, 10:48am

Publié par Laure

bebe-ventre-maman.jpgUne nouvelle aventure du petit lapin Simon, qu’on ne présente plus depuis Caca boudin et je veux des pâtes, tant il est devenu culte et familier des petits.

Simon et son frère Gaspard jouent aux petites voitures quand leurs parents viennent leur annoncer une grande nouvelle : il y a un petit frère ou une petite sœur dans le ventre de maman ! Est-ce que vous êtes contents ? Ben, je sais pas, je le connais pas encore ! Il arrive à quelle heure ? Euh, pas tout de suite, il doit d’abord grandir dans le ventre de maman.

Et vient l’inévitable question : « dis papa, comment on fait les bébés ? » Le papa réussit à éluder en partant vite travailler et promet d’expliquer le soir venu. Simon est encore tout ému quand vient l’heure de la récré, et sa copine Lou qui n’a pas la langue dans sa poche et qui a l’air bien plus au courant que les garçons, lui explique comment on fait les bébés. Pour de vrai et sans détour, avec ses mots d’enfant.

En rentrant Simon explique à son papa que ce n’est plus la peine d’expliquer, il sait tout. Je vous laisse quand même la surprise de la chute, qui m’a vraiment fait rire.

Un album drôle et bien vu, bien amené pour parler de ce sujet qui embarrasse encore tant de parents. Un récit qui joue aussi sur la complicité « entre hommes », sur l’entrée dans le monde des grands, sur les filles qu’on dit plus mûres (mais les garçons ne sont pas idiots non plus !), des dialogues très spontanés et réalistes (la vraie vie des enfants) et des illustrations toujours aussi simples mais expressives. Une réussite pleine d’humour.

 

 

L’école des loisirs, mars 2012, prix : 12,70 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Stephanie Blake et l’école des loisirs

Voir les commentaires

Les amateurs – Brecht Evens

22 Mai 2012, 15:10pm

Publié par Laure

les-amateurs.jpgEtonnante BD, novatrice, déroutante, mais presque drôle et souvent proche du livre d’art ! Pas de cases, pas de bulles, on se rapproche du roman graphique, tout en le déjouant, il y a régulièrement de splendides pleines pages à l’aquarelle, des tableaux flamboyants, et des dialogues dont la couleur des propos est attachée à son personnage. Original, vraiment !

Pieterjan est invité en résidence d’auteur à une première biennale d’art de Beerpoele, dans la campagne flamande. Il réalise vite qu’il débarque au milieu de nulle part, et que les gentils organisateurs ont quand même l’air d’une sacrée bande d’amateurs. Il faut le voir logé sur un lit de camp au fond du garage avec un simple seau en guise de sanitaires mais quand même avec un poisson rouge dans son bocal « pour réchauffer l’atmosphère ». C’est pas gagné ! D’autant qu’il faut laisser s’exprimer chacun, du psychotique qui dessine des spirales ad vitam aeternam (et pourrit un peu la vie de l’artiste) aux divers personnages aux compétences elles aussi déroutantes. Il s’attachera à rassembler ce petit monde autour d’un grand projet, une géante sculpture, qui finira de façon assez déjantée, je vous laisse la surprise. Au fil des jours, l’artiste perd de ses convictions pour s’adapter à son environnement, et semble se consacrer davantage à la jeune et jolie Cléo qui joue les apprentis photographes.

Un album qu’on se surprend à aimer, aux nombreuses scènes sublimes graphiquement et cocasses dans le scénario, et dont on sent évoluer la réflexion sur la création artistique et la place de la culture.

Une curiosité à découvrir !

 

les-amateurs-002.jpg

  © Brecht Evens et Actes Sud BD

 

les-amateurs-003.jpg

   © Brecht Evens et Actes Sud BD

 

les-amateurs-004.jpg

   © Brecht Evens et Actes Sud BD

 

Actes Sud BD, novembre 2011, 120 pages ; prix : 25,40 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Brecht Evens et Actes Sud BD éd.

Voir les commentaires

Splat agent secret - Rob Scotton

18 Mai 2012, 09:10am

Publié par Laure

 

Traduit de l'anglais par Rose-Marie Vassallo

 

splat-agent-secret.jpgUn nouvel album de Splat, grand format, et par Rob Scotton (souvenez-vous, les petits formats étaient une reprise par d'autres sous nom de licence) : Splat Agent secret !

Splat a bien de la chance : son papa fabrique de beaux canards en bois rien que pour lui, de toutes les couleurs, de toutes les tailles. Splat en a une belle collection dans la cabane du jardin. Mais voilà qu'un beau jour, l'un de ses canards a disparu. Harry Souris n'a rien vu. Le lendemain, le canard est revenu, mais sans son bec ! Et un autre a disparu ! Et cela se reproduit les jours suivants! C'en est trop, Splat doit mener l'enquête. Grâce à son émission de télé préférée, il sait comment s'y prendre, et muni de son sac à dos spécial « agent secret » et de sa casquette de Sherlock Holmes, il va traquer le voleur ! Avec une fausse piste pour faire durer un peu plus le plaisir quand même !


DSC01417.JPG

Une nouvelle aventure originale et sympathique où l'on retrouve notre fidèle Grouff et une belle histoire d'amitié.

DSC01416.JPG

En bonus, sur les pages liminaires, un petit code secret à décrypter. Ce n'est qu'en fin d'album qu'on trouve une page spéciale «le code des canards » où chaque canard correspond à une lettre de l'alphabet. Je n'ai pas bien vu à quoi cela se rapportait, d'autant que les canards de Splat ont déjà des noms, et qui ne correspondent pas aux initiales données. Hum... Je suis intriguée à mon tour et reviens tout au début de l'album, où avant le début de l'histoire, il y a bien une illustration....qui renferme un message secret ! Le petit plus qui peut passer inaperçu mais qui amusera les enfants curieux et ils pourront ensuite s'amuser à dessiner d'autres messages avec ce code des canards !

 

DSC01415.JPG


 

Nathan jeunesse, mai 2012, 34 pages, prix : 13,90 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Rob Scotton et éd. Nathan.


Voir les commentaires

Moi et la mer de Weddell - Arnaud Tiercelin

17 Mai 2012, 18:04pm

Publié par Laure

 

moi-et-la-mer-de-weddell.jpgMarius, 15 ans, a un rêve : partir découvrir la mer de Weddell, loin là-bas en Antarctique, voir les glaces, les baleines et les manchots. Il a construit un igloo en morceaux de draps dans le garage familial et il a beau s'y réfugier, il étouffe dans le cocon familial, enserré dans la petite vie bien rangée de ses parents, du grand-père à l'aube de la mort, et du chien Vanille proche aussi du cimetière.

Pourtant, il devrait être heureux, avec la belle Daphné, mais il se sent vide de l'intérieur, il ne l'aime pas, ou peut-être que si, il n'en sait rien... Et l'ambiance est encore plus morose à la maison depuis que son grand frère Vincent est parti étudier à Bordeaux et ne donne plus guère de nouvelles.

 

Roman de l'errance adolescente, de l'entre deux, Marius erre dans sa propre vie comme une âme en peine. Il cherche mais ne sait pas vraiment quoi, il ne réussit pas à apprécier ce qu'il a... C'est à vous filer le bourdon toute cette déprime latente ! Pourtant il y a de très beaux passages, j'ai aimé la relation fraternelle, ces deux frangins qui cultivent une façade pour les parents alors qu'ils vivent tout autre chose, ce lien qui les réunit malgré les fuites et les esquives réciproques.

Un roman un peu long à démarrer, qui finalement est à l'image de Marius qui se cherche, un roman souvent trop mélancolique (la présence des deux fidèles copains ne réussit pas à enjouer le tout), qui malgré des lueurs (l'album photo offert par le prof de dessin) vous file un sacré coup de blues.

Les rêves de l'adolescence n'ont pas tous la gaîté des chiens fous. Même si ça finit bien.

 

 

D'autres titres d'Arnaud Tiercelin :

- En secret

- S'échapper d'ici

 

Rouergue, janvier 2012, 183 pages, prix : 12,40 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Dorothy-Shoes et Le Rouergue.

Voir les commentaires

Mademoiselle Zazie déteste la maîtresse - Thierry Lenain, ill. de Delphine Durand

13 Mai 2012, 15:04pm

Publié par Laure

 

zazie-deteste-la-maitresse.jpgUn nouveau Mademoiselle Zazie ! Une fan à la maison, même si elle a bien grandi, et une série qui cartonne toujours auprès des CP-CE1 au travail depuis qu'un titre était dans la sélection des Incorruptibles je ne sais plus quelle année. Eux aussi ils grandissent, mais ils restent fidèles à Zazie et Max ! Il faut voir leurs yeux pétiller quand ils en découvrent un nouveau à la bibliothèque !

 

La maîtresse de Zazie et Max est malade (d'ailleurs sur le dessin, elle est toute verte avec un plein de points rouges sur la figure, pas en bon état du tout la maîtresse), arrive donc une remplaçante, Mademoiselle Mirette, qui elle, est très jolie. La parfaite pin-up. Mademoiselle Zazie « la trouve aussi jolie que les dames de la télé qui sont belles même quand elles sont bêtes » (les potiches en prennent plein les dents!) Mais ce qui contrarie vivement Mademoiselle Zazie, c'est que Max est comme envoûté par cette belle maîtresse, raide dingue amoureux, il en devient tout chose, et bien sûr ne s'intéresse plus du tout à son amoureuse officielle. Et même, « je te divorce » lui dit-il. Ce qui vaut une jolie page où la maîtresse qui a intercepté le billet explique que « ce qui est nul, ce n'est pas le divorce [comme le pensait Zazie], c'est l'amour qui s'arrête. Mais bon, quand l'amour s'arrête, il s'arrête. C'est comme ça. Personne n'y peut rien. »

Mais Zazie n'a pas dit son dernier mot et entend bien reconquérir l'amour de son petit Max !

Un petit roman sur la jalousie, sur l'admiration des petits élèves envers leur (jolie) maîtresse, et sur l'amour qui vous chamboule tout à l'intérieur (Max ne peut même plus manger ses frites à la cantine!)

Beaucoup d'humour et de détails dans l'illustration viennent compléter ce petit texte. Même si je ne retrouve pas toujours le charme des premiers Zazie, allez, ça reste une valeur sûre pour les petits cadeaux aux enfants de 6-8 ans.

 

Nathan, coll. Premiers romans, mai 2012, 29 pages, prix : 5,60 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Delphine Durand et éd. Nathan.

Voir les commentaires

7 ans après... - Guillaume Musso

12 Mai 2012, 18:02pm

Publié par Laure

 

7-ans-apres.jpgOui, j'en vois certains s'étrangler derrière leur écran : elle va quand même pas nous parler de Musso ?! Déjà qu'on ne peut plus prendre un train sans le voir démultiplié jusqu'au bout de chaque quai sur les panneaux Decaux...

Musso - et consorts LevyPancolCoben - sont cause d'une souffrance pénible pour les bibliothécaires. Non pas sur le contenu, ce n'est pas le problème, chacun lit ce qu'il veut, mais sur le comportement que ces auteurs induisent auprès de leurs lecteurs. Agressivité, impatience, énervement, impolitesse (je vous jure qu'il faut parfois se retenir très fort pour ne pas répondre que s'ils n'acceptent pas d'attendre parce que le livre est déjà emprunté, ils n'ont qu'à aller se l'acheter. Non on n'achètera pas trente exemplaires pour satisfaire une demande aussi pressante qu'éphémère pour en pilonner 29 exemplaires dans six mois quand le prochain paraîtra. En acheter 30, c'est se priver de la diversité et de la richesse de 29 autres livres. On achète un exemplaire (les grosses structures ou les réseaux en achètent un peu plus, soyez rassurés) et le lecteur impatient est prié d'aller râler ailleurs. De même que non on ne peut pas l'acheter s'il n'est pas encore sorti, c'est étonnant ce nombre de lecteurs qui posent toujours la question des fois que, et non on ne peut pas encore le réserver avant qu'il sorte (y pas marqué Am*z* au-dessus de la porte, mais « bibliothèque »)).

Voilà, ça, c'est fait.

 

Si j'avais lu les trois premiers romans de Marc Levy au début des années 2000 (et vite compris que je lirais toujours à peu près la même chose si je continuais), je n'avais encore jamais lu de Guillaume Musso. Voilà qui est réparé avec ce dernier titre, 7 ans après...

 

Nikki et Sebastian sont aussi différents que le jour et la nuit, mais ils se sont aimés quelques années, le temps au moins d'avoir des jumeaux, Camille et Jeremy. Leur divorce a séparé également les enfants : le père a gardé la fille, la mère a gardé le fils. Il faut dire que le père a un caractère autoritaire, rigide et franchement insupportable. Mais quand leur fils Jeremy disparaît, l'amour parental reprend le dessus, et le couple se retrouve pour partir à sa recherche (à travers plusieurs continents et moult péripéties tant qu'à faire)

Il n'y a pas à dire, le genre (à moins que ce ne soit le cahier des charges?) est maîtrisé : page turner efficace, écriture rapide et cinématographique (on voit quasiment le film se dérouler sur grand écran), dernière phrase de chapitre courte et d'accroche pour vite passer au suivant. Cet opus-ci tient du thriller, sans grande originalité (la drogue, l'hémoglobine à flots, des personnages principaux dans le pétrin, etc.) mais efficace. Bien sûr ils sont beaux ils sont riches ils règlent un peu leurs comptes, bien sûr ils sont américains et tout leur sourit ou presque et ça ne me fait pas rêver du tout. C'est tellement convenu tout cela.

Mais ça fonctionne, puisqu'on va au bout, très vite même. Le côté glamour un peu forcé à renfort de clichés sonne la nouvelle vague du thriller romantique, et j'aurais pu dire que finalement ça avait au moins le mérite d'être convenablement ficelé, si l'auteur n'avait ajouté ce dernier chapitre en guise d'épilogue, d'une niaiserie sirupeuse qui frôle le ridicule. Un cliché de plus pour les âmes romantiques ?

 

Ce n'est pas si mauvais en soi, non, ça ne m'apporte pas grand chose. Je n'ai pas ri ni tremblé ni souri ni pleuré, je n'ai pas eu l'envie soudaine de lire tout l’œuvre de l'auteur, et peut-être que le quai de gare est une bien belle idée : le temps d'un voyage pour passer le temps, et on le laisse au voyageur suivant.

 

L'avis éclairé du nouvel obs (n° du 3 mai 2012)

 

 

XO éditions, avril 2012, 385 pages, prix : 21,90 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Sophie Griotto et XO éd.


Voir les commentaires

Interlude

8 Mai 2012, 10:32am

Publié par Laure

Je lis toujours, pas d'inquiétude, je n'ai juste pas envie de faire des billets dans la foulée, j'ai passé l'âge des devoirs hein

 

Un petit interlude, souvenez-vous, nous l'avions quitté guitariste, cette année, nous le retrouvons pianiste. Parfois il me parle de saxophone. Chut, je fais la sourde.

 

Audition piano Jean-Baptiste, 2 mai 2012

(billet spécial dédicace marraine, on pense à toi Laurence )

 

 

 

Le morceau s'appelle Petit Impromptu, d'Edmée J. Allain.

Et il arrivait tout juste du Mans, sortant d'un oral anticipé de bac 

Voir les commentaires

Liber et Maud - Nadia Marfaing

3 Mai 2012, 06:32am

Publié par Laure

 

liber-et-maud.jpgMaud a perdu la vue dans un accident. Depuis, elle se morfond dans son lit, entre déprime et colère, et refuse la visite de quiconque. Mais Liber, un garçon de sa classe de seconde, force la barrière et tente peu à peu de la ramener à la vie.

p. 17 : « Ce n'est plus elle, ce n'est plus elle, c'est comme si elle était morte dans ce putain d'accident ! La Maud d'avant était provocante, hardie, elle jouait sans cesse avec ses cheveux, elle aimait allumer les garçons, excepté lui, car elle se moquait toujours de lui (gentiment, certes) en le traitant de p'tit môme. Elle était la seule à ne pas l'appeler Béber dans la classe. Elle disait P'tit Môme. »

Car Liber est fanfaron, excentrique, foufou, ne réfléchit jamais trois secondes avant de parler et serait bien un petit peu amoureux de Maud. Mais « suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis », ces deux-là vont s'aimer et se haïr tambour battant, à un rythme imposé tantôt par Liber tantôt par Maud. L'adolescent l'emmène à la piscine, au cinéma, joue au ping-pong avec elle, car il refuse que sa vie change à cause de la cécité. Cela entraîne bien sûr des scènes cocasses mais l'élan de Liber est bénéfique sur Maud. Va-t-il enfin réussir à coucher avec elle ? Est-ce vraiment ce qu'il souhaite d'ailleurs à force de le claironner? Dans une seconde partie plus sombre où Liber apprend de ses erreurs et mûrit à la vitesse grand V, le lecteur est suspendu à la décision de Maud et à l'avenir de ces deux-là.

Sous couvert de fanfaronnade, de blagues et de bons mots, mais aussi d'engueulades et d'injustice (Maud est très versatile!), les propos du roman sont bien plus profonds qu'il n'y paraît, et c'est tout l'art aussi de l'auteur, de réussir cela en gardant aux personnages une certaine légèreté et spontanéité. Inutile de dire qu'on le finit en apnée, entre espoir, larmes et sourire.

Un très bon premier roman.

 

(dès 13 ans)

 

L'école des loisirs, coll. Médium, janvier 2012, 194 pages, prix : 10 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Rascal et l'école des loisirs

Voir les commentaires

Entre chien et louve - Gudule

2 Mai 2012, 05:54am

Publié par Laure

 

entre-chien-et-louve.jpgJean vient de décéder, Astrid, son épouse ramenée d'Afrique il y a bien longtemps se retrouve donc veuve. Le fantastique est au rendez-vous, léger, bien amené, permettant une intéressante relecture du couple. Car c'est en chien errant que Jean est réincarné. Alors que jusque là elle n'aimait guère les animaux, Astrid va le recueillir, l'adopter, en faire son fidèle confident, son protecteur, jusqu'à l'appeler Fidèle, comble de l'ironie quand on écoute Astrid lui raconter son passé !

Que sait-on vraiment de l'autre quand on vit en couple ? Qu'en est-il réellement du bonheur apparent ? S 'arrange-t-on avec ce que l'on veut bien voir ? C'est muselé par sa nouvelle enveloppe canine que Jean va recevoir ces confidences, tout en vivant sa vie de chien en allant visiter la chienne du voisin, celle qui est là depuis longtemps, et dont on dit que son maître, un trisomique, la fait s'accoupler une fois par an avec une louve.

Le texte se veut sensuel, entre les souvenirs de Jean, de sa « négresse » séduite à 10 ans, ramenée à 12 (!), ceux d'Astrid, et le rut plus brusque de l'animal, qui piste les odeurs de la chienne dès qu'il sort. Il faut bien que la rage de Jean s'exprime, prisonnier des traits de Fidèle.

Une fin particulièrement soignée et étonnante pour ce court texte découvert grâce aux petits prix des offres en numérique.

 

 

Bragelonne, 2008 (139 pages)

Acheté en numérique lors d'une offre promotionnelle à 0,99 €. (tarif habituel : 2,99 €)

(ce sont ces petits prix attractifs qui me font découvrir des textes vers lesquels je ne serais probablement pas allée en version brochée à prix habituel éditeur)

En version papier, se trouve encore d'occasion chez Denoël, collectionPrésence du Fantastique, sous le nom d'Anne Duguël, ou plus facilement dans le tome 1 de l'Intégrale des romans fantastiques de Gudule, « le club des petites filles mortes », chez Bragelonne, 669 pages, 25 €.

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : éd. Bragelonne

 

 


Voir les commentaires

De bon matin, un film de Jean-Marc Moutout (2011)

1 Mai 2012, 06:28am

Publié par Laure

 

Avec Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Xavier Beauvois, … 

Durée : 90 min.

de-bon-matin-DVD.jpg

Synopsis : « Lundi matin, Paul Wertret se rend à son travail, à la banque où il est chargé d'affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures précises, sort un revolver et abat deux de ses supér ieurs. Puis il s'enferme dans son bureau. Dans l'attente des forces de l'ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l'on conduit à commettre son acte... »


Interprétation magistrale de Jean-Pierre Darroussin dans ce rôle tristement d'actualité, qui démontre combien le profit et la rentabilité font marcher le monde, et combien il est devenu facile et courant de broyer de l'humain sans scrupule aucun. Sans fioritures, d'une très grande sobriété, presque froidement, le fil se dénoue, entraînant avec lui le spectateur dans un certain malaise. Parce que c'est terrible, parce que ça arrive à d'autres, un jour peut-être à un proche, ou frémissement, à soi-même.

Un film sociétal pas joyeux mais comme on aimerait en voir plus souvent.

 

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Voir les commentaires