Les jardins d'Hélène

litterature jeunesse

Gilles a un pépin – Mathieu Lavoie

7 Septembre 2018, 10:12am

Publié par Laure

Qu’est-ce qui est tombé de l’arbre ? Un œuf. Gilles, un petit corbeau, est en train d’éclore. Mais sa maman a peur : le renard rôde ! Attention Gilles ! Mais Gilles est pressé d’explorer son environnement et de se mettre un petit ver dans le bec. La maman, plus sage, est en quête d’un fromage, car rappelez-vous… une certaine fable du corbeau et du renard !

 

Le texte en randonnée avec une question qui revient donne envie à l’enfant de réagir et de répondre. L’album est simple, mais efficace : un texte court sur la page de gauche, un dessin pleine page à droite, sauf pour les premières et dernières doubles pages.

 

J’aime le côté épuré du texte et de l’illustration (voir ici), le lien à la fable (peu importe si l’enfant ne la connait pas encore, ce peut être l’occasion !) : à tout moins on comprendra bien la sagesse de la maman. Et on s’amuse et on rit, c’est bien aussi !

 

Idéal avec des 2-5 ans.

 

 

 

Hélium / Actes Sud, mars 2018, prix : 11,90 €, ISBN : 978-2-330-09305-1

 

 

 

Crédit photo couverture : © Mathieu Lavoie et éd. Hélium

Voir les commentaires

Toi et moi moi et toi - Miguel Tanco

25 Août 2018, 11:19am

Publié par Laure

La relation entre un petit garçon et son père décrite de manière fine, douce et humoristique.

C’est que grâce à lui, il fait et apprend énormément de choses ce papa, comme prendre son temps, jouer, raconter des histoires, etc. Grandir en quelque sorte et ce quel que soit l’âge ?

 

C’est doux et tendre, les phrases sont courtes mais font mouche, le dessin est très épuré, dans des tons noir, gris et jaune uniquement.

 

Une belle idée cadeau pour tous les papas qui aiment passer du temps avec leur enfant !

 

 

A partir de 3 ans.

 

 

 

 

 

Ed. Milan, mai 2017, 40 pages, prix : 12,90 €, ISBN : 978-2-7459-8493-7

 

 

 

Crédit photo couverture : © Miguel Tanco et éd. Milan

Voir les commentaires

La belle étoile / l’étoile rebelle – Cathy Cassidy

24 Août 2018, 18:40pm

Publié par Laure

La belle étoile / l’étoile rebelle – Cathy Cassidy

Traduits de l’anglais par Anne Guitton

 

 

La belle étoile :

Dizzie vit avec son père depuis que sa mère est partie alors qu’elle avait quatre ans. Chaque année, celle-ci lui adresse une carte avec un petit cadeau. Le jour de ses douze ans, Dizzie attend donc impatiemment ce courrier mais ... rien n’arrive.

Rien ? Ou plutôt si : sa mère en personne. Qui propose de l’emmener faire un tour des festivals de musique hippie. Comme si huit ans d’absence sans nouvelles n’avaient aucune incidence sur la vie de la jeune adolescente. Sur un malentendu avec son père (elle pensait avoir son accord), elle part en camping-car avec sa mère.

C’est l’immersion totale dans une communauté hippie, un mode de vie qu’elle ignore totalement et découvre souvent effarée. Elle va croiser un ado et un enfant tous deux attachants, et se trouver confrontée au regard des autres face à la vie des gens nomades et libres ou qui prônent cette liberté.

 

C’est un roman que j’ai trouvé très triste et rude, mais ô combien attachant ! Comme on a envie de la secouer cette mère défaillante et immature !  Comme on a envie de rappeler à Dizzie la stabilité et l’amour serein et pérenne qu’elle a auprès de son père ! Bien sûr tout finit bien et se veut plutôt positif, mais les drames n’épargnent pas les personnages, surtout les jeunes Finn et Mouse.

 

Un roman très émouvant dans lequel le lecteur ne peut qu’être en empathie avec les personnages (sauf celui de la mère !), qui évoque aussi l’amitié, l’amour naissant, le bien / le mal, et l’éducation parentale…

 

 

Conseillé par l’éditeur à partir de 11 ans, il s’adresse donc aux pré-ados et jeunes ados.

 

 

Nathan, janvier 2018, 252 pages, prix : 15,95 €, ISBN : 978-2-09-258022-6

 

 

 

 

 

L’étoile rebelle :

Autant j’ai aimé la belle étoile, autant j’ai trouvé cet épisode reprenant l’un des personnages quelques années plus tard beaucoup plus banal.

 

On retrouve le jeune Mouse sept ans plus tard, désormais âgé de quatorze ans. Il vit à nouveau avec sa mère, dans un logement social de banlieue, un quartier dans lequel les dealers font la loi. Lorsqu’il trouve et adopte un petit chien qu’il nomme Lucky, il est loin de se douter qu’il appartient au caïd de la cité.

 

Avec Cat, une jeune fille rencontrée par hasard (il notera lui-même le sort un peu forcé de « Cat & Mouse »), Mouse va lutter de manière non violente contre la drogue, par le tag notamment, présenté comme un outil artistique et dénonciateur.

 

Ce volume s’attarde davantage sur les différences de milieu social, la non-violence, la lutte contre la drogue, les liens familiaux, le mensonge. Si l’on a du plaisir à retrouver l’un des personnages de la belle étoile (et les autres apparaissent plus rapidement), je trouve cette nouvelle intrigue beaucoup plus fade et vaine.

 

Ce titre fonctionnera sans doute bien dans l’effet « série », même si les deux peuvent se lire tout à fait indépendamment, je le trouve toutefois beaucoup moins riche dans la réflexion et la pertinence de la psychologie des personnages par rapport au précédent.

 

 

Conseillé par l’éditeur à partir de 11 ans également.

 

 

 

Dites les gens de chez Nathan, il faudrait choisir : sur les couvertures un macaron imprimé indique « par l’auteure des filles au chocolat », et en fin d’ouvrage, on trouve une notice sur l’autrice Cathy Cassidy. ;-)

 

 

Nathan, juin 2018, 264 pages, prix : 15,95 €, ISBN : 9782-2-09-258013-4

 

 

 

 

Crédit Photos couvertures : Laurence Ningre / Anne-Lise Dugat / éd. Nathan

Voir les commentaires

L’autobus – Marianne Dubuc

1 Août 2018, 11:18am

Publié par Laure

 

 

Une petite fille est accompagnée à l’arrêt de bus par sa maman. Cette dernière lui donne ses dernières recommandations avant de la laisser voyager seule. C’est le début d’une aventure inédite pour la petite fille, qui voyage au milieu d’animaux divers. Elle a un petit panier avec des galettes au beurre si elle a faim et une veste rouge pour le cas où elle aurait froid. (Toute ressemblance avec le petit chaperon rouge est bienvenue). C’est pourtant une tout autre expérience qui se déroule. La famille de loups est bien là, mais ils sont tout mignons. La peur nait au moment du passage dans le tunnel, il fait tout noir, et à la sortie, tout ou presque a changé de place.

 

De détails en détails, c’est une vie qui s’observe et que la petite pourra raconter à sa grand-mère à l’arrivée.

 

Le format à l’italienne (18 x 29 cm, ce qui fait du 58 cm de large l’album ouvert) est bien sûr le choix judicieux pour représenter l’intérieur et le mouvement du bus.

 

Le dessin au crayon de couleur est doux, expressif mais aussi fantaisiste ; et il faut être attentif à tous les petits objets qui bougent au fil du voyage, au lecteur de journal, au pickpocket, etc.

 

Et une fois encore, pensez à ouvrir l’album et à le retourner pour voir dans son entier la première et la quatrième de couverture : c’est le petit plus qu’on oublie et qui ajoute un petit plaisir à la conception de l’album.

 

Très chouette voyage !

 

 

 

 

De La Martinière jeunesse, janvier 2018, 40 pages, prix : 13,50 €, ISBN : 978-2-7324-8516-4

 

 

 

Crédit photo couverture : © Marianne Dubuc et éd. de la Martinière jeunesse

Voir les commentaires

C'est pas bon - Rascal, et Peter Elliott (ill.)

28 Juillet 2018, 17:11pm

Publié par Laure

C'est l'histoire d'une petite poule rousse prisonnière du loup. Ce dernier a tout dévoré dans la région, il ne reste plus qu'elle, mais la trouvant chétive, il décide d'abord de l'engraisser. La petite poule rousse refuse systématiquement tout ce qu'il lui propose, avec pour réponse un tonitruant : "c'est pas bon !" Ainsi le loup se retrouve à manger des choses improbables pour un animal de son espèce.


La poulette va lui révéler son secret : le meilleur, ce sont les cailloux brûlants. Elle échange la recette contre sa liberté.


Qui est pris qui croyait prendre ?  Pauvre loup !


La petite poule rousse, des cailloux qui ne sont pas ici en soupe mais on y pense, un loup qui finit ridicule, les ingrédients sont là pour une histoire bien amusante, les illustrations sont expressives et complètent l'humour de l'histoire, c'est tout bon !

 


(dès 4 ans ?)

 

 

 

Pastel / L'école des loisirs, mars 2018, 36 pages, prix : 11,50 €, ISBN : 978-2-211-23377-4

 

 

 

Crédit photo couverture :  © Peter Elliott et éd. Pastel.

Voir les commentaires

La tribu qui pue – Elise Gravel et Magali Le Huche (ill.)

25 Juillet 2018, 10:34am

Publié par Laure

Les enfants de la Tribu-qui-pue vivent dans les bois, tout nus et sans adultes, en parfaite autarcie : ils se débrouillent très bien tout seuls. Ils ont quand même une chef : Fanette Ducoup. Celle-ci les a sauvés de la méchante Yvonne Carré, directrice d’un orphelinat désert, qui n’avait qu’un rêve : les enfermer pour les décrasser dans sa nouvelle machine à laver infernale.

 

Ah les adultes qui ont toujours raison et qui sont à cours d’arguments quand il s’agit de justifier leurs ordres ! Ils se prennent ici quelques vérités bien senties dans les dents : eux aussi ils puent, avec leurs cigarettes, et leurs déchets dans la nature.

 

L’humour m’a fait penser aux livres de Françoize Boucher et Claudine Desmarteau.

 

C’est drôle, délicieusement impertinent (c’est de l’humour !), le format est à mi-chemin entre l’album et la BD par certains découpages, la taille de l’album met en valeur les illustrations de Magali le Huche (qui fourmillent de détails) ; le texte peut paraitre un peu long parfois mais il convient ainsi à tous : dès 4/5 ans en lecture par l’adulte, dès 6/ 7 ans en lecture autonome. Et sans limite d’âge, évidemment !

 

J’espère qu’il y aura d’autres aventures de cette tribu sans tabous.

 

 

 

Pourquoi je l’ai lu : parce qu'une de mes bénévoles l'avait acheté pour ses petits-enfants et l'avait beaucoup aimé, me l'a conseillé, et parce que j'avais lu partout de bonnes critiques.

 

Comment et où je l’ai lu : ma bénévole me l'a prêté, je l'ai lu un soir dans mon lit, pour une lecture courte et rapide !

 

 

 

Les fourmis rouges, octobre 2017, prix : 16,50 €, ISBN : 978-2-36902-084-4

 

 

 

Crédit photo couverture : © Magali Le Huche et éditions les fourmis rouges

Voir les commentaires

Alexandre a trop grandi – Caroline Lechevallier, Didier Jean & Zad

21 Juillet 2018, 09:30am

Publié par Laure

Je découvre ce petit éditeur corrézien par cet album.

 

Madame Lapin reçoit son amie Madame Chat à la maison. Cette dernière vient avec son nouveau-né. Madame Lapin s’extasie devant le bébé et dit : « Il est tellement mignon, […] Ah, si seulement il pouvait rester tout petit ! » C’en est trop pour Alexandre, le fils de Madame Lapin, qui lui a bien grandi. Il pense que sa maman préfèrerait un petit bébé, et imagine tout ce qu’elle pourrait faire avec lui s’il était petit. Mais toujours ce refrain revient : « Mais Alexandre a trop grandi ! »

 

Le malentendu va bien évidemment se lever et la maman d’Alexandre ne manquera pas de valoriser tout ce que son grand lapin est capable de faire et combien elle l’aimera toujours.

 

Un bel album tout doux, au trait simple, joliment coloré, qui dit la peur de grandir, de ne plus être aimé par ses parents, surtout si un nouveau bébé devait arriver…. Le tout avec beaucoup d’humour et de tendresse.

 

 

Feuilleter l’album : ici

 

 

Ed. Utopique, mars 2018, 32 pages, prix : 10 €, ISBN : 979-10-91081-32-0

 

 

 

Crédit photo couverture : Caroline Lechevallier et éd. Utopique.

Voir les commentaires

Moi, canard – Ramona Badescu, Fanny Dreyer (ill.)

19 Juillet 2018, 10:40am

Publié par Laure

Superbe ! Si le livre peut dérouter au premier abord, mi album mi monologue théâtral, il mérite amplement qu’on s’y arrête et fera partie des livres qui se lisent, se relisent, se redécouvrent à chaque fois, et se feuillettent aussi pour le plaisir des yeux.

 

Ramona Badescu a fait du Vilain petit canard d’Andersen une libre adaptation pour le théâtre, et son texte est magnifique. Découpé en sept actes, il est très poétique, et dit la souffrance de la différence, jusqu’à la révélation de soi finale. Le canard est un beau cygne qui retrouve sa place parmi les siens.

 

Le texte s’entrecoupe d’illustrations à l’aquarelle absolument magnifiques, sur quelques pages à chaque fois, elles complètent le récit. Les couleurs varient au fil de l’atmosphère et des émotions du personnage.

 

Ce choix de format, de construction, l’association surprenante dans le découpage du texte et de l’illustration font de ce livre une superbe réussite.

 

Très émouvant, délicat, douloureux parfois, il est autant pour les adultes que pour les enfants à partir de 6/7 ans.

 

 

 

Cambourakis, mars 2016, 68 pages, prix : 16 €, ISBN : 978-2-36624-194-5

 

 

 

Crédit photo couverture : © Fanny Dreyer et éd. Cambourakis

Voir les commentaires

Dans le ventre de maman / Max a grandi – Astrid Desbordes, Pauline Martin (ill.)

19 Juillet 2018, 08:43am

Publié par Laure

Dans le ventre de maman / Max a grandi – Astrid Desbordes, Pauline Martin (ill.)

Déjà les 7ème et 8ème volumes de la série « Max et Lapin », qui plaît beaucoup aux mamans à la bibliothèque !

 

 

Dans le ventre de maman :

Un album tout doux tout tendre (comme toujours dans cette série), qui explique la grossesse et l'arrivée d'une petite sœur dans la famille de Max. Des mots simples, qui expriment aussi la curiosité, l'impatience, la légère jalousie de Max à la naissance à l'idée de partager sa maman.

 

 

Max a grandi :

Max a une très belle voiture de course mais voilà, il a grandi, elle est trop petite pour lui. Difficile de s'en séparer ! Il la laisse dans sa chambre, mais il est bien triste. Mais il y a Bulle, sa petite sœur : il suffit de jouer avec elle et de lui montrer comment faire, c'est à nouveau rigolo !

Un bel album sur la transmission, le fait de grandir, le partage des choses qu'on aime.
(Dès 2 ans.)

 

 

 

Nathan, mai et juillet 2018, 24 pages, prix : 5,90 € chaque.

 

 

 

Crédit photo couvertures : © Pauline Martin et éd. Nathan.

Voir les commentaires

Timoto aime très beaucoup sa maman / Timoto veut un vrai cheval – Rémi Courgeon

21 Juin 2018, 15:20pm

Publié par Laure

Timoto aime très beaucoup sa maman / Timoto veut un vrai cheval – Rémi Courgeon

J’avais beaucoup aimé les deux précédents titres de Timoto, qui ouvraient la série, et je trouve ces deux nouveaux opus très réussis.

 

Timoto aime très beaucoup sa maman, et pour le lui dire, il lui écrit un poème ; un long poème. Mais il faut aussi un cadeau avec et ça devient de plus en plus cocasse. Aimer, c’est beaucoup de travail et c’est aussi très salissant ! Timoto le roi des bêtises toutes mignonnes !

L'occasion aussi de discuter avec son enfant de l'amour, des cadeaux et du lien qui peut exister entre les deux !

 

Timoto veut un vrai cheval, comme les indiens, comme dans les films de Cow-boys. Mais son papa lui dit qu’il est trop petit, il peut faire du poney. Non non non, pas de poney, ni de double poney, ni de bombe sur la tête. Vexé et un peu en colère, Timoto va encore inventer de sacrées bêtises, heureusement papa est là !

 

Deux beaux albums sur l’amour entre parents et enfants, la complicité avec le parent, la frustration, l’envie d’être grand, et l’imagination débordante des petits.

Une série qui continue de me réjouir !

 

 

Nathan, mai 2018, 32 pages chaque, 6,95 € chaque.

Crédit photo couvertures : © Rémi Courgeon et éd. Nathan

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>