Les jardins d'Hélène

litterature jeunesse

E comme émotion - Estelle Lépine

9 Mars 2010, 17:13pm

Publié par Laure

Illustrations de Maud Cressely

 

E comme emotionHippo(lyte Chulot) est très émotif mais il ne sait pas très bien ce que ça veut dire. Par exemple, il a si peur de la visite médicale qu’il en a mal au ventre. Mais non, il est juste émotif, c’est pas si grave, à moins que… « Ça veut dire que je suis facilement ému, impressionnable, sensible. Ça veut dire que je suis malade ? ça veut dire que je peux avoir une crise cardiaque comme papy ? » (p.18). Du coup il écoute sérieusement les battements de son cœur et commence la rédaction d’un cahier des émotions. Pour son étude, il devient un « chasseur d’émotions » et ça se traduit de façon surprenante et amusante : « D comme dictée. Madame Reda annonce une dictée surprise = mon cœur cogne contre mes côtes + envie immédiate d’aller aux toilettes. » (p.57), « C comme chuchotement : Gaïa chuchote sur mon passage = mon cœur tombe dans mes baskets. Les émotions sont impitoyables, elles transforment tout sur leur passage.  Un cœur en gong. Un bras en gourdin. […] Les émotions sont des sorcières. Tellement malignes que personne ne s’aperçoit que ce sont elles qui jettent des sorts ». (p.64-65)

Alors ces émotions qui se bousculent, Hippo va apprendre à les apprivoiser. Surtout qu’il réalise qu’il n’est pas le seul à en avoir. Et puis quand à la fin il croit que sa maman est malade, non c’est juste une belle émotion de plus !

Les illustrations nombreuses, en noir et blanc, parcourent le texte, c’est le principe de la collection ZigZag où les deux se renvoient l’un à l’autre, et ajoutent une note de gaieté à l’histoire, déjà ponctuée d’humour dans le texte. Elles aèrent et facilitent la lecture, aussi. Simple et agréable, un beau petit roman sur les émotions à faire découvrir dès 8/9 ans.

 

Rouergue, coll. Zigzag, octobre 2009, 121 pages, prix : 7 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Maud Cressely et Franck Secka, éd. du Rouergue.

Voir les commentaires

Les Pozzis (t.1 Abel, et t.2 Capone) – Brigitte Smadja

2 Mars 2010, 07:10am

Publié par Laure

Illustrations d'Alan Mets


pozzis1.jpgVoici une curieuse nouvelle série pour la jeunesse (dès 7 ans), dans laquelle l'auteur a créé un monde imaginaire avec ses codes, ses règles, mais surtout ses fantaisies, et qui par le biais de petits animaux étonnants (sympathiques illustrations d'Alan Mets!) aborde des sujets éternels tels que l'amitié, la confiance en soi, la vieillesse, la mort....

Les Pozzis se veut une référence à un lieu homonyme de Corse, où la verdure et les lacs prennent toute la place dans le paysage, beauté et sérénité... Humour aussi donc, même si pour ma part j'avoue avoir assez peu perçu les références « corses ».


Les deux premiers tomes ont paru simultanément, afin sans doute de s'installer rapidement dans l'histoire et de donner l'envie de connaître la suite. Chaque volume reprend à son début les dix petites choses à savoir pour se promener au pays des Pozzis : ils vivent dans un pays tapissé de mousse verte, avec de nombreux lacs qu'ils traversent en construisant des ponts, les Pozzis sont des petits êtres d'une vingtaine de centimètres, qui ont la possibilité de changer la couleur de leur robe à volonté, ils ont une seule corne mais peuvent s'en fabriquer des fausses pour faire joli, ils vivent chacun dans une grotte, ne mangent que du potage, les bébés ne le sont que pendant quinze jours maximum, ils sont vieux à partir de 109 ans et à cet âge leur robe devient noire, mais ils peuvent vivre jusqu'à 207 ans, ils sont tous musiciens, leur chef a une robe noire à fils d'argent, et à la lisière de leur pays, il y a le Lailleurs, mais personne ne s'y aventure parce que ça fait trop peur.


Le ton est donné. Le premier tome met l'accent sur un personnage nommé Abel, petit Pozzi un peu perdu et pas doué, dont tout le monde se moque. Abel se met à frissonner, ce qui est un signe... il va voir le chef car il sent que quelque chose se prépare : et s'il avait ce Don si rare de « l'extralucideur » ? Petite histoire d'aventure et de suspense où notre Pozzi maladroit et malmené va reprendre confiance en lui grâce à l'attention que lui accorde le chef, face à ce don précieux qu'il semble avoir.


les-pozzis2.jpgLe deuxième tome s'axe sur le personnage du Chef, Capone. Après un rappel des dix choses à savoir sur le pays des Pozzis, l'action reprend où elle s'était arrêtée dans le tome 1, autrement dit la veille dans l'histoire. Mais Abel a beaucoup changé depuis qu'il est devenu « extralucideur » et voilà qu'Adèle délaisse son Antoche pour s'intéresser de plus près à lui. C'est jour de Récréation au pays des Pozzis, tout le monde s'amuse, mais Abel, grâce à son don, sent que quelque chose ne va pas dans la grotte du chef : et si Capone, très âgé, devait mourir ?


C'est une série pleine de fantaisie et de magie douce et simple pour les plus jeunes, mais je ne suis guère convaincue... A vrai dire je ne vois pas bien où l'auteur veut en venir, il me semble que ces deux premiers volumes ne sont que l'aube d'une grande histoire (il va forcément se passer quelque chose avec ce Lailleurs que tout le monde craint ?), et considérés seuls ils me paraissent trop incomplets, je reste sur ma faim en lisant un seul volume. Je ne suis  hélas pas séduite plus que cela par ce monde, malgré son originalité. 

Mosquito ne semble pas vouloir les lire, donc je n'ai pas d'avis d'enfant pour le moment !


L'Ecole des Loisirs, collection Mouche, janvier 2010,

tome 1 : 76 pages, prix : 8,50 €

tome 2 : 80 pages, prix : 8,50 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : Alan Mets et l'école des loisirs.

 

Voir les commentaires

La croûte - Charlotte Moundlic et Olivier Tallec

1 Mars 2010, 11:21am

Publié par Laure

la-croute.jpgQuoi de plus terrible pour un enfant que de perdre sa maman ? Avec son père, notre petit bonhomme fait face comme il peut, mais la vie bien sûr n'est plus pareille sans elle. Il ferme bien les fenêtres malgré la chaleur, pour garder le plus longtemps possible son odeur à l'intérieur. Et puis un jour il tombe et s'écorche le genou. Il saigne et il entend la voix rassurante de sa maman. Alors dès qu'une croûte se forme, il la gratte, parce que tant que le sang sera là, il gardera la voix de sa maman. Mais la vie continue, même si c'est injuste. Sa grand-mère saura trouver les mots, bien sûr qu'il n'oubliera jamais sa maman, et il laissera la croûte cicatriser sans s'en rendre compte....

Un très bel album, très sensible et tout en douceur, sur le deuil et le cheminement à faire. Les illustrations d'Olivier Tallec sont sublimes, portées essentiellement par le rouge (du sang, de la colère), et quelques tons pastels.

Un album précieux sur la douleur de perdre sa maman. C'est triste bien sûr, mais malgré tout une pointe d'humour transparaît, avec au bout, une lueur d'espoir, parce que la vie continue, toujours.


Mosquito aime beaucoup aussi.


Les albums du Père Castor, mars 2009, prix : 10 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : Olivier Tallec et éd. Flammarion / Père Castor

Voir les commentaires

Un copain de plus - Agnès Laroche et Philippe Bucamp

24 Février 2010, 07:49am

Publié par Laure

un-copain-de-plus.jpgVoici un coup de cœur 100 % Mosquito, dû au heureux hasard de ma main sur une étagère de la bibli. Je ramène souvent des livres à la maison pour mes filles, et souvent elles leur accordent à peine un regard (ou les dévorent et me demandent la suite, je n’ai jamais la clé magique pour savoir si elles aimeront).

Ce petit roman a d’emblée remporté un franc succès auprès de Mosquito, tout lui a plu : les illustrations, l’histoire, à tel point qu’elle est revenue le soir me le lire à voix haute dans mon lit, pour que moi aussi j’en profite ! Ecoute maman, c’est génial ! Une pépite se partage, elle a raison ma Mosquito.

Alors quid de l’histoire ? Un troupeau de moutons est en émoi, car c’est un grand jour : trois nouveaux moutons doivent arriver d’une ferme voisine, on s’agite, on range (en planquant les crottes vite fait sous un tas de paille !), on s’apprête à partager ses trésors de prairie… quand soudain la surprise est de taille : ils sont bien là les trois nouveaux, mais ils sont… noirs ! Et alors ? Robert, petit agneau trépidant qui rêve d’un nouveau copain s’en fiche, et s’empresse d’accueillir les nouveaux, demandant à jouer avec la petite Olga, et tant pis si c’est une « fille ». Et Olga aura vite fait de lui montrer « qu’on peut n’être qu’une fille » et être méga courageuse, blagueuse, fofolle et vive, et que même si on est noir, on est un mouton comme les autres !

Bien sûr il y aura un terrible loup froussard dans l’histoire, on fera semblant d’avoir peur (on fera bien la grosse voix de l’Esprit de la forêt), on réfléchira à la bêtise des uns et des autres et on rira aux facéties d'Olga.

Une belle histoire enjouée sur le racisme et ses préjugés, sur le féminisme aussi, qui sans dire de grands mots sait bien charmer les enfants ! (dès 7/8 ans).

 

Lu et approuvé aussi par Cathulu

 

Le blog de l’auteur

 

  

Ed. Talents hauts, coll. Livres et égaux, septembre 2009, 44 pages, prix : 6,90 €

Etoiles Mosquito : stars-5-0__V7092072_.gif

Crédit photo couverture : © Philippe Bucamp et éd. Talents hauts

Voir les commentaires

Moi, j'attends... - Davide Cali et Serge Bloch

13 Février 2010, 11:08am

Publié par Laure

moi-j-attends.jpgMoi, j’attends est un bel album indémodable qui se lit à tout âge (à partir de 7-8 ans quand même), extrêmement simple et dépouillé en apparence mais riche d’émotions qui en toucheront beaucoup, jeunes et grands.

Le format à l’italienne (12 cm sur 28 de large), qui figure également l’enveloppe d’une lettre sur sa couverture se prête parfaitement au déroulement du fil rouge de l’histoire. Car de fil rouge il est question, au propre comme au figuré.
Un petit garçon tire le fil rouge d’un écheveau de fil à broder, quand vous ouvrez l’album, vous le  voyez tirer son fil (n’oubliez pas qu’en raison du format, vous êtes sur 56 cm de largeur) et attendre… A tout âge on attend quelque chose : de grandir, un bisou avant de dormir, que le gâteau soit cuit, son amoureuse, et ici aussi la fin de la guerre, le mariage, les enfants, la maladie, la mort, les petits-enfants.
Tout au long des pages et de la vie le fil rouge vous accompagne, et quand le couple se chamaille, le fil s’emmêle. Parfois il n’est qu’un tout petit bout qui fait le lien, ou la couleur de l’espoir dans le ventre qui va enfanter. Un album qui a du sens, derrière son apparente simplicité.

Simple, beau, indémodable. Ça s’appelle une valeur sûre !

 

 

Ed. Sarbacane, mai 2005, prix : 13,50 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : auteurs et éditeur

Voir les commentaires

Le livre qu'il ne faut surtout, surtout, surtout pas lire ! - Sophie Laroche

4 Janvier 2010, 07:40am

Publié par Laure

le-livre-quil-ne-faut-surtout.jpgAvec un titre pareil, vous vous doutez bien que vous aurez surtout, surtout, surtout envie de le lire ! Et même s'il s'adresse prioritairement aux 9-12 ans, vous ne le regretterez pas, et qui sait, vous le conseillerez peut-être même autour de vous.

Véritable roman policier avec de jeunes enquêteurs, c'est aussi un roman d'aventures sans relâche qui fait une part belle à la magie des livres.

Imaginez... « L'aventure de tes rêves » est le dernier roman de Marc Norenêt, que tout le monde s'arrache et dévore. C'est un livre mystérieux que tous les enfants lisent et relisent sans jamais se lasser, au point d'en oublier les copains et la vie autour. Mais que peut bien raconter ce roman pour enfants ? Il est strictement interdit de le raconter ou même d'en lire des passages à voix haute, alors comment savoir, sinon en le lisant ? Mais voilà qui ne plaît pas du tout à Max, le garçon qui n'aime pas lire, et qui se désole de voir que tout le monde s'isole à cause de ce fichu bouquin. Et pourquoi son auteur, dans les rencontres avec ses jeunes lecteurs, est-il si bizarre ? Il faut mener l'enquête, et vite ! Hortense, la première de la classe qui l'a lu elle aussi mais qui contrairement aux autres est passée à autre chose, ainsi qu'une retraitée qui s'occupe de la bibliothèque de l'école vont l'aider à tirer cette affaire au clair !

J'ai été particulièrement happée par le début du roman, et l'éloge de la magie de la lecture, quel est donc ce nouvel Harry Potter qui captive tous les enfants ? L'auteur va-t-elle enfin nous donner des indices, c'est que je suis curieuse moi ! Et puis le roman prend une tout autre tournure, de magie il est question toujours, même s'il s'agit plutôt de chimie, l'enquête prend forme, et peu importe si j'espérais en réalité autre chose, ça reste un très beau roman jeunesse sur l'alchimie des mots avec leurs lecteurs, fussent-ils des lecteurs avec les oreilles, comme Max qui lui, préfère écouter les histoires à voix haute. Car il faut de tout pour faire un monde !


lu et adoré par Cuné 


Un autre roman du même auteur lu dans ces jardins : le carnet de Grauku


Editions [Mic_Mac], coll. Même pas peur, mars 2008, 162 pages, prix : 9,50 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : Clod et [Mic_Mac] éd.

Voir les commentaires

Une belle fête qui a bien failli être ratée - Bruno Heitz

5 Novembre 2009, 11:01am

Publié par Laure

Ah ! la perle qui plaira à tous ceux qui vivent dans un petit village, savent l’enthousiasme de ses élus pour l’animer, fréquentent les salons du livre ou invitent des auteurs (bibliothécaires, suivez mon regard ;-) !

Un énorme merci à la bénévole qui m’a offert ce livre, et qui m’a encouragée à le faire remonter sur la pile, car c’est une vraie tranche de rigolade du début à la fin, on sent l’observation fine et (gentiment) moqueuse de l’auteur. Mais quand on a l’impression de vivre dans le même univers ou presque, on applaudit : c’est d’un réalisme détonnant !

 

Je crois que c’est un album pour la jeunesse (éditions Circonflexe), façon BD avec beaucoup de texte quand même, raconté par une enfant, mais les allusions sont telles que désolée, moi je le garde pour moi J

Julie est donc une enfant élue au Conseil Municipal des Jeunes de Saint Saturnin les Oies, qu’on imagine bien dans le Sud-Ouest. Chouette expérience pour découvrir le fonctionnement d’une commune, on écoute toujours vos idées mais on n’a jamais les sous pour les réaliser. Et comme tout village se doit d’être dynamique, chacun s’active tous les week-ends pour que la fête du vin, la choucroute associative, le corso fleuri, etc. soient réussis. Toutes les bonnes volontés sont acceptées et les compétences de chacun utilisées, ça s’appelle du bénévolat J Mais voilà, il reste un week-end de libre dans l’année, et ça ne va pas, il faut trouver quelque chose ! L’adjoint aux sports a bien son idée et celui à la culture aussi, mais on frôle l’étripage quand intervient Mme Flanchon : « Mme Flanchon n’est pas élue, mais elle est pire : elle est conseillère pédagogique à la retraite. Alors elle continue de conseiller, gratuitement… » C’est ainsi que va naître le marathon des mots (sport et culture, voyez), le premier salon du livre de St Saturnin les Oies. Et là, on continue dans la rigolade qui fleure le vécu : pour attirer du monde, on invite un auteur tête d’affiche, qu’on loge dans le seul hôtel potable du coin, les autres iront en masse à l’auberge des voyageurs sur le quai de la gare et le conteur baba-cool arrive dans son fourgon aménagé ; tout part à vau-l’eau, les auteurs de BD un peu trop turbulents finissent au commissariat avant même l’ouverture du salon, un auteur obscur qu’on n’a pas invité mais qui s’invite tout seul partout débarque avec son stock de livres doublement payé et racheté à son éditeur à compte d’auteurs pour essayer d’en fourguer quelques uns vu qu’à par sa cheminée, personne n’en veut, etc. etc. Il y a des livres partout et quelques catastrophes, mais beaucoup de rires à la lecture ! Et plein de références et d’allusions qui vous feront forcément sourire. Un vrai bonheur ce bouquin !

 

 

Circonflexe, avril 2003, 13 euros.

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Bruno Heitz et éd. Circonflexe

Voir les commentaires

Les chaussettes de l'archiduchesse - Colas Gutman

12 Juillet 2009, 07:36am

Publié par Laure

Illustré par Audrey Poussier

 

« Il était une fois une archiduchesse nommée Sophie, mais que tout le monde appelait Sophie l’archi sans faire de chichis ». Ainsi commence l’histoire… Sophie est belle comme une princesse et riche comme une reine, mais Sophie l’archi ne trouve pas de mari. Même pas un petit duc de rien du tout… parce que Sophie a un problème : elle sent des chaussettes ! Mais elle ne le sait, car elle n’a pas de nez. Enfin bien sûr qu’elle a un nez, mais un nez qui ne sent rien. Il faut qu’une sorcière l’embête à longueur de journée avec ses questions « les chaussettes  de l’archiduchesse sont-elles sales ou archisales ? » pour lui faire prendre conscience du problème. Ainsi avertie, elle va s’enquérir sur le marché d’un philtre qui fait sentir bon les chaussettes. Et se mettre alors en quête d’un mari. Et c’est le duc-qui-pue-du-bec qui sera l’heureux élu… (Bon, je ne vous raconte pas tout non plus, sinon c’est pas marrant, il y a des rebondissements !)

Je découvre donc un peu par hasard que Colas Gutman écrit pour la jeunesse depuis plus longtemps que je ne le pensais (cf Journal d'un garçon et je ne sais pas dessiner), et que ce roman (à proposer dès 8 ans dirais-je) est très drôle, en jouant sur les références aux contes, sur le comique de répétition, sur la répétition des sons, en y mêlant une bonne dose de modernité, traduite aussi par les (nombreuses) illustrations tout en gris, noir et jaune d’Audrey Poussier. Car cette jeune demoiselle et son prince (pardon, son duc-qui-pue-du-bec) ont des profils très actuels, tout comme leur intérieur ou les motifs des cravates de monsieur !

Un petit livre qui joue donc sur un double registre, celui du conte de fées revisité par la vie moderne, pour une fable fantaisiste qui nous ravit !

 

L’école des Loisirs, collection Mouche, mars 2007, 67 pages, prix : 7,50 €

A travers les étoiles :

Crédit photo couverture : © Audrey Poussier et l’école des loisirs

Voir les commentaires

C'est encore loin, Papa ? - Emile Jadoul & Catherine Pineur

11 Juillet 2009, 12:34pm

Publié par Laure

un joli album de saison pour les départs en vacances, adapté aux plus jeunes et réalisé par le tandem « valeur sûre » Emile Jadoul (au texte) et Catherine Pineur (à l'illustration).

Une petite fille part en vacances à la mer avec ses parents. Elle dit au revoir à son chat et hop, dans la voiture. Quiconque a déjà voyagé avec des (jeunes) enfants sait que la question devient ritournelle : « c'est encore loin, papa? ». Les parents ont beau déborder d'imagination (compte les voitures rouges, lis un livre, …), la fillette s'impatiente de voir la mer. C'est loin, trop loin ! Et puis les enfants ont toujours mal au ventre, envie de faire pipi, dis, c'est quand qu'on arrive ?!

Et quand enfin la mer est là et qu'on y plonge en maillot, devinez quelle est la question suivante ?


Ne vous fiez pas aux couleurs de la couverture, elles ne sont pas si vives en vrai. L'album est très coloré mais reste dans les pastels. Un classique en devenir pour les vacances d'été !

Dès 2-3 ans.

 

 

 



L'école des loisirs, Pastel, mars 2009, prix : 11 euros

A travers les étoiles :

Crédit photo couverture : Catherine Pineur et l'école des Loisirs

 

Voir les commentaires

Conversation avec un gâteau au chocolat - Martin Page

10 Juillet 2009, 10:23am

Publié par Laure

Un petit garçon se retrouve tout seul à dîner le soir de son anniversaire, car ses parents sont sapeurs-pompiers et toujours appelés sur un incendie ou un accident quand vraiment… pour la vie de famille ce n’est pas le moment ! Il a donc l’autorisation de manger tout seul son gâteau au chocolat et d’ouvrir ses cadeaux. C’est juste un peu triste pour une soirée d’anniversaire … Mais quand au moment de couper le gâteau, celui-ci se met à parler, c’est tout de même un peu angoissant pour notre petit bonhomme !

Et quand vous commencez à sympathiser avec un gâteau au chocolat, qui plus est celui de votre anniversaire en solitaire, allez-vous réussir à le manger ?

Une idée originale et plaisante que ce petit roman de Martin Page pour les 7-8 ans, avec une fin étonnante aussi. Les illustrations d’Aude Picault aèrent le texte et l’encadrent en pleine page de début et de fin.

A offrir en petit cadeau d’anniversaire, quand vos enfants sont invités chez les copains ?

Ou à lire tout seul comme un grand, ou à voix haute à votre petit lecteur en herbe.

 

Ecole des loisirs, collection Mouche, mars 2009, 36 pages, prix : 6,50 €

A travers les étoiles :

Crédit photo couverture : © Aude Picault et l’école des loisirs

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>